AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Ven 17 Avr - 23:11





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

La petite brune regarda le calendrier. On était déjà mi-avril, que le temps passe vite. Elle regarda la date d’aujourd’hui, elle avait un rendez-vous un peu particulier, un rendez-vous chez le gynécologue. Elle avait prit le premier qui venait dans l’annuaire pour suivre sa grossesse, tant que le bébé allait, tout allait bien pour l’espagnole. Elle se souvenait encore de la première écographie qu’elle avait faite, un ou deux mois plus tôt, qui lui avait confirmé qu’elle avait un bout de choux de la taille d’un pois dans le ventre. Aujourd’hui il avait un peu grandi, et son ventre aussi d’ailleurs. Elle n’arrivait quasiment plus à le cacher et ne supportait déjà plus le regard des gens qui se retournaient sur elle dans la rue. Merde elle était enceinte et n’avait que 20 ans, elle n’avait pas non plus tué quelqu’un !

Eléanor regarda une dernière fois le jour, et ce qui était noté. Elle avait rendez-vous dans quelques heures mais ne voulait pas y toute seule, elle avait peur l’enfant. De quoi, elle ne savait pas trop et ça la terrifiait d’autant plus. Et s’il n’était plus là ? Ou si y’en avait plus d’un ? Et s’il avait une jambe en plus ? Ou que ce n’était pas un être humain ? Oui la petite brune allait un peu loin mais c’était le genre de questions qui lui traversaient l’esprit de plus en plus régulièrement, et surtout à l’approcher de cette éco. Elle avait lut quelque  part qu’elle verrait le bébé qui commençait à se former et que même elle pourrait peut-être savoir le sexe.

Habillé et déjà prête à partir, la petite brune s’installa sur le canapé, à côté de son meilleur ami et colocataire pour le coup, occupé à zapper les chaines de la télévision. Posant sa tête sur son épaule, elle leva les yeux vers lui, un sourire aux lèvres.

_ Szy… Tu travaille aujourd’hui ?

Qui de mieux que son meilleur ami pour l’accompagner ? Pour l’amadouer un  peu, elle passa son doigt sur son bras, lui faisant une tendre caresse.

_ Dis, t’veux pas m’accompagner chez le médecin ?

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Sam 18 Avr - 0:37





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
Je me retrouvais trop souvent à zapper, lorsque mes horaires me laissaient le temps. J'avais adopté des petites habitudes, depuis. Je savais comment m'installer, à quelle heure changer de chaîne... Des fois, je me disais que peut-être lire me cramerait moins les neurones, mais à chaque fois que j'entreprenais de me lever et d’aller fouiller dans ma bibliothèque, le programme que je regardais commençait à devenir intéressant. Malheur. Désespoir. J'en étais réduit à l'état de pacha. Misérable et abruti par toutes ces LEDs qui grillaient mes capacités cérébrales à petit feu. Mais alors, j'en apprenais, des trucs. Une fois, j'avais regardé une série en turc sous-titrée en russe. En comprenant. Je ne sais pas comment j'avais réussi à me sortir de cette situation, mais je ne m'étais pas trop mal débrouillé, mine de rien - les parallèles entre le russe et l'ukrainien étant plutôt aisées, et j'avais remercié le ciel d'avoir fait naître ma mère en Ukraine.

J'étais concentré, essayant de me rappeler la recette de cette superbe tarte au citron meringuée afin de pouvoir, éventuellement, la refaire chez moi. Et puis, une espagnole sauvage est venue se jeter à côté de moi, posant sa tête sur mon épaule et me tirant de ma réflexion. Tant pis pour la tarte. Je lorgne vers l'horloge digitale du décodeur télé, avant de lui répondre. « Hmm, j'ai encore trois bonnes heures devant moi. Pourquoi ? » Je sens son doigt sur mon bras, et je fronce les sourcils, sans pouvoir m'empêcher de sourire un peu, moqueur. « Toi, t'as quelque chose à me demander. » Et presque aussitôt, elle a posé sa deuxième question. J'ai toussoté, sans savoir quoi répondre, d'abord. J'l'avais vu, son calendrier. Je suivais, j'étais un homme qui se tenait au courant. Je savais donc de quel médecin elle voulait parler. « T'es sûre ? Tu veux pas y aller avec le papa ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Sam 18 Avr - 13:34





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

Encore quelques jours et la demoiselle entrait dans son cinquième mois de grossesse. Cela lui faisait tellement bizarre, elle avait finit par s’habituer aux nausées et à la fatigue, sans compter ses changements d’humeurs et ses drôles d’envies. Mais ça elle s’y attendait, Eléa avait lu plusieurs livres sur le sujet. Ce avec quoi elle avait encore du mal c’était son ventre. Ce gros bidou qui ne cessait de pointer le bout de son nez, rendant ses vêtements trop petits, trop serrés, faisant que les gens se retournaient sur son passage. Ils ne pouvaient pas tout simplement penser qu’elle était grosse ?

S’incrustant sur le canapé, à côté de son meilleur ami, l’espagnole avait une idée en tête, elle ne voulait pas aller seule à son rendez-vous car cela la terrifiait. Ne lui demandait pas pourquoi, ce n’était pas un exemple de rationalité en ce moment. Posant sa tête contre l’épaule du polonais, elle commença par lui demander s’il travaillait aujourd’hui, rien ne servait de lui demander cash s’il avait déjà quelque chose à faire. Trois bonnes heures ? Ça lui laissait assez de temps pour l’accompagner non ? Encore fallait-il qu’il en ait envie. Après tout Eléanor s’imposait un peu dans la vie de Szymon, avec son gros ventre, il avait gentiment accepté de l’accueillir pour quelques nuits et voilà que cela faisait des mois qu’elle avait élu domicile dans son appartement.

La petite brune se met à rire alors qu’il la grille aussi facilement. Oui elle avait quelque chose à lui demander, et elle s’empressa de poser sa question avant de ne pas le faire, pensant que ce n’était peut-être pas une si bonne idée. Si elle était sûre ? Un peu oui, sinon elle ne lui aurait pas posé la question, quant au père… bah il n’était pas vraiment là en ce moment, et elle le comprenait bien, elle ne pouvait pas lui en demander autant.

_ Bah j’sais pas, j’me disais que si t’avais rien à faire ça pourrait être bien… Mais si ta quelque chose de prévu, pas de soucis, hein, j’irais toute seule.

