AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 élorah ☯ c'était du temps où...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: élorah ☯ c'était du temps où...   Jeu 19 Mar - 20:39

Élorah Ambre Beaumont

nous sommes libres parce que nous sommes des singularités nées au hasard de l'histoire et du désir.



DATE, LIEU DE NAISSANCE: je suis née un onze septembre dans la ville de Montpellier en France. ◊ ÂGE: j'ai vingt-trois ans. ◊ NATIONALITÉ: j'ai la double nationalité, je suis anglaise et française. ◊ ORIGINES: je suis d'origine française, j'ai décidé de partir en Angleterre sur un coup de tête. ◊ EMPLOI: je suis conteuse, dans des festivals, dans des écoles, j'ai cependant beaucoup de mal à vivre de mon art donc il m'arrive de faire deux-trois boulots par ci, par là. ◊ SITUATION FINANCIÈRE: je ne coule pas sur l'or, loin de là. ◊ STATUT CIVIL: j'ai très vite appris que l'amour est une source de problème, je suis donc seule, célibataire quoi. ◊ ORIENTATION SEXUELLE: j'aime les hommes. ◊ GROUPE: lemon trees. ◊ CÉLÉBRITÉ: je ressemble à deux gouttes d'eau à Willa Holland. CRÉDITS: inscrire ici


tell me more about you
Je bois du café toute la journée sinon je ne tiens pas. ☆ Tous les matins, je vais courir, je trouve ça important de prendre soin de son corps. ☆ J'ai vécu à Montpellier, en France jusqu'à mes 18 ans, j'ai gardé mon accent français bien que je sois arrivée à Winston Oaks Hills depuis 5 ans. ☆ J'ai fait du théâtre pendant six ans. ☆ J'adore les sensations fortes. ☆ J'ai toujours mon casque sur les oreilles même si la plupart du temps je n'écoute pas de musique, ça me permet simplement d'être dans ma bulle. ☆ Je passe mon temps à rire et dire des conneries. Mais je sais cependant être sérieuse lorsque les personnes que j'aime ont besoin de moi. ☆ Je suis conteuse depuis trois ans, j'aime mon métier et j'ai participé à plusieurs festivals en Europe. ☆ J'aime faire la fête même si je ne tiens pas du tout l'alcool et que je finis toujours par regretter. ☆ Je suis tombée amoureuse une seule fois, d'un homme qui avait dix ans de plus que moi. ☆ Je suis une vraie bordélique. ☆ Je ne peux pas sortir sans mon téléphone portable et mes cigarettes. ☆ Je déteste le chocolat.

welcome to real life
PRENOMS/PSEUDO: c'est un mystère. ◊ AGE: j'ai vingt ans et toutes mes dents.  What a Face  ◊ PAYS: je viens de France. ◊ PRÉSENCE: j'essaierais de passer autant que possible ! ◊  OU AS-TU CONNU UIT: hum, en me baladant sur PRD. ◊ MOT DE LA FIN: ce smiley déchire :   .


Code:
[color=#FF0000]▼[/color] <b>WILLA HOLLAND</b> - <i>élorah a. beaumont</i>


Dernière édition par Elorah A. Beaumont le Sam 21 Mar - 13:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Jeu 19 Mar - 20:39



Cette histoire remonte à bien longtemps. Du temps où les hommes marchaient sur leurs mains et mangeaient avec leurs pieds. Du temps où les racines des arbres poussaient à l'air libre et les branches sous la terre. Du temps où une pomme pouvait donner de sage conseil. Du temps où les poissons vivaient dans l'air et les oiseaux sous terre. Du temps où...

Mince, déformation professionnelle !

Raconter des histoires, je sais plutôt bien le faire, je le fais au quotidien, bien plus qu'un métier c'est une véritable passion. Raconter mon histoire, en revanche, c'est une toute autre paire de manche. Elle ne sera certainement pas si passionnante, ni si divertissante que tous ces contes que je connais, mais prenez place, je vais tout de même tenter de vous la conter.

Méfiez-vous cependant, les histoires d'un conteur ne sont jamais figées dans le marbre comme elles peuvent l'être dans un livre. Au moment où je vous parle, je connais la structure de l'histoire que je m'apprête à vous raconter mais j'ignore encore totalement la manière dont je le ferais. Ce qui est sûr, c'est que j'embellirai par choix certains passages pour vous émouvoir, j'en modifierai d'autres pour vous faire rire et j'irai même jusqu'à en ajouter certains pour vous tenir en haleine.

N'allez pas vous imaginer que cette histoire est fausse, loin de là, je vous raconte mon histoire telle que vous me la demandez. Si quelqu'un d'autre vous la contait, elle serait bien différente, mais tout ceci n'est que vérité, parole de conteur !



Le prince et la mendiante

Avant de vous raconter leur histoire, il faut que je vous présente un peu mes parents, deux personnes venant d'un monde complètement différent.

La famille Beaumont, celle de mon père, est une riche famille ayant investi dans de nombreux vignobles. Le vin de ces derniers est vendu à travers le monde. Mon père, Gabriel, est donc né avec une cuillère en or dans la bouche, dans une famille avec des valeurs très moyenâgeuses et une obsession pour l'image de leur famille.

La famille de ma mère, inutile que je vous donne leur nom, ça ne vous dira rien, est une famille... comment dire... modeste, voir carrément démunie même, mais gardons le mot modeste, ça sonne mieux. Les fins de mois sont difficiles, que dis-je, une fois les factures payées en début de mois, ça commence déjà à être difficile.

Autant dire que mes parents n'étaient vraiment pas destinés à se rencontrer, ni à se côtoyer et encore moins à donner naissance à une fabuleuse, une merveilleuse, que dis-je une... Bon j'exagère peut-être un peu, mais vous avez certainement compris de qui je voulais parler.

Passons donc à l'essentiel, leur rencontre :


Le soleil est haut dans le ciel et il réchauffe les plages de Montpellier. Ambre, une guitare à la main, chante doucement, assise sur le sable chaud. Elle est dans sa bulle et ne remarque pas les personnes autour d'elle qui l'observent. Un jeune homme s'installe à ses côtés et l'écoute un moment en silence. Après quelques chansons, elle remarque enfin la présence de ce bel inconnu, elle l'observe d'un air perplexe. Elle souffle alors d'un ton froid :

❝ T'as besoin de quelque chose ? ❞
❝ Non... Je t'écoutais, tu as vraiment une voix sublime. ❞
❝ Et bien, tu peux aller m'écouter un peu plus loin, t'es pas obligé de t'installer juste à côté de moi. ❞
❝ Je ne savais pas que cette partie de la plage t'appartenait ! ❞
❝ Et moi, je ne pensais pas tomber sur un pot de colle en venant ici. ❞

Ambre se lève doucement, attrape son sac et sa guitare avant de s'éloigner légèrement. Je pense avoir oublié de vous préciser que ma mère est du genre douce, attentionnée, à l'écoute... Enfin, vous avez du vous en rendre compte. Elle s'installe donc à nouveau, reprend sa guitare et se remet à chanter doucement. Sauf que Gabriel, mon père donc, se rapproche à nouveau, bien décidé à emmerder un peu cette jolie demoiselle. Ambre se stoppe alors et lui adresse un regard noir.

❝ Tu comptes me suivre encore longtemps ? ❞
❝ Je profite du spectacle. Mais si tu n'es pas contente, tu peux partir, tu sais. ❞
❝ Je ne savais pas que cette partie de la plage t'appartenait ❞, souffle la jeune femme en reprenant ces propos.
❝ Et bien, à vrai dire, c'est le cas. Tu es sur une plage privée et elle appartient à ma famille. ❞

La jeune femme le regarde surpris et observe autour d'elle, il n'y a pas grand monde mais on ne dirait pas une plage privée. Du moins, de ce qu'elle imagine d'une plage privée parce qu'elle ne vient franchement pas de cet univers. Surprise, elle lui demande :  

❝ Tu te moques de moi ? ❞
❝ Un peu, j'avoue... Mais c'était tentant ❞, répond le jeune homme en souriant très fortement.
❝ T'es vraiment con ! ❞

Cette fois, elle se relève brusquement, passe son sac sur son épaule et commence à ranger sa guitare dans son étui, bien décidée à rentrer chez elle, loin de cet imbécile. Gabriel la retient alors par le bras.

