AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i fell in love the way you fall asleep # Leamon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 10:29





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

La nuit était tombé depuis un long moment et pourtant la petite brune ne trouvait pas le sommeil. Dans sa tête ça tournait trop, pleins de pensées qu’elle n’arrivait pas à mettre en ordre, trop de choses qu’elle s’imaginait ensachant que cela n’était pas possible. Eléanor n’était pas une fille comme les autres, du moins plus maintenant. Sa vie avait changé en même temps que son corps, et désormais rien ne serait plus pareil, elle ne pourrait plus faire comme les autres. La demoiselle finit par ouvrir les yeux pour ne voir que l’obscurité de la chambre. Le souffle apaisé de son meilleur ami sonnait à ses oreilles comme une douce mélodie. Cela lui arrivait de plus en plus souvent ces derniers temps, de prendre le temps de l’observer, Szymon…

Eléanor se tourna et se retrouva face au polonais qui dormait. Il en avait de la chance, elle n’y arrivait pas, bien que ça doive faire des heures qu’elle était allongée, attendant que Morphée l’entraine dans son pays. Mais non. Rien. Seulement ces pensées… Tout en regardant les traits du jeune homme Léa repensa à ce qui c’était passé ces derniers temps. elle était heureuse d’avoir son ami pour l’aider, qui n’avait pas hésité à la trainer au Zoo pour y passer la journée, qui arrivait à la faire rire à chaque fois qu’elle avait le moral dans les chaussettes, qui arrivait à lui faire battre le cœur plus fort quand elle posait le regard sur lui…

La demoiselle se demandait ce qui ce passait, avec elle, avec lui, en elle. Il y avait eu ce moment… Ce moment où Szymon avait joué le jeu, se faisant passer pour le père de son bébé, avouant même qu’il aimait l’espagnole. Cette dernière en était presque tombée à la renverse, littéralement. Son cœur s’était emballé, sa respiration c’était coupé et elle avait vu le moment où elle se retrouverait au sol. Mais tout cela n’était pas réel. Ce n’était qu’une blague, un jeu, une illusion qu’il avait donné pour plaisanter….

Tout doucement, pour ne pas le réveiller, Eléanor leva une main, déplia l’un de ces doigts et l’approcha du visage du polonais. Elle voulait en dessiner les contours, les traits, le moindre détail de ce visage d’ange…

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 12:42





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.
Ce soir-là, j'étais rentré tôt et malade du travail. A croire que la seule personne capable d'attraper un énorme et insupportable rhume à la fin de mois de mai, c'était moi. J'avais passé ma matinée chez moi, me shootant au Dolirhume et me mouchant une fois toutes les trente-six secondes, pour finalement prendre sur moi et aller bosser. Mais, à dix-sept heures, le patron était venu me voir pour me dire que je risquais d'éternuer dans le prochain café que je servirais si je ne rentrai pas chez moi immédiatement. Je n'avais pas bronché. Parce que ça faisait une bonne heure que je n'en pouvais plus, de rester debout et de courir partout. Alors j'étais rentré. Avait mangé un morceau. Pris une douche. Souhaité une bonne nuit à ma sœur. Et, sans attendre qu'Eléanor rentre du cinéma, j'étais allé me coucher. Dans mon lit. Pour la première fois depuis plusieurs mois, je pouvais me coucher dans mon lit et prendre littéralement toute la place, sans me préoccuper de quoique ce soit. Je savais que Léa, quand elle se glisserait sous les draps à son tour, ne se gênerait pas pour me pousser, histoire d'avoir un peu d'espace pour s'allonger.

Et il semblait qu'elle avait réussi à le faire sans me réveiller, puisque que quand, à je ne savais trop quelle heure, j'ai commencé à avoir mal au dos, elle était déjà à côté de moi. Sans ouvrir les yeux, je l'avais deviné. Je la sentais, tout près et j'entendais sa légère respiration. Je savais qu'il fallait que je bouge, que je trouve une position plus confortable pour essayer de soulager mon dos, mais je n'arrivais pas à m'y résoudre. Mon corps me donnait l'impression d'être séparé de mon cerveau. Comme paralysé, je n'arrivais pas à le faire bouger. A croire que je ne le voulais pas tant que ça. Alors je n'ai fait que prendre une grande bouffée d'air, enfoncer un petit plus ma tête dans mon oreiller, essayer de me rendormir. Mais au moment exact où je me sentais repartir, j'ai eu envie d'éternuer. Alors je me suis redressé, ai rapidement attrapé un mouchoir sur la table de nuit, à côté de moi, avant d'éternuer dedans et de me moucher. Le bordel que j'avais foutu m'avait réveillé moi-même, me retirant de cette espèce de léthargie bien chiante. Le côté positif, c'était que j'allais pouvoir changer de position, comme ça. Je me rallongeais donc, sur le ventre cette fois, les bras sous mon oreiller. Et c'est à cet instant que j'ai remarqué les yeux ouverts de l'espagnole. J'ai souri, avant de me mettre à chuchoter. « Tu dors pas, Léa ? Ça va ? »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 15:43





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

Il y a un moment où l’on sait que c’est mort, qu’on a raté le créneau et qu’il suffit d’attendre le suivant pour pouvoir enfin dormir. Sauf que quand on rate plusieurs d’affilés c’est un peu gênant, mais cela arrivait de plus en plus à Eléanor alors elle commençait à s’y faire, bien qu’elle soit encore plus fatigué que d’habitude, elle avait commencé à réduire son temps de travail. Même si ce soir elle faisait la soirée et presque la fermeture du cinéma, elle ne travaillait pas pour les deux prochains jours, ce qui avait un certain avantage.

Réussissant à se faufiler dans le lit qu’elle partageait depuis quelques mois avec son meilleur ami, Eléanor n’eut qu’à lui donner un petit coup de fesse pour pouvoir se caller sous les couettes. Mais voilà, la petite brune avait beau essayer de fermer les yeux, de dormir à tout prix, elle n’y arrivait pas. Et sentir la présence du polonais aussi près d’elle n’arrangeait pas les choses, loin de là. Dans sa tête, ça tournait encore et encore, des questions, s’imaginant des choses qui ne pourraient jamais arrivés, ayant envie de certaines choses qu’il ne fallait pas… Alors elle finit par ouvrir les yeux et fixer son meilleur ami, qui dormait paisiblement. Du moins pour le moment.

Approchant lentement sa main de son visage, Léa voulait le toucher, aller savoir pourquoi elle voulait juste le sentir mais elle fut surprise de le voir se relever d’un seul coup avant de l’entendre éternuer et se moucher. Ah ben bravo, si elle n’avait pas dormi, sur que l’espagnole se serait réveiller. Sans dire un mot, elle se contenta de le regarder faire, puis se repositionner pour dormir. Il était si chou. Puis son regard croisa celui de son meilleur ami et un petit sourire s’étira sur ses lèvres, toujours la même réaction qu’elle avait ces derniers temps lorsqu’elle le voyait.

_ Mieux qu’toi apparemment. J’arrive juste pas à dormir…

Chuchotant à son tour, elle trouva ça marrant, comme lorsqu’elle se cachait sous un château fabriquait de draps et de couvertures, et qu’elle se cachait dessous avec une amie pour se raconter des secrets. Et on pouvait dire qu’elle en avait quelques uns des secrets la petite brune.

_ T’es malade p’tit Polonais ? T’as besoin de quelque chose ?


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 17:06





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.
J'avais réussi à voir qu'elle m'avait rendu mon sourire, même dans l'obscurité dans laquelle la chambre était plongée. Mais bizarrement, son sourire, je ne savais pas quoi y lire. D'habitude, j'arrivais à mettre un mot dessus. Amusé. Timide. Narquois. Triste. Réprimé. Mais celui-là, non, je ne savais pas du tout comment l'interpréter. Je ne l'avais pas encore vu se dessiner sur les lèvres de l'espagnole. Quoique. Si. A y réfléchir, il lui arrivait de l'arborer, à certains moments, me semblait-il. « J'espère vraiment, très très sincèrement, que tu vas mieux q'moi. Sérieusement, hein. » Mon sourire s'est agrandi et je me suis tourné encore, sur le côté cette fois-ci, pour mieux lui faire face, pour mieux la voir. J'ai sorti mon bras de sous la couverture, avant de doucement rire à sa question. « J'pense que si je prendre quoique ce soit d'autre, j'vais faire une overdose. » On a ri tous les deux, et j'ai de nouveau tendu le bras pour attraper un mouchoir neuf. Juste au cas où. « J'ai juste besoin de... dormir. Très probablement. » J'avais aussi besoin de me dire que je pourrais ne pas aller bosser demain, ni le jour d'après, ni celui encore d'après. Me dire que je n'avais plus à aller servir ces cafés immondes à ces gens immondes dans ce centre commercial immonde. Plus ça allait, plus j'avais envie de faire quelque chose d'autre. Mais je ne pouvais pas me permettre quoique ce soit. Kasia ne travaillait pas encore, et Eléanor avait beau insister à m'aider à payer les factures et tout le bordel, c'était hors de question qu'elle ne dépense des sous dans autre chose que les courses. Elle avait commencé à travailler pour pouvoir amasser assez d'argent pour se payer son appart, à elle. Pour qu'elle puisse arrêter de dépendre de qui que ce soit. Elle aimait pas ça, Léa. Elle voulait être son héros à elle. Elle n'aimait pas qu'on l'aide, ou même qu'on s'inquiète. Elle voulait qu'on lui foute la paix. Et j'osais à peine imaginer comment elle avait réussi à se persuader de venir frapper chez moi, il y avait quelques mois de ça, plutôt que de se démerder et de se sortir de sa merde toute seule. Mais j'étais ravi qu'elle n'ait pas écouté cette partie indépendante qui la bouffait, à certains moments. J'ai ravi qu'elle ait décidé de frapper sur ma porte, et pas sur celle de son frère ou de Dieu savait qui. « Et toi, myszka ? Qu'est-ce qui te trottes dans la tête ? »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 18:08





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

Szymon était réveillé, du moins il avait du ouvrir les yeux de forces, et la petite brune se dit que c’était finalement une bonne chose, car s’il avait éternué en dormant, elle se serait probablement tout prit en pleine figure… Un hyppo ça suffit amplement, pas besoin qu’un polonais le fasse aussi ! Mais s’il éternuait comme ça en pleine nuit, cela devait probablement dire qu’il était malade, et ça ce n’était pas une bonne chose, du moins pour lui, car pour la demoiselle se serait avec plaisir qu’elle s’occuperait de lui comme il pouvait le faire avec elle. Après tout c’était ainsi entre meilleur ami ? A accueillir les gens chez soit et dans son lit. Bien évidement Eléanor savait la chance qu’elle avait d’avoir Szymon dans sa vie, sans lui… Sans lui, elle ne préférait même pas penser à ce qui aurait pu se passer, où elle serait aujourd’hui, surement qu’elle aurait finit par retourner chez ses parents et qu’elle serait enfermé dans sa chambre jusqu’à la naissance du bébé. Probable aussi qu’elle aurait du s’en séparer et le faire adopter. Non vraiment, elle en avait de la chance la demoiselle.

_ Ouais vaut mieux éviter les cachets. Mais y’a d’autres trucs, t’sais les secrets de grand’mère Artega.

Faisant comme son meilleur ami, la brune se redressa légèrement, appuyant sa tête sur son bras pour pouvoir faire face au polonais. Elle ne savait absolument pas quel heure il pouvait être et au fond elle s’en foutait un peu, tout ce qui comptait c’est que Szymon aille bien et ce qu’elle pouvait faire pour l’aider. Elle essayait de se souvenir de ce que lui faisait sa mère lorsqu’elle-même était malade, mais elle n’était pas sûre de se souvenir de la recette à la perfection. Elle risquait de le rendre plus malade que ce qu’il était déjà.

_ Dormir n’peut faire que du bien. Dormir c’est la vie.

Eléanor releva les yeux vers le jeune homme alors qu’il lui demandait ce qui lui trottait dans la tête… tellement de choses qu’elle ne savait même pas par quoi commencer, qu’elle ne savait pas de quoi elle devait, ou même pouvait lui parler. En bref c’était quand même le gros bordel. Pas étonnant qu’elle n’arrive pas à dormir.

_ Oh t’sais, l’arrivée du bébé, qui d’ailleurs n’a toujours pas d’nom, le fait qu’il faut qu’j’me trouve un appart, que j’vais être mère et qu’j’sais pas du tout comment j’vais faire et si j’vais y arriver, si j’en suis capable. Puis d’autres choses aussi…

Elle lui adressa un sourire, ne voulant pas non l’embêter avec ces doutes et ces peurs, il était déjà bien assez gentil de s’occuper autant d’elle et Eléanor s’en voulait d’être un tel boulet. Et plus la date de son accouchement approcher, plus elle avait peur parce qu’elle savait qu’elle allait finir par se retrouver toute seule et qu’il faudrait qu’elle réussisse. A tout prix. Trop de chose de dépendait.

_ Enfin t’sais les trucs qu’à une fille dans la tête quand elle va avoir un bébé. ‘Fin je crois.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 18:51





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.
Un nouveau rire alors qu'elle proposait un autre moyen pour me soigner. Certainement moins efficaces que ces bons vieux cachet, mais bon, si ça pouvait me faire penser à autre chose que mes sinus qui me faisaient un mal de chien, et cette gorge qui, j'en avais l'impression, semblait devenir de plus en plus étroites. J'allais devoir manger de la purée à petites bouchées, demain midi. Merveilleux. « Grand-mère Artega, hm ? J'espère que quand tu seras grand-mère, je serais plus là pour que tu me radotes la même histoire, encore, et encore. » Ma grand-mère à moi faisait ça. A chaque fois qu'on allait la voir, on avait le droit aux souvenirs du temps de Staline, du premier fiancé mort sur le front, du jour où mon père était né, blah blah blah. Mais au fond, elle me manquait un peu, ma grand-mère. Elle et son vieux fauteuil en cuir vert, sur lequel on ne devait s'asseoir sur aucun prétexte. Parmi d'autres choses. Ses pierogis. Ses kisiels. Mmh. Kisiel. J'ai hoché la tête, aussi vivement que je pouvais sans me donner mal au crâne. « C'que je donnerais pas pour dormir genre, pendant toute une journée. Sans que ça dérange personne. Mais bon. Là, j'crois qu'c'est bon, je dormirais plus. » C'est-à-dire que je faisais partie de ces personnes qui, après passé une certaine heure de la nuit, n'avait aucune chance de retrouver le sommeil. Aucune. Et il semblait que l'espagnole soit dans le même cas, en plus d'avoir l'air soucieux. Soucieuse à quel propos, lui avais-je demandé. Elle a relevé les yeux vers moi et j'ai presque réussi à les voir briller, grâce à la lumière de la nuit qui filtrait à travers la fenêtre. J'ai secoué la tête alors qu'elle me faisait part de ses doutes, et surtout de ceux qu'elle avait concernant ses... Comment dire ? Ses compétences en tant que maman ? Je lui avais déjà répété qu'elle n'avait pas à s'inquiéter pour ça, qu'elle y arriverait. Mais la fin de sa phrase m'a empêché de dire quoique ce soit. « Quoi comme autre chose ? » Elle a répondu dans la seconde qui suivit, m'arrachant un nouveau rire discret au passage. « J'sais pas si t'as remarqué, mais on peut pas dire que "fille qui va avoir un bébé" soit exactement ce qui me décrit le mieux. » Un nouveau sourire, avant de passer un bras autour de son petit corps et de l'attirer contre moi. « J'aimerais bien que t'arrêtes de croire que tu pas y arriver, ok ? J'en ai marre. »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 21:41





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

Ah la grand-mère Artega, Eléanor ne l’avait pas connu bien longtemps, ni tant que ça quand on y pense. Elle venait souvent passer les vacances de noël chez eux, mais vu que la famille n’allait plus en Espagne, les enfants n’avaient pas vraiment eu l’occasion de voir leur grand-mère. Alors sa mère lui en parlait, régulièrement, bien que ce ne soit pas sa propre mère, à ce qu’avait compris la petite espagnole c’était tout comme. Et puis elle lui apprenait tout un tas de choses aussi, du moins elle avait essayé, avant que Néréa ne soit trop grande, qu’elle change de prénom, de personnalité, qu’elle ne soit plus vraiment elle-même. Du coup lorsque sa mère essayait de lui parler, de lui donner des recettes de sa grand-mère, la demoiselle n’écoutait que vaguement, et elle ne se souvenait aujourd’hui plus de grand-chose…

_ Si t’seras là, à mes côtés comme aujourd’hui. Et on s’moquera des autres p’tits vieux qu’on perdus leurs dentiers. Et j’te raconterais toujours les mêmes histoires parce que t’auras la mémoire défaillante.

Un léger rire s’échappa des lèvres de la brune, pas trop fort pour ne pas réveiller la polonaise qui dormait dans la chambre d’a coté, inutile que tout l’appartement ne fasse pas sa nuit non plus. Parce qu’il fallait l’avouer, dormir c’était le rêve de toute une vie. Ce moment où on est entre deux, que l’on sent que l’on va plonger pour un moment paisible et tranquille, tant bien que l’on ne fasse pas de mauvais rêves bien sûr.

_ J’espère c’pas moi qui t’en empêche…

Ce n’est pas parce qu’elle ne fermait pas l’œil de la nuit, ou pratiquement, en ce moment qu’il fallait que le polonais fasse la même chose. Eléanor ne savait pas pourquoi elle n’arrivait pas à dormir, du moins la nuit, parce que dans la journée, elle était capable de s’assoupir à peu près n’importe où. Mais là, ça tournait trop dans sa tête, mais aussi dans son ventre. Ça il ne fallait pas l’oublier, elle avait quelque chose en elle de vivant, qu’elle ressentait à n’importe quelle heure de la nuit ou du jour. Reportant son attention sur la question de Szymon, la demoiselle entreprit d’y répondre, mais elle ne voulait pas non plus le déranger avec ces problèmes.

Oui elle avait peur, la petite brune, terriblement peur de se rendre compte qu’elle n’ait pas faite pour cela, avoir un enfant, qu’elle n’y arrivera pas et que par sa faute il sera malheureux, il n’aura pas une belle vie, il la détestera…. Elle a peur de se rendre compte qu’elle est toute seule, définitivement et irrémédiablement et qu’elle n’aura plus jamais personne sur qui comptait. De ça et de plein d’autres choses. Et puis il y avait…. Ce qu’elle ressentait depuis peu, pour une personne. Elle ne savait pas comment l’expliquer, ni même pouvoir mettre de nom dessus. Etrangement, c’était facile pour Léa de se confier comme ça à son meilleur ami. Elle rit de nouveau.

_ Ouais, j’crois que j’avais remarqué mais t’vois c’qu’je veux dire, hein ?

L’espagnole sourit à son ami, c’était marrant de le voir s’inquiéter comme ça pour elle, pourtant il ne semblait pas qu’elle en valait autant la peine. Alors qu'il l'attirait vers elle, Eléa se laissa faire et se blotti un peu plus contre lui. Elle ne l'aurait pas avouer, et surtout pas au polonais, mais elle était bien, là comme ça dans ces bras. Son coeur s'emballa, et elle n'osa pas bouger, de peur de briser le charme de la situation.

_ J’sais Szy, c’pas qu’j’y crois pas mais… Si au final j’faisais que des conneries ? Il a rien d’mandé lui.

La brune baissa les yeux, un peu honteuse, ce n’est pas maintenant qu’il fallait qu’elle ait peur, pas maintenant qu’elle avait accepté de devenir mère.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Lun 25 Mai - 22:47





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.
« Arrête de dire n'importe quoi. J'suis certain que ma mémoire se portera très bien. » Il fallait bien avouer que l'idée de me retrouver avec Eléanor dans des dizaines et des dizaines d'années ne pouvait que me faire sourire. Et on serait tout à fait du genre à se moquer des autres vieux, évidement bien plus grabataires que nous. J'ai secoué la tête alors qu'elle me faisait part de son inquiétude. Non, évidemment que ce n'était pas elle qui m'empêchait de dormir. La preuve était qu'elle ne m'avait même pas réveillé en venant se coucher, et donc, se faire une petite place sur le matelas que j'avais certainement du occuper en entier. Non, Léa, elle ne me dérangeait. Sinon, je lui aurais donné de la thune pour qu'elle aille vivre toute seule comme une grande. Sinon, je ne l'aurais pas laissé rester chez moi tout ce temps, lui aurait fait une liste de toutes les possibilités qui s'offraient à elle sans y inscrire mon nom. Sinon, je l'aurais virée de chez moi, ce jour-là, lorsque je m'étais réveillé dans mon salon après une nuit passée sur le canapé devant Buffy, sa tête sur mon épaule, emmitouflés dans un plaid. Sinon, elle serait partie depuis longtemps. Je ne m’inquiéterais pas pour elle. Et ça, c'était ce à quoi je passais ma vie, ces derniers temps. Je me faisais autant de soucis pour elle que pour ma propre petite sœur, qui passait la plupart de ses soirée dehors, je ne savais trop où. Et alors que tout ce qui lui pesait franchissait la barrière de ses lèvres, que mon regard se perdait sur son visage à mesure qu'elle parlait, qu'elle me laissait partager ses inquiétudes avec elle, je n'avais pas trouvé autre chose à faire que de la prendre dans mes bras. Quelques mèches de ses cheveux sombres sont venues me chatouiller la joue et je les en ai délicatement retirés, les glissant derrière l'oreille de l'espagnole. Elle n'a pas bougée. S'est juste laissée faire. Je l'ai juste sentie se tortiller un tout petit pour mieux se blottir contre moi.

Elle se posa une nouvelle question, et je pinçais les lèvres alors que je me rendais compte que celle-ci n'était pas insensée. Et si finalement, ce bébé ne la changeait pas autant qu'on l'eut cru ? Et si, au bout de quelques mois, elle reprenait sa bonne vieille routine, pour se réveiller shootée, avec la gueule de bois, dans les bras d'un homme dont elle n'arriverait pas à se rappeler le nom ? Et si son fils, à peine plus haut que trois pommes, allait voir son père, son oncle, ou même-moi, demandait où était sa maman ? « S'il te plaît, tais-toi. » Je ne voulais pas qu'elle en dise plus. Plus ça allait, moins ses théories étaient acceptables. Je n'avais pas envie qu'elle finisse par se prédire un avenir immonde. Et elle s'est tue. Moi aussi. On n'a pas bougé pendant pas mal de temps, sans bruit. En réalité, j'ai failli me rendormir. Mais c'était sans compter sur mon rhume, qui me refit signe, en me rendant soudainement victime d'une quinte de toux insupportable. J'ai retiré mon bras d'autour de Léa, me suis assis, et n'ai pas réussi à m'arrêter de tousser pendant au moins une bonne minute. Bordel. J'ai fini par me laisser tomber sur le dos, épuisé de cette minute à devoir me cambrer, à devoir essayer de rendre cette toux silencieuse pour ne pas réveiller Kasia, qui dormait très certainement dans la pièce à côté. « Désolée. » Je m'étais remis à chuchoter pas moins pour ne pas faire trop de bruit que parce que ma gorge me faisait trop mal pour que je puisse parler plus fort.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Jeu 28 Mai - 13:26





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

La petite brune laisse s'échapper un rire, elle espère vraiment qu'il aura encore toute sa mémoire, qu'elle ne devra pas lui rappeler quinze fois par jour comment elle s'appelle et qui elle est. Parce que oui, même dans soixante ans, même lorsqu'ils auront quatre-vingt-dix ans et qu'ils seront proches de la mort, Eléanor s'imaginait toujours aux côtés du polonais, son meilleur ami. Depuis qu'il était entré dans sa vie, presque par hasard, depuis qu'il avait été là pour elle, la demoiselle ne se voyait plus vivre sans lui, elle ne se voyait pas l'oublier au fil du temps parce qu'ils se seraient éloignés l'un de l'autre pour vivre leurs vies. Non il ne méritait pas cela Szymon, seulement d'avoir une amie qui serait toujours là pour lui, qui lui rendrait tout ce qu'il a pu donner, et même plus encore. C'était d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle l'espagnole lui avait demandé d'être le parrain de son fils, une façon de plus de le garder dans sa vie un peu plus longtemps. Ou une façon de s'incruster dans la sienne une fois de plus. Léa pensait aussi à cela quelquefois, se demandant s'il était trop gentil pour lui dire qu'il était temps qu'elle fasses sa vie toute seule, qu'elle se démerde avec l'enfant qu'elle avait eu envie de garder. Mais son cœur la rappelait alors à l'ordre, lui disant, lui répétant, lui criant que Szymon Czajkowski n'était pas comme, du moins pas avec elle.

Alors que la brune se confiait à son ami, elle ressentit deux choses : du soulagement de pouvoir en parler à quelqu'un, même si le pauvre ne pouvait rien y comprendre n'étant pas une femme enceinte mais le fait de lui en parler, de savoir qu'il écoutait faisait déjà beaucoup de bien à Eléanor. Ce qui la menait à se sentir gênée, d'imposer encore d'autres problèmes dans sa vie, le pauvre polonais n'avait rien demandé après tout, il avait seulement ouvert sa porte à une amie qui avait besoin d'un endroit où passer la nuit et voilà qu'elle était toujours là plusieurs mois plus tard, à prendre pratiquement toute la place dans le lit… Alors qu'il la prenait dans ses bras, la demoiselle se laissa faire, parce qu'elle en avait besoin de ce câlin, elle en avait envie aussi, mais cela elle ne le dirait pas…

Depuis le début de sa grossesse, et surtout depuis qu’elle avait apprit qu’elle aurait un petit garçon, Léa ne cessait de se poser des questions. Et la plus importante était : en serait-elle capable ? D’élever cet enfant, d’en prendre soin, de faire en sorte qu’il ne manque de rien ? Après tout elle n’avait que vingt ans, elle n’avait pas de métier, pas d’appartement, et pas de père pour son enfant. On ne pouvait pas dire qu’elle partait gagnante dans la vie. Et puis il y avait cet autre chose… qu’elle commençait à ressentir et qu’elle ne comprenait pas. La brune fut un peu surprise de l’entendre lui dire de se taire, mais elle n’insista pas et se contenta de fermer la bouche, se blottissant un peu plus contre lui. Mais après plusieurs minutes de calmes et de silence, Eléa avait même cru que le polonais avait finis par s’endormir, il fut prit d’une quinte de toux.

La demoiselle n’aimait pas le voir ainsi, aussi vulnérable, aussi malade, aussi pas bien. Elle voulait faire quelque chose, mais quoi ? Attrapant la bouteille d’eau qui trainait à portée de main, elle remplit le verre qui se trouvait sur sa table de nuit et le garda en main en attendant que la crise soit passée pour le lui tendre. C’était la moindre des choses qu’elle pouvait faire et elle se dit que si demain matin cela n’allait pas mieux elle le trainerait chez le médecin. Attendant qu’il ait bu le verre d’eau, elle le reposa sur la table de nuit avant de s’installer de nouveau contre les coussins, le regard tourné vers le plafond. Elle sourit alors qu’il s’excusait, levant la main comme pour le balayer. Puis une question lui traversa l’esprit et elle la posa, tout simplement.

_ Dis Szy, ça fait quoi d’être amoureux ?
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Ven 29 Mai - 11:10





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.
Être malade était quelque chose que je ne connaissais pas trop. Pas du tout, en fin de compte. Je n'étais jamais malade. Pas comme ça, du moins. Il m'était évidement déjà arrivé de couver une petite crève, mais pas au point d'à peine pouvoir tenir sur mes deux jambes et de ressentir ce besoin urgent d'aller me coucher et dormir. J'étais à la limite de l'abrutissement, et ça commençait déjà à m'énerver. Voilà pourquoi je n'arrivais pas à m'arrêter de tousser. Parce que je m'énervais. Et quand j'ai vu qu'Eléanor était prête à me tendre un verre d'eau, je fus tellement pressé de me l'enfiler que j'avais réussi à me calmer, à reprendre mon souffle et à le boire d'une traîte. Merveilleux. J'avais l'impression d'avoir éteint un incendie. Je l'ai remerciée en un murmure avant qu'elle ne me reprennent le verre des mains et le repose sur sa table de nuit. Hors de ma portée. Tant pis, la prochaine fois, je me lèverais. On s'est rallongés, tous les deux sur le dos, les yeux rivés sur le plