AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Ven 1 Mai - 22:44





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
Je m'étais réveillé, ce matin-là, comme ça, avec une envie soudaine de partir. Pas de partir diffinitevement, ni de la ville, ni du pays. Non jjuste prendre ma voiture, mettre mon espagnole de meilleure amie dedans, et de conduire jusqu'à je sais pas où, pour aller faire je sais pas quoi. Un par d'attraction du roller, de la plongée sous-marine, peu m'importait. Juste sortir de cette petite sphère de vie quotidienne qui s'était formé au-dessus de nos têtes et dans laquelle on était tous les deux, malgré nous, enfermés. Alors j'ai ouvert mon ordinateur et, tout en buvant mon chocolat et en mangeant mon petit toast, en pyjama, assis à la table de la cuisine, je parcourais la toile, à l’affût. Où est-ce que j'allais bien pouvoir passer ma journée ?

Et puis, il fallu se rendre à l'évidence : le zoo me tentait bien trop pour pouvoir choisir autre chose. Le plus proche n'était pas réservé aux enfants se trouvait à Londres, à plusieurs heures de voiture de Winston Oaks Hills. Tant pis. Je n'aimais pas conduire. Mais ça valait trop le coup. Enthousiaste, je me suis empressé de finir mon petit-déjeuner, d'aller me doucher et de m'habiller. Et une fois prêt, je me suis faufilé dans ma chambre, où Eléanor dormait toujours. Recroquevillée sur elle-même, elle avait du sentir que je m'étais levée puisqu'elle reposait au milieu du lit. Comme d'habitude. Des fois, elle n'attendait pas que je sois sorti des drap pour prendre tout la place. Prendre la couette était aussi un domaine dans lequel elle excellait. Son ventre arrondi par la vie qui se formait sous sa peau soulevait le rap au rythme de sa respiration, lente et régulière. J'ai souri en remarquant un coussin tombé par terre, m'en emparait, me postait au bout de lit, debout, ben en face de là où elle était allongée. Elle allait me tuer. Boudiou, elle allait me tuer. Mais c'était trop tentant. J'ai inspiré un grand coup avant de lui balancer le coussin, la réveillant brusquement. « DEBOUT LA MOUCHE, on va au zoo ! »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Sam 2 Mai - 13:02





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

Elle était bien la petite Eléanor lorsqu’elle dormait. Plongé dans le pays des rêves, plus rien ne comptait. Ni le fait qu’elle ne vivait plus chez ses parents et que ceux-ci ne lui parlé plus depuis des mois. Si même du fait qu’elle n’était encore qu’une enfant qui allait mettre au monde un bébé. Non tout ça c’était dans une autre vie, dans un autre monde lorsque la belle avait les yeux fermés. Perdue dans un merveilleux monde, la brune avait finit par prendre toute la place dans le lit.

Puis tout changea. Un oreiller qui lui atterri sur la tête, elle se relève, presque effrayé de s’être réveillé ainsi. Eléanor entend une voix, qu’elle reconnaitrait n’importe où. Szymon. Elle n’a pas entendue ce qu’il vient de dire, se contente de rabattre la couette sur sa tête en grognant. Elle en travail pas aujourd’hui, elle se repose, elle dort. Et là le polonais ne la laisse pas dormir, ça ne va pas se passer comme ça oh non.

_ Szyyyymonnnnn, pourquoi tu m’fais ça… Je dors…

Puis elle se souvient de quelque chose. D’un mot. Zoo. Il veut aller au Zoo ? A cette heure là ? Y’en a même pas dans la ville, ce qui veut dire qu’il faut faire de la route… Finalement elle sort sa petite tête de dessous la couverture, et pose son regard sur le polonais. Elle se met à sourire, encore à moitié endormis. C’est ce qu’elle préfère depuis quelques jours, quelques semaines, qu’il soit la première chose qu’elle voit au réveil. Le visage de son meilleur ami, si paisible… Malgré le fait qu’il dorme avec une grosse vache qui prend souvent toute la place et toute la couverture.

_ T’aurais pu m’apporter le petit dej’ au lieu de m’attaquer sauvagement…

Elle parle d’une petite voix. Pleinement réveillé, elle passe les mains sur son ventre déjà bien rond. Et dire qu’il va encore plus grossir. Elle se demande à quoi elle ressemblera dans trois mois, quand elle sera sur le point de mettre au monde son enfant. Alors elle ferme les yeux, passe les mains sous son coussin avant de le jeter sur la tête du polonais.

_ La prochaine fois c’est un coup d’ventre que tu t’prends.

Elle se met à rire avant de se décider à se lever. Difficilement il faut bien l’avouer.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Sam 2 Mai - 23:17





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
« Ben je sais que tu dors, banane. Tu crois que je te réveille pour quoi ? » Elle s'était réfugiée sous sa couette, visiblement pas très ravie d'avoir été retirée d'entre les bras de Morphée. Mais elle allait me pardonner. J'ai rammassé les autres coussins qui reposaient sur le sol. J'adorais les coussins. J'en avais foutu partout sur mon lit pour que le soir, je puisse me vautrer dans mon lit et atterrir dessus. Et quand j'allais me coucher, je les balançais tous par terre pour avoir plus de place. Elle passa sa tête hors des draps encore une fois alors que je rangeais tous mes coussins, avant de lui faire face et de lui rendre son sourire. « Allez, émerge. » Le petit déjeuner au lit ? J'y penserais. Avec des concombres, des tomates, des oeufs et des saucisses. Comme à la maison. Je ne lui avais encore jamais faite, celle-là, et je reléguais cette idée dans un coin de ma tête, pour une prochaine fois. Je ris, me retourne, avec l'intention de retourner au salon pour me vautrer avec un livre en attendant que l'espagnole soit prête. Mais elle ne semblait pas d'accord avec ça, la demoiselle. C'est ce que je me suis dit quand elle a retourné mon arme contre moi. Assez fort pour me dévier de la ligne droit que je suivais et me faire manquer le mur d'à peine quelques centimètres. Alors j'ai tourné les talons, ai écouté son rire et ai contemplé son air satisfait pendant qu'elle se levait du lit. Sauf que je n'allais sûrement pas la laisser s'en tirer comme ça. Alors je suis retourné à côté du lit, l'ai attrapé par les épaules pour doucement la rasseoir sur le matelas. Avant de la momifier dans son drap, tel un rouleau de printemps. Et, comme le soir où elle avait débarqué chez moi, j'ai passé un bras sous ses genoux, un autre sous son dos, et je l'ai trimbalée comme ça jusqu'à la salle de bains, où je l'ai lentement déposée sur le sol. Le carrelage bien froid. La pauvre. « T'as vingt minutes, piękna. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Dim 3 Mai - 14:41





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

Il le savait, et cela ne l’avait pas gênée de la tirer de son sommeil, du pays des rêves où tout n’était que bonheur, papillons et arc en ciel. Enfin en quelques sortes. Il devait le savoir pourtant, le polonais, qu’il ne fallait pas la réveiller ainsi, surtout pas un jour de congé, et encore moins alors qu’elle était assez à fleur de peau en ce moment, avec le bébé, les hormones et tout ça. Mais en voyant son visage, son sourire, elle ne pouvait lui en vouloir la petite espagnole.

_ J’te déteste, tu l’sais ça…

Bien sur qu’elle ne le pensait pas, mais alors pas du tout. Bien au contraire, elle l’aimait comme pas possible son meilleur ami, elle tentait chaque jour de le remercier de ce qu’il pouvait faire pour elle, même si ce n’était rien. Elle ne savait pas comment s’y prendre, et même qu’elle prenait souvent toute la place et la couette. Il était peut-être temps qu’elle se trouve un appartement… Mais à chaque fois qu’elle y pensait, elle repoussait cette idée. Retournant se cacher sous les couvertures, Eléanor n’avait pas très envie de se lever, surtout qu’il ne lui avait même pas apporté le petit déjeuner, c’était inadmissible !

L’espagnole se contenta de grogner, sortant seulement la tête du lit, pourquoi fallait-il qu’elle se lève ? Et puis d’abord il était quelle heure ? Et pourquoi faire ? Il lui semblait avoir entendu le mot ‘Zoo’ mais elle n’en était pas certaine. Alors que son meilleur ami s’éloignait un peu, Eléa attrapa l’un de ces coussins pour le lancer sur le grand brun, le touchant en plein dans le mille. Puis elle entreprit de se lever, ce qui devenait de plus en plus difficile, à cause de son ventre qui prenait un peu trop de place. Mais le polonais n’en resta pas là, oh non.

Szymon la poussa avec tendresse sur le lit qu’elle venait de quitter avant de faire je ne sais pas quoi avec les draps. Résultat la petite brune se retrouva prisonnière, ne pouvant plus bouger, ni même faire quoi que ce soit. S’il fallait qu’elle se lève et se prépare cela n’allait pas être évident. Se mettant à rire elle tenta de rouler sur le coté, sans y arriver, son bidou l’empêchant de passer le cap.

_ C’est malin, j’fais comment maintenant ?

