AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Dim 8 Fév - 15:55





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

Eléanor lança un dernier regard à sa chambre qu’elle venait juste de saccager. Si elle ne devait plus revenir ici alors il ne fallait pas reste tel quel. Non il fallait qu’elle soit à l’image de la vie de la petite brune à ce moment précis : en bordel et détruite. Sachant très bien comment allait réagir ses parents, elle avait prit les devants et avait fait son sac sans perdre une minute, si ces parents rentraient avant qu’elle ne soit parti, ce serait le drame et ça elle voulait l’éviter. Fourrant tout ce qui lui passait par la main et ce qui lui semblait utile dans un grand sac de sport elle ne pouvait s’empêcher de se demander où elle allait pouvoir aller. A 20 ans, encore dans les études, enfin officiellement, sans travail, elle n’allait pas aller loin, surtout si elle devait accueillir un petit être dans quelques mois. Mais ça, on verrait plus tard. Il fallait d’abord penser à où elle irait dormir ce soir et les prochains jours.

Une fois son sac rempli, elle quitta la maison sans même un regard en arrière, il ne fallait pas qu’elle pense à tout ce qu’elle laissait mais à la vie qui l’attendait devant elle. Oui il n’y avait plus que cela qui comptait désormais. Geste instinctif, Eléanor sortit de son sac à main son paquet de cigarette avant de s’en mettre une entre les lèvres, à la rechercher de son briquet qui trainait toujours au fin fond de son sac. Elle tira la première latte en se dirigeant vers un arrêt de bus et l’expira en fermant les yeux. Puis elle les rouvrit pour les posés sur le bâton de nicotine qu’elle tenait entre ses doigts. N’avait-elle pas entendu quelque part que cela pouvait nuire au future enfant de fumer pendant une grossesse ? Et merde ! Eléa jeta sa cigarette et son paquet par la même occasion. Ne sachant toujours pas où elle pourrait aller, elle attrapa son téléphone pour envoyer un message à Szymon, son meilleur ami, afin de savoir s’il était chez lui et si elle pouvait passer le voir. Il n’y avait que lui que la demoiselle avait envie de voir à ce moment précis, et elle savait qu’il ne la laisserait pas à la rue.

Eléanor monta dans le bus qui la mena jusqu’à l’immeuble où se trouvait l’appartement de Szymon, et également celui de son grand frère Matéo. Il ne manquerait plus qu’elle lui tombe dessus. Devant la porte, elle hésita une seconde avant d’enfin frapper. Alors que la porte s’ouvrait sur son meilleur pote, elle se placarda un sourire sur les lèvres avant de le saluer.

_ Hé mon beau, tu vas bien ?

Regardant autour d’elle, Eléa s’attendait à tout moment à tombé sur son frère et elle ne voulait pas avoir d’explications à lui donner, du moins pas maintenant. Elle fut soulagée lorsque son ami la laissa entrer dans son appartement et elle se contenta de posa son énorme sac dans l’entrée avant de se tourner vers lui.

_ Dis ça ne te dérange pas si je reste dormir ce soir ?
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Jeu 12 Fév - 12:45





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
Un chocolat chaud, un bouquin et un canapé. Quoi de mieux après une journée de merde que celle qui je venais de passer ? J'avais enchaîné catastrophe sur catastrophe, maladresse sur maladresse, poisse sur poisse. Il y avait des jours, comme ça, où rien ne se passait comme prévu. On pensait pouvoir marcher tranquillement dans la rue, mais non, il fallait marcher dans la seule merde de chien à trois kilomètres à la ronde. On pensait savoir faire du café, mais non, il fallait se tromper de de boîte et mettre les grain de café dans la bouilloire et les sachets de thé dans la cafetière. On pensait être bien élevé, savoir réfléchir avant de parler, mais non, il fallait balancer une blague sur les prothèses de jambes précisément au seul type de la ville qui en avait une. Non, non, une journée de merde, je vous l'assure.

J'étais donc le cul vissé sur mon sofa avec mon livre dans les mains, ma tasse de chocolat fumante sur la table basse, en face de moi. Kasia passait la nuit dehors, et m'avait dit de ne pas m'attendre à la voir avant demain matin. Bon, très bien. J'avais juste haussé les épaules avant de lui souhaiter une bonne soirée, avant qu'elle ne claque la porte et ne me laisse l'appartement pour moi tout seul. Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvé tout seul ici. Soit Kasia était là, seule ou avec des amis, soit Ismaëlle était là. Isma. J'ai souri, et je me suis rendu compte que je n'avais pas retenu les trois dernières phrases que j'avais lues. J'ai secoué la tête, me suis redressé dans mon canapé, et ai repris ma lecture. Mon téléphone a vibré. J'ai lorgné vers lui, ai pincé les lèvre, et ai décidé de l'ignorer. En général, quand c'était important, les gens appelait. Quelques secondes plus tard, il a vibré une deuxième fois et, en soupirant, je me suis presque jeté dessus pour voir de qui il s'agissait. Eléanor. Me demandant si elle pouvait passer. J'ai tapé une réponse rapidement, lui demandant au passage si tout allait bien. J'ai ensuite reposé mon téléphone sur la table basse, à côté de ma tasse, et je me suis frotté les yeux avant de regarder l'heure. Minuit et demi. Sérieusement ? Quelque chose n'allait pas, j'en étais certain. J'ai couru jusque dans la cuisine de mon appartement avant d'attraper une tasse dans un des placards et de m'affairer à préparer un deuxième chocolat chaud. Le micro-ondes n'avait pas encore sonné quand trois petits coups ont été frappés à ma porte. J'ai marché à travers la pièce pour aller ouvrir à celle qui était devenue ma meilleure amie en un temps éclair.

Elle se tenait là, devant ma porte, un sourire triste faussement planté sur son visage. Je lui ai rendu, avant de l'attirer contre moi avec mon bras droit. « Salut toi. Entre hein, reste pas là. » Elle est passée devant moi, j'ai refermé la porte, et je me suis rapidement retourné quand j'ai entendu le bruit que son sac a fait quand il a heurté le sol. Son sac. Je venais de le remarquer. J'ai ouvert de grands yeux, avant de les poser d'abord sur Elé, puis sur son sac, plusieurs fois d'affilée. Elle m'a demandé si elle pouvait rester dormir, et j'ai lâché un petit rire.  « Ce soir où pour les trois prochaines décennies ? » Elle avait compris que ça voulait dire oui. J'ai pris son sac, ai passé la bandoulière sur mon épaule et, alors que je me dirigeais vers ma chambre, que je lui prêterais pendant le temps qu'elle voudrait, je lui désignais la cuisine avec mon pouce.  « Y a une tasse de chocolat chaud dans le micro-ondes. C'est pour toi. Et tu touches pas à la mienne, hein. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Jeu 12 Fév - 15:16





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage


Eléanor ne se sentait pas bien. Depuis qu’elle avait quitté la maison de ces parents en pleine nuit pour partir se réfugier… Quelque part. Car à vrai dire elle avait prit son sac sans même savoir où elle pourrait bien aller. Chez Matéo ? Hors de question, lorsqu’il saurait ce qui lui arrivait, il la mettrait à la porte lui aussi et ça elle ne le voulait pas, voilà pourquoi elle avait pris les devants avec ces parents. C’est pour cela qu’elle avait envoyé un message à Szymon, son meilleur ami, pour savoir si elle pouvait passer. Elle savait qu’elle pouvait compter sur lui et qu’il ne la laisserait pas à la porte, même si il habitait dans le même immeuble que son grand frère, il y avait peu de chances pour qu’elle le croise à cette heure-ci de la nuit. Ou peut-être pas. En faite elle ne savait pas grand-chose de la vie de son grand frère au final. Bien sûr Althea ne laisserait jamais Eléanor dans le besoin, mais la petite espagnole ne voulait pas mettre la pagaille chez eux non plus.