Elle soupire, ne comprend pas beaucoup ce rendez-vous lui fait aussi peur. Ce n’était qu’une écographie, elle en avait déjà fait une où l’on ne voyait presque rien. C’était peut-être ça qui l’effrayait Léa, le fait que cela devienne terriblement réel.

_ Le papa il peut pas. Et d’un côté j’sais pas pourquoi, ça m’arrange.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Sam 18 Avr - 16:01





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
Je me redresse un peu dans le canapé pour pouvoir mieux lui faire face, la forçant ainsi à se tenir droit devant moi. Elle était déjà toute prête, habillée, coiffée, un peu maquillée. Elle avait même ses chaussures aux pieds. Prête à partir, mais pas toute seule, apparemment. Mais sans que je puisse l'expliquer, l'idée de me rendre à une échographie avec elle me rendait quelque peu soucieux. Pourquoi, je n'arrivais pas à le savoir. Alors je lui avais demandé si elle était certaine que je veuille l'accompagner, si le fait que ce soit le père de son bébé qui le fasse ne soit pas envisageable. Ça pourrait être bien ? Ça allait me rendre nerveux, gêné au possible. Mais je me doutais bien qu'elle ne voulait pas y aller toute seule - à sa place, j'aurais extrêmement peur d'un événement tel que celui-ci. Je me suis empressé de doucement lui saisir l'épaule et de la forcer à me regarder, relevant son visage vers le mien. « Hey, j'vais venir. J'ai rien de prévu, je t'ai dit, j'ai encore plein de temps. C'est juste que... » Quoi, qu'est-ce que t'as, Czajkowski ? Pourquoi c'est toi qui stresse alors que t'as rien à voir avec cet enfant ? « Bref. Laisse moi enfiler autre chose que cette sous-merde vestimentaire, et j'arrive. » Je me suis levé du canapé, me rendant devant l'armoire de ma chambre dans laquelle j'ai piqué une chemise bleue ciel, bien plus décente que le vieux t-shirt marron que j'avais machinalement enfilé ce matin. Je retourne ensuite au salon, près de la porte d'entrée de l'appartement, pour mettre mes Vans noires au pied. Je manque de me casser la gueule royalement en perdant presque l'équilibre, mais arrive à rester debout. Je lâche quand même un juron polonais avant de me redresser, d'attraper une veste et d'ouvrir la porte. « T'es prête, piękna ? » Elle hoche la tête, je la laisses sortir avant moi.

On dévale les escaliers avant de nous retrouver dans la rue. On se met à marcher, l'hôpital, où se trouve son gynéco, déjà visible. On ne dit rien. On marche juste, côtes à côtes, tous les deux très certainement en train d'essayer de se rassurer. Bien que je n'ai aucune raison de m'inquiéter, ça me mettait juste très, très mal à l'aise de l'accompagner. Je me sentais pas à ma place, quand elle me mettait là, comme ça, au milieu de sa vie de femme enceinte. J'étais flatté qu'elle le fasse, d'une certaine façon. Et j'étais pire que pire qu'heureux pour elle. Mais ça ne devrait pas être à moi d'être là. Ça devrait être quelqu'un d'autre, quelqu'un qui l'aimait, qui lui tiendrait la main et qui lui parlerait. Plutôt que moi, les mains dans les poches, les lèvres soudées.

On est entrés dans l'édifice, Eléanor a annoncé son nom alors que j'attendais, quelques pas derrière elle. On a continué, pris un couloir au rez-de-chaussée, avant d'atteindre une sale d'attente. Deux mères sont déjà là, leurs gros ventres bien plus visibles que celui de ma meilleure amie. Je leur sourit, m’assoit à côté de l'espagnole. Et on attend.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Sam 18 Avr - 18:18





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

Eléanor n’avait pas envie d’être toute seule, et encore moins pour ce rendez-vous là en particulier. Le père, il ne pouvait pas venir, et au fond ce n’était peut-être pas plus mal. Il avait accepté cette enfant et lui avait dit qu’il serait prêt à l’aider, mais la demoiselle ne voulait compter que sur elle-même, au cas où il décide du jour au lendemain de s’enfuir à l’autre bout de la planète, chose qu’elle aurait pu comprendre. Elle seule avait prit la décision de s’occuper de ce petit être, elle ne pouvait pas en demander autant aux autres. Pourtant là elle le faisait, elle demandait à son meilleur ami de l’accompagner, de la soutenir, parce qu’elle avait peur, et qu’elle n’était pas sûre d’y arriver toute seule.

L’espagnole se rendait bien compte de tout ce qu’elle pouvait demander au Polonais, il en faisait déjà tellement pour elle qu’elle ne savait pas si elle pourrait tout lui rendre avant de finir sous terre, pourtant elle y tenait. L’hébergement de quelques jours était finalement devenu à durée indéterminé, et même si elle cherchait quand même à se trouver son propre logement, elle avait un peu de mal en ce moment. Heureusement Eléanor savait que son meilleur ami ne la mettrait pas à la porte, pour cela elle ne l’en remercierait jamais assez. Szymon bougeât, et la petite brune du faire de même, se redressant pour lui faire face, baissant même les yeux pour les poser sur ses mains elle serrait un peu fort.

La demoiselle relève les yeux vers son polonais alors qu’il commence à parler, un sourire s’étends sur ses lèvres pour disparaître la seconde d’après. C’est juste que quoi ? Eléa ne veut pas qu’il se sente forcer de venir avec elle, juste parce qu’elle est une jeune fille enceinte et complètement paumé. Elle plonge son regard dans le sien, essayant de deviner la suite… Mais elle n’arrive pas à le déchiffrer et il finit par se lever, disant qu’il allait mettre quelque chose de plus correct et qu’il m’accompagne. Léa le suit du regard, ne comprenant pas trop ce qui venait de se passer. Elle secoue la tête, vérifie une dernière fois son sac à main, qu’elle ait bien tous ses papiers et e qu’il lui faut. Szymon revient, et la demoiselle manque de rire alors qu’elle le voit presque perdre l’équilibre avant de lui demander si elle est prête. Pas vraiment, mais il le faut bien. Alors elle soupire un petit ‘oui’ avant de sortir de l’appartement, suivit par le polonais.

Une fois dans la rue, ils marchent, l’un à coté de l’autre dans le silence. Etrangement ce n’est pas dérangeant, permettant à l’espagnole de pouvoir réfléchir, se préparer à ce qu’elle allait vivre. Il y avait quoi de si effrayant après tout ? Ils arrivent rapidement à l’hôpital et Eléa indique à l’accueille qu’elle a un rendez-vous, puis ils suivent les indications jusqu’à une salle d’attente où se trouve déjà deux mamans. Les saluant de la tête, la jeune femme ne se sent pas très à l’aise tout d’un coup. Comme si tout était en train de se concrétiser… Elle prend place à coté de son meilleur ami et attend, encore et encore. Elle ne peut s’empêcher de regarder droit devant elle, jouant avec la fermeture éclair de son gilet. Le temps passe et l’un des mamans s’en va. Puis la deuxième et les deux amis se retrouvent alors tout seuls dans la salle. La petite brune se tourne vers le polonais.

_ Désolée, j’savais pas qu’on attendrait autant…


Elle lui sourit et s’apprête à lui dire de partir, de la laisser là quand une infirmière vient la chercher. Eléanor se lève et commence à la suivre, se retournant avant de franchir la porte, pour s’assurer que Szymon la suit bien, qu’il sera là pour elle encore une fois.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Sam 18 Avr - 22:10





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
Elles étaient belles, ces trois femmes, qui attendaient tranquillement leur médecin et leur bébé. Enfin, tranquillement. Non. Eléanor était loin d'être tranquilles. Elle jouait avec les anses de son sac à main, la fermeture de son gilet, les yeux fixés sur le mur en face d'elle. Anxieuse, c'est totalement ce qu'elle est. Et je le comprenais parfaitement. Au bout de quelques minutes, je me penchais vers la table basse, lorgnant vers les magazines. De mode et de grossesse. Exclusivement. Génial. Mais tellement évident. J'étais dans la salle d'attente d'un gynécologue, pas d'un médecin généraliste. Même pas de BD, quoique ce soit. Rien. Je lève les yeux, et les deux autres futures mamans m'ont, en même temps, adressé un sourire radieux.  Que je leur ai rendu, évidemment, en essayant de ne pas faire transparaître cette gêne insupportable. Je ne me sentais pas à l’aise, pas du tout. Comme mal assis, frustré par je ne savais quoi. Pas à ma place, tout simplement. Le mur en face de moi était orné d’une affiche à l’intention de, je vous donne dans le mille : les futures mamans. Un autre, aux futurs parents. Je n’étais pas un futur parent, bien que ce soit sûrement le jugement que les deux femme qui me faisait face portait sur ma personne. Ma personne seule, et qui se sentait comme un foutu outsider.

Les minutes passent, les deux femmes s’en vont à une vingtaine de minute d’intervalle. Ça faisait presqu’une heure qu’on était assis dans cette sale, et j’avais passé les trente dernières minuts à regarder l’horloge, derrière moi. J’avais encore du temps, mais je ne pouvais pas m’empêcher de me rassurer. Oui, Szymon, tu seras à l’heure au travail. A la seconde où la deuxième jeune femme quitte la pièce, Eléanor tourne son visage vers le mien, me forçant presque à faire de même en un seul regard. Ils se croisent nos regards. Je lui souris alors qu’elle s’excusait, et elle me rend mon sourire. « T’en fais pas. C’est mieux que de se défoncer les neurones avec la télé, qu’est-ce que t’en p… » Une infirmière entre dans la salle, appelle le nom de ma meilleure amie, m’empêchant ainsi de pouvoir finir ma phrase. Je regarde l’espagnole se lever, passer devant moi, et je fais de même. Je ne veux pas y aller, oh que non. J’ai peur, toujours sans aucune idée de ce qui me rendait si anxieux. Mais je sais qu’elle veut que je vienne, qu’elle veut que je sois là. Elle se retourne, je lui adresse un sourire qui se veut là pour la rassurer, l’encourager. On avance jusqu’au couloir, à travers lequel l’infirmière nous guide pendant une dizaine de secondes. Et puis, une nouvelle porte s’ouvre. Derrière, un bureau, une table, un appareil étrange, des affiches, encore des affiches. J’ai passé une main derrière ma nuque, alors que la gynécologue s’approchait pour nous saluer, et nous inviter à nous asseoir en face de son bureau. J’ai serré sa main, lui ai souri, et elle encore plus. J’ai suivi les deux femmes jusqu’aux sièges, me suis assis à la droite d’Eléanor. Et j’ai de nouveau attendu.

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Dim 19 Avr - 15:26





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

Fixant le mur devant elle, la petite espagnole essayait de s’occuper les mains avec tout ce qui lui venait, la fermeture de son gilet, tout ce qui pouvait dépasser de son sac, une mèche de ses cheveux. Elle aurait même pu attraper la main de son meilleur ami pour jouer avec ses doigts, mais le jeune homme semblait déjà assez mal à l’aise comme ça pour en rajouter une couche. Eléanor ne savait toujours pas ce qui lui était passé par la tête en lui demandant de l’accompagner, une fois encore elle avait été égoïste, ne pensant qu’à elle. Ce n’était pas sa faute, la petite brune avait encore tant à apprendre.

Du coin de l’œil elle observa Szymon se pencher en avant, mais les magazines proposés n’avaient pas l’air de lui plaire, c’était compréhensible, même l’espagnole n’avait pas envie de lire ce genre de choses. Finalement une maman qui se trouvait face à eux fut appeler, et une vingtaine de minutes plus tard, la deuxième disparu aussi. Etait-ce normal que cela soit aussi long ? La jeune femme avait pourtant un rendez-vous… Elle tourna son visage enfantin vers son meilleur ami, s’excusant de l’avoir traîné ici et surtout de devoir attendre aussi longtemps. Même elle commençait à en avoir marre. Elle se met à sourire en l’écoutant la rassurer. Comment se fait-il qu’il soit aussi adorable avec elle, ces dernières temps elle ne pensait pas le mériter, enchaînant conneries sur conneries. Mais si le polonais l’aimait au moins la moitié de ce qu’elle pouvait l’aimer elle, alors Eléa comprenait. Elle ferait tellement pour lui si elle en avait l’occasion.

Finalement il ne put finir sa phrase, bien que l'espagnol se doutait de ce qu’il voulait dire. Une infirmière entra  dans la salle, appelant la demoiselle Artega et lui demandant de la suivre jusqu’au cabinet. Elle se leva et commença à la suivre, se retournant pour s’assurer que Szymon la suivait, qu’il ne la laissait pas tomber au moment le plus important. Mais non, il est là, encore une fois, son sourire sur les lèvres… L’espagnole se promet de le remercier, et peut-être s’ils ont le temps, après le rendez-vous, ils iraient manger une glace ou un truc du genre. Regardant de nouveau devant elle, Léa se fait conduire jusqu’au cabinet de la gynécologue qui s’occupe d’elle, de sa grossesse. Cette dernière se lève à leurs entrés et leur serre la main à tous les deux. Soudain une pensée traverse l’esprit de la demoiselle. Et si le médecin pensait que Szymon pouvait être le père. Et si toutes les personnes qu’ils avaient croisées en venant ici pensaient la même chose ? Est-ce que le polonais se disait la même chose ? Est-ce cela la raison de son malaise ?

Interrompu dans ses interrogations par les questions du médecin, Eléanor tâcha de se concentrer pour y répondre du mieux qu’elle le pouvait. Elle avait l’impression de subir un interrogatoire alors que non… La demoiselle laisse échapper un petit rire lorsque la gynécologue laisse penser que Szymon puisse être le papa du bébé qu’elle avait dans le ventre, elle lui dit que non, qu’il ne s’agit que de son meilleur ami, son soutien, et l’espagnole tourne la tête vers le concerné, s’excusant du regard. Puis vient le moment stressant que redoutait la petite brune, celui où elle s’installe sur la table, relève son tee-shirt et que le médecin applique cette crème si froide sur son ventre…

Fermant les yeux quelques secondes, Eléanor souffle un bon coup avant de se tourner vers son meilleur ami.

_ Dis, comment je fais s’il a deux têtes ? Ou trois jambes ?


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Dim 19 Avr - 18:08





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
Je ne l'aimais pas, ce bureau. Je n'aimais pas ce début d'après-midi, et je n'aimais la situation dans laquelle je m'étais fourré. Et ça me rendait malade de pouvoir penser une chose pareille. C'était pour Eléanor que je le faisais, je ne devrais même pas me poser de questions. Qu'est-ce que je faisais là ? Facile. J'aidais mon amie. Ma meilleure amie. Je reste avec elle, parce que c'est la moindre des choses. Je n'arrivais toujours pas à comprendre la façon dont on avait réussi à s'attacher autant l'un à l'autre en si peu de temps. Ça n'était pas comme si on se connaissait depuis l'éternité. Et pourtant, c'était l'impression qu'on avait, et qu'on donnait parfois même aux autres. Alors, j'ai naturellement levé mes fesses de cette chaise et je l'ai suivie, Léa. Je l'ai suivie dehors, à travers le couloir, et jusque dans ce bureau qui me fichait la chair de poule. Il n'y avait rien d'effrayant, pourtant. Les choses banales qu'on trouvait dans le bureau d'un gynécologue, je supposais. La vérité, c'était que je n'avais jamais réfléchi à ce que je pourrais trouver dans un endroit pareil. Et l'autre vérité, c'était que je n'avais pas prévu de me rendre ici avant plusieurs années.

J'écoute à moitié ce qui se passe, trouvant un soudain intérêt à regarde mes mains. Je cherche une horloge des yeux, mais il semble que celle de l'ordinateur posé en face du médecin lui suffise amplement. Je ne serais pas en retard. Je me le répétais encore plusieurs fois avant qu'une phrase interrompe le fil de mes pensées. Une phrase qui contenait à la fois "ce jeune homme" et "père." j'ai relevé furtivement la tête vers la gynécologue, à peine capable d'articuler un mot. Moi ? Père ? La blague. J'ai ouvert la bouche dans l'espoir de pouvoir répondre quelque chose, mais j'ai vite réalisé que je n'y arriverais pas. J'avais cru que peut-être le médecin savait à peu près à quoi est-ce que le père ressemblait, pour l'avoir déjà vu, ou pour en avoir eu une description... Enfin, j'en savais rien. A y réfléchir, ça n'avait aucun sens. Ce qui avait du sens, c'était que c'était moi. Mais non. Pas de chance. L'espagnole est, heureusement, intervenue, lui expliquant la situation, et j'ai eu le droit à un nouveau sourire de la part de la femme en face de moi, et un regard désolé de celle de ma voisine. Je lui ai souri timidement, un grand merci nageant dans mes pupilles. Les questions ont finalement cessé, et bientôt les deux femmes se lèvent, presque à l'unisson. Et moi, j'reste assis. Je sais pas quoi faire d'autre. J'arrive à l'entendre monter sur la table, parce que le marche-pied grince. J'entends aussi la machine s'allumer, émettre des petits bips alors que le médecin règle les boutons comme il faut. Une grande bouffée d'air qu'on relâche. Et la voix d'Eléanor, inquiète, qui s'adresse à moi. Qui me fait rire. Je me retourne, évite de regarder son ventre dénudé, déjà un peu rebondi. Déjà. Je me lève, demande si je peux bouger la chaise, et je viens m'asseoir à côté d'elle. « Me semble pas qu'Alek ait mentionné de quelconques origines extra-terrestres, Léa. »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Dim 19 Avr - 20:22





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

Dans le bureau du médecin, Eléanor essayait de se concentrer sur les questions qu’on lui posait, il y en avait certaines assez intimes, elle n’avait pas pensé à cela mais ce n’était pas grave, c’était son meilleur ami, elle dormait souvent avec, Szymon devait déjà l’avoir vu en sous-vêtements, ce n’était pas le fait de savoir qu’elle n’était pas constipé en ce moment qui allais changer quelque chose à leur amitié. Sourire gênée, confusion de la part du polonais, la petite brune tente de rattraper le truc dans la femme en face d’elle suggère que le Szymon est le père. En même temps pourquoi penser le contraire ? Il accompagne une jeune fille enceinte à une écographie, qui d’autre que le père l’aurait fait ?!?

Elle s’en rend compte à ce moment là la petite espagnole, à quel point il est merveilleux son meilleur ami. Elle n’était même pas sûre que son grand frère aurait accepté de venir avec elle si elle le lui avait demandé, et pourtant, le polonais, il avait à peine hésité, mais un peu tout de même, ce qui était compréhensible. Une fois finit l’interrogatoire, la gynécologue demande à la jeune Artega de s’installer sur la table, ce qu’elle fait avant de relever son tee-shirt, dévoilant son ventre rond. Presque cinq mois de grossesses et pourtant elle n’a pas un si gros bidou que ça, une raison de plus de l’inquiéter.

Eléanor fermer les yeux et souffle un bon coup alors que le médecin applique une crème un peu froide sur sa peau nu, la jeune fille tourne alors la tête vers Szymon, qui lui tourne le dos, assis sur sa chaise, il semblait si mal à l’aise le pauvre… Elle lui pose alors une question, complètement stupide mais qui la terrifie la petite brune. Elle entend son rire et celui de la femme aussi, et se sent idiote d’un coup. Mais son polonais se rapproche, avec sa chaise, il lui fait face, la regarde dans les siens. Ça lui fait du bien, la rassure, sans qu’elle ne sache pourquoi, comment il arrive à faire cela.

Elle rit légèrement à la réponse de son ami, il a raison. Puis le médecin rajoute que cela n’est jamais arrivé et qu’il n’y a aucune raison que ça lui arrive à elle, l’enfant espagnol qui donnera bientôt la vie. Les yeux toujours posés sur Szymon, elle répond.

_ T’as raison. Quoi qu’avec lui on peut s’poser des questions.

De l’humour, voilà ce qu’il faut, cela ne la détend pas entièrement, mais voir le sourire sur le visage de son ami la rassure, lui fait du bien. Eléa continue de le fixer, ne regardant que lui, essayant de ne pas faire attention à ce qu’elle ressent sur son ventre. C’est alors qu’elle l’entend. Des battements de cœurs. Ils résonnent dans la pièce, dans ses oreilles. La brune tourne alors la tête, et questionne le médecin du regard, celle-ci lui sourit et lui montre l’écran sur lequel on aperçoit une forme, un bébé. Son bébé.

_ Regarde Szy’, il est là.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Mer 29 Avr - 12:00





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
Je le sens, qu'elle n'est pas plus détendue que moi. Et d'un côté, ça me rassure. On tente tous les deux d'apaiser un peu l'atmosphère, et ça fonctionne quelque peu, à vrai dire. Elle sourit, je souris, le médecin sourit. C'est que tout va bien. Je sens qu'elle me regarde, mais moi, j'ose pas. Inexplicablement. Sûrement que je me sens toujours comme une outsider. C'était pas à moi d'être là, j'en étais toujours certain. Alors je regardais partout sauf sur son visage, comme je le faisais depuis qu'on avait quitté l'appartement. Je glisse mon regard un peu partout, sur les murs, sur le bureau, sur les affiches, pour finalement l'arrêter sur la machine. J'étais certain que pour la dame en blouse blanche à côté de nous, ça voulait dire plein de trucs. Mais alors pour moi... Cependant, après y avoir bien regardé, après quelques secondes, j'arrivais à la voir. Cette silhouette, ce corps qui se formait, qui grandissait, qui bientôt tiendrait dans les bras de l'espagnole à côté de moi.

J'étais en train d'essayer de l'imaginer avec un nouveau-né contre sa poitrine quand un bruit m'a tiré de mes pensées. Un bruit sourd, qui se répétait, régulièrement, à l'infini. Un coeur qui battait. Son coeur. Je n'ai pas réussi à m'empêcher de sourire. Je tourne la tête dans un geste vers Eléanor, dont la bouche c'était aussi étirée en sourire. Elle tourne un peu les yeux vers le médecin, ce que je fais aussi. Elle hoche la tête en souriant avant de tourner l'écran dans l'autre sens, de façon à ce qu'Eléanor puisse aussi y jeter un coup d'oeil. Je me réinstalle sur ma chaise, étire doucement mon dos qui commence à me faire comprendre qu'il n'en peux plus, d'être comme ça. Mais je m'en fiche d'avoir mal, je suis ravi. Pourquoi le suis-je autant, d'ailleurs ? J'hoche la tête quand ma meilleure amie me montre son enfant du doigt. « J'suis certain que ça va être un beau gosse. Ou une belle gosse, d'ailleurs. 'Fin, t'as compris l'idée. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Mer 29 Avr - 13:56





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

Allongée sur la table, le ventre à l’air, Eléanor n’était pas très à l’aise. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’elle faisait une échographie, mais la deuxième. La première était pour confirmer ses doutes, au cas où le test de grossesse et la prise de sang n’était pas bonne. C’est à partir de ce moment là qu’elle avait pleinement réalisé ce que cela voulait dire, ce qui était en train de se passer. Elle était enceinte, dans quelques mois un mettrait un bébé au monde… Cette fois c’était plus concret. Elle avait lu dans un de ces livres qu’au cinquième voir, elle pourrait voir sur l’écran le petit être qui habitait en elle, ce serait réel. Et elle n’avait aucun moyen d’éviter cela.

La gynécologue était gentille, essayant de la réconforter avec des sourires, mais ce dont elle avait le plus besoin, la petite espagnole, c’était son meilleur ami, qui prenait bien soin d’éviter de la regarder. Elle sentait qu’il n’était pas à l’aise, mais alors pas du tout. Elle avait été égoïste en lui demandant de l’accompagner, en le faisant venir dans ce cabinet, en le faisant s’asseoir à coté d’elle, la place où aurait du se trouver Aleksei. Mais voilà, le russe n’était pas là, et dans un certain sens Eléanor en était soulagée, ne le connaissant qu’à peine.

La tête tournée, la petite brune essayait de se concentrer sur autre chose, allant même jusqu’à faire une blague, pour ne pas montrer à quel point elle était terrifié. Et si quelque chose n’allait pas ? Et si c’était sa faute ? La demoiselle n’avait pas tout de suite compris qu’elle était enceinte, elle n’avait même pas fait attention, réalisant seulement un jour que cela faisait un moment qu’elle n’avait pas eu ces règles. Mais avant de faire ce fichu test de grossesse, elle en avait fait des soirées. Ou elle avait bu, plus que de raison, fumer un peu trop, et pas seulement des cigarettes. Et si toutes ces conneries lui avaient bousillée sa vie qui n’avait même pas encore commencer.

Alors qu’elle pensait à tout cela, elle se mit à entendre un bruit. Elle ne comprit pas tout de suite ce que c’était, jusqu’à faire le rapprochement. Un battement de cœur, amplifié par le haut parleur. Des petits battements de cœur résonnant dans toute la pièce, dans sa tête, et même dans son cœur. C’était son enfant, qui vivait, au creux de son corps. Elle tourna la tête, Eléanor, questionnant le médecin du regard, qui lui confirma, lui montrant l’écran où l’on voyait quelque chose. Un petit être. Si petit encore. Si fragile. D’une voix tremblante elle le dit à Szymon, lui intime de le voir, ce bébé, son bébé.

Elle se met à sourire, niaisement, heureuse de constater que tout va bien, qu’il est là, en elle. Tournant la tête vers son meilleur, elle est d’autant plus contente. Lui aussi sourit. Son propre cœur s’emballe, et son regard s’attarde sur le polonais. Eléanor à tellement de chance de l’avoir dans sa vie, d’avoir quelqu’un comme lui sur qui comptait, un jeune homme qui méritait autre chose que de se trainer une future maman. Pourtant elle ne peut pas se décider à s’éloigner de lui… Elle se met à rire à sa réplique. Oui il, ou elle d’ailleurs sera beau. Le plus beau des enfants. Du moins aux yeux de la brunette.

_ J’ai compris, ouais.

Le regard d’Eléa retourne sur l’écran, pour observer ce minuscule être humain, se demandant ce qu’il peut bien être. Une fille ou un garçon. Elle n’y a pas encore pensé, et n’a pas vraiment de préférence. Et de prénom encore moins. Mais elle avait encore le temps pour cela, encore un peu. Le médecin fait bouger le truc sur son ventre, comme si elle cherchait quelque chose, qu’apparemment elle trouve. Le sourire aux lèvres, elle se tourne vers l’espagnole, lui demandant si elle veut connaitre le sexe du bébé. Déjà ? Il est possible de le savoir ? ca fuse dans sa tête, est-ce qu’elle le veut ? Ou pas ? Finalement elle hoche la tête.

Un garçon… Ce sera un garçon.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Jeu 30 Avr - 16:24





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
J'avais, malgré moi, soulever une question à laquelle je n'avais pas encore pensé. Et c'était une question plutôt importante, à y réfléchir. J'avais bien vu que j'avais piqué la curiosité d'Eléanor. Bien qu'elle s'était déjà très certainement  interrogée sur le sexe de son bébé, je pensais que le fait d'entendre son petit coeur battre, de le voir s'animer devant elle, lui avait pendant un instant fait oublié sa question. Que je lui avais involontairement rappelée. Alors qu'elle a les yeux rivés sur l'écran, tout comme moi désormais, la voix de la gynécologue s'éleva de nouveau. Le demanda si elle pouvait lui annoncer si elle allait donner naissance à un super-héros ou une princesse. On attend, la médecin et moi, on attend qu'Eléanor se positionne. Mais elle à l'air sceptique, hésitante. Elle finit par hocher la tête, et le docteur lâche l'information, le sourire au lèvres. Et aucun de nous deux ne dit rien.

Un garçon. Un petit monsieur qui, dans quelques années, courra sûrement dans les rues de Winston Oaks Hills. Je n'arrivais pas à arrêter toutes les visions qui affluaient dans mon esprit, à cet instant précis. Toutes celles que, malgré moi, je m'étais déjà faites. Elles prenaient forme, désormais, arrivant à mettre un presque visage sur le bambin que je m'étais déjà imaginé. Et étrangement, ça me rendait heureux. Alors que je n'avais techniquement rien à faire avec ce gamin. Je ne serais rien pour lui, juste le meilleur ami de sa maman, qu'elle perdra peut-être de vue, un jour, dans un an, dans dix ans. Il me connaîtra, me verra souvent, au même titre qu'il verra son institutrice tous les jours, sa nourrice, son patron, tous les gens qui coloreront le tableau qu'il allait dessiner. Je serais juste une petite tâche de couleur, alors que l'espagnole à côté de moi occuperait tout l'espace. J'étais loin d'être jaloux. Mais je ne comprenais pas pourquoi ça m'emplissait de toute cette joie. Alors, c'était vrai, ce que les gens disaient. Que je m'enthousiasmait pour un rien, que le bonheur des autres m'atteignait fatalement. J'ai finalement tourné le visage vers Eléanor, lui adressant mon sourire le plus radieux. Ouais, j'étais content pour elle. J'avais envie de lui faire le plus gros câlin que je lui avais jamais donné. Mais au lieu de ça, j'ai juste pris sa main, et j'ai susurré un petit « Félicitations. » en continuant de lui sourire.

Une dizaine de minutes plus tard, on était sortis de l'hôpital. Retour aux bruits de la ville, du soleil d'avril qui nous aveuglait les yeux. C'était bizarre, sans que je puisse dire pourquoi. Ca semblait décalé, de se retrouver là. Personne ne savait qu'Eléanor accoucherait d'un petit garçon dans quelques mois, et le monde continuait pourtant de tourner. Ca m'avait étrangement l'air impossible. J'ai mis les mains dans mes poches, me suis tourné pour faire face à sa petite personne.« Bon, tu veux un café, un thé, j'sais pas quoi ? J'propose qu'on aille au Starbucks, comme j'vais devoir y aller bientôt. »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Jeu 30 Avr - 22:46





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

Le sexe du bébé… Eléanor n’y avait pas vraiment pensé jusque là. En faite jusqu’à aujourd’hui, elle n’avait pas réellement compris ce qui lui arrivait. Maintenant elle savait, elle était certaine, Eléanor Artega allait être maman. Elle ne savait pas trop comment elle ferait, ni comment elle réussirait à y arriver, mais ce n’était pas grave, tous les doutes, toutes les questions, c’était de l’histoire ancienne. Elle allait avoir un petit garçon, c’était tout ce qui comptait.

La petite brune n’arrivait pas à quitter des yeux le petit écran où elle le voyait… Il était là, si proche et pourtant si loin. Il faudrait encore des mois avant qu’elle ne puisse le tenir dans ses bras, l’embrasser, le regarder dormir. Elle avait presque hâte, de faire sa connaissance, de voir à quoi il ressemblerait. Est-ce qu’il aurait un peu d’elle ? Un peu d’Aleksei ? Qu’importe, elle l’aimerait ce bébé, plus que sa propre vie. Mais pour cela il allait falloir qu’elle travail, qu’elle fasse quelque chose de sa vie pour pouvoir déménager, ne pouvant pas rester trop longtemps chez le polonais, et surtout pas après l’arrivée du bébé. Il faisait déjà tellement pour elle, Léa ne pouvait pas en plus lui imposer un enfant, qui n’était même pas le sien.

Perdue dans ces pensées, l’espagnole avait reporté son attention sur Szymon, le sourire aux lèvres. Il semblait heureux lui aussi, et cela la rendait plus heureuse elle, sans même comprendre pourquoi. Peut-être une histoire d’hormones ou un truc comme ça. Enfin le polonais se tourna vers la demoiselle et elle capta son regard, ne le baissa même pas pour regarder la main qu’il posait sur la sienne. Son cœur s’emballa, les larmes emplirent ses yeux. Elle était tout simplement heureuse, comme jamais elle ne l’avait été jusqu’à présent. Elle sera la main de son meilleur ami, se contentant de chuchoter :

_ Un garçon.

Ils avaient finit par sortir de l’hôpital, l’espagnole avec une petite photo souvenir en poche. Marchant aux côtés de son meilleur ami, elle ne réalisait pas encore ce qui venait de se passer. Elle avait vraiment un bébé dans le ventre, en bonne santé et en plus avec un petit zizi. Il fallait désormais lui trouver un nom, ce qu’elle commencerait à faire dés qu’elle serait rentrée à l’appartement. Mais avant ça elle avait de … de se balader, de profiter du soleil et de Szymon. D’ailleurs celui-ci lui proposa d’aller sur son lieu de travail afin d’aller boire quelque chose avant qu’il ne commence son service. Elle hocha la tête, et reprit la marche, les mains sur son ventre, le sourire aux lèvres, pensant déjà à manger une glace, ou un truc comme ça.

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous les deux assis à une table du Starbucks, Eléanor sirotant un milkshake à la fraise et à la vanille. Relevant la tête, elle se mit à observer le polonais. Une idée venait de germer dans sa petite tête, elle n’y avait pas pensé jusqu’à présent, mais ce bébé, son fils aurait besoin d’un parrain. Et d’une marraine. Pour la deuxième, elle avait déjà une petite idée, n’ayant de toute façon que très peu d’amies filles dans son entourage. Mais pour le premier, une seule personne lui venait en tête. Et il était justement sous ses yeux.

_ Dis Szy… j’pensais à un truc… Tu voudrais être son parrain ?


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Jeu 30 Avr - 23:38





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
Le Starbucks était étrangement calme alors que nous entrions tous les deux dedans, moins d'une petite heure avant que mon service ne commence. J'ai poussé la porte du coffee shop afin de laisser passer la petite espagnole la première, me pris le pied dedans alors qu'elle se refermait sur moi. Je trébuchais, manquant de faire tomber Eléanor en avant. Je l'avais simplement un peu poussée, et j'ai posé mes mains sur mes épaules pour m'excuser, riant légèrement, un peu gêné. On s'avance vers le comptoir, et je salue mon collègue d'un geste chaleureux avant de finalement passer commande pour Léa et moi. Un milk-shake pour la demoiselle, un simple chocolat chaud pour moi. J'attrape les deux boissons, montre à ma colocataire une table libre d'un signe de la tête, et l'on va tranquillement s'y asseoir.

Sans bruit.

Je bois une gorgée de mon chocolat, regarde dehors, mon regard figé sur la grande allée du centre commercial, et me rappelle de ce soir de décembre lors duquel Ismaëlle était venue s'asseoir en face de moi, quelques tables plus loin. Je ne l'avais pas revue depuis un petit bout de temps, et ça me brisa soudainement le coeur. Elle me manquait un peu, quand même. Mon nom qui sort d'entre les lèvres d'Eléanor retire sa tête rousse de mon esprit, alors que je tourne la tête vers ma voisine, avant de reprendre un gorgée de chocolat. Que je recrache immédiatement, inondant quelque peu la main droite de l'espagnole. Je lui tend une serviette en papier, gagnant ainsi du temps pour trouver quoi répondre à ce qu'elle venait de me demander. Ce qui n'était pas rien, comme question. Parrain. Moi, parrain, du fils de ma meilleure amie, que je connaissais depuis seulement un peu plus d'un an. Imaginable. L'idée ne m'avait jamais ne serait-ce qu'effleuré l'esprit. Je laisse s'échapper ma toute première question ? « Pourquoi moi ? Léa, t'as deux frères ! » Sans crier, avec un petit sourire qui voulait dire que ça me rendait assez confus. Bon, oui, elle avait à pein adresser la parole à sa famille depuis qu'elle avait fait son test de grossesse. Elle avait simplement et accidentellement croisé Matéo dans la cage escalier de notre immeuble. Mais elle avait encore le temps de retourner vers eux, et eux vers elle. Il pouvait se passer des tas de choses, en quelques mois, et je priais pour qu'elle se réconcilie avec sa famille avant que son petit vienne au monde. Alors, pourquoi moi ? Moi, la petite tâche de couleur ?
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Ven 1 Mai - 15:46





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

L’esprit de la petite brune était plein de choses, d’idées, de pensées, de rêves. Il fallait y mettre un peu d’ordre. Cela faisait pourtant plusieurs mois qu’elle avait apprit qu’elle était enceinte, et ce n’était que maintenant qu’elle le réalisait pleinement. A cause de ce qu’elle avait vu sur ce tout petit écran. A cause de ce qu’elle venait d’apprendre. Un garçon. Eléanor allait mettre au monde un petit garçon qui aurait peut-être ses yeux, ou la même couleur de cheveux. Probablement le même caractère mais ça ce n’était pas grave, bien au contraire, il en aurait besoin pour survivre dans ce monde.

L’espagnole sortit de ces pensées alors que son meilleur ami lui ouvrant la porte de l’établissement où il travaillait. Elle le remercia d’un sourire avant d’avancer d’encore quelques pas… Puis elle avança un peu plus vite, poussé par derrière par le polonais. Il pose alors ces mains sur ses épaules pour s’excuser. La demoiselle lève la tête pour pouvoir voir son sourire. Son cœur se met à battre un peu plus vite et elle n’en comprend pas la raison. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’il lui sourit comme ça. Elle n’y fait pas attention, passe commande, et va s’asseoir à la table qu’il lui a indiqué.

Posant son regard sur son meilleur ami, Eléanor sirote sa boisson. Puis elle a une idée, à laquelle elle n’avait pas encore pensé jusque là, mais qui s’impose d’elle-même désormais. Il lui faut un parrain pour son enfant, quelqu’un en qui elle ait assez confiance pour le lui confier si jamais il lui arrive quelque chose. Et cette personne c’est Szymon. Alors elle ouvre la bouche, et lui pose la question. Mais elle ne s’attend pas à cette réaction la petite brune, mais alors pas du tout.

Léa recule un peu alors que le polonais en face d’elle crache tout ce qu’il a dans la bouche. Est-ce parce que sa boisson est trop chaude ou a cause de ce qu’elle vient de dire ? La demoiselle prend la serviette que lui tend son ami et s’essuie la main. Elle pose la serviette dans un coin de la table avant de relever la tête, attendant une réponse. Puis elle baisse le regard, se sentant soudainement stupide de l’avoir fait. Pourquoi lui ? Parce que c’est son meilleur ami, tout simplement. Elle n’a pas d’autres raisons en tête la future maman.

_ Désolée Szy… J’pensais que c’était une bonne idée. T’es mon meilleur ami…

Oui elle avait deux frères, mais un ne lui parlait toujours pas, quant à Matéo, il semblait avoir accusé le coup de la nouvelle, mais elle ne savait pas encore ce qui se passerait par la suite.

_ J’me disais qu’ca pourrait être bien mais… s’tu veux pas, j’vais réfléchir à quelqu’un d’autre.

Ses petits yeux tristes se baissent sur la paille qu’elle met entre ses lèvres pour boire une gorgée de sa boisson.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Ven 1 Mai - 17:15





Eléanor & Szymon
trois jambes ? sérieusement ?
Je sens que je l'ai un petit peu froissée, et j'ai soudainement envie de me retrouver dix kilomètres sous terre. Mais ça me rendait mal à l'aise, qu'elle me pose une question pareille. Elle m'avait demandé de venir avec elle à une échographie alors qu'elle connaissait l'identité du père de son bébé. Elle m'avait demandé d'en être le parrain alors qu'elle ne manquait clairement pas de candidat potentiel pour un tel titre. Alors, oui, la question que je m'étais posée était tout à fait sincère. Je ne comprenais pas pourquoi est-ce qu'elle me faisait passé sur le devant de la scène, le tout devant, alors que je n'avais absolument pas l'impression d'avoir ne serait-ce que le droit de me tenir là. Comme je m'en étais déjà fait la réflexion, alors que nous étions toujours dans le bureau de sa gynécologue, je n'avais pas assez d'estime de moi-même pour me prendre pour quelqu'un de si important dans la vie d'Eléanor et celle de son bébé. Et puis, je l'ai écoutée parler. Me dire que j'étais son meilleur ami. Et je me suis rendu compte à quel point elle tenait à moi, à quel point elle n'avait plus que moi, et à quel point elle comptait pour moi. Alors j'ai attrapé sa main, à peine quelques secondes avant que les mots "si tu veux pas" venait de s'échapper de ses lèvres, doucement, rapidement, l'empêchant ainsi de finir, peu importe par quoi elle voulait continuer. « Ça pourrait être bien, ouais. D'ailleurs, ça va être bien tout court. » Je me suis penché un petit peu en avant, à la recherche de son regard, la forçant à relever la tête vers moi. « C'est bon. Je veux bien. Ca me ferait très plaisir. Et puis, bon, faut avouer les choses telles qu'elles sont, c'est la classe d'être parrain. » Tout ça pour essayer de la faire sourire de nouveau. Ce qui était devenu mon quotidien. « Boude pas, ślicznotka. »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    Ven 1 Mai - 21:20





Szymon & Eléanor
L'inconnu fait parfois peur, mais celui là est tout simplement terrifiant. Et si tu n'avais pas fait les choses comme il faut ?

Ce qu’elle pouvait se sentir stupide à ce moment là la petite brune. Elle ne savait pas pourquoi elle avait pensé à cela, pourquoi elle lui en avait parlé. Mais au fond, pour Eléanor c’était évident. Cela ne pouvait être que lui, son meilleur ami, son sauveur, son ange gardien. C’était étrange de penser cela alors qu’ils ne se connaissaient que depuis quoi… une année ? Mais en un an il peut se passer tellement de choses. Finalement elle lui avait posé la question, comme ça, sans s’attendre à ce genre de réaction. Il avait craché ce qu’il avait dans la bouche, soit du chocolat chaud, et la demoiselle entreprit de s’essuyer la main avec une serviette avant de lui répondre.

Gênée, elle baissa les yeux en lui expliquant pourquoi elle lui avait demandé, à lui et pas à un autre. Elle le comprenait au fond, peut-être qu’il ne ressentait pas la même chose. Après tout il était son meilleur ami à elle, mais peut-être que l’espagnole n’était pas la meilleure amie du polonais… Mais Eléanor préférait ne pas y penser. Elle ne voulait pas s’imposer plus dans sa vie, alors qu’elle avait déjà investit son appartement, et une grande partie de sa vie. Peut-être qu’il ne voulait pas plus, peut-être qu’il se sentait seulement obligé de l’aider jusqu’à ce qu’elle mette son enfant au monde, et qu’après ça il ne voulait plus rien a voir avec la demoiselle.

Son esprit s’emballait, à cause des hormones, qui amplifiaient ses émotions, la rendait à fleur de peau. Elle en avait presque les larmes aux yeux la petite brune. Elle baissa les yeux sur la main de Szymon sur la sienne. Eléanor était en train de dire quelque chose, mais fut interrompu. Cette fois elle allait se mettre à pleurer, si elle arrivait à reprendre son souffle, et calmer son cœur qui battait la chamade. Un sourire s’étira sur ses lèvres.

_ Merci Szy… Comment j’pourrais te faire la tête hein ?

Elle serra sa main dans la sienne, appréciant durant quelques secondes la chaleur qu’elle dégageait avant de la retirer.

_ Tu devrais y aller, ça va être ton heure. J’vais rentrer et j’prendrais un truc à manger pour ce soir, quand tu rentreras.

Se levant d’un seul geste, Eléanor alla planter un baiser sur la joue de son meilleur ami avant d’attraper son gobelet et de quitter l’établissement.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy    

Revenir en haut Aller en bas
 

But for now you're a scan on my unmade plans, A small bump, in four months you're brought to life # Szy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Scan One Piece 568
» One Piece Scan 555 fr
» Détective Conan Scan 866 et 867 !
» Détective Conan Scan 862 !
» Conan Scan 878 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives rp-