Et comme pour répondre à sa question, Szymon l’attrapa pour la porter jusqu’à la salle de bain avant de la déposer sur le sol. Elle sentit le froid à travers le tissu et frissonna un peu. Elle leva les yeux vers le jeune homme. 20 minutes vraiment ? Il ne s’était pas encore rendu compte qu’elle était une fille ? Il ne savait pas qu’il lui fallait tout de même un peu plus de temps pour se préparer ?

_ Okay, mais viens pas t’plaindre si j’ressemble à rien en sortant d’là.

20 minutes, c’était parti. Le polonais quitta la pièce et Eléanor mit bien deux minutes pour se sortir de drap. Le laissant de coté, elle passa deux autres minutes assises sur les toilettes. Jamais de sa vie elle n’avait fait autant pipi qu’en étant enceinte. Et en plus il fallait souvent qu’elle y aille une dizaine de fois dans la journée lorsque le bébé s’amusait à appuyer sur sa vessie. Puis une douche en cinq minutes, elle était déjà presque à la moitié du temps impartit. Sans même prendre le temps de se sécher complètement, la demoiselle retourna dans la chambre histoire de prendre ce qui lui tombait sous la main pour s’habiller puis retourna dans la salle de bain où elle les enfila, se coiffa et se brossa les dents.

Attrapant au passage son sac, elle alla rejoindre le polonais installé sur le canapé, un livre devant les yeux.

_ Bon tu les bouges tes jolies fesses ? Maintenant que j’suis debout, t’peux m’dire ce que tu veux faire, sinon j’retourne me coucher moi…

Quelques minutes ils se retrouvèrent dans la voiture, la demoiselle se préparant pour le long voyage qui se préparait, en espérant qu’elle ne soit pas malade en voiture…


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Jeu 7 Mai - 22:56





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
Je grimace, lui tira la langue en plissant les yeux. « Ouais j'le sais. Moi non plus j'taime pas, attends. Faut pas déconner. » Faux, archi-faux. Fallait bien le reconnaître. Je l'aimais, Eléanor. Pas comme j'aimais Isma, pas comme j'avais aimé mon amoureuse de primaire. Karolina. Non, Eléanor, je l'aimais, tout simplement. Inconditionnellement. Alors qu'au début, c'était juste la soeur du voisin, que j'avais croisé une fois dans la cage escalier de l'immeuble. Elle n'était pas destinée à vouloir dire quoique ce soit pour moi. Et la voilà, maintenant, enceinte, allongée dans mon lit puisque c'était chez moi qu'elle avait eu le reflex de venir chercher refuge, et bientôt en route pour aller au zoo de Londres, après mon invitation. Qui aurait pu deviner que nous en arrivions là ? Personne. Même pas nous, probablement. Et pourtant. Je ne croyais pas au destin. Alors, ça voulait dire qu'on avait voulu tout ça.

Deux coussins volants, une espagnole momifiée et une douche plus tard, elle se tenait debout dans mon salon, faisant face à mon canapé, mon livre et moi. Et, comme elle me l'avait demandé, je ne me plaignis pas du fait qu'elle ne ressemblait à rien. Même à peine maquillée, préparée en vingt minutes, elle arrivait tout de même à être jolie. Elle m'a demandé ce que j'avais prévu, et j'ai répondu tout en glissant mon marque-pages entre celles où je m'étais arrêté, fermant mon livre et le posant sur la table devant moi. « J'vais commencer par te demander d'arrêter de qualifier mes fesses de "jolies" où j'vais finir par rougir. Ensuite, on sort de là, on va s'acheter un pique-nique je ne sais trop où, on prend la route, on va à Londres, on se perd pour toruver le zoo, on y passe la journée. Qu'on va totalement improviser parce que bon, tu me connais, j'suis pas fan des emplois du temps à respecter à la lettre et tout le bordel. Ça te va ? » Elle avait rien à dire, de toute façon. Ca allait nous faire du bien, de bouger un peu, de faire autre chose que de rester coincés dans notre petite routine. Elle a tout de même hoché la tête et, deux ou trois minutes plus tard, on était assis dans la voiture.

Comme prévu, on s'arrête au supermarché afin de nous acheter de quoi manger ce midi. J'en profite pour lui offrir un petit-déjeuner, qu'elle n'avait pas pris à la maison. Une canette de Minute Maid, des briochettes. Ça devrait faire l'affaire, m'avait-elle dit. Mais je lui ai quand même pris une tablette de chocolat. Sait-on jamais. Une dizaine de minutes plus tard, on avait atteint la voix rapide. Destination : Londres. Je conduisais, elle mangeait à côté de moi. Elle arrivait à avoir l'air distinguée tout en mangeant dans une voiture, sans autre support que ses jambes et, éventuellement, son ventre qui commençait à être sérieusement visible. Pratique, dis-donc. Elle pourrait bientôt poser une assiette dessus. « J'peux taper dans ton paquet de brioches ou pas ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Ven 8 Mai - 0:19





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

Parfois, Eléanor s’étonnait elle-même. Et surtout ces derniers temps. Jamais de la vie elle ne se serait crue capable d’avoir un enfant. Du moins pas maintenant, pas aussi jeune, sans être en couple et surtout sans travail, sans logement et tout ce qui va avec. Pourtant du moment où elle avait apprit sa grossesse, pas une seule seconde elle avait pensé à avorter. Et aujourd’hui, on pouvait presque dire qu’elle avait réussit. D’accord avec l’aide de son meilleur ami. En faite Szymon était son sauveur. Sans lui… bah la demoiselle ne savait absolument pas ce qu’elle serait devenue. On l’aurait probablement retrouvé à trainer dans les rues, avec son ventre rond à la recherche de quoi manger. Ou alors elle serait retournée chez ses parents et aurait probablement était enfermé dans sa chambre jusqu’à avoir mit cet enfant au monde avant de le faire adopter. Quand elle pensait à tout cela, Léa en avait des frissons dans le dos. Heureusement qu’il était là le polonais, et qu’il la supportait.

Ce matin, elle avait réussi l’exploit de se préparer, douche comprise, en vingt minutes. Mais bon fallait pas s’attendre à ce qu’elle soit de toute beauté l’espagnole, elle n’avait même pas eu le temps de se mettre un coup de crayon sous les yeux. Quoi qu’en ce moment, elle ne le faisait même plus, les gens ne la regardaient pas dans les yeux lorsqu’ils la croisaient mais c’était son ventre qui attirait toute l’attention. Alors bon. Elle avait arrêté de se maquiller. Surtout qu’il lui fallait de plus en plus de temps pour cacher les marques de fatigues. Debout face au polonais, la demoiselle lui demanda gentiment de bouger ses fesses, maintenant qu’elle était prête. Elle se mit à rire. Rien que pour le voir rougir, elle allait continuer Eléanor. Et puis c’était vrai, elle trouvait qu’il avait de belles fesses. Mais… pourquoi pensait-elle à cela ?

_ Bon programme. Surtout pour la bouffe, j’ai déjà faim. Faudra juste prévoir des pauses pipi, j’arrête pas en ce moment…

Assise dans la voiture, Eléanor regardait la route qui défilait sous ses yeux sans vraiment y faire attention. Finalement cette journée allait peut-être lui faire du bien. Elle allait pouvoir redevenir une enfant, au moins durant quelques heures. Et puis elle adorait les animaux. Et Szymon, son meilleur ami. Rien de mieux pour une journée parfaite. Elle resta dans la voiture, le temps que le polonais aille faire quelques courses, lui disant juste de quoi elle avait envie. Ça changeait pas mal en ce moment. La demoiselle se surprenait même à vouloir des choses qu’elle n’avait jamais ou qu’elle n’aimait pas. Le mystère de la grossesse. Szymon revint rapidement et tendit à la brune son petit déjeuner qu’elle s’empressa de commencer.

S’empiffrant comme pas possible, Eléanor regarda la route qu’ils empruntaient pour aller à Londres. Ça faisait bien longtemps qu’elle n’y avait pas mit les pieds. Des années en faite. La dernière fois c’était avec ces parents… Préférant ne pas penser à cela, la demoiselle but une gorgée de la boisson qu’avait ramenée Szymon. La voiture filait, et la jeune fille tourna la tête vers son meilleur ami alors qu’il lui demandait à manger. Manquant de grogner, elle lui lança un regard noir.

_ S’tu veux perdre un ou deux doigts essaie.

Puis elle se mit à rire. Bien sûr qu’il avait le droit. Il pouvait en prendre autant qu’il le voulait, cela empêcherait Eléanor de prendre encore quelques kilos en trop. Finalement, avec le sourire elle lui en tendit un avant de laisser le paquet de côtés, le ventre bien rempli. Puis elle posa sa tête, ferma les yeux et se laissa bercer par les mouvements de la voiture. Lorsqu’elle se réveilla, ils étaient déjà arrivés à Londres. Elle avait autant dormi ? En même temps il lui manquait un peu de sommeil.