A la réponse positive de son meilleur ami, la demoiselle monta dans le bus qui la conduirait jusque chez Szymon, chargeait de son énorme sac dans lequel il y avait désormais toute sa vie. Il lui faudrait rapidement trouver un travail si elle voulait réussir à s’en sortir pour les prochains mois qui allaient venir. Arrivée devant la porte de son ami, elle tapa discrètement, ne voulant pas non plus déranger les voisins et attendit que le polonais vienne lui ouvrir la porte. Elle se placarda un sourire sur le visage, bien qu’elle sache qu’il se rendrait vite compte de sa fausseté. Elé ne pouvait rien cacher à ce lui qui lui était devenu indispensable, à son meilleur ami. Elle lâcha son gros sac quelques secondes pour rendre son étreinte au jeune homme. Et elle entra avec ses affaires dans l’appartement de son ami suite à son invitation.

Avec un petit sourire gêné, Eléanor demanda alors si elle pouvait rester là ce soir, n’ayant aucun autre endroit où dormir. Ce n’est qu’à ce moment là qu’il sembla remarquer l’énorme sac qui accompagnait l’espagnole. Il se chargea même d’aller le déposé dans sa sac. Quel gentleman celui là.

_ Ne me dis pas, ça je suis capable de te prendre au mot et de rester pour l’éternité.

Après tout il y avait pire que de vivre avec son meilleur ami. Entrant un peu plus dans l’appartement, elle se mit à rire alors qu’il la mettait en garde. Il savait toujours comme la réconforter.

_ Je te remercie. Et je ne sais pas pour la tienne… Faudra que tu sois rapide.

Lui adressant un clin d’œil, la petite brune alla chercher la tasse brûlante alors que le micro-onde sonnait. Puis elle se dirigea vers le salon et le canapé en apercevant le livre qu’il était en train de lire avant qu’elle ne vienne le déranger.

_ Tu es sûr que je ne te dérange pas ?

Dans le cas contraire, Eléanor n’aurait pas hésité une seule seconde non plus à accueillir son meilleur ami, mais ce soir c’était différent pour elle. Elle n’avait plus de chez elle, du moins pour le moment, jusqu’à ce qu’elle se trouve un logement où elle pourrait élever son enfant.
 
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Jeu 12 Fév - 18:02





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
« L'éternité ? Ça me va. » C'était vrai, en plus de ça. Eléanor, elle pouvait rester dans mon appartement pendant tout ce temps là, ça ne me ferait rien. Enfin, non pas que je m'en foutais ou quoique ce soit. Elle pouvait rester, c'est tout. J'étais peut-être trop gentil avec les plupart des gens. En fait, si quelqu'un que je connaissais depuis deux semaines était venu me voir comme l'espagnole venait de le faire, j'aurais accepté de la laisser vivre chez moi tout autant. Parce que j'étais comme ça. Du genre à rendre service à n'importe qui. Alors Eléanor, elle ? C'était limite si je ne serais pas capable de mettre son nom sur la boîte aux lettres en bas de l'immeuble. Elle était sincèrement plus que bienvenue.

Je lui ai tiré la langue lorsqu'elle me menaça de peut-être boire dans ma tasse au lien de dans la sienne. Non mais. Elle pouvait faire comme chez elle, mais fallait pas abuser non plus. Je suis entré dans ma chambre et, après avoir allumé la lumière, j'ai lâché un petit juron en voyant que mon lit n'était pas fait. J'avais mis les draps à laver dans la matinée et j'avais complètement oublié d'en mettre des propres - généralement, lorsque je passais ma soirée à lire dans mon canapé, je m'endormais comme une merde dessus. Alors, à quoi bon mettre des draps propres ? Mais là, bien qu'il était certain que je dormirais dans le sofa cette nuit, mon lit revenait de droit à mon invité. J'ai entendu sa voix s'élever depuis le salon. « Mais non, rho ! C'est dingue ça. Tu peux pas juste accepter le fait que je suis un être parfaitement adorable, hein, c'est trop dur pour toi ? » J'ai posé son sac sur le sol de ma chambre, à côté du lit. Il était lourd, son sac. Je sais pas ce qu'elle avait foutu dedans. Mais elle n'avait clairement pas prévu de passer seulement une nuit hors de chez elle. J'ai haussé les épaules avant de la rejoindre dans le salon, où elle était assise, à la place que j'occupais tout à l'heure, sa tasse fumante entre les mains. « Faudra qu'o aille faire ton lit, après, parce que j'ai oublié de le refaire tout à l'heure. » Je me suis placé à côté d'elle, reprenant ma propre tasse, toujours sur la table basse. Il n'était plus très chaud, mon chocolat, mais il était bon quand même. J'en ai pris une gorgée avant de planter mon regard dans le sien. « Allez, raconte. »

BY .SOULMATES


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Jeu 12 Fév - 21:56





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

L’éternité avec Szymon, c’était le rêve non ? Bien que cela soit le rêve de toute jeune femme de  vivre avec quelqu’un d’aussi merveilleux que le Polonais, l’espagnole se doutait bien que d’ici quelques mois il n’aurait plus le même discours. Surtout avec les cris des bébés et les couches puantes à changé. Pas sûr qu’il soit aussi ravi de l’accueillir. Mais en attendant, Eléanor comptait bien remercier son meilleur ami d’une façon qui marquerait, bien qu’elle ne sache pas encore comment faire. Un truc à acheter ? Ouais c’était une bonne idée ça. Elle lui achèterait un truc super cool pour le remercier de ce qu’il faisait pour elle. La petite brune le suivit jusque dans la porte de sa chambre, le temps de le voir lui tiré la langue alors qu’elle ne le promettait pas de ne pas lui voler son chocolat chaud. Alors qu’il entrait dans sa chambre avec le gros sac, Eléanor alla dans la cuisine pour récupérer la tasse brûlante avant de se diriger vers le salon pour prendre place sur le canapé ou Szymon devait se trouver il y a encore quelques instants, vu le livre posé à coté.

La petite brune haussa alors la voix pour lui demander s’il était certain qu’elle ne le dérangeait pas qu’elle soit là ce soir, après tout il avait peut-être autre chose à faire ? Eléanor se mit à sourire, même s’il ne pouvait pas le voir. Bien sûr qu’il était adorable.

_ Mais je sais que tu es adorable ! C’est pour ça que je t’aime autant et que tu es mon meilleur ami !

Après tout c’était comme si ils faisaient une soirée ensemble et qu’Eléanor restait dormir parce qu’elle était trop soule. Oui presque comme si… Enlevant ses chaussures, elle s’installa un peu mieux dans le canapé avant de tremper ses lèvres dans le chocolat un peu trop chaud. Elle leva la tête, un petite sourire aux lèvres, vers son meilleur ami alors qu’il revenait dans la pièce.

_ Pas de soucis, je te donnerais un coup de main.

Eléanor ne put détourner le regard alors que Szymon la regardait comme ça. Elle s’y attendait, à ce qu’il veuille qu’elle lui raconte tout. Après tout c’était suspect de se pointer comme ça, en pleine nuit, avec un sac remplis de ces affaires. Baissant les yeux, elle serra sa tasse de chocolat chaud en se demandant comment lui dire la bonne nouvelle.

_ Je … Je suis partie de chez mes parents. Ils ne m’accepteront plus désormais, alors j’ai voulu prendre les devants…

Allez Eléanor parle lui, dis lui pour le test de grossesse, dis lui que tu as gâché ta jeunesse parce que tu étais trop occupé à te défoncé pour faire attention. Pourtant elle ne pouvait pas s’empêcher de déjà l’aimer, ce petit être qui grandissait en elle.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Sam 14 Fév - 14:33





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
Au moment où elle a baissé la tête, après que je lui ai demandé de m'expliquer la raison pour laquelle elle avait débarqué, j'ai su que mes intuitions étaient bonnes. J'ai su que quelque chose n'allait pas, et même sans avoir bénéficié d'explications pour le moment, le sac rempli, le sourire porte-parole de la tristesse, les chaussures enlevées, les pieds sur le canapé et les genoux contre la poitrine... Tout cela prenait sens. Bien que l'ayant senti quand j'avais ouvert la porte sur son visage en colère et en posant son sac de trois tonnes sur le sol de ma chambre, cette fois, c'était clair : elle n'allait vraiment pas bien. J'ai ramené mes genoux sur le canapé, posant le bras sur le dossier, et ma tempe dans la paume de ma main. Je venais d'apprendre qu'elle était partie de chez ses parents parce qu'ils risquaient de ne plus vouloir la voir vivre chez eux, et j'attendais une suite. Le pourquoi du comment. Je l'ai regardée, encore, pendant quelques secondes. Mais rien ne venait. J'ai haussé les sourcils, ai secoué la tête en la penchant un peu vers elle pour l'intimer de continuer. En vain. J'ai retiré ma main de sur ma tempe, l'ai laissé se figer dans le vide, les doigts tendus, la paume vers le ciel. « Quoi, qu'est-ce que t'as fait ? Personne t'a mise en cloque au moins ? » Et, devant ses yeux bleus, immenses, qu'elle a laissé baissés sur sa tasse, et devant son absence de réaction, j'ai réalisé ma gaffe. La deuxième de la journée. Bravo, Czajkowski. J'ai ramené ma main devant ma bouche, et je me suis redressé dans mon canapé, pour me mettre plus à l'aise. Elle était enceinte. Eléanor était enceinte. En un murmure, un juron polonais s'est échappé d'entre mes lèvres. Mais même si elle ne risquait pas de le comprendre, elle devait sûrement se douter que ça ne voulait pas dire félicitations. « Bois, bois, pendant que je trouve un truc à dire. » Parce que je ne savais vraiment pas quoi dire. Je ne savais même pas quoi penser. J'aurais eu tendance à être heureux. Mais elle avait quoi, un an de plus que ma soeur, à ça prêt ? Je n'imaginais pas Kasia attendre un enfant dans un an. Je connaissais l'espagnole assez bien pour savoir qu'elle devait flipper plus que tout, et que ses parents, s'ils avaient le malheur de l'apprendre, engagerait quatre tueurs à gages pour la faire assassiner. Enfin, peut-être pas. Mais comme elle l'avait si bien dit, ils ne l'accepteraient plus. J'ai pincé les lèvres, avant de soupirer, et de lui prendre sa tasse des mains. Je me suis brûlé, et j'ai de nouveau juré, en anglais cette fois - il faudrait que je pense à lui demander de m'apprendre à jurer en espagnol - avant de la poser sur la table basse, à côté de la mienne et de mon livre. Et j'ai fini par prendre ses mains dans les miennes, lui adresser un sourire triste et de l'attirer contre moi. Sa tête reposait au creux de mon épaule, mes bras autour des siennes. « Tu vas faire quoi, piękna ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Sam 14 Fév - 18:02





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

Szymon l’a connaissait trop bien pour croire au sourire qu’elle avait sur le visage. Elle ne l’y avait mis que pour faire bonne impression, et aussi pour l’empêcher de se mettre à pleurer, ce qui n’allait pas durer bien longtemps, Eléanor le sentait. Alors que son ami trimbalait son énorme sac jusque que dans sa chambre, la petite espagnole alla dans la cuisine pour récupérer la tasse de chocolat chaud dans le micro-onde avant d’aller s’installer dans le salon. Là, elle n’hésita pas une seule seconde avant de prendre ses aises en enlevant c’est bottines et de s’installer confortablement, ou pas. Les genoux ramenaient contre elle, le menton posé dessus, elle se contentait de regarder le contenu de sa tasse, en la tenant bien serré dans les mains, malgré la chaleur. Elle ne leva même pas la tête lorsque Szymon s’installa à ses côtés en lui demandant ce qui n’allait pas. Il fallait être aveugle pour penser le contraire, avec son air triste et son sac chargé de tout ce qui lui restait comme affaires désormais. Mais le Polonais avait quelque chose de plus, c’était d’ailleurs la raison pour lequel il était son meilleur ami, elle ne pouvait strictement rien lui caché, et même si parfois cela l’énervait un peu, elle adorait cette complicité qu’ils avaient tous les deux. Si elle n’avait pas rencontré Szymon lors d’une soirée elle l’aurait sûrement inventé pour qu’il soit à ses côtés.

Pour répondre à sa question, elle se contenta de lui dire qu’elle était partie de chez ses parents. Lorsqu’ils auraient compris la raison de son départ, il serait évidement, qu’ils ne voudraient plus jamais la revoir. Elle ne pouvait pas leurs en vouloir, elle connaissait assez bien les espagnols et leurs putains de traditions. Mais Eléanor avait toujours été différentes, ce fichant de tout cela. C’était peut-être parce qu’elle n’avait jamais connu son pays d’origine et ses valeurs. Bien vite mise dans le grand bain Anglais, elle ne connaissait rien d’autre que ce que lui montrait sa famille à la maison. Elle continuait de fixer son regard sur sa tasse, sans même y toucher, n’osant même pas regarder son meilleur ami en face. Comment allait-il réagir lorsqu’il l’apprendrait ? Allait-il la rejeter lui aussi ? La demoiselle voyait bien qu’il s’impatientait, qu’il voulait plus de détails, mais pour le moment elle était incapable d’en dire plus. Alors il le fit pour elle, sur le ton de la plaisanterie et pourtant il ne pouvait pas avoir plus vrai.

Sa question la percuta de plein fouet, ajoutant à sa culpabilité. Toutes ces années à faire la conne, à sortir, à faire des conneries, l’alcool, la drogue et les coucheries. Elle savait que tout cela aurait des conséquences, mais elle ne pensait pas si tôt, pas sous la forme d’une grossesse à son âge, dans sa situation. Abattu, elle garda le regard rivée sur sa tasse et ne répondit rien. Ses yeux s’emplirent de larmes mais elle se refusait de les laisser couler. Elle se devait d’être forte. Du coin de l’œil, Eléanor vit la réaction de son meilleur ami alors qu’il comprenait que la connerie qu’il venait de sortir était véridique. Que la petite brune était vraiment enceinte. Alors qu’un mot sorti de la bouche du polonais, l’espagnole ferma les yeux. Elle ne pouvait comprendre mais se doutait bien de ce que cela pouvait dire. Elle releva alors la tête vers lui, la dernière personne sur qui elle pouvait compter désormais en se disant que c’était trop lui demander. Ses yeux tout tristes et brillants de larmes se plantèrent dans son regard et elle eut un sourire tout aussi triste à sa réflexion. C’était bien ça, trouver quelque chose à dire. Comme il lui avait fallu chercher quelque chose à penser lorsqu’elle avait vu le test de grossesse positif.

Alors que Szymon se réveillait et prenait la tasse des mains de la petite brune, Eléanor se laissa faire, de même lorsqu’il l’attira vers elle pour la prendre dans ses bras. Mais c’en était trop et elle éclata en sanglots au petit surnom qu’elle aimait tant s’entendre appeler. Bordel, qu’est-ce qu’elle ferait sans son polonais. Attendant que la crise se calme, elle essuya les larmes sur son visage avec la manche de son gilet et répondit.

_ J’en ai aucune idée Szy… J’suis totalement perdu. J’sais pas quoi faire. j’sais pas ce que je dois faire.

Enfouissant un peu plus son visage contre Szymon, la petite brune sentait qu’elle se calmait, son ami l’apaisait et elle ne l’en remercierait jamais assez pour cela. Puis elle se redressa et lui fit face, les joues toujours baignés de larmes.

_ J’sais que je n’ai pas l’âge et encore moins la situation pour élever un enfant, mais… mais je ne veux pas avorter. Je ne veux pas non plus le faire adopter… Je le veux rien que pour moi.

Mettant les mains sur son ventre, elle sentit déjà cette petite vie à l’intérieur d’elle.

_ Je crois que c’est lui qui pourra me sauver.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Dim 15 Fév - 0:48





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
J'étais du genre à savoir trouver quoi dire dans n'importe quel moment. Le peu d'ami que j'avais eu dans ma vie, je les avais tous aidé d'une manière ou d'une autre. Un coup de fil à trois heures du matin, je répondais. Un besoin urgent d'aller à la patinoire, j'accompagnais. Un débarquement dans mon appart à minuit et demi, j'ouvrais la porte. Mais un "Szy, je suis enceinte, j'sais pas quoi faire, s'il te plaît aide-moi", on ne m'y avait pas encore préparé. Jamais. JAMAIS. Du coup, je n'avais rien d'autre à faire que de prendre ma meilleure amie dans les bras. Ça, par contre, je savais faire. Je me disais que les étreintes, c'est ce qu'il y avait de mieux. Rien que quand on était gamins, on en demandait tout le temps. Au moindre petit bobo, on demandait les bras de sa maman, c'était automatique. Mais en vieillissant, les gens n'osaient plus en demander, des câlins. Parce que les gens sont pudiques, trouve ça déplacé, tout ça. Mais ne serait-ce pas génial, de pouvoir enlacer n'importe qui quand on a l'impression qu'ils en ont besoin ? On serait tellement plus heureux. Je l'ai sentie se secouer contre moi, et j'ai su qu'elle pleurait. Alors j'ai glissé ma main dans ses cheveux et ai embrassé le sommet de son crâne. Elle ne répondait pas, mais ça ne faisait rien, elle pleurait. Je l'ai laissé tremper mon sweat de ses larmes, sans rien dire, sans rien faire d'autre que de jouer avec quelques-unes de ses mèches noires et emmêlées. Elle a essuyé ses joues et ses pommettes du revers de la manche, et elle a parlé. Perdue ? Tu m'étonnes qu'elle soit perdue. Je crois qu'on serait tous perdus dans une situation pareille. C'était dégueulasse. Pourquoi est-ce que les merdes arrivaient-elles toujours aux gens qui ne les méritaient pas ? Pourquoi n'y avait-il que les gros connards qui finissaient leur vie avec plein de thune, une femme, quatre enfants, dix-sept petits enfants, une Mercedes et une maison de vacances en Italie ? Elle s'est blottie encore un peu plus contre moi et je n'ai pas bougé. Le truc, c'était moi aussi, j'étais perdu, dans toute cette histoire. Et puis, je savais d'expérience que laisser parler les gens, les laisser déballer tous leurs problèmes, tout ce qu'ils avaient sur lequel. Se faire couper, cela n'avait rien d'agréable. Alors que de pouvoir tout balancer d'un coup, ça faisait du bien, donnait l'impression d'être écouté. Et puis, c'était comme quand on enlevait un pansement. Fallait y aller d'un coup, souffrir une bonne fois pour toute et en finir le plus vite possible. Et puis elle a reculé, sans que mes bras ne la laissent partir pour autant. Non non, elle restait là. Je lui ai souri alors que l'on se faisait face de nouveau. J'ai essuyé sa joue droite avec un de mes pouces alors qu'elle me confiait qu'ellee n'avait pas l'intention de laisser le petit bout de vie qui grandissait déjà sous sa peau. Même si je ne souhaitais à personne d'être mère à vingt ans après une simple aventure, donner la vie, en mon sens, devait être la plus merveilleuse qui soit. Et l'idée de bientôt voir Eléanor avec un petit être dans les bras, étrangement, me ravissait. « Disons que t'auras plus le temps de faire... Enfin, de faire ce que tu fais d'habitude si tu dois t'en occuper. » J'ai élargi mon sourire. Oui, décidément, cette image me plaisait assez. Même si elle était dans la merde. « Mais tu feras ça très bien. Et tu seras pas toute seule, te le sais, hein ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Lun 16 Fév - 19:10





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

Totalement perdue, elle était la petite brune. Heureusement qu’elle avait un point de repère sur lequel elle savait pouvoir compter qu’elle que soit la situation, qu’elle que soit l’heure ou le moment. Szymon. Son meilleur ami. Elle pouvait venir à n’importe quelle heure de la nuit, sa porte était toujours ouverte, ses bras aussi, réconfortant et confortable en plus de ça. Non vraiment, Szymon c’était le meilleur ami que l’on puisse rêver d’avoir et la demoiselle était plus qu’heureuse de l’avoir dans sa vie. Aujourd’hui, elle ne l’imaginait même pas sans lui, se voyant déjà à plus de 70 ans en train de s’envoyer des shoots de vodka et en apprenant à leurs petits enfants à boire comme des hommes.

Elle était bien là, Eléanor, dans les bras de son meilleur ami, même si elle était en pleurs, ça elle ne pouvait pas le contrôler. Depuis quelques heures, elle ne contrôlait plus rien à sa vie. Alors qu’avant elle cherchait cela dans la drogue et l’alcool, aujourd’hui cela lui faisait peur. Terriblement peur. Et puis elle s’en voulait, trempant le sweat de son ami, sans pouvoir faire taire ses sanglots, elle se releva tout de même pour lui faire face, faire face à ses responsabilités. Au fond on pouvait dire qu’elle l’avait bien cherché. A coucher à droite et à gauche, toujours soule ou défoncé par la drogue, elle n’avait jamais fait attention la petite brune, pensant qu’avec elle se serait différent, qu’une chose comme ça ne pourrait jamais lui arriver. Et voilà qu’elle se prenait une grosse claque dans la figure. L’on pouvait aussi se demander comment elle n’avait jamais attrapé de MST. La chance, probablement. Aujourd’hui tout serait différent. Désormais elle y réfléchirait à deux fois avant de coucher avec un garçon, si elle arrivait quelqu’un qui veuille bien d’elle.

