AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (MAËL) Make that money, watch it burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 129

∞ avatar : teresa palmer

MessageSujet: (MAËL) Make that money, watch it burn   Dim 17 Mai - 19:21

Make that money, watch it burn
MAËL & CHARLIE

Old, but I'm not that old Young, but I'm not that bold I don't think the world is sold I'm just doing what we're told I feel something so wrong Doing the right thing I couldn't lie, couldn't lie, couldn't lie Everything that drowns me makes me wanna fly Lately, I've been, I've been losing sleep Dreaming about the things that we could be But, baby, I've been, I've been praying hard Said, no more counting dollars We'll be counting stars


✻✻✻

En retard. Encore. Comme toujours. Je m’étais réveillée en sursaut, j’avais loupé mon réveil. Il me restait donc 20 minutes pour aller à mon rendez-vous. 15 pour attraper mon bus. Donc 10 pour me préparer. Vas-y Charlie, tu peux le faire. Comme Flash tu peux être assez rapide pour être à l’heure. Surtout que ce n’était pas n’importe quel rendez-vous, non. Ce rendez-vous allait peut-être me permettre d’avoir un nouveau boulot. Et donc arriver en retard n’était pas forcément la meilleure idée qui soit. Sortant du lit à vitesse grand V, je courais vers la salle de bain. Heureusement que j’avais eu la bonne idée de prendre ma douche hier soir. J’enlevais mon pyjama, et c’était en sous-vêtements que je me brossais les dents tout en m’attachant les cheveux. Direction l’armoire, toujours la brosse à dent en bouche, je ne devais pas perdre une minute. Merde. Jupe ou jeans ? Ou une robe ? Je sortais une robe, puis une autre tout en les balançant sur mon lit lorsqu’elle ne me plaisait pas. Quand enfin, je trouvais la robe idéale. J’avais horreur du shopping, alors Dieu sait que je n’avais plus grand-chose dans mon armoire. J’aurais pu aller voir dans celle de ma sœur, mais si j’avais foutu un bordel pareil dans sa chambre, elle m’aurait tué. Dans mon sommeil. Ou pas.

Enfin prête, totalement habillée, maquillée et mes lunettes sur le nez, j’enfilais une paire de chaussures à talon avant de dévaler les escaliers de l’immeuble. Mon bus allait arriver d’une minute à l’autre juste… EH MERDE !

« Putain fait chier ! »

En plus d’avoir tout juste loupé mon bus, j’avais le droit au regard assassin d’une mère qui passait par là avec son enfant. Un petit sourire, désolée, je n’avais pas l’intention d’être celle qui apprendrait des gros mots à ce bambin. Je n’avais vraiment pas le temps de m’attarder plus, et je partais en courant vers le Lewis Coffee. Essayant d’aller le plus vite possible, je faisais ce que je pouvais avec ces fichus talons aux pieds. Je m’arrêtais. Enfin. Je n’étais plus très loin du café, mais je devais reprendre mon souffle. Finalement, je n’avais pas couru énormément, mais avec ces chaussures aux pieds j’avais l’impression d’avoir fait un marathon. Et plus j’avançais, je voyais l’homme avec qui j’avais un rendez-vous. Je l’avais déjà rencontré, il y a quelques temps et au fond il ne m’avait pas totalement laissé indifférente. Mais ce n’était pas pour ça que je le voyais, c’était un rendez-vous purement professionnel. Je regardais l’heure. Cinq minutes de retard. Oups. Disons que j’avais déjà fait pire.

Je m’approchais, j’avais enfin reprit mon souffle et paraissait mon stressé. Heureusement il était dos à moi et ne m’avait donc pas vu. Une fois face à lui, je lui souriais.