Eléanor retrouva rapidement ses esprits en voyant la grande pancarte indiquant l’entrée du Zoo. Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’était pas venue, elle en était toute excitée. Et elle n’était pas la seule. Bébé encoresansnom venait de lui appuyer sur la vessie. Il fallait qu’elle aille rapidement aux toilettes. A Peine Szymon avait-il garé la voiture, que la brunette sortit de la voiture et se précipita vers les toilettes, qui heureusement se trouvaient à l’extérieur. Quelques minutes plus tard, elle retrouva son meilleur ami, un sourire désolé sur le visage.

_ C’est une sale teigne en c’moment, il m’fait le coup plusieurs fois par jour.

Elle désigna son ventre rond avant de passer une main dessus. Puis elle reporta son attention sur le jeune homme et le sac qu’il portait.

_ T’veux un coup de main ?


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Sam 9 Mai - 22:55





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
J'ai haussé les sourcils à sa réponse. Ah ouais, elle était comme ça ? Je le savais au fond, qu'elle allait répondre un truc comme ça. Elle adorait me faire chier. Par-dessus tout, il fallait croire. Exactement comme Anakin, elle trouvait toujours quelque chose à redire. Mais Anakin, c'était une petite blague, un petit jeu de mot pourri, un petit sarcasme tout à fait discernable. Mais Eléanor, si je ne la connaissais pas autant que ça, je pourrais croire qu'elle était méchante. Enfin, pas méchante, méchante. Mais quand même. Léa, elle balançait des véritables piques, avec un air extrêmement sérieux qui parfois, je devais bien l'avouer, portait à confusion. Mais bon. C'était Léa. J'ai pris un air faussement offensé alors qu'elle rit, plonge sa main dans le sachet de brioches et m'en tend une, que je saisis, sans quitter la route des yeux. Je la remercie en un murmure, prend une bouchée de la viennoiserie, avant de lui dire, la bouche encore un peu pleine. « J'chavais que t'avais pas ni l'intenchion, ni le courache pour me couper les doigts. » Elle a déplacé le sachet de son siège pour le poser entre nous deux. Je l'ai regardé poser sa tête contre le rebord de la fenêtre, puis s'endormir. Sa respiration régulière a fini par me bercer, et j'ai décidé de mettre de la musique pour me maintenir éveillé - et avec des écouteurs pour la laisser dormir. Je savais qu'elle en avait plus que besoin. Elle ne s'est pas réveillée quand je me suis arrêté sur une aire d'autoroute pour me prendre un rapide café, que j'ai bu tout en conduisant. Ni quand on est restés plusieurs dizaines de minutes dans les embouteillages. En fait, son cycle du sommeil s'était réglé sur le GPS, apparemment, puisqu'elle s'est redressé sur son siège pile au moment où je mis mon clignotant en marche, prenant la sortie correspondant au zoo.

La voiture n'était pas garée depuis dix secondes que déjà l'espagnole était dehors, courant presque jusqu'aux toilettes. Elle est revenue à peine quelques minutes plus tard, une main sur son ventre, souriant un peu. Sourire que je lui ai rendu, secouant la tête. « J'comprends. Je sais à quel point la collocation peut être difficile. C'pas facile tous les jours. » Avant de lui tirer la langue, d'aller ouvrir le coffre pour m'emparer du sac glacière dans lequel j'avais glissé notre pique-nique et de le glisser sur mon épaule. J'ai secoué la tête à sa question. « J'me débrouille, t'en fais pas. » Un sourire radieux, et quelques minutes après nous marchions côtes à côtes, rangeant les tickets que nous avions pris dans nos poches, entourés de plein de monde et de plein d'animaux. J'ai senti une dose d'enfance revenir de je ne savais trop où. J'avais saisi un prospectus du zoo quelques secondes après avoir passé le guichet, et je l'ai déplié, le tendant devant nous, nous permettant de contempler le plan du parc. « J'te laisse choisir le sens dans lequel on va. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Mer 13 Mai - 22:37





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

Eléanor est le genre de fille qui, quand elle aime quelqu’un, c’est presque pour la vie. Lorsqu’elle n’aimait pas quelqu’un, c’était la même chose. Et Szymon… Elle l’aimait comme pas possible, comme on pouvait aimer son meilleur ami, voir plus. Mais la demoiselle avait aussi son caractère à elle, et ce qu’elle adorait faire, parfois, c’était embêter. Normal que le polonais en prenne pour son grade. Tant qu’il savait que la jeune femme plaisantait avec lui alors tout iras bien. Elle s’est mise à rire en voyant le regard qu’il lui a lancé, il semblait se demander durant quelques secondes si l’espagnole était sincère ou pas. Mais elle se reprit, avant de tendre une brioche à son ami, puis de placer le paquet entre les deux, afin qu’il puisse se servir à volonté.

_ C’est seulement parce que j’ai b’soin que t’sois en entier pour aller au Zoo.

Elle lui rire la langue, lui souris, l’observe quelque instants en imprimant ses traits dans sa mémoire. On ne sait jamais. Puis la petite brune tourna la tête, afin d’observer le décor qui défilait sous ses yeux. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas quitté la ville qu’elle habitait depuis déjà de nombreuses années. C’était presque comme si finalement elle avait vu le jour ici, vu le peu de souvenirs qu’elle pouvait avoir d’Espagne. Elle se demanda si elle y amènerait son fils un jour… Tout doucement, sa tête s’est faite lourde, elle l’a posé contre le fauteuil, et ses paupières aussi, alors elle les a tout simplement fermés…

Elle ouvrit les yeux, se demandant quelques secondes om est-ce qu’elle pouvait bien être et surtout ce qui pouvait bien se passer, avant de se souvenir : le zoo, l’attaque de coussin, le voyage en voiture. La bouche un peu pâteuse, elle avait probablement un peu bavé durant sa sieste, elle attrapa la canette et en but quelques gorgées avant de se tourner vers Szymon. Il était concentré sur la route. Route d’ailleurs qui se terminait puisqu’il venait de se garer. A peine la voiture arrêté que l’espagnole était déjà dehors, courant presque dans la direction des toilettes. C’était bien beau d’être en train de fabriquer la vie, mais quand ça voulait dire qu’il fallait aller faire pipi toutes les cinq minutes, ça l’était un peu moins.

De retour à la voiture, les mains tu le ventre, Eléa sourit d’autant plus à la réponse de son meilleur ami. Collocation. Ouais c’est le bon mot.

_ S’tu veux, j’te le prête de temps en temps.

Puis elle s’approche du coffre que le polonais venait d’ouvrir, lui demandant s’il voulait un coup de main. Après tout Eléanor était une fabrique à humain miniature, elle n’était pas mourante ou handicapé. Mais bon s’il s’en sortait tout seul… Les mains dans les poches arrières, la demoiselle suivit Szymon vers les caisses, puis à l’intérieur du Zoo une fois les tickets obtenus. La demoiselle était aux anges, des étoiles pleins les yeux comme si c’était la première fois qu’elle venait ici. Mais c’était bien la première fois depuis des mois, depuis qu’elle avait apprit sa grossesse, qu’elle passait du bon temps, qu’elle n’était obligé de penser à rien d’autre que ce qui lui ferait plaisir. Aux paroles du brun, l’espagnole s’avança et jeta un coup d’œil sur la carte qu’il tenait dans ses mains. Il y avait tellement de choses à voir, elle ne savait pas par où commencer.

_ Un sens ? Ca s’voit qu’t’a jamais visité de Zoo avec moi. Mon sens c’est mon envie.

Non, Léa n’était pas chiante, mais alors pas du tout. Mais en même temps, il ne fallait pas demander. Un dernier coup d’œil sur la carte avant d’y poser un doigt.

_ J’veux aller là.

Les éléphants.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Sam 16 Mai - 0:23





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
Me prêter son gosse, vraiment ? « A cause de toi j'ai eu une vision de moi, enceinte. Et c'était pas drôle du tout. » Mais alors, vraiment pas. Je ne pouvais qu'imaginer le bordel que ça devait être, porter un enfant. Vomir, avoir mal au dos, envie d'aller aux toilettes toutes les deux minutes, faire des crises de nerfs et rigoler comme une baleine la minute d'après... Très peu pour moi. Et très peu pour Eléanor, je le savais. Bien que c'était certainement l'idée d'être maman à vingt ans qui l'effrayait par-dessus tout, tous les petits désagréments causés par la grossesse n'était sûrement pas une partie de plaisir. Il y avait eu cette journée, qu'elle avait passée couchée. Pas parce qu'elle était vraiment mal. Elle avait eu plus de nausées que d'habitude, et n'avait pas eu le courage de se relever. Pas eu le courage d'affronter les prochaines vingt-quatre heures. Et elle avait sans cesse répéter qu'elle en avait marre, tellement marre, qu'elle voulait que ça s'arrête. Ce que je pouvais amplement comprendre. Mais je voyais qu'elle encaissait beaucoup mieux sa grossesse, depuis qu'elle avait appris le sexe du bébé. Je ne savais si c'était quelque chose d'habituel, mais je savais que d'une certaine, ça lui avait fait du bien, l'avait aidé à accepter tout ce qui allait lui arriver.