❝ Attends, je peux savoir quel prénom se cache derrière cette merveilleuse voix. ❞
❝ Non, tu ne peux pas. Il ne suffit pas d'avoir une belle gueule pour tout avoir dans la vie. ❞
❝ J'ai pourtant l'habitude d'obtenir ce que je veux... Je peux t'offrir un verre et tu pourrais tenter de me prouver le convaincre. Sauf si tu préfères lâcher l'affaire tout de suite et fuir, je peux comprendre... ❞
❝ Je n'ai pas envie de passer du temps avec toi, je n'ai rien à te prouver. ❞
❝ Je me disais bien que tu semblais être ce genre de filles qui fuient... ❞
❝ Ah ouais ? Et bien prépare toi, parce que tu vas m'en payer des verres ! Je ne fuis pas ! ❞


Et voilà comment mes chers et tendres géniteurs se sont rencontrés avec leurs caractères bien trempés. Évidemment, je vous raconte une histoire donc forcément, ils tombèrent fous amoureux l'un de l'autre, ils vécurent très heureux et eurent beaucoup d'enfants, toussa toussa. Bon, ça n'a pas été aussi simple que cela, vous vous en doutez j'imagine, mais dans l'idée c'est presque ça.



Ils se marièrent et eurent beaucoup un enfant...

L'église se remplit peu à peu, tous les amis d'Ambre et de Gabriel s'installent afin de célébrer leur union. Quatre années se sont écoulées depuis cette première rencontre et les choses ont beaucoup changé. Monsieur et madame Beaumont ne sont franchement pas ravis de cet union, ils voulaient beaucoup plus pour leur fils, une femme de bonne famille, mais ils s'installent malgré tout et accrochent un sourire sur leurs visages.

Gabriel arrive enfin, il salue ses amis et sa famille avant de se diriger vers l'autel où il attend sa futur femme. Elle arrive finalement et remonte l'allée avec son père qui contrairement aux Beaumont est heureux et fier de sa fille, cette dernière est enceinte de huit mois. Elle rejoint enfin son fiancé, il l'embrasse légèrement et lui souffle :

❝ Pas trop stressée ? ❞
❝ Tant que tu ne m'abandonnes pas à l'autel, ça devrait le faire... ❞
❝ Tu me connais bien, je te ferais jamais ça... ❞
❝ Permets-moi d'en douter ! ❞
❝ Ne doute pas... ❞

La cérémonie commence alors... Et évidemment, si je vous raconte le mariage de mes parents ce n'est pas simplement parce qu'il a été du tonnerre. Un invité n'a pas tout interrompu pour s'opposer à leur mariage comme dans les films, non j'ai voulu faire bien plus original !

Alors que mes parents s'apprête à échanger leurs vœux ma mère lance :
❝ Je suis en train de perdre les eaux ! ❞
❝ Tu quoi ? ❞
❝ Le bébé arrive ! ❞

Chamboulement de dernière minute, mes parents quittent prestement l'église direction l'hôpital suivi par la plupart des invités et c'est ainsi que je pointe mon nez, pile poil au bon moment !



Papa, il ne m'aime pas ?

Je vous passe les détails sur le début de mon enfance, plutôt ordinaire. Une famille aimante, une petite fille difficile à canaliser, la joie, le bonheur... Bref, on se croirait presque dans l'un de ces nombreux contes que j'ai l'habitude de raconter. Mais le bonheur n'est que de courte durée à ce que l'on dit.


Maman vient me chercher après l'école comme d'habitude, papa ne vient jamais lui, il est toujours trop occupé par son travail ou par n'importe quoi d'autre. On rentre à pied, du moins, maman est à pied, elle m'a amené ma trottinette, j'essaie de ne pas trop m'éloigner car ça a le don de l'énerver, enfin de l'inquiéter. Je l'attends avant de traverser et elle me demande :

❝ Alors ta journée ma chérie, ça s'est bien passé ? ❞

Je sais très bien que la maitresse lui a parlé de ce qu'il s'est passé aujourd'hui avec un de mes camarades de classe mais je garde un air impassible et je lui réponds simplement.

❝ Ça a été. J'ai eu un vert en calcul mental ! ❞
❝ Elo ! Tu sais que j'ai horreur que tu me dises des mensonges. ❞
❝ Mais c'est la vérité, c'est lui qui a commencé, j'y suis pour rien. C'est toujours sur moi que ça tombe. ❞
❝ On en reparlera ce soir avec papa, mais tu dois te calmer un peu. On commence à en avoir marre que la maîtresse vienne nous voir toutes les semaines. ❞

Je souffle doucement et j’accélère un peu pour rejoindre la maison que j'aperçois un peu plus loin. Je pousse le portail et me précipite à l'intérieur. J'abandonne ma trottinette et j'ouvre la porte en criant.

❝ Papa ! On est rentré ! Faut que je te raconte un truc génial ! ❞

Aucune réponse, maman rentre à son tour à la maison, elle pose ses affaires à l'entrée comme d'habitude.

❝ Elorah, ta trottinette, je ne veux pas qu'elle traîne dans le jardin et n'oublie pas de ranger ton cartable et tes chaussures. ❞
❝ Oui, maman... ❞

Je sors alors de la maison et je range la trottinette dans le garage en trainant des pieds. Je monte ensuite poser mes affaires dans ma chambre et je redescends en vitesse.

❝ Maman, il est où papa ? ❞

Je m'approche d'elle mais elle ne répond pas, elle tient un papier à la main et des larmes coulent doucement de ses yeux.

❝ Maman, pourquoi tu pleures ? ❞
❝ Papa est parti. ❞
❝ Mais il va revenir ? Hein maman, il va revenir ? ❞
❝ Non, il ne va pas revenir... ❞



Jouer la comédie pour s'échapper de la réalité...

En grandissant, je suis devenue beaucoup plus insupportable, difficile à croire que c'était possible et pourtant... J'en voulais terriblement à mon père de nous avoir abandonner ma mère et moi pour une autre femme à qui je faisais vivre l'enfer. En cours, les gens m'insupportaient et je leur faisais bien savoir, les profs... N'en parlons pas. Ma mère... Nos rapports étaient bien compliqués, elle n'arrivait pas à se remettre de la rupture avec mon père et elle m'exaspérait à pleurer tout le temps.


Un soir, je rentre du collège, mon casque sur les oreilles, la musique à fond, je fredonne doucement. Je n'ai pas envie de rentrer chez moi, mais je ne peux aller nul part ailleurs. Inutile d'espérer être invitée chez un ami, je ne connais pas ce mot, les gens de mon âge m'énervent, les personnes plus âgés me saoulent encore plus, à croire que je suis à ma place nul part. Je passe la porte en soufflant, elle va encore être en train de chialer ou de ressasser le passé. Elle me gonfle ! Je crie alors pour signaler ma présence.

❝ Je suis rentrée ! ❞

Alors que je commence à monter dans ma chambre une voix m'interpelle.

❝ Elorah, viens ici, j'aimerais te parler. ❞

Je fais demi-tour en soufflant, je lâche mon sac dans l'entrée et je me dirige vers ma chère et tendre génitrice.

❝ Qu'est-ce que tu veux encore ? ❞
❝ Fais attention à ta manière de t'adresser à moi, je suis ta mère. ❞
❝ C'est nouveau ça ? Tu viens de t'en rappeler ? Bref, tu voulais pas me parler de ton statut maternel j'imagine, alors accouche. ❞
❝ Elorah ! ❞

Je lui jette un regard de défi, elle ne m'effraie nullement, elle n'a aucune prise sur moi. Elle peut me priver de sortie, ça ne changera pas ma vie. Le portable ? Qu'importe. Ma guitare ? Tant pis, je passerai le temps autrement. Je ne m'attache à rien, elle ne peut donc rien m'enlever. Elle finit par ajouter malgré tout.

❝ Je t'ai inscrit à des cours de théâtre après le collège. ❞
❝ Tu as quoi ?! ❞
❝ Tu m'as très bien entendu ? ❞
❝ Non mais tu rêves là, tu crois que je vais faire du théâtre ? ❞
❝ Je ne te laisse pas vraiment le choix. ❞
❝ Mais bien sûr... J'irai pas à tes cours de merde ! ❞
❝ Crois-moi, tu iras, on en a discuté avec ton père et on commence à en avoir marre que tu erres comme tu le fais. On s'est dit que ça te ferait du bien de faire une activité. ❞
❝ Tiens, t'as réussi à discuter avec papa sans pleurer, c'est nouveau ça ! ❞
❝ Elorah, j'en ai marre de ton comportement. Sois tu te calmes, sois tu pars vivre avec ton père. ❞
❝ Oh, tu veux que j'aille vivre avec la nouvelle compagne de papa. Tu veux que je l'appelle maman aussi ? ❞
❝ Monte dans ta chambre ! Et ce n'était pas une suggestion, tu iras à ces cours de théâtre ou alors tu te trouves une autre activité si celle-ci ne te plait pas, mais tu ne resteras pas comme ça. ❞
❝ C'est cela... ❞


J'ai fini par abdiquer et aller à ces fameux cours de théâtre, au début à reculons et puis... J'ai fini par apprécier, sur scène je pouvais être n'importe qui. J'aimais jouer un rôle et pas uniquement sur scène, il m'arrivait de m'inventer une vie auprès d'inconnu. J'ai continué à prendre des cours pendant un peu plus de six ans.



Une première fois arrosée...

Dans les films, les premières fois sont toujours très romantiques, ça dégouline d'amour dans tous les sens, c'est presque à vomir. On nous vante les joies de l'amour, le vrai, toussa, toussa.

À la fin de mon lycée, l'amour n'avait toujours pas pointé le bout de son nez. J'enchainais les relations qui ne duraient pas avec des hommes dont je n'étais pas amoureuse.


Les épreuves anticipées du bac viennent tout juste de s'achever, on finit sur la physique-chimie et les sciences, la joie. Bon, le seul point positif, c'est que ce soir, on va arroser ça. On sort en boîte, bon la moitié d'entre nous n'a pas la majorité, mais on a l'habitude et la plupart du temps, il ne demande même pas les cartes d'identité.

On commence donc la soirée chez un ami, on fume, on boit, l'alcool et la drogue commence à bien monter et on se décide enfin à sortir. Direction la boite, on rentre sans trop de difficulté malgré notre état pitoyable, le videur a dû prendre pitié de nous, c'est pas possible autrement. On se dirige vers le bar pour récupérer nos conso' gratuites.

❝ Une vodka-redbull. ❞

Je prends mon verre et je commence à boire. Je demande comment je vais réussir à finir ce verre et pire encore, la soirée. Je le bois rapidement, le pose et pars danser avec mes amis. On file ensuite au fumoir où la chaleur est étouffante. Alors que je m'apprête à retourner sur la piste de danse, un jeune homme m'arrête et s'approche de mon oreille pour me souffler.

❝ Je t'offre un verre... ❞
❝ J'ai pas l'air assez bourrée comme ça ? ❞

Il sourit et je finis par le suivre, après tout, lorsque les boissons coutent plus de dix euros, on ne se fait pas prier bien longtemps. Et alors, tout s'enchaîne assez rapidement. Je bois une nouvelle vodka-redbull, on part danser au milieu de la piste, on s'embrasse assez rapidement et comme je disais, les choses s'enchaînent très rapidement. Je ne sais pas trop comment, on se retrouve dans les toilettes de la boîte où miraculeusement pour une fois, il n'y a pas une queue d'enfer. L'alcool aidant, les barrières tombent, en même temps que les vêtements. Mais... Car ce n'est déjà pas assez humiliant de perdre sa virginité dans les toilettes immondes d'une boîte, un des videurs frappe violemment à la porte. Ni une, ni deux, je me rhabille rapidement avant de me faire virer honteusement de la boite. Arrivée dehors, je me tourne vers le jeune homme dont je ne connais même pas le nom et j'explose de rire, c'est plus fort que moi. La situation est tellement ridicule. Je souffle entre deux éclats :

❝ Je suis désolée... ❞

Il me sourit doucement et ajoute :

❝ Tu veux que je te raccompagne ? ❞
❝ T'es venu en voiture ? ❞
❝ Ouais, je suis garé un peu plus loin. ❞
❝ Alors c'est parti ! ❞

Ni une, ni deux, je le suis dans sa voiture. Il me dépose chez moi et je rentre décuver un peu. Cet homme, je ne l'ai jamais revu, je ne suis d'ailleurs jamais retourné dans cette boite.



Partir un jour...

❝ Alors, t'as fait tes vœux pour l'année prochaine ? ❞
❝ M'en parle pas, j'ai aucune idée de ce que je veux faire, j'aimerais bien voyager mais je suis pas sûre que mes parents me laissent faire. ❞
❝ Ah, tu voudrais partir où ? ❞
❝ Mon père a de la famille en Angleterre. ❞
❝ Toi ? En Angleterre ? Tu parles anglais comme une vache espagnole. ❞
❝ Ouais, mais une fois que j'aurai rencontré un bel anglais, je ferai des efforts ! ❞


À la fin du lycée, je savais pas vraiment quoi faire de ma vie. J'aimais beaucoup le théâtre mais je ne me voyais pas en faire mon métier. Mes parents voulaient que je fasse de grandes études mais c'était franchement pas pour moi. Après de nombreuses discussions mouvementées, ils ont fini par accepter que je parte en Angleterre pour un an, au final, je ne suis jamais revenue en France, à part pour conter dans des festivals. J'ai enchainé les petits boulots, j'ai pris mon indépendance et j'ai trouvé ma vocation.



L'amour n'a pas d'âge.  

Je dois conter dans une école primaire. Pour changer, je suis à la bourre. Je me dépêche et j'arrive finalement avec une bonne dizaine de minutes de retard. Je parle un peu avec le directeur de l'école, je m'excuse et il m'amène dans la classe où les enfants m'attendent avec impatience. C'est à ce moment que je le vois, l'instituteur. Mon dieu ! Quel bombe. J'ai jamais eu la chance d'avoir un prof' aussi canon. Je m'installe, je pose les accessoires dont je vais avoir besoin et je commence.

❝ Cette histoire remonte à bien longtemps. Du temps où les hommes marchaient sur leurs mains et mangeaient avec leurs pieds. Du temps où les racines des arbres poussaient à l'air libre et les branches sous la terre. Du temps où une pomme pouvait donner de sage conseil. Du temps où les poissons vivaient dans l'air et les oiseaux sous terre. Du temps où... […] ❞

Les enfants sont captivés par mes mots, ils rient par moment et j'essaie de les solliciter au mieux pour que les histoires soient plus vivantes. Après une heure de spectacle, la sonnerie retentit et les petits monstres filent. Je me retrouve seule avec ce putain d'instituteur et il finit par briser le silence.

❝ C'était super. Les enfants ont adoré ! ❞
❝ Et leur instit', il en a pensé quoi ? Il a aimé aussi ? ❞
❝ Je me suis laissé captivé aussi, je suis retourné en enfance le temps d'un instant. ❞

Je ris doucement et d'une voix aguicheuse j'ajoute rapidement :

❝ Je peux t'aider à revenir dans le monde des adultes, si tu veux. ❞

Il ne dit rien, je commence à ranger mes affaires, je dois aller à l’hôpital pour conter à nouveau et j'aimerais bien ne pas être en retard cette fois-ci. Avant de passer la porte de la salle de classe, je me tourne vers l’apollon et lui souffle en lui tendant ma carte de visite.

❝ Si l'envie te prend, appelle moi, je te prouverai que je ne suis pas bonne qu'à raconter des histoires pour enfants. ❞

Et sans attendre une réponse, je file rapidement.


Les semaines passent et aucune nouvelle de l'instituteur, ça ne m'étonne pas vraiment. Je rentre chez moi après une journée épuisante quand mon téléphone sonne.

❝ Allo ? ❞
❝ Mademoiselle Beaumont, c'est Calvin Owkiz, on s'est rencontré il y a quelques semaines à l'école primaire de Winston Oaks. ❞
❝ Ah, je pensais que tu avais perdu mon numéro. Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? ❞
❝ Je suis en train d'organiser l'anniversaire de mon fils et je me suis dis que de belles histoires racontées par une talentueuse conteuse ne serait pas de refus. Je voulais me renseigner sur les tarifs. ❞
❝ Oh. Et j'y gagne quoi moi ? ❞
❝ Les sourires de beaucoup d'enfants et de l'argent, j'imagine... Ça devrait être suffisant, non ? ❞
❝ Disons que ce n'est pas vraiment ce que j'avais en tête... On pourrait sûrement discuter de tout ça autour d'un repas, j'aime bien fixer des conditions bien précises. ❞
❝ Bien sûr. Quand est-ce que tu serais disponible ? Je peux te donner mon adresse et on pourrait discuter de cela... ❞
❝ Je n'ai pas l'habitude d'aller chez mes clients le premier soir, je te sms l'adresse d'un restaurant sympa et on se retrouve à la fin de la semaine. ❞
❝ Ça me va... À bientôt ! ❞
❝ À très vite ! ❞

Et je raccroche en éclatant de rire. C'est bien la première fois que je vais discuter des clauses d'un « contrat ». Les temps sont durs, je n'ai pas pour habitude de refuser une offre lorsqu'elle vient à moi, mais ça pourrait être intéressant de revoir ce jeune homme, Calvin...


❝ Et donc, ta femme sera présente ? ❞
❝ Ma femme ? Je ne suis pas marié... ❞
❝ Et bien la mère de ton enfant ? ❞
❝ La mère de mon fils ne fait plus partie du paysage. ❞
❝ Dans ce cas, la femme qui a le plaisir de partager ta vie ? ❞
❝ Je sais où tu cherches à en venir et il n'y a aucune femme dans ma vie. Pour le moment. ❞
❝ Intéressant... ❞
[...]
❝ Et donc, on n'a toujours pas discuté des tarifs, c'était bien pour ça le repas ? ❞
❝ Il paraît... Mais on peut s'arranger, tu sais... ❞
[...]
❝ Tu veux venir boire un verre à la maison ? ❞
❝ J'ai dit à la baby-sitter que je ne rentrerai pas tard... ❞
❝ Et bien, rappelle là. Ce que tu paieras en plus, je te le ferais payé en moins pour l'anniversaire de ton fils... ❞
[…]
❝ Je devrais vraiment partir, il est une heure du matin là... ❞
❝ Tu devrais... Mais, t'as pas l'air d'avoir envie de partir... ❞
[…]
❝ Appelle moi... Et n'attends pas de trouver une excuse pour l'anniversaire de ton fils, cette fois... ❞


❝ Elo, ce mec a dix ans de plus que toi et il a déjà un enfant ! ❞
❝ Je sais bien tout ça... Mais je préfère ne pas penser au futur, je vis au jour le jour. ❞
❝ Tu fais ce que tu veux, mais je te préviens. T'es encore jeune, j'ai l'impression que tu passes à côté de ta jeunesse... ❞
❝ Arrête tes conneries, je suis heureuse avec lui... C'est tout ! ❞
❝ Mais... ❞
❝ Arrête, tu commences à me saouler là. Il a dix ans de plus que moi, je le sais déjà, il a un enfant, ça aussi je le sais plutôt bien. Mais je l'aime, je suis bien, alors tu devrais être heureuse pour moi, au lieu de me faire chier là. ❞
❝ C'est toi qui voit... J'ai juste pas envie que tu souffres... ❞
❝ Et bien, pour le moment je ne souffre pas, loin de là, alors sois contente pour moi ! ❞


Et cette relation a duré deux ans... Calvin a été mon premier amour, j'étais sorti avec d'autres gars avant lui mais je n'avais jamais ressenti ce que j'ai pu ressentir pour lui. Et puis, un jour monsieur a eut l'air de se rappeler de notre différence d'âge :


❝ Écoute Élorah, je ne peux pas t'offrir tout ce que d'autres personnes de ton âge pourraient t'offrir... ❞
❝ Tu te moques de moi, là ? On en a déjà discuté. Je t'ai dit que j'en avais rien à foutre ! ❞
❝ Je fais ça pour toi... C'est mieux comme ça... ❞
❝ Pour moi ? C'est quoi cette excuse de merde ? C'est ton ex-femme c'est ça ? Elle est revenue ? ❞
❝ Arrête... Ça n'a rien à voir... ❞
❝ Mais je t'aime putain ! Je me fiche que tu sois un vieux proche de la retraite ! Je t'aime Calvin !  ❞
❝ Elo... J'ai pas envie de rire, c'est fini, c'est tout... ❞


Et, on apprend à vivre sans cette personne qui nous faisait vibrer...


Dernière édition par Elorah A. Beaumont le Sam 21 Mar - 13:07, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 342

∞ avatar : Alona Tal

MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Jeu 19 Mar - 21:14

Ahn Willa

Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Jeu 19 Mar - 21:33

Merci ma belle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Jeu 19 Mar - 23:46

BIENVENUE
Willa est tellement adorable
hâte de voir ce que tu vas en faire
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Jeu 19 Mar - 23:48

WILLAAAAAAAAAAA et ton pseudo  
il nous faudra un lien
bienvenue parmi nous et bonne chance pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Ven 20 Mar - 7:55

oh mon Dieu, toute cette perfection

bienvenue à toi, bonne chance pour ta fiche ! je vais te réserver Willa pour la semaine

juste pour te prévenir qu'après la maintenance, de nouveau code seront à ta disposition pour faire ta fiche mais tu pourras garder ceux-là si tu le souhaites, c'est toi qui vois amuses-toi bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Ven 20 Mar - 8:57

Wouaah ! Avalanche de beaux-gosses, vous êtes tous beaux. Merci pour l'accueil !

Szymon, merci pour la réservation et je pense que je garderais ce code là vu que j'ai commencé. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Sam 21 Mar - 14:25




welcome, cheeky monkey !

eh ben, elle a du chien, la elo j'ai beaucoup aimé lire ta fiche, ta plume est très agréable et dis-moi que tu vas nous faire le Calvin en scénario tu es validée, félicitations, et bienvenue chez toi

Félications à toi ! Tu fais désormais partie de notre bande de tarés. Tu peux désormais aller poster ta fiche de lien, d'évolution et demander un parrain par ici, ainsi que de créer tes scénarios juste là.. Tu peux aussi aller réserver ton petit chez toi et ton petit métier en te rendant ici et là. Nous t'invitons aussi à te rendre dans cette section si tu es une adepte du flood. Have fun


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   Sam 21 Mar - 15:32

Merci Szymon ! Et oui, c'est prévu que je fasse Calvin en scénario ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: élorah ☯ c'était du temps où...   

Revenir en haut Aller en bas
 

élorah ☯ c'était du temps où...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'était le temps des fleurs ~ [Pv]
» Il y a un temps pour tout [Pomona]
» ELIJAH ■ Il fut un jour où 69 était un simple chiffre et il fut un temps où tu pouvais manger une banane tranquillement…
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» Il était une fois... Carrefour!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives présentations & cie-