Eleanor ne s’était pas encore rendu compte à quel point cette grossesse allait bouleverser sa vie. Elle ne serait plus jamais toute seule et ne pourrait plus jamais être égoïste comme elle avait pu l’être. Mais cela n’était peut-être pas plus mal. Si cet enfant lui faisait prendre conscience de ce qu’étais la vrai vie, de travailler, de vivre pour quelqu’un. Face à son meilleur ami, qui la tenait toujours dans ses bras, réfléchissant à ce qu’il disait. Oui l’espagnole n’aurait plus le temps de se prendre des cuites tous les soirs, de se droguer, de coucher avec tout le monde et même de fumer, première chose qu’elle avait arrêté en apprenant sa grossesse. Elle allait changer Eléanor, pour cet enfant qui grandissait en elle, elle deviendrait quelqu’un de bien. Répondant à son sourire par la même chose, la petite brune répondit :

_ Oui j’sais… Mais c’est pas grave hein ?

Elle cherchait des questions que son ami n’avait pas forcément. Il n’avait probablement jamais connu cela Szymon, il n’avait pas d’enfant.

_ En venant, j’ai déjà jeté mon paquet de clope. Je crois que c’est mauvais pour les enfants.

En entendant les mots franchirent la barrière des lèvres de Szymon, les larmes remontèrent aux yeux d’Eléanor. Elle avait tellement de chance d’avoir un ami comme lui. Se jetant dans ses bras, elle déposa un baiser sur sa joue par la même occasion.

_ Merci Szy… J’sais pas c‘que j’ferais sans toi. Tu sais que j’t’aime, de tout mon cœur.

Pourtant elle ne pouvait pas lui en demander autant, il faudrait qu’elle aille trouver le père de son enfant et qu’elle lui annonce, afin de savoir au moins si elle allait devoir l’assumer seule ou s’il l’aiderait. Même si la brune se doutait que la première situation était la plus probable.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Mar 17 Fév - 11:34





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
J'ai secoué la tête à sa question. Non, ce n'était pas grave, en effet. Eléanor n'avait pas ce qu'on pouvait qualifier d vie saine. Moi, j'avais une vie saine. Des légumes, peu d'alcool, un petit jogging de temps en temps, un travail, une petite sœur que je devais nourrir simplement parce qu'elle avait fait sa tête de mule en se ramenant dans ce pays avec moi... Mais ma meilleure amie, elle, ça n'allait pas. Il m'était déjà arrivé de l'appeler un matin pour savoir si elle était toujours en vie. Elle m'avait fait flipper plus d'une fois, cette gamine. Mais bon, elle était toujours là. Et malgré tout, la petite chose qui grandissait sous sa peau allait très certainement, et fort heureusement, la rendre plus raisonnable. Elle m'a ensuite affirmé qu'elle avait jeté son paquet de cigarette sur le chemin, mais la remarque qu'elle a faite après cela m'a fait rire. « Tu crois ? Moi je crois que la Terre est ronde. Mais faudra que je vérifie. »

J'ai fini par lui dire ce qu'elle avait besoin d'entendre. Elle ne serait pas seule. Je savais que c'était ce qu'elle pensait. Pourquoi aurait-elle quitté ses parents si elle n'envisageait pas qu'ils puissent l'aider, malgré le fait qu'ils lui en voulaient plus ou moins. J'en voudrais moi-même à ma fille si elle m'annonçait qu'elle était enceinte alors qu'elle n'avait que vingt ans. Mais ça resterait ma fille, et il ne me semblait pas normal de pouvoir la laisser tomber dans une telle situation. Je ne connaissais pas parfaitement les parents de l'espagnole, mais je savais qu'après avoir encaissé, ils l'auraient supportée, aidée, conseillée, et tout ça. Alors pourquoi était-elle persuadée du contraire ? Je ne voulais qu'elle y croie. Je voulais qu'elle comprenne que jamais personne n'est tout seul. Et alors qu'elle se blottissait de nouveau contre moi, j'ai senti ses lèvres sur ma joue, et j'ai posé les miennes sur la siennes en retour. « Je t'aime aussi. » Et c'était vrai. Jamais je n'aurais cru pouvoir être aussi proche de quelqu'un que je l'étais d'Ismaëlle. J'avais toujours eu peur de reproduire la relation privilégiée que l'on avait, sans réellement savoir pourquoi. Peut-être parce que je ne voulais pas finir dans la même situation. Que je ne voulais pas tomber amoureux. Mais maintenant qu'on y était, j'étais certain de ne pas pouvoir tomber amoureux d'Eléanor. Non pas parce qu'elle n'était pas adorable, mais parce que c'était Eléanor. Une petite sœur, encore une ? Peut-être. « Bon, on va faire ton lit, tu viens ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Mar 17 Fév - 22:37





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

Jamais elle ne l’aurait avouée, elle n’était pas comme ça la petite espagnole, elle préférait se débrouiller toute seule plutôt que de demander de l’aide, elle avait toujours su qui sa fierté la perdrait un jour, et ce jour était arrivée. Sous l’angoisse de la nouvelle de sa grossesse Eleanor avait tout de suite su qu’elle ne pourrait pas rester chez ses parents, pas avec leurs putains de tradition et meurs conneries du genre pas de sexe avant le mariage. Alors pour éviter l’humiliation et les cris et les pleins, surtout de sa mère, elle avait fait son sac avant de quitter la maison sans un regard en arrière. La petite brune savait que ces parents comprendraient très vite la raison de son départ et ils seraient bien heureux de ne pas l’avoir fait eux même. Du moins c’est ce qu’elle pensait, c’est ce qu’elle connaissait d’eux. Peut-être qu’elle se tromper et que le lendemain elle aurait un coup de téléphone de sa mère pour la rassurer et la supplie de revenir à la maison, mais ma brune en doutait.

Heureusement qu’Eléanor avait Szymon, heureusement qu’elle pouvait compter sur son meilleur, sinon elle aurait très mal finit. Cela faisait des années qu’elle se pourrissait la vie toute seule, à coup de shoot de vodka, de cigarettes qui lui cramaient les poumons, sans parler des joints et autre cachets qu’elle avait avaler juste pour voir qu’elle effet ça pouvait faire. Combien de fois c’était-elle réveille dans un lit inconnu sans même se souvenir comment elle y était arrivée. Cela était devenu le quotidien de l’Espagnole depuis qu’elle avait quitté le lycée et aujourd’hui elle en payait les conséquences.  Sans que la demoiselle ne le sache, cet enfant qui venait de prendre vie au sein de ses entrailles allait lui sauver la vie.

Et d’ailleurs elle allait tout faire pour lui sauver la vie à lui aussi, ayant déjà commencé en jetant son paquet de cigarettes alors qu’elle n’avait qu’une seule envie : le fumer en entier. Mais il lui avait semblé entendre un jour, quelque part que cela était nuisible pour les enfants. Cela fit d’ailleurs rire son ami, car la brune n’était sûr de rien. Elle n’y connaissait strictement rien en bébé, étant la dernière de la famille, Eleanor n’avait pas eu de petit frère ou sœur à s’occuper et ceux qui étaient plus grand qu’elle n’avaient pas encore fondé de famille. Une petite moue sur le visage elle répondit.

_  Ne te moque pas de moi, j’y connais rien avec les enfants. Y’a pas de bébés autour de moi, j’sais même pas à quoi ça ensemble.

Bien sûr elle exagérait, elle avait déjà vu des bébés, au moins à la télévision, mais s’en occuper c’était totalement autre chose et ça aussi elle n’y connaissait absolument rien. En entendant les mots réconfortant de son meilleur ami, Eleanor  se jeta au cou de Szymon et l’embrassa sur la joue, lui disant à quel point elle pouvait l’aimer. Les larmes remontèrent alors qu’il lui disait la même chose en déposant un baiser sur sa joue. Quel chance elle avait de l’avoir dans sa vie, Eléa n’en revenait toujours pas. Elle se détacha lentement de lui et réussit à lui faire un petit sourire. Son lit ? Il n’allait quand même pas lui céder son lit et dormir sur le canapé ?

_ D’jà que j’m’incruste chez toi en pleine nuit, j’vais pas en plus te piquer ton lit. Le canapé sera très bien.

Elle lui fit un sourire mais elle connaissait trop bien son meilleur ami pour se douter qu’il ne la laisserait pas faire.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Jeu 19 Fév - 23:14





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
« Ben t'es pas sortie de l'auberge alors ! » Genre, elle ne savait pas à quoi ça ressemblait. Ce n'était pas comme si cette ville était pleine de couples de jeunes parents heureux, qui vous foutaient encore plus la rage d'être tout seul, sans personne, livrée à vous tout seul. Oui oui, tout ça. C'est ça la solitude. Ça vous fait radoter. Mais bordel, j'avais raison. Elle n'était pas sortie de l'auberge. J'avais évidemment dit ça sur le ton de la plaisanterie, mais je me rendais compte, un peu plus chaque minute, de l'ampleur du merdier dans lequel elle se retrouvait. J'avais, très sincèrement, beaucoup de peine. Même si je me doutais qu'une fois après avoir donné la vie, être malheureux était compliqué... Elle risquait d'en baver beaucoup. Ça n'allait pas être facile. Et, alors que je réfléchissais à ça, je me suis retrouvé à doucement frotter son dos, comme pour la rassurer. Je suis là. On sera là, peu importe qui. C'était vrai. Qui que "on" soit, il était hors de question que je la laisse toute seule là-dedans.

Elle avait les yeux trempés, les joues trempées, même la manche de son gilet l'était. Mais elle était toujours jolie et souriante et adorable. Je me suis demandé où est-ce que j'avais des mouchoirs, quand je me suis rappelé que je ne pleurais jamais et que je n'étais jamais malade. Et Kasia non plus. J'irais en acheter demain. Je lui ai rendu son sourire miniature, mais il s'est vite transformé en sourire narquois. J'ai haussé les sourcils, l'ai regardé, ai secoué doucement la tête. « Toi, sur le canapé ? Hm, tu vas te tourner, tomber, te blesser, crier, pleurer, me réveiller, et va falloir que je t'emmènes à l'hôpital. Et ça, c'est mort. La flemme. » Elle a ouvert la bouche pour répondre, mais je l'en ai empêché. J'ai lâché un nouveau juron en polonais avant de me lever. J'ai passé un bras sous ses genoux, un autre sous son dos, et je l'ai trimballé à travers la pièce jusque devant l'armoire de ma chambre. Je l'ai posée, faisant bien attention à ce qu'elle ait atterrisse sur ses deux pieds, et j'ai ouvert l'armoire, lui montrant le coin dans lequel était rangé les draps. « Choisis. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Mar 24 Fév - 13:12





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

La petite brune se mit à rire à travers ses larmes à la réplique de son meilleur ami. Il n’y avait pas de meilleure expression pour exprimer la situation.  Szymon avait toujours les mots qu’il fallait pour lui tirer un sourire même dans les pires moments et on peut dire qu’elle en avait vécu la demoiselle. Mais aujourd’hui était l’aube d’une nouvelle vie. Avec cet enfant grandissant dans son ventre, elle avait une nouvelle chance de tout recommencer et surtout de ne pas merder, même si pour le moment elle ne savait absolument rien. Ni sur comment elle allait s’en sortir, ni sur le fait de s’occuper d’un enfant. Mais elle avait confiance, même sans ses parents, même sans sa famille elle s’en sortirait, il le faudrait bien, pour ce petit bout à l’intérieur d’elle même.

Déjà qu’elle s’incruster dans son appartement, Eléanor ne voulait pas non plus piquer le lit de Szymon, mais on ne discute pas avec le polonais, elle l’avait bien compris depuis le temps, même si elle essayait toujours. C’est qu’elle était entêté l’espagnole et la plupart du temps lorsqu’elle voulait quelque chose, elle ne le lâchait pas. Enfin ça dépendait aussi avec qui elle faisait ça. Autant dire qu’à la maison c’était souvent folklorique lorsque les cinq espagnols se réunissaient. La petite brune écarta cette pensée, cela ne serait plus pour elle tout ça désormais. Plus jamais elle ne pourrait vivre ces moments de bonheur en famille, pas dans son état.

Alors qu’elle allait répliquer, Szymon l’en empêcha avant de dire quelque chose qu’elle ne put comprendre mais se doutait bien de la signification. Il faudrait un jour qu’elle apprenne un peu la langue natale de son meilleur ami. Eléa lâcha un hoquet de surprise en le sentant l’attraper pour la soulever du canapé pour la mené jusqu’à sa chambre.

_  Szymon t’es fous ! Tu va te faire mal. J’suis sûr que j’ai déjà pris du poids en plus…  

Dans quelques mois il ne pourrait plus faire cela, la demoiselle aurait pris tellement de poids qu’elle ressemblerait à une baleine et autant dire qu’elle n’avait pas envie d’en arriver là. Retombant sur la terre ferme sans se faire mal, elle se tourna vers les draps que son meilleur ami lui demandait de choisir. Lui jetant un petit coup d’œil elle demanda avec malice.

_  J’suppose que t’en as pas des roses avec des fleurs ?  

Elle l’embêtait son polonais, quoi qu’elle aurait bien rit s’il lui avait dit que oui. Elle se doutait bien que sa petite sœur pouvait en avoir mais lui… Enfin bref, elle finit par en attraper un au pif et se retourna pour sourire à Szymon. Ses yeux n’avaient presque plus aucune trace de ces larmes et elle avait retrouvé le sourire, ce qui était une bonne chose.

_  Tu veux pas au moins dormir avec moi ? Ça m’embête que tu dormes sur le canapé à cause de moi.  
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Ven 13 Mar - 21:09





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
J'ai vivement secoué la tête en riant doucement à sa remarque. Elle, lourde ? Disons qu'au bout de quelques pas, on s'y faisait. « Tu sais, par rapport à ma grosse vache de soeur, tu pèses que dalle. » Ce qui était faux. Ma soeur était une crevette. Genre, littéralement. Mais je me disais que traiter ma soeur de vache et de suggérer, par la même occasion, qu'Eléanor n'en était pas une, de vache, était ce que je pouvais faire de mieux. Mon objectif, à cet instant précis, c'était de faire en sorte que le sourire qu'elle avait dessiné sur ses lèvres un peu plus tôt ne parte pas trop vite.

Je l'ai posé par terre une fois devant l'armoire, et elle s'est tournée vers les draps que je lui ai demandé d'en choisir. J'ai ri quand elle m'a demandé si j'en avais avec des fleurs, roses, et j'ai repensé à ceux que moi et ma soeur mettions dans son lit, quand on le faisait tous les deux. Il y avait des petites filles blondes qui faisaient la ronde, aussi, si mes souvenirs étaient bons. « Non, ça, j'en ai pas. Mais j'dois avoir des soucoupes spatiales ou des étoiles filantes, quelque part. » Non, j'en avais pas non plus. Mais encore une fois, la faire sourire un maximum était ce pourquoi j'étais là. Elle a finalement attrapé un drap à rayures, et j'ai cherché quelques instants le drap house, la housse de couette et les taies d'oreillers qui allaient avec. On a commencé par mettre le drap housse et, alors que le deuxième coin dont je devais me charger persistait à ne pas rester en place, elle me demanda si je pouvais rester avec elle. Dormir avec elle, j'entends. Parce qu'elle ne voulait pas que je dorme sur le canapé. C'était ça, les gens aimables qui prenait soin l'un de l'autre. Y en a jamais un qu'est d'accord pour laisser l'autre dans une situation moins cool que la sienne. J'ai soupiré, ai relevé les yeux, ai hoché les épaules, sans pour autant pouvoir réprimer un sourire. « Bon, si t'insiste... OH MAIS JE SAIS ! » Je m'exclamais, faussement surpris, levant un doigt au ciel. « T'as peur du noir, en fait. Et t'as oublié ta peluche chez toi. » J'ai pris le drap que j'avais posé sur la table de nuit, à côté de moi, et je l'ai lancé par-dessus le lit pour le défroisser. Mon premier essai ayant été vain, j'ai répété mon geste. Mais cette fois, en prenant bien garde à le secouer assez fort pour qu'il retombe sur la tête de l'espagnole. « Oups, désolé. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Dim 22 Mar - 17:14





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

Eléanor se mit à sourire timidement. Sa sœur elle la connaissait assez bien pour savoir que ce n’était pas une grosse vache, bien au contraire, mais le fait qu’il veuille la réconforter la fait sourire et lui fait énormément de bien. Qu’est-ce qu’elle ferait l’espagnole sans son meilleur ami, comment elle pourrait réussir à surmonter tout cela sans lui ? Il n’y avait que lui pour lui tirer un sourire alors que la situation était plus que dramatique pour la petite brune.

_  Tss c’est pas gentil pour Kas’ ça. Et puis j’crois que dans quelques mois tu s’ras plus capable de le faire à cause de mon gros bidou.

Rien que d’y penser, cela lui faisait bizarre, à la brunette, de se dire que désormais sa vie ne serait plus jamais la même. Tout d’abord à cause de la grossesse qui allait commencer à déformer son corps, puis par la naissance d’un petit bébé. Une fois dans la chambre, le polonais déposa la jeune femme à terre, devant une immense armoire contenant du linge de maison. En plaisantant, et alors qu’elle devait choisir ce qu’elle voulait pour le lit de Szymon qu’elle allait accaparer au moins pour ce soir, la demoiselle demanda un truc bien girly qu’elle savait que son meilleur ami n’aurait pas.

_ Hum pourquoi pas, ça devrait aussi le faire.

Lui adressant un clin d’œil, la brune retrouvait peu à peu le moral et avait depuis longtemps séché ses larmes. Finalement Eléanor attrapa le premier qui venait et le tira à elle avant de faire un petit sourire à son meilleur ami. Puis elle le suivit jusqu’au lit pour l’aider à le faire. Comme une enfant qui ne veut pas dormir toute seule, qui ne veut pas dormir sans son doudou, mais aussi parce qu’elle s’en veut un peu de squatter le lit de son meilleur ami alors que lui doit dormir sur le canapé.

_  C’est tout à fait ça Szy…

Il y avait aussi une part de vérité là dedans. Eléanor était de ces filles qui avaient une peluche, depuis toute petite et avec laquelle il lui arrivait encore de dormir. Et puis elle avait surtout besoin de ne pas se sentir seule, au moins ce soir, où tout son monde venait de s’écrouler, sans qu’elle ne puisse rien faire pour l’empêcher. Les bras le long du corps, Eléanor regarda Szymon lançait le drap une première fois, puis une seconde fois pour qu’il atterrisse au dessus de sa tête. Un petit rire sortit de la bouche de la brunette, un rire d’enfant. Car c’est ce qu’elle était encore, une enfant. Se retournant, l’espagnole se laissa tomber sur le lit, les mains sur son ventre, toujours caché par le drap.

_  Szymon… T’crois que j’vais m’en sortir ?
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Mer 15 Avr - 22:09





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
J'essayais tant bien que mal d'imaginer la jeune espagnole qui se tenais à côté de moi avec un ventre rebondi, arrondi par la vie qui poussait sous sa peau. Mais ça n'allait pas. Ça n'allait pas à son corps si jeune, à son visage de poupée. Ça ne lui allait pas à elle, qui n'avait strictement rien demandé, qui pensait juste que le seul moyen de s'amuser, ici, c'était de se laisser porter. Porter par les autres, par elle-même. Etre plus fidèle au mot vouloir que devoir. Bien que ce ne soit pas un comportement pour lequel je prêcherais, je refusais tout bonnement que qui que ce soit doive en payer le prix. Et bien que donner la vie soit une des meilleures choses qu'il soit pour ce monde si triste, ce n'était pas ce que je souhaitais à une fille de vingt ans, sans emploi, sans toit, qui ne pouvait compter sur rien d'autre que sur la bonté de ses amis. Je me suis demandé combien de porte elle avait frappé de son petit poing avant qu'il ne frappe sur la mienne. A moins qu'elle soit venue me voir en premier. Ce qui, je devais le reconnaître, ne serait pas sans me flatter.

Elle finit par attraper des draps simples, rayés, et je me suis affairé à chercher le reste de la parure. On s'est affairés à faire son lit, avant qu'elle ne me demande si je voulais y dormir, moi aussi. Plaisantant légèrement, suggérant qu'elle aie peur du noir, elle a confirmé mon faux instinct. Je savais bien qu'elle n'avait pas peur du noir. Qu'elle voulait juste que je sois là, près d'elle, dans un moment où on pouvait facilement croire qu'on était seul. C'était aussi dans des moments pareil qu'on reconnaissait ses vrais amis, que l'on découvrait ceux qui, depuis le début, ne racontait que du charabia en promettant des choses comme "Je serais toujours là pour toi." et tout le tintouin. Je voulais qu'elle sache que mes paroles, je ne les avait pas jetées comme ça. Que moi, en tous cas, je serais là.  Alors j'ai hoché la tête, lui souriant timidement. Je lui balance le drap sur la tête alors que je le secouais pour le déplier, et je ris alors qu'elle fait de même. Je la vois se laisser tomber sur le matelas, le drap toujours sur elle, m'enlevant les coins que je tenais des mains. Je me penche, essaie de la faire rouler pour la retirer de sous le drap, et je la regarde alors qu'elle me demande si elle va s'en sortir. Si je crois qu'elle va s'en sortir. J'en sais rien, moi, de si elle va s'en sortir. En admettant qu'elle accepte la situation, qu'elle arrive à tout gérer pendant un temps, tout peu changer de perspective d'un moment à l'autre. Elle peut changer d'avis, se persuader qu'elle n'y arrivera pas, se décourager très, très vite. « On s'en fout, de ce que je crois. Si toi, tu penses que tu y arrivera, alors oui, tu t'en sortiras. Et on t'aidera, hein. Je te le redis histoire que ça rentre bien dans ta petite tête. » Elle a peur, la petite Eléanor, et elle a raison. Mais si elle ne perd pas pieds, si personne ne la laisse tomber, alors tout ira bien. Je lui souris, lui ébouriffe les cheveux, taquin, et on finit de faire son lit, bien proprement, en silence. Même si je pouvais presque entendre son cerveau tourner, tourner, tourner. « T'as pris un pyjama ou tu veux que je te prête un truc ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Ven 17 Avr - 21:08





Szymon & Eléanor
Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage

Il la faisait rire le polonais, et il était bien l’un de seuls qui arrivait à lui remonter le moral, même dans les pires situations. Et on peut dire qu’il y en a eu des situations. Des lendemains de soirées ou la demoiselle se réveillait dans des lits inconnus sans aucuns souvenirs de la veille. Elle avait toujours pu se pointer chez Szymon, avec le petit déjeuner bien sûr, quelque soit l’heure. Eléa ressortait toujours de son appartement avec le sourire. Ce soir elle y était entrée sans même se douter qu’elle ne le quitterait pas de sitôt. Devant l’armoire, la brune n’avait pas mis longtemps pour choisir, prenant le prenait drap qui se trouvait à portée, elle se rendit au lit alors que le polonais aller chercher le reste de la parure.

Il revint quelques secondes après, et ils se mirent chacun d’un côté du lit pour le faire. Le jeune homme déplia le drap et le lança une première fois en l’air. Puis une deuxième où il atterri sur la tête de la brune. Elle se met alors à rire, ce ne sont que des jeux d’enfants, mais au fond c’est encore ce qu’elle est. Une enfant. Mais aussi une future maman… Pourquoi la vie était-elle si compliquée ? L’espagnole se laisse alors tomber sur le matelas et place ces mains sur son ventre. Et dire qu’il y a un petit être dedans… Elle se demande comment il peut être. Et surtout si elle peut s’en sortir toute seule, aussi jeune. Elle pose d’ailleurs la question à son meilleur ami.

Eléa se met à rire alors que le polonais se met à la faire rouler pour la faire sortir de là. Elle plisse les yeux avant de le regarder, un sourire aux lèvres. Ce qu’elle pense elle ? S’il savait tout ce qui lui passe par la tête en ce moment, toutes les questions qu’elle se pose… Ils seront là pour elle. Mais c’est qui Ils ? Elle sait qu’il sera lui, il lui a déjà promis et elle le croit, du plus profond d’elle-même.

_ Pour l’instant y’a trop de choses dans ma p’tite tête.

Elle se relève alors et ils terminent de faire le lit ensemble, un lit où elle à déjà envie de s’enfouir. Et si c’était la solution ? Se cacher sous les couettes et rester là… Pour l’éternité. Avec son meilleur ami. C’est un bon programme ça. Eléanor regarde Szymon en réfléchissant, elle ne sait même plus ce qu’elle à mit dans son sac, beaucoup de choses, mais un pyjama ? Peut-être.

_ Ouais, j’dois avoir un truc qui me servira de pyj’. A moins que t’en ai un avec Dora l’exploratrice à me prêter ? Mais si tu le porte déjà, j’veux pas te le piquer hein.

Attrapant son sac, elle farfouille dedans pour en sortir un pyjama. Faut croire que parmi la confusion de la situation elle y a quand même pensé. Elle s’enferme alors dans la salle de bain pour le passer, en profitant pour se passer de l’eau sur le visage. Face au miroir, elle s’observe pendant quelques secondes. Elle peut y arriver Eléanor, si elle le veut vraiment, c’est possible. Elle est forte, elle est vaillante. Mais l’est-elle assez pour un enfant ? Sortant enfin de la salle de bain, l’espagnole se rend au salon ou se trouve Szymon.

_ On s’matte un film ou tu veux aller te coucher ?  
 
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    Ven 17 Avr - 22:51





Eléanor & Szymon
friendship is all about caring and being there
C'était des moments comme ça qu'il fallait, dans la vie. Des moments où le seul problème que t'avais, c'était "comment sortir ma meilleure amie de sous ce drap dans lequel je l'ai volontairement momifiée." Juste ça. Des moment où rien d'autre n'importait, des moments où tu ne pensais pas à toutes les merdes qui t'attendraient le lendemain matin. Et j'espérais que Eléanor avait cette impression aussi. Trop de choses dans sa petite tête, qu'elle m'avait dit, et je comprenais parfaitement pourquoi. Je ne pouvais imaginer le nombre de pensées qui devaient se bousculer dans sa tête, se heurter, même. Elle n'était pas dans la plus simple des situations. Carrément pas, même. Peut-être même l'une des plus compliquées dans lesquelles quelqu'un pouvait se retrouver. Mais comme je ne manquais pas de lui répéter, on serait là. Son frère, ses amis, moi. Je savais que ses parents ne seraient très certainement pas favorables à l'idée que leur fille devienne mère à vingt ans, mais j'espérais de tout mon coeur que son aîné serait plus compréhensible. Et que le père assumerait ses responsabilités. Parce qu'il n'y a rien de plus horrible que ça. On termine de faire ce foutu lit et, après ma question, elle me confirme qu'elle a pris un pyjama en le cherchant de son sac. « J'avais très certainement Transformers ou Indiana Jone. P'tète même Harry Potter. Mais si t'aimes que Dora... »

Elle s'isole dans la salle de bains, et je soupire, soudainement sous l'impression que j'étais dans la même merde qu'elle. Alors que non. Moi, ça allait. J'allais bien. Très bien. Mais j'avais peur pour elle. Ça la briserait très probablement, la pauvre petite poupée. Je troque rapidement mon jean et mon polo contre un jogging et un vieux T-shirt, étend mon linge sur un des chaises du salon, l'accès à la salle de bain était momentanément impossible, et je finis par refaire le canapé, remettre les coussins en place. L'espagnole finit par sortir de la pièce, démaquillée, en pyjama, les cheveux brossées. Là, on dirait vraiment une enfant. J'hausse les épaules à sa question, avant de désigner la télé du bras, derrière moi. « J'ai l'intégral de Buffy contre les Vampires, si tu veux. J'ai fini la saison deux hier. Tu veux qu'on commence la trois ? » Elle était d'accord, la demoiselle, alors on s'est installés comme des pachas devant Buffy, assis côtes à côtes sur le canapé, sous une couverture polaire bleu marine, tasse de chocolat chaud à la main. Parfait, quoi. Et on s'est endormis là, sans qu'on demande quoique ce soit. Quand je me suis réveillé, le lendemain, la lumière du jour filtrait à peine à travers les rideaux de toile, le manteau de ma soeur était accroché au porte-manteau, et la tête d'Eléanor était posée sur mon épaule.

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage # Szymon & Eléanor [ FLASHBACK: il y a quelques semaines...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» melody ∞ Un vrai ami est la personne qui voit la tristesse dans tes yeux lorsque les autres croient au sourire sur ton visage.
» Michel Martelly n'est rien qu'un autre agent au service des usurpateurs.
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Fabien Rinato
» Euphrasie ► ferme les yeux... les plus beaux rêves sont en toi. [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives rp-