« Bonjour ! Je suis désolée pour le retard, j’ai loupé mon bus alors j’ai du venir à pieds, finalement. »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


Dernière édition par Charlie R. Buckley le Mar 16 Juin - 18:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

∞ papotages : 51

∞ avatar : Douglas Booth

MessageSujet: Re: (MAËL) Make that money, watch it burn   Sam 13 Juin - 13:29



Charlie & Maël

Installé sur la terrasse du café, Maël patientait calmement. Jambes croisées, il ne regardait pas sa montre accrochée à son poignet mais la rue, les gens. Il n'était ici que depuis quelques jours, semaines tout au plus et pourtant avait l'impression de découvrir la ville un peu plus chaque jour. L'entreprise avait commencé son activité dans la ville et connaissait un départ encourageant ou du moins, pas mauvais. Juste assez pour faire taire son père et le satisfaire assez pour ne pas qu'il demande à Maël de rentrer et d'oublier ces idées farfelues. Recommencer une nouvelle aventure ici c'était surtout un moyen de prouver à son père qu'il n'avait pas eu tort de lui faire confiance et, si sa tentative échouait, il savait qu'il en entendrait parler pour les vingt prochaines années. Sans oublier ce regard méprisant et je sais tout avec lequel il le fixerait à la minute où il passerait le pas de la porte. Rêveur, il s'était laissé surprendre par l'intervention du serveur, venant lui demander s'il avait fait son choix et s'il désirait quelque chose. « Je vais attendre encore un peu, j'attends quelqu'un. » Le serveur hocha la tête lui indiquant qu'il reviendrait une fois cette personne arrivée et Maël lui répondit par un simple sourire. Jetant un rapide coup d'œil à son téléphone pour voir le planning de sa journée , il fut pris sur le fait encore une fois lorsque quelqu'un se présenta à lui. Quelqu'un ? Pas n'importe qui. Son rendez-vous.. Professionnel évidemment.

Dans un automatisme, Maël se levait de sa chaise. On lui avait toujours apprit à le faire lorsqu'une femme entrait dans la pièce ou arrivait tout simplement, question de politesse. Bien que ses joues semblaient légèrement rouges comme après un effort, elle était radieuse. « Bonjour, c'est un plaisir de vous revoir. Je vous en prie, installez-vous. » Disait-il en désignant la chaise vide en face de la sienne. Prenant place, il esquissait un sourire amusé : « En retard ? Je dois avouer que je n'y avais pas vraiment prêté attention. Le plus important c'est que vous êtes là après tout, non ? » Il n'allait tout de même pas lui hurler dessus à la mort non plus. Pour certains, cela aurait certainement désavantagé sa candidature. Même pas engagée et déjà en retard, mais il n'était pas comme son père. Plus souple et surtout compréhensif, il laissait toujours le bénéfice du doute. « J'espère que vos pieds ne vous font pas trop souffrir après coup. » C'était sa manière à lui de la mettre à l'aise et surtout de lui faire comprendre qu'elle ne devait pas s'inquiéter pour cet incident. « Je vous aurais bien commandé quelque chose mais ne connaissant pas vos gouts, j'ai préféré attendre votre arrivée. » Se justifia-t-il inutilement.

Maël n'eut pas vraiment le loisir de dire quoi que ce soit d'autre que le serveur arrivait déjà à leur table muni d'un bloc note et d'un crayon à papier. Jetant un regard à Charlie afin de la laisser faire son choix en premier, il se commanda finalement un chocolat chaud. Certes cela ne faisait pas vraiment grand PDG d'une entreprise, mais il préférait de loin le gout d'un bon chocolat plutôt qu'un café noir qui le rendait nerveux pour le reste de la journée. D'autant plus que techniquement, le grand PDG était son père et non lui. « Est-ce que vous avez pensé à emmener votre cv avec vous ? » Questionna-t-il dans un nouveau sourire. Il ne le lui avait pas vraiment demandé se disant qu'elle y penserait sans doute et que dans le cas contraire, il pourrait toujours vérifier ses dires. Sur internet, on trouvait absolument tout aujourd'hui ou presque.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 129

∞ avatar : teresa palmer

MessageSujet: Re: (MAËL) Make that money, watch it burn   Mar 16 Juin - 21:16

Make that money, watch it burn
MAËL & CHARLIE

Old, but I'm not that old Young, but I'm not that bold I don't think the world is sold I'm just doing what we're told I feel something so wrong Doing the right thing I couldn't lie, couldn't lie, couldn't lie Everything that drowns me makes me wanna fly Lately, I've been, I've been losing sleep Dreaming about the things that we could be But, baby, I've been, I've been praying hard Said, no more counting dollars We'll be counting stars


✻✻✻

Alors que j’aurais pu être à l’heure, il fallait que le sort s’acharne sur moi et me mette en retard. Encore. Comme d’habitude en fait. Alors il ne me restait qu’une chose à faire. Courir. Et quelle idée j’avais eu de mettre des talons aujourd’hui hein ? Pourquoi ne pouvait-on pas passer des entretiens en pyjama et en pantoufles ? Ce serait tellement le pied en y pensant… Mais arrêtons d’avoir l’esprit ailleurs. Je devais me dépêcher de me rendre au Lewis Coffee pour ne pas arriver trop en retard non plus. Arrivée à quelques mètres du café, je m’arrêtais et reprenais mon souffle. Je devais avoir l’air décontractée. Mais bordel, qu’est-ce que mes pieds me faisaient souffrir. Quel était le malade mental qui avait inventé ses chaussures ? D’accord, c’était joli. Je prenais quelques centimètres et paraissait moins petite. Mais il n’avait pas pensé au fait qu’une femme pouvait être en retard quelques fois et qu’elle devrait COURIR. Déjà, j’avais réussi à ne pas tomber. C’était un bel exploit tout de même. Et évidemment il était déjà là. J’espérais juste qu’il ne m’en voudrait pas de mon retard. Je m’arrêtais une seconde. Bon allez Charlie. Tu peux le faire.

Je fini par me présenter devant lui, m’excusant évidemment de mon retard. Il se leva et je le regardais. Il était aussi beau que dans mon souvenir. Non Charlie, ce n’est pas pour ça que tu es là, arrête. Je lui souriais et m’installais sur la chaise face à lui. Il me pardonnait mon retard, n’ayant même pas prêté attention. Ouf, sauvée. Et puis il avait raison, l’important était que d’être là, peu importait le moment auquel j’arrivais. Et puis ce n’était pas comme si j’avais une heure de retard, ou plus.

« C’est vrai. »

Au moins il semblait être un patron assez souple. Et compréhensif. Après tout ce n’était pas de ma faute si le bus ne m’avait pas attendu, et que les talons avec lesquels nous pouvions facilement courir n’étaient pas encore inventé. D’ailleurs il parlait de mes pieds. Qui me faisait horriblement souffrir, en réalité. Mais nous n’étions pas là pour parler de ça. Et puis, je ne le connaissais même pas, je n’allais pas m’attarder sur mes pieds non plus.

« Je devrais survivre. »

Encore un sourire. Finalement il déclara qu’il avait préféré attendre pour commander, ne connaissant pas mes goûts. Je hochais la tête lorsqu’un serveur arriva. Je commandais un chocolat chaud, si je buvais un café maintenant je serais bien trop speed toute à l’heure et ce n’était pas vraiment ce que je souhaitais. Le jeune homme face à moi commanda la même chose. Je souriais légèrement. Au fond, je trouvais ça mignon. Puis il fini par me demander si j’avais apporté mon CV. Mon CV… Ah oui. Le but de ce rendez-vous.

« Bien sûr. »

Je souriais et me penchais mon attraper mon sac que j’avais précédemment posé par terre, près de mes pieds. L’ouvrant, j’attrapais la pochette où j’avais soigneusement classé tous les papiers dont j’aurais éventuellement besoin, dont mon CV. Je le sortis et le tendais au jeune homme face à moi, toujours en souriant.

« Tenez. Si vous avez besoin d'un autre papier j'ai quasiment tout... Avec moi. »

Stop Charlie, arrête de parler.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

∞ papotages : 51

∞ avatar : Douglas Booth

MessageSujet: Re: (MAËL) Make that money, watch it burn   Ven 17 Juil - 22:02


Charlie & Maël

Lorsque la jeune femme lui répondit qu'elle avait effectivement amené ce dont il avait besoin avec elle, il porta sa tasse à ses lèvres en lui offrant un nouveau sourire. Elle était sympathique, semblait avoir le contact facile avec les gens aussi ce qui était un plus pour le futur emploi qu'elle allait peut-être occuper au sein de son entreprise. Reposant sa tasse il ne quittait cependant pas la jolie blonde des yeux, bien malgré lui. Il remarqua et songea d'ailleurs qu'elle avait beaucoup de prestance, une certaine élégance aussi. Autant mettre les points sur les i : elle était tout simplement jolie. Sublime, même. Prenant conscience de ce dont il était en train de penser et qu'il la fixait toujours alors qu'elle se retournait vers lui pour lui tendre son cv, il détourna rapidement les yeux. Ils sentaient ses joues en feu et comprit au même instant qu'elle le remarquerait sans doute elle aussi. Avec un peu de chance, il pouvait toujours mettre ça sur le compte de la chaleur ou tout simplement de la température de son chocolat. « Merci beaucoup. » Il s'essuyait les mains afin d'être certain de ne pas l’abîmer et prit ledit objet pour commencer à le regarder. Il aimait son job mais il devait avouer que faire passer des embauches, lire des cv n'avait rien d’intéressant. Généralement il s'agissait du même type d'individu : lambda , à la recherche d'un job plutôt simple. Ce que ces personnes ne comprenaient pas c'est que le poste d'assistant(e) avait tout du compliqué, du moins dans l'entreprise de Maël. Il voulait un bras droit, une épaule sur laquelle se reposer et en qui il aurait confiance. Quelqu'un qui lui ressemblerait, qui innoverait et qui anticiperait peut-être même parfois avant qu'il n'ait une idée. Une personnage intelligente, efficace, sérieuse et à la fois décontractée pour mettre n'importe qui à l'aise.

Alors que les yeux du jeune homme commençaient à parcourir les lignes du document, ses sourcils se froncèrent. Il avait beau avoir lu une centaine de cv, il n'en avait jamais vu de pareil à celui-là. Il aurait pu se demander si, comme beaucoup d'ailleurs, elle n'avait pas un peu gonflé ses expériences passées afin d'en mettre plein la vue. Elle ne serait pas la première, certainement pas la dernière non plus. Mais il ne le fit pas. L'idée ne lui traversa d'ailleurs pas même une seconde l'esprit. Il avait beau ne pas la connaître il avait une bonne impression d'elle et l'impression que le feeling passait plutôt bien entre eux même s'il pouvait parfaitement se fourvoyer sur la question. Il continua à lire, son regard s’adoucissant au fur et à mesure. Jamais quelqu'un n'aurait eu idée de mettre des choses aussi variées à moins qu'elles ne soient vraies. Il pouvait évidemment vérifier ces informations en un claquement de doigt mais n'en avait aucune envie. « Je dois avouer que j'ai rarement vu un cv aussi... Complet. » Confia-t-il ne souhaitant pas la faire languir et l'inquiéter après l'expression qui avait traversée son visage durant plusieurs secondes. Un mince sourire atirait à nouveau ses lèvres. « Vous parlez français ? » Questionna-t-il justement dans ladite langue avec un sourire d'autant plus élargit. Sa langue, son pays, ses meilleurs souvenirs. Parler cinq langues de nos jours était bien peu courant. « Et vous êtes sortie majeur de votre promotion dans une école allemande d'une très bonne réputation si je me souviens bien. » Pensa-t-il à voix haute, peinant à cacher que son parcours l'impressionnait. « Je vois aussi que vous travaillez dans un magasin d'informatique. Pourquoi vouloir changer de travail ? »

Il levait enfin à nouveau les yeux vers elle, reposant le document sur la table. Il avait lu tout ce dont il avait eu besoin et à présent, ce sont les impressions de la jeune femme qu'il voulait entendre de sa bouche. S'emparant de sa tasse il but une nouvelle gorgée et s'essuya les lèvres avec sa serviette pour effacer toute trace du passage du chocolat.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 129

∞ avatar : teresa palmer

MessageSujet: Re: (MAËL) Make that money, watch it burn   Lun 20 Juil - 21:03

Make that money, watch it burn
MAËL & CHARLIE

Old, but I'm not that old Young, but I'm not that bold I don't think the world is sold I'm just doing what we're told I feel something so wrong Doing the right thing I couldn't lie, couldn't lie, couldn't lie Everything that drowns me makes me wanna fly Lately, I've been, I've been losing sleep Dreaming about the things that we could be But, baby, I've been, I've been praying hard Said, no more counting dollars We'll be counting stars


✻✻✻

J’étais enfin arrivée à mon rendez-vous. Et je n’avais que quelques minutes de retard, ce qui finalement n’était pas la mer à boire. Et puis ça n’avait pas l’air de déranger le jeune homme. Et heureusement pour moi, car ce n’était pas vraiment la meilleure chose à faire : arriver en retard à un rendez-vous. Surtout un rendez-vous professionnel. Maintenant, un rendez-vous avec Lana, si j’arrivais en retard c’était devenu normal. Au contraire, avec ma meilleure amie j’avais le droit à une remarque lorsque j’arrivais à l’heure et non l’inverse. Je venais à peine de m’installer, reprenant mon souffle tout en essayant d’être discrète, lorsque le serveur arriva je commandais une boisson, un chocolat chaud. Il commanda la même chose, ce qui me décrocha un léger sourire. Je trouvais ça mignon. Rares étaient les hommes qui osaient boire un chocolat chaud devant une femme, la plupart de ceux que je connaissais buvaient uniquement du café. Comme si le chocolat allait les rendre moins viril ou une connerie du genre. Le serveur ne tarda pas à apporter nos boissons, et je le remerciais en souriant. J’avais de la chance que ma meilleure amie ne travaille pas aujourd’hui, sinon j’aurais eu droit à un interrogatoire à peine le rendez-vous terminé. Et pour l’instant, je n’avais parlé de ça à personne, au cas où ça ne fonctionnerait pas.

Alors il me demanda mon CV. J’ai eu une fraction de seconde de réflexion, me demandant pourquoi il me demandait ça, et surtout si je l’avais sur moi. Cette course dans les rue de Winston Oaks Hills m’avait totalement perturbée apparemment. Mais je reprenais rapidement mes esprits, avant qu’il ne remarque quoi que ce soit. J’attrapais mon sac et sortit mon CV, que j’avais évidemment bien apporté. J’apportais toujours tout ce qu’il fallait au bon endroit, au bon moment. Alors qu’il lisait mon CV je sirotais tranquillement mon chocolat chaud, prête à répondre à la moindre de ses questions. Je l’observais sans rien dire et ses expressions me faisaient un peu peur. Puis je voyais son visage s’adoucir. Ouf. Sa première remarque me fit légèrement rougir, c’est vrai que je pouvais avoir un CV assez impressionnant pour quelqu’un de mon âge. D’autant plus que j’avais sauté deux classes, une à la maternelle encore en Allemagne et une ici en Angleterre. J’ai toujours été un petit génie et c’était vers l’informatique que j’avais décidé d’exploiter mon cerveau. Et je m’ennuyais facilement, donc je devais toujours faire de nouvelles choses, en plus de celle que je faisais déjà. Lorsqu’il parla française, j’étais surprise. A part Lana, je ne connaissais personne qui parlait aussi bien la langue de Molière. Je souriais à mon tour.

« Oui, j’ai apprit le français au lycée. »

Lui avais-je répondu dans cette dite langue. Je parlais cinq langues au total : l’allemand, ma première langue natale, l’anglais ma seconde langue natale, le français que j’avais apprise au lycée, le polonais, que j’ai commencé à apprendre parce que je m’ennuyais et l’espagnol que j’ai également commencé à apprendre parce que je m’ennuyais. De retour à la langue anglaise, il remarqua que j’avais fini major de promotion dans l’école dans laquelle j’avais étudié à Berlin. Je hochais doucement la tête, après tout il avait seulement l’air de penser à voix haute. Et finalement il me posa sa première question. Il me demanda pourquoi je voulais changer de travail, alors que j’en avais déjà un, dans une boutique d’informatique. Reposant ma tasse sur la table, j’essuyais ma bouche avec la serviette afin d’éviter toute moustache de chocolat.

« Disons que ce n’est pas le travail auquel on aspire lorsqu’on sort d’une grande école d’informatique. Et vendeuse n’est pas le métier le plus simple, non pas que je veuille tout plaquer lorsque que ça devient trop difficile, mais disons que mes capacités ne sont pas totalement exploitées et j’aimerai un travail où je pourrais pleinement m’épanouir et qui me plairait vraiment. »

Je ne savais même pas si cette réponse était la bonne. Mais c’était ce que je ressentais. J’avais évité de parler des clients bien chiants mais c’était sous-entendu, bien sûr. Et puis vendre des ordinateurs alors que je pouvais pirater tout un système informatique les doigts dans le nez, je pouvais largement trouver mieux comme travail.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (MAËL) Make that money, watch it burn   

Revenir en haut Aller en bas
 

(MAËL) Make that money, watch it burn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» m. jaycée-blue ◮ just gonna stand theire and watch me burn ? END.
» SCARLETT ✖ JUST WATCH ME BURN.
» 2.07 : Dirty Money
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: Inspired Owl Avenue :: Lewis Coffee-