On a traversé une petite partie du parking pour finalement passer à travers le contrôle de sécurité et le guichet, avant de nous retrouver au milieu d'une espèce de place, le tout début du zoo, là où nous allions nous retrouver à la fin de notre petit périple. J'ai déplié la carte que j'avais saisie au guichet, l'ai tendue devant nous avant de demander à l'espagnole à côté de moi de choisir par où nous allions aller. J'ai ri à sa réponse, reconnaissant bien là ma meilleure amie. Il n'y avait pas qu'au zoo qu'elle n'avait pas de sens. Elle faisait tout comme elle voulait, cette fille. Au diable les conventions et les sens imposés. Si elle voulait manger son plat de résistance avant son entrée, alors elle le ferait. Si elle voulait se démaquiller après sa douche, alors elle le ferait aussi. On ne pouvait rien lui imposer, à Eléanor. Elle déposa un doigt vernis sur un coin de la carte, m'informant à haute voix que c'était l'endroit où elle voulait se rendre, et j'ai souri. Moi aussi, petit, je voulais toujours aller voir les éléphants en premier. « C'parti alors. » Je replies la carte, non sans galérer un petit peu et en jurant, et on commence à marcher côtes à côtes alors que je ranges le prospectus dans la poche arrière de mon jean. Et bientôt, on arrive devant les éléphants.

Ils étaient beaux, grands, majestueux, et je n'arrivais plus à m'empêcher de sourire comme un gamin. Ça faisait un bail que je n'étais pas allé au zoo, et les souvenirs de ma dernière virée en compagnie de ma soeur et de mes parents remontent soudainement. Je remarque un type qui vend des cacahuètes, pas très loin de là, et je m'approche, lui en achète un petit paquet, avant de retourner près d'Eléanor. J'étais sur le point de lui demander de m'apprendre à dire éléphant en espagnol quand dans mon dos, j'en ai entendu un barrir derrière moi. J'ai sursauté, manquant de perdre l'équilibre et de me ramasser, me rattrapant de peu sur les épaules de ma meilleure amie. Plusieurs jurons en polonais avant de passer la main sur mon visage. « Bordel, je te jure que je viens de voir ma vie défiler. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Dim 17 Mai - 18:47





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

L’espagnole éclata de rire en voyant la tête de son meilleur ami. Son regard baissa jusqu’à son ventre qu’elle imagina rond. C’était hilarant et elle ne pouvait pas s’empêcher de rire. Mais au fond, elle ne le souhaitait pas au polonais parce qu’avoir un enfant dans le ventre c’était quand même quelque chose. Plus le temps passait, plus Eléanor se faisait au fait que dans quelques mois elle allait mettre au monde un petit bébé. Heureusement, les nausées, elle en avait de moins en moins. Ou peut-être qu’elle s’y était juste habitué. Par contre le fait d’aller aux toilettes toutes les cinq minutes devenait un peu gênant. Surtout lorsqu’elle était au travail, ou qu’elle se baladait.

Une fois passé l’entrée et l’achat des billets, la petite brune regarda autour d’elle, des étoiles pleins les yeux. Cela faisait tellement d’années qu’elle n’avait pas mis les pieds au zoo… Et puis elle était en bonne compagnie, ce qui la rendait d’autant plus joueuse. Szymon avait déplié une carte et lui demandait par où commencer, sauf que pour Léa il n’y avait aucun chemin à prendre, elle aimait aller là où elle avait envie, quitte à faire des aller retour ce n’était pas grave, ils avaient toute la journée rien que pour eux. Jetant un dernier coup d’œil au bout de papier, elle finit par y poser un doigt, disant que c’était par là qu’elle voulait commencer : les éléphants. L’espagnole avait toujours été attirée par ces animaux monstrueusement magnifiques. Il y avait quelque chose qui faisait qu’elle les aimait bien. Attendant qu’il repli et range la carte des lieux, Eléanor attrape alors le bras de son meilleur ami, marchant vers la direction des éléphants. Durant une demi-seconde elle s’était demandé ce que pourrais penser les autres, une jeune fille au bras d’un jeune homme, un ventre rond sous le tee-shirt. Mais elle s’en foutais, elle voulait seulement être plus proche du polonais. Au fond peut-être que c’était égoïste.

Arrivée devant les barrières, Eléanor se contenta de s’accoudant, son regard parcourant tout l’enclos. Ils étaient si beaux, elle aurait aimé pouvoir les toucher, se sentir toute petite à coté d’eux. Le polonais disparu, la petite brune regarde autour d’elle et le voit un peu plus loin, revenant vers elle avec un paquet de cacahuètes. Ça c’est une bonne idée ! Un sourire apparut sur ses lèvres alors qu’il se rapprochait. Avant de sursauter, perdant l’équilibre, le brun manqua de tomber à la renverse. Elle se mit à rire, se moquant sans aucune gêne de lui avant de s’arrêter, se rendant compte qu’il avait posé ses mains sur ses épaules. Qu’il la touchait. Son cœur manqua un battement et elle leva alors les yeux vers lui, sans comprendre ce qui était en train de se passe r. Szymon la lâcha, et pourtant Eléanor restait à le fixer avant de se mettre à sourire à sa réflexion.

_ Il en faut peu pour te faire peur, c’est mignon comme tout.

Oui elle se moquait un peu de lui, mais ce n’était pas grave, Léa avait le droit. Et même si ce n’était pas le cas, elle le prenait. Parce que Szymon elle l’aimait et comme on dit : ‘qui aime bien châtie bien’. Quittant enfin son regard, Eléanor se replongea dans la contemplation du tableau qui lui faisait face. Puis elle se souvint des cacahuètes et tendit la main.

_ Vaudrait mieux les nourrir avant qu’l’un d’eux essaie d’te manger. Là t’serais bon pour la crise cardiaque.

Une cacahuète dans la main, l’espagnole la tendit au dessus de la rambarde, ou une trompe vint l’attraper en chatouillant sa main. Et comme, pour la remercier ?, après avoir mangé sa friandise, l’éléphant en question rempli sa trompe d’eau avant de la lever vers les deux amis. Ils se retrouvèrent trempé la seconde d’après.
code by Chocolate cookie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Lun 18 Mai - 22:11





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.

« C’est ça Léa, fous-toi de moi. Bien que j’sois pas certain que tu serais plus fière, à ma place. » Je ne peux pas m’empêcher un léger rire s’échapper, malgré ma tentative de lui faire croire que j’étais vexé. Ce que je n’étais pas, évidemment. Il fallait bien avouer que les piques, entre elle et moi, était devenu une sorte d’habitude, et ce, bien avant qu’elle emménage chez moi. J’ai relevé la tête après l’avoir baissée, pour une raison dont je ne me souvenais plus, et je remarquais qu’elle n’avait pas arrêté de me fixer depuis que je m’étais rattrapé sur ses épaules. Et, pour ce qui me semblait être la première fois, je me rendais compte à quel point ses yeux étaient bleus, à quel point ils étaient grands. Beaux, aussi. Je lui souris, elle détourne le regard, et on se retrouve vite de nouveau côtes à côtes, debout devant les mastodontes. La main d’Eléanor se tend alors devant moi, et je l’observe, ne sachant pas ce qu’elle veut. Avant de me souvenir des cacahuètes. J’ouvre le paquet alors qu’elle lâche une nouvelle remarque, et je lui adresse un regard bien plus amusé qu’ennuyé. « C’est toi qui va frôler la crise cardiaque quand j’vais t’balancer de l’autre côté de la barrière, au milieu des deux plus gros, histoire que ce soit toi qui te fasse bouffer. » Je lui tire la langue avant de déposer trois cacahuètes dans sa main. Elle s’approche d’un éléphant, lui offre les friandises d’un geste de la main, et l’animal semble plus qu’enthousiaste puisqu’il s’empresse d’aller piocher dans le creux de la main de l’espagnole avec sa trompe. La scène me fait sourire, de là où je me tiens, et je m’apprêtais à dégainer mon téléphone pour la prendre en photo, quand je me rendis compte qu’il n’était pas dans ma poche. J’ai cherché dans les trois autres, ai regardé autour de moi, pour finalement ouvrir le sac et vérifier si je ne l’avais pas mis dedans pour je ne sais quelle raison. Et j’avais encore la tête presque fourrée dedans quand je me suis retrouvé trempé jusqu’aux os, mon t-shirt me collant presque à la peau et mes cheveux se retrouvant plaqué sur le haut de mon crâne. J’ai levé les yeux, pour constater qu’Eléanor était dans la même situation que moi. Je l’ai regardée, ai secoué la tête en souriant, avant de désigner le coupable d’un signe de main. « J’crois que ce gars a un très léger problème avec nous. » Je me rapproche, finissant par trouvé mon téléphone dans le fond du sac. Il a échappé au carnage, lui, ce sacré petit veinard. Je me tourne vers Eléanor, remarquant qu’elle est encore plus trempée que moi, et je ne peux pas retenir un éclat de rire. Moins d’une demie heure qu’on était arrivés dans ce zoo, et j’avais déjà mal aux côtes. Un couple d’asiatiques est passé à côté de nous, nous a regardé avec un air à la fois compatissant et moqueur, et on leur a tous les deux adressé notre plus grand sourire. J’ai attrapé le bas de mon t-shirt, l’ai tiré, l’ai roulé, l’ai essoré. J’ai vivement passé ma main dans mes cheveux pour leur donner un air un petit peu plus acceptable, disant, répandant autour de moi quelques minuscules gouttes – prenant soin d’en balancer le plus possible sur ma meilleure amie, cela va de soi. J’ai relevé la tête vers l’éléphant, toujours devant nous, apparemment pas décidé à repartir. Je pouvais le comprendre. Rien de mieux que de regarder les autres galérer après leur avoir balancé de l’eau. Trop tentant, vraiment trop. « Tu voudrais pas m’apprendre à lui dire d’aller s’faire foutre en espagnol, par hasard ? » C’est seulement maintenant que je me rendais compte que je ne lui avais jamais demandé de me donner un seul mot d’espagnol. Et qu’elle n’avait jamais fait de même avec le polonais. Moi qui étais pourtant un grand fanatique des langues, je trouvais ça extrêmement étrange. Tentant une nouvelle fois d’essorer mon t-shirt, j’ai ajouté : « Et éléphant, tu l’dis comment ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Mar 19 Mai - 13:12





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

La petite brune ne pouvait que rire, une nouvelle fois. Avec le polonais c’était toujours ainsi, à croire qu’il connaissait le secret pour lui faire retrouver le sourire et la faire rire. Même si elle se doutait qu’il n’avait pas fait exprès de manquer de tomber, cela était bien marrant. Seulement voilà, une fois passé l’hilarité de la situation elle se rendit compte d’une chose : ses mains sur ses épaules. Ce n’était pas la première fois qu’ils se touchaient, après tout ils dormaient ensemble pratiquement toutes les nuits, du moins que Szymon osait prendre place dans le lit avec elle. Mais là c’était différent, comme pas mal de choses ces derniers temps. Elle ne pouvait pas dire d’où ça venait, mais à quelques fois elle se surprenait à le fixer, juste pour le regarder, comme maintenant.

Durant quelques secondes, ils se regardèrent, dans les yeux, avant de retourner sur la terre ferme, de retrouver leurs esprits…. L’espagnole ne trouve rien d’autre à faire que détourner le regard lorsqu’il se met à lui sourire, et reprend sa position sur la rambarde.  De drôles de pensées lui passaient par la tête et elle ne voulait pas tout gâcher en faisait une bêtise. Szymon, son meilleur ami était la dernière personne sur qui elle pouvait compté pour l’aider dans ce qu’elle traversait, même si elle savait que c’était égoïste de compter autant sur lui alors qu’il n’avait rien demandé.

Tendant la main, Eléanor réclame alors une cacahuète pour la donner à un éléphant qui ne se trouve pas très loin d’elle, tout en disant quelque chose. Elle ricane à la réponse de son ami.

_ T’oserais pas faire ça à ton filleul.

Elle le remercie d’un signe de tête alors qu’il dépose trois petites cacahuètes dans le creux de sa main, et elle se penche pour les mettre à porter de trompe. Elles disparaissent rapidement et cela fait sourire la petite brune. Elle continue de les observer, essaie de ne pas penser au polonais qui se trouve à côté d’elle et à ce qu’il peut faire. Puis la seconde d’après elle était trempée. Lançant un regard à l’animal en face d’elle, Eléa pouvait presque le voir sourire ! Heureusement qu’il faisait plutôt chaud ! Se tournant vers son meilleur ami, elle éclate de rire en voyant qu’il n’a pas été épargné, bien au contraire. Il est dans le même état qu’elle. Se passant une main dans les cheveux, elle essaie de les remettre en place, réduisant les dégâts. Pour ses vêtement, son tee-shirt qui lui collait à la peau, mouler son ventre rond, ça séchera bien tout seul.

Son regard se reporte sur Szymon alors qu’il tente d’essorer son tee-shirt, dévoilant un bout de peau, son ventre, ses abdos… Elle recommençait l’espagnole, à le fixer, son cœur s’emballant légèrement. Même lorsqu’il lui envoya quelques goutes, elle ne dit rien. Puis elle baisse les yeux, un peu perdue dans ses pensées le temps de quelques secondes. La voix de son ami la rappelle à l’ordre. Se faire foutre ? Là elle ne comprend pas, le temps que ça lui monte au cerveau. Se tournant vers la masse grise toujours en face d’eux, elle réfléchit quelques instants.

_ Besarme el culo…

Sa langue roule sous les mots alors que son accentue espagnol s’accentue. Même si elle ne l’utilise plus vraiment, et d’autant plus depuis qu’elle a quitté la maison familiale, elle n’oublie pas sa langue maternelle.

_ Es un elefante, y él se burlaba de nosotros. Pour la peine, j’lui donne plus rien.

Eléanor se met à rire légèrement avant de regarder autour d’elle.

_ On passe aux Ours ?
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Mar 19 Mai - 22:22





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
Je tique au mot filleul. Ce mot avait ce pouvoir sur moi, qui me faisait sourire comme un débile à chaque fois qu'il sortait de la bouche de l'espagnole. Lui, filleul. Moi, parrain. Je n'arrivais toujours pas à me faire au fait que j'étais passé devant ses frères. Qu'elle m'avait choisi moi comme parrain. Ca me flattait, ça m'honorait, ça me rendait dingue, et tout un tas d'autres trucs sur lesquels je n'arrivais pas à mettre de mot. J'étais toujours en train de penser à tout cela alors qu'elle s'éloigna un peu pour donner ses cacahuète à l'éléphant, que je cherchais désespérément mon téléphone dans mon sac, et que l'on se faisait aspergés par sa trompe. Merveilleux. Mais tellement drôle. Eléanor n'avait pas été épargné, et ses cheveux dégoulinaient presque sur son t-shirt. Mais bon, ça ne se serait pas vu, puisque son haut était tout aussi trempé. Je ne savais pas qu'un éléphant pouvait être aussi vicieux que se gentleman qui avait failli nous noyer. Essorant le plus possible mon t-shirt, j'ai soudainement eu soif - et ce, sans mauvais jeu de mot - d'en apprendre un peu plus sur la langue de ma meilleure amie, ce que, jusqu'ici, je n'avais pas encore fait. La grossièreté qu'elle me sortit sonnait comme du cristal pour mes oreilles de polonais. Elle a continué, et j'ai souri. Je ne l'avais jamais entendu parler espagnol, en vérité. C'est-à-dire que chez moi, personne ne le parlait, l'espagnol. Kasia avait, pendant un temps, essayé de l'apprendre, avant de laisser tomber et de se concentrer sur l'anglais, dont elle avait désormais plus que besoin. « J'ai rien compris à ce que t'as dit, mais ça avait pas l'air d'être très gentil. » Elle a lâché un petit rire, et mon sourire s'est agrandi. Voilà quel était le but de cette journée. La faire changer d'air, la faire sourire, la faire rire. Parce qu'à mes yeux, elle ne l'avait pas fait assez, ces derniers temps. Je hoche vivement la tête à sa suggestion. « Les ours ce sera ! »

Et on se remet en marche, de nouveau l'un à côté de l'autre. Je me rends alors compte de l'impression que nous devions donner. Jeune couple, l'air trop jeune pour devenir parent. L'espèce de malaise que j'avais ressenti, le jour où je l'avais accompagnée à son échographie, avait fait son grand retour. Et malgré tous mes efforts pour le chasser, je n'y parvins pas. On allait penser ça jusqu'à ce qu'elle mette son petit garçon au monde, jusqu'à ce qu'elle quitte mon appartement. Jusqu'à ce qu'on ne voit pas l'un de nous deux sans l'autre pas loin. Bientôt, on était arrivés devant l'enclos. Deux beaux ours bruns étaient tranquillement allongés sur l'herbe, regardant les passants s'arrêter pour les regarder. A peine nous étions nous immobilisés que je me penchais un peu vers Eléanor pour lui dire, presque en chuchotant : « Tu crois que si on en vole un pour le mettre sur le toit de l'immeuble, ça se remarquera, ou pas ? »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Jeu 21 Mai - 11:59





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

Lui apprendre l’espagnol ? Eléanor n’y avait jamais pensé, mais faut dire qu’elle ne le pratiquait plus autant qu’avant. Elle avait du se faire à l’anglais et pour apprendre plus vite ces parents, lorsqu’elle était plus petite avait décidé qu’on ne parlait plus espagnol à la maison. Durant quelques années elle avait oublié sa langue maternelle pour se plonger dans celle de son pays d’adoption. Ce n’est qu’une fois que les enfants Artega avait maitrisé l’Anglais à la perfection que l’on avait autorisé l’espagnol à retrouver le chemin de leurs maison. Mais vu que la petite brune ne voyait presque plus ses parents à l’époque, toujours dehors à trainer dans les fêtes pas très recommandables, elle avait arrêté tout simplement. Il lui fallu donc quelques secondes pour que son cerveau trouve les bons mots.

Eléa se mit à rire, ça non ce n’était pas gentil, c’était seulement ce qu’il lui avait demandé.

__ J’ai seulement traduit c’que tu m’as demandé.

Le regardant enfin, tout dégoulinant, le sourire de la demoiselle s’agrandit avant de lui demander s’ils passaient aux ours désormais ? Il était encore tôt mais il y avait tellement de choses à voir et puis elle voulait en profiter un maximum avant de devoir ralentir la cadence à cause de ses pieds qui auront gonflés, de la chaleur qu’elle supportait de moins en moins, sans parler de son dos qui commencera à lui faire mal parce que son ventre devenait trop lourd à porter. Mais ne parlons pas de ça maintenant ! Pour le moment la brune était en forme et elle comptait bien en profiter. Souriant d’autant plus que le polonais accepte d’aller vers les ours, ils se mettent en route.

Devant l’enclos des grosses bestioles, Eléanor passa une main sur son ventre, geste qu’elle avait de plus en plus l’habitude de faire, presque instinctivement. Son cœur s’accéléra en sentant son meilleur ami se pencher sur elle, puis elle se mit à rire à sa demande. Faisant mine de réfléchir quelques secondes, elle s’imagina devoir monter sur le toit de l’immeuble avec deux kilos de viande pour aller le nourrir… Si ce n’était pas elle qui faisait son repas.

_ Nan, personne ne le remarquera ! Par contre c’toi qui t’occupe de lui donner à manger…

Lui donnant un coup d’épaule, elle ajouta quelque chose :

_ S’tu veux, tu fais diversion, et je m’enfuis avec un ours en montant sur son dos et on se retrouve à la maison ?

Après avoir bien rit en imaginant la scène, ils restèrent quelques minutes à observer les animaux qui se prélassaient au soleil, donnant à la demoiselle l’envie de faire la même chose. Mais il était temps d’aller voir autre chose et ils continuèrent leur chemin, arrivant à l’enclos des singes.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Jeu 21 Mai - 13:39





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
J'ai pris un air faussement indigné alors que l'espagnole posaient ses conditions à l'adoption d'un des ours qui se doraient la pilule devant nous. J'ai même réussi à réprimer un sourire. « Eh oh. Ce sera notre ours à tous les deux. T'auras intérêt à m'aider, piękna. » Je sens son épaule doucement s'abattre dans mon dos, et j'explose de rire à sa proposition. Cette fille allait m'achever. « J'approuve. Juste, j'penses que tu devrais pas partir avant moi. J'vais foutre du miel sur le pare-brise arrière, comme ça il suivra ma voiture. » Encore quelques minutes à se plier en deux en imaginant une telle aventure, à regarder les ours se prélasser au soleil, à les prendre en photo, avant de se remettre à marché dans le zoo en direction d'un prochain enclos devant lequel s'arrêter. Alors que nous étions de nouveau côtes à côtes, je baissais les yeux vers le ventre de l'espagnole, sur lequel elle avait posé sa main, comme elle le faisait souvent depuis peu. Depuis l'échographie, en fin de compte. Faisant migrer mon regard vers son visage, je restais silencieux quelques instants. « Ça va ? Tu veux qu'on fasse un pause, qu'on s'assoit un peu ? » Elle a secoué la tête en souriant, alors j'ai hoché la tête, continuant quoiqu'il en soit à la surveiller du coin de l'oeil. Je ne pouvais qu'imaginer ce que c'était, de marcher sans cesse avec un ventre aussi imposant qu'était devenu celui de ma meilleure amie. Je le voyais, au quotidien, qu'il était de plus en plus lourd. Qu'elle avait mal au dos de plus en plus vite. Il y avait des jours où, très sincèrement, j'étais bien content de n'être qu'un pauvre homme.

On s'est arrêté à l'enclos des singes, et j'ai forcé Eléanor à s'asseoir sur un banc, juste en face. Elle avait beau me dire que tout allait bien, je préférait qu'elle fasse quelques pauses de temps en temps, histoire de ne pas prendre de risques. J'ai sorti la bouteille d'eau du sac à dos, l'ai débouchée, en ai pris une gorgée, l'ai tendue à l'espagnole à côté de moi. Mon regard fut attiré par les singes derrière leurs parois transparentes. Il était plutôt sympa, cet enclos, avec tous ses arbres, ses plans d'eau, et toutes les sortes de singes qui s'y trouvaient. Les plus nombreux étaient les babouins. Ils m'avaient toujours fait marrer, ces gars-là, avec leurs fesses en forme de coeur, toutes roses. « Tu savais que les fesses d'un singe, c'est super fragile ? Quand ils s'assoient, ils se font un coussin avec de l'herbe, ou avec ce qu'il trouve quand y a pas d'herbe. » J'ai repris la bouteille alors qu'elle me la redonnait, et j'ai repris une gorgée d'eau, avant de la remettre dans le sac. « J'aimerais pas avoir les fesses fragiles, si tu veux mon avis. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Jeu 21 Mai - 14:25





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

Adopter un ours ? Okay. Le piquer au Zoo ? Okay. Lui donner à manger ? Très peut pour la demoiselle. Elle aimait bien les ours… en peluche, et se voyait mal être aplati comme une crêpe alors qu’il voulait tout simplement te faire un câlin. Souriant à Szymon elle finit par se mettre à rire. Ce qu’ils peuvent être coñoparfois.

_ Namého, c’toi qui veut le ramener à la maison… Moi j’serais plus tentée de prendre un poisson rouge. Bonne idée le coup du miel.

Elle regarda autour d’elle, avant de chuchoter.

_ Va préparer la voiture, j’arrive dans cinq minutes.

Voilà pourquoi elle l’aimait autant son polonais, parce qu’ils pouvaient délirer comme ça pendant des heures, tellement rire qu’ils se font presque pipi dessus, à en avoir mal au ventre… A croire qu’il avait un pouvoir magique, celui qui fait qu’il sait exactement quoi dire ou quoi faire pour tirer un sourire à la petite brune. Puis se lassant de ce spectacle et du fait qu’à part faire bronzette les poilus n’avaient pas grand intérêt, ils prirent la direction de l’enclos suivant. Marchant à coté du polonais, Eléanor regardait les alentours, ne perdant pas son sourire. Cette journée lui faisait vraiment du bien, elle avait besoin de sortir un peu de sa routine qui consistait à aller travailler et rentrer à l’appartement qu’elle squatté pour se reposer. Et dire qu’il y a encore quelques mois à peine, elle trainait de soirée en soirée, de lit en lit… Il était bien loin ce temps là…

Léa leva la tête vers le brun alors qu’il lui parlait. Elle secoua la tête, elle n’était pas fatiguée pour le moment et chose incroyable, elle n’avait pas encore eu envie d’aller aux toilettes. Bien sur elle savait que ça ne durerait pas longtemps mais elle en profiter autant que possible. Dans ces moments là, la demoiselle se disait qu’il ne lui restait plus que quelques mois avant que tout cela ne soit terminé, plus de gros ventre, plus de sautes d’humeur, plus d’envies bizarres en plein milieu de la nuit mais un petit bébé dans ces bras… Léa attendait désormais ce moment avec une certaine hâte, de pouvoir enfin faire sa connaissance.

Arrivée devant les singes, la future maman s’apprêtait à s’accouder à la barrière, mais le polonais en avait décidé autrement et l’avait trainé jusqu’à un banc de libre, juste en face de la cage. En réalité, et elle n’allait pas lui dire, cela lui faisait du bien. Mais elle avait peur de ne pas réussir à repartir si elle restait assise trop longtemps. Eléanor ne voulait pas non plus gâché la sortie. Alors qu’elle attrapait la bouteille d’eau que lui tendait son meilleur ami, la brune la porta à ses lèvres pour en boire une gorgée qu’elle recracha directement, éclatant de rire à la remarque du polonais.

_ Nan j’savais pas. C’est qu’tu sais des trucs intéressants toi.

Elle lui tendit la bouteille à laquelle elle avait reprit une gorgée avant de se tourner vers les singes et ainsi observer leurs fesses. Puis elle essaya d’être la plus sérieuse possible.

_ Ouais, j’comprends ce que tu veux dire… J’aimerais pas non plus… Si alguna vez un día le nalgas irritadas , prometo cuidar.

L’espagnole se mit à rire, bien heureuse que son meilleur ami ne comprenne pas ce qu’elle venait de dire.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Jeu 21 Mai - 15:29





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
« Un poisson rouge. Vendu. » Je lui présente la paume de ma main pour qu'elle frappe dedans, et je me promets de la traîner à l'animalerie pour en acheter un, de poisson rouge. Elle approuve mon idée du miel, ce qui me fait hocher la tête, et je me penche encore un peu plus alors qu'elle se met à chuchoter. Discrétion que je bousille en un instant alors qu'une nouvelle fois, je me plie de rire. On arrivait toujours à finir dans une situation telle que celle-ci, elle et moi, et je devais bien avouer que j'adorais ça. Je n'avais pas nécessairement besoin de rire, n'étant pas un dépressif suicidaire où je ne sais quoi, mais nos tranches de rire, nos après-midi à délirer sur tout et n'importe quoi m'étaient bien plus précieux que ce que je n'aurais imaginé. En fin de compte, Eléanor elle-même m'était précieuse. Bien qu'à notre première rencontre, je n'aurais jamais cru en arriver là, elle était aussi important pour moi que le pouvait être Kasia. Voilà pourquoi je tenais tant à la faire sortir de son train-train quotidien, voilà pourquoi je m'inquiétais tant à son sujet. Voilà pourquoi, arrivés devant ses messieurs les macaques, je l'ai empêchée de simplement s'accouder à la rambarde pour plutôt la faire s'asseoir quelques mètres plus loin, sur un banc. Voilà pourquoi je lui ai tendu une bouteille d'eau. Parce que tout ce que je voulais, en cet instant précis, c'était être certain qu'elle allait bien.

Seulement, son eau, elle ne l'a pas gardé longtemps dans la bouche. Elle l'a recrachée alors que je balançais une information aussi insignifiante qu'inutile, sans autre but que de ne pas laisser le silence s'installer. Mais apparemment, ça l'avait fait marrer. J'ai souris en voyant qu'elle nous avait foutu de l'eau partout, avec ses conneries. « T'as vu un peu, comment y en a là-dedans. » J'ai lâché un petit rire, secouant légèrement la tête. Je reprends la bouteille, prend une lampée d'eau, avant de lâcher, sans aucune raison dont je me souvienne, que j'aimais le fait que mes fesses n'étaient pas aussi fragiles que celle des singes qui nous faisaient face. Et, le plus sérieusement du monde, elle me confia comprendre parfaitement ce que je voulais dire, qu'elle rejoignait mon point de vue. Avant de lâcher de l'espagnol. Encore. Je l'ai regardé avec un air qui voulait dire "aha, c'est malin", et elle a explosé de rire. J'ai soupiré, ai de nouveau secoué la tête, la regardant ce fendre la poire toute seule. Elle avait dû en sortir une bien bonne, pour être dans un état pareil. « Nie mówię po hiszpańsku, głupia, ale mam nadzieję, że nie powiedzieć nic złego o moje pośladki, moja piękna. » Elle s'est arrêtée net, m'a regardé avec des yeux énormes, et c'était à mon tour de rire tout seul. « T'es pas la seul à avoir une langue stylée, hermana. »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Ven 22 Mai - 21:25





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

L’espagnole se mit à sourire à l’idée d’avoir un poisson rouge. C’était peut-être bien d’avoir un petit être à s’occuper, comme un genre d’entrainement avant l’arrivée de son fils. Son fils. Qui n’avait toujours pas de prénom. Il faudrait qu’elle se décide un jour ou l’autre, du moins avant qu’il ne débarque sur cette terre. Eléanor avait déjà feuilleté un livre remplit de prénom et s’était attardé sur quelques uns qui lui plaisait mais il fallait encore qu’elle les soumette à Aleksei, sur ce coup là elle n’était pas toute seule. Et puis elle voulait l’avis de son meilleur ami, du parrain de son enfant. Après leur moment de rigolade, ils finirent par parcourir une nouvelle fois le parc avant de s’arrêter devant les singes. Szymon avait décidé qu’elle devait s’asseoir et elle le suivit sans rien dire, dans le fond la petite brune savait qu’il fallait qu’elle se repose un peu, qu’elle se ménage, pour le bien du petit être qui vivait en elle.

Alors que Léa portait la bouteille d’eau à sa bouche, elle recracha la gorgée d’eau un peu partout, se mettant à rire à la réflexion du polonais. Comment cela avait pu lui venir à l’esprit ? Qu’est-ce qui avait fait que là maintenant il avait eu envie de parler de fesses de singes… Se moquant un peu du jeune homme, elle parla en espagnol, riant de plus belle, bien heureuse qu’il ne comprenne pas. Elle aurait été dans de beaux draps si elle avait du lui expliquer pourquoi elle accepterait de s’occuper de ses fesses sensibles. Elle-même n’était pas sûre de le savoir. N’arrivant pas à s’arrêter de se plier en deux, Eléanor s’arrêta net, fixa son meilleur ami, haussant un sourcil se demandant ce qu’il avait bien pu dire. Une langue stylée ? Dans le fond il n’avait pas tord.

_ J’crois qu’il vaut mieux s’en tenir à l’Anglais si on veut continuer à s’comprendre.

Un dernier sourire, un dernier regard aux animaux qui passaient d’un arbre à l’autre avant de se relever. Les deux amis visitèrent encore quelques enclos avant de décider de s’installer sur un coin d’herbe afin de pique-niquer. La petite brune en était plus que ravie, d’une parce qu’elle avait faim, et de deux parce qu’elle commençait à fatiguer et qu’une pause lui ferait le plus grand bien. Assise dans l’herbe, elle replia ses jambes en regardant Szymon qui sortait de son sac à dos tout ce qu’il avait acheté sur le chemin pour Londres. Elle le remercia en espagnol, une fois de plus et commença à manger avec envie.

Lorsqu’elle releva la tête, Léa éclata de rire en voyant que son meilleur ami avait de la mayonnaise sur le bout du nez. Comment avait-il fait ? Là était tout le mystère. Devant l’air interrogateur du polonais, elle prit enfin la parole.

_ T’as… Quelque chose sur le nez.

Se mettant sur les genoux, l’espagnol attrapa une serviette en papier et se pencha sur jeune homme pour lui essuyer la sauce. Mais son ventre, peut-être un peu trop lourd, l’entraina en avant jusqu’à tomber sur Szymon.

_ Oh, mierda, lo siento… J’t’ai pas fait mal au moins ?

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Ven 22 Mai - 22:36





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
« Ouais, j'suis d'accord. Mais imagine qu'un jour, on pourrait avoir une conversation dans nos deux langues en se comprenant. Sérieusement, ce serait pas juste génial ? » J'avais conscience que tout le monde n'était pas aussi excité à l'idée de pouvoir comprendre un maximum de dialectes. Mais les langues avaient ce quelque chose qui les rendait, à mes yeux, totalement fascinantes. Le fait qu'un son, d'une langue à une autre, puisse être interprété de telle ou telle manière, une lettre, même, que certaines personnes n'arrivait pas à prononcer certains mot parce qu'un son était hors de leur portée. Tout ça, pour moi, c'était une espèce de magie. Là où Ben est un prénom en Angleterre, il est un pronom personnel en Turquie. Les tchèques avant ce son étrange, guttural, qu'ils étaient les seuls au monde à pouvoir produire. C'était une des choses les plus cools qui puisse être, à mon avis.

La journée s'était terminée plus vite que je ne l'aurais cru. On avait continué votre visite jusque vers dix-huit heures, environ, sans oublier de faire quelques minimes pauses de temps en temps, et pour le bidou de Léa, et pour nos deux paires de jambes qui, vers la fin de l'après-midi, commençaient à fatiguer un petit peu. On en avait vu, des choses. Des paons, des lions, des serpents - je haïssais les serpents plus que tout, vraiment - et des hippopotames. L'un d'entre ces derniers avait ouvert sa gueule en grand et, alors que nous nous étions tous demandé ce qu'il allait bien pouvoir nous faire, il avait éternué, éclaboussant tous les passants arrêtés devant lui. Pour la deuxième fois de la journée, un animal tentait de nous noyer, provoquant chez l'espagnole et chez moi un nouveau fou rire. Rire. C'était à quoi nous avions occupé la journée, finalement. Et tant mieux. C'était ce pourquoi je l'avais traînée jusqu'ici, après tout. Et puis, on avait fait le tour, alors on avait trouvé un coin de pelouse pour s'asseoir et pique-niquer. Enfin. Il fallait bien avouer que j'avais attendu ce moment avec impatience. J'ai sorti tout ce que j'avais acheté au supermarché, ce matin, à Winston Oaks Hills, et ai tendu ses sandwiches à Eléanor. Elle m'a remercié en espagnol et j'ai souri, avant de lui répondre en polonais, presque en chuchotant. On a commencé à manger, dans le silence, alors que je regardais ma meilleure amie engloutir son pique-nique comme une ogresse. Elle a relevé la tête au bout d'un petit moment, et immédiatement, ses yeux se sont mis à briller d'espièglerie, et elle s'est mise à rire. J'ai plissé les sourcils, ai écarté les bras, ne comprenant absolument pas ce qui lui arrivait. Elle avait du voir qu'elle m'avait perdu, puisqu'elle s'est calmé avant de m'informer que j'avais un truc sur le nez. Bravo Czajkowski, tu manges comme un gamin de six ans. J'ai haussé les épaules en souriant, avant de malgré moi plaquer un air de gamin coupable sur mon visage. Et, ne me laissant aucune chance de régler ce problème par moi-même, elle s'est redressé, s'appuyant sur ses genoux, et a tendu une serviette en direction de mon nez pour me retirer le je-ne-savais-quoi qu'il y avait dessus. Mais c'était sans compter sur sur son équilibre, qui décida de lui jouer un tour. Pour une raison ou pour une autre - même si je suspectais la taille de son ventre - elle avait été entraînée vers l'avant, sa tête heurtant mon épaule, me forçant à m'allonger sur le dos.

Aussi rapidement que j'ai pu, j'ai attrapée ses épaules alors qu'elle s'était retrouvée, littéralement, sur moi, tous les deux au sols, et l'ai gentiment poussée en arrière en me rasseyant pour qu'elle puisse faire de même. Paniqué au possible, j'étais incapable de retirer mes mains de ses épaules. Il n'y avait techniquement aucune raison pour que je m'inquiètes de quoique ce soit. Elle était tombée sur moi, pas sur du béton, et pas après une chute de plusieurs mètres. Mais quand même. « Me faire mal ? Mais on s'en balance, de ça ! Toi, ça va, c'est bon ? T'as rien. » Parano. Complètement parano. J'ai fini par passer ma main droite sur mon nez, découvrant ainsi que c'était une minuscule noix de mayonnaise qui avait provoqué tout ce bordel. Je lui ai délicatement pris la serviette des mains pour m'essuyer les mains, avant de reporter mon attention sur elle, sur son visage de poupée, si jeune encore. « Quelle journée, hein. »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Lun 25 Mai - 11:26





Leamon
Entre les ours, les girafes et les éléphants, mon coeur balance. Tant qu'ils ne m'atchoument pas dessus, ça va.

Comprendre le polonais, et que Szymon comprenne l’espagnol, la demoiselle ne demandait pas mieux. Au fond il suffisait seulement de s’y mettre et probable qu’ils apprendraient très vite tous les deux. Mais cela voudrait aussi dire qu’elle ne pourrait plus embêter en lui parlant sans qu’il ne comprenne rien. Comme elle l’avait fait il y a encore quelques minutes en parlant de ces fesses.

_ Ca s’rait top, même si j’pourrais plus t’insulter sans qu’tu l’comprennes.

Un sourire aux lèvres, un petit clin d’œil pour appuyer ses dires. Il faudrait bien que la demoiselle s’y mette un jour ou l’autre, pour son fils, qui serait probablement bilingue vu la famille qu’il allait devoir se trainé. Entre une mère espagnole, un père russe, un parrain polonais et tout un tas de tatas et de tontons anglais. Manque plus qu’un asiatique dans le groupe et le bébéquin’apasencoredenom pourra voyager dans le mon entier sans aucun problème.

Se poser afin de manger un bout avait été la meilleure idée du monde. Après toute la journée à gambader d’un enclos à l’autre, de se tordre de rire devant les animaux qui faisaient tous des choses plus étranges que les autres, ou ceux qui vous recouvraient de substances peu appétissantes. Malgré tout cela, la fatigue et la douleur aux jambes, aux pieds, au dos et partout où une femme enceinte pouvait avoir mal, Eléanor était plus que ravie de sa journée. Entre autre parce qu’elle l’avait passé avec Szymon.

Assise directement, par terre, elle prit tout de même le temps de remercier son ami pour le repas avant de se mettre à le manger. Faut croire que la grossesse l’avait bien transformé quand on voyait comment elle mangeait désormais. En faite, Léa ne mangeait plus elle engloutissait tout ce qui pouvait lui tomber sous la main. C’était peut-être à cause de ça qu’elle était aussi grosse. Du moins son ventre, parce que étrangement il n’y avait que lui qui prenait, au point où l’on pouvait croire qu’elle était sur le point d’accoucher alors qu’il lui restait encore trois mois avant de pouvoir tenir son bébé dans les bras.

Terminant un peu trop rapidement son repas, l’espagnole releva la tête afin de regarder Szymon avant de se mettre à rire. Ce dernier avait quelque chose sur le bout du nez qui ressemblait à de la mayonnaise. Le lui signalant, la demoiselle entreprit de se relever afin de le lui enlever. Allez savoir pourquoi elle avait décidé de faire ça, alors qu’il aurait très bien pu le faire tout seul, comme un grand. Mais la brune se pencha en avant et sans avoir le temps de faire quoi que ce soit, bascula pour tomber droit sur son meilleur ami, la tête en avant.

Ecrasant son ami, Eléanor le sentit la repousser, ses mains sur ses épaules, jusqu’à ce qu’elle se retrouve sur les fesses, à côté du polonais qui le l’avait pas lâché pour autant. Son ventre n’avait même pas touché le sol ou même le jeune homme, c’est la tête qui avait prit et encore gentiment, elle n’allait même pas avoir de bosse sur le crâne. Mais son meilleur semblait vraiment inquiet et cela fit bizarre à la future maman.

_ Mais oui ça va ! Même pas mal !

Un sourire aux lèvres, l’espagnole était presque amusée par la situation, elle n’avait rien, n’était pas tombé de haut et puis Szymon avait amorti le plus gros, elle pouvait en rigoler et n’allait surement pas en pleurer ! Sur les fesses, Léa le regarda prendre la serviette pour s’essuyer le bout du nez, avant de s’allonger sur le sol, regardant le ciel, le sourire aux lèvres. Elle pourrait s’endormir ainsi si seulement elle fermait les yeux. Son sourire s’agrandit en entendant le polonais. Oui sacrée journée qu’elle n’oublierait pas avant un long moment.

_ Merci, Szy. Merci pour tout c‘que t’fais pour moi.

Une fois le repas terminé, ils sortirent du Zoo pour rejoindre la voiture du polonais, Eléanor sentait que du moment où elle serait installée dans le fauteuil, elle sombrerait dans le sommeil, bien qu’elle ne veuille pas laisser son meilleur ami tout seule le temps du trajet, surtout que lui aussi devait être fatiguée. Il faudrait qu’elle parle, et lui aussi, pour ne pas s’endormir.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   Lun 25 Mai - 21:07





Eléanor & Szymon
my impression of a monkey is actually pretty good.
Elle s'était allongée sur l'herbe alors que je m'essuyais le nez, que je rattrapais mon sandwich, bien décidé à finir de manger avant de reprendre la route et de renter à l'appartement. J'ai tourné la tête pour regarder si tout allait bien, et elle était juste là, le dos contre la pelouse, les yeux clos, un sourire cloué sur ses lèvres. Elle avait l'air si paisible, paisible comme je ne l'avais jamais vue. Il y avait des moments où je me rendais compte de tout ce qui lui pesait sur les épaules, et ce moment-là en faisait partie. Mes yeux dévièrent vers son ventre, qui s'élevait régulièrement, au rythme de sa respiration. Lentement, puisqu'elle s'était un peu détendue depuis sa chute. Vingt ans. Ce n'était rien, vingt ans, dans une vie. Si jeune. Et pourtant, elle n'aura pas plus de temps pour être cette jeune fille, pas encore assez épanouie. Bientôt, elle serait maman, la petite poupée. Elle ne pourrait plus sortir, se détruire comme elle le faisait avant. Elle allait grandir. Je croyais qu'elle dormait, mais ses lèvres remuèrent, et ses paroles m'arrachèrent un sourire. Un sourire timide, presque triste, mais certainement l'un des plus francs que l'on m'avait tiré. « Y a pas d'quoi, Léa. » J'avais fini mon sandwich. J'ai attrapé une nouvelle serviette pour m'essuyer les doigts, avant de passer mon bras sous son cou, la forçant à se redresser un peu. Sa tête est venue se poser sur mon épaule, alors que ses yeux s'étaient vaguement ouverts de nouveau. « J'te laisserais pas, tu le sais, ça ? » Et on resté comme ça, l'un blotti contre l'autre, pendant une bonne dizaine de minutes, avant de se lever, rejoindre la voiture, s'installer dedans, et reprendre la route.

Les quatre heures sont passé plus vite que celles de l'aller. Cette fois, Eléanor avait décidé de ne pas se laisser emporter par le sommeil. On a parlé. Ri. Chanter aussi, alors qu'on avait décidé d'allumer la radio. Et puis, une demi-heure avant d'arriver, elle avait fini par s'assoupir. Il était presque onze heures et demie quand j'ai ouvert sa portière, que je l'ai secoué un peu, histoire qu'elle soit un petit peu éveillée pour monter jusqu'à l'appartement. Mon bras droit dans son dos, le gauche sous ses genoux. Les siens autour de mon cou. Elle était réveillée, mais pas assez pour monter les marches. Finalement, j'ai poussé la porte d'entrée, suis allée l'allonger sur le lit, ai cherché son pyjama. Sans succès, je lui ai sorti un vieux short et un vieux t-shirt à moi, lui laissant le soin de se changer. Elle a attendu que je sois sorti de la chambre avec mes propres short et t-shirt pour commencer à se déshabiller. J'ai fermé la porte, après lui avoir souhaité bonne nuit. Après cette journée passée à marcher et à se plier en deux à causes de nos conneries, elle méritait amplement d'avoir le lit à elle toute seule. Alors j'ai pris une couverture sous le canapé du salon, me suis changé, me suis allongé sous le plaid. Et me suis endormi comme une masse.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.   

Revenir en haut Aller en bas
 

LEAMON ▼ my impression of a monkey is actually pretty good.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Xylographie, Sérigraphie et autres techniques d'impression.
» 06. I'm not a monkey so no suit for me (ft Oxanna)
» Une drôle d'impression [E. Raft]
» Bad moonz - impression
» Premieres impression aprés le nouveau patch.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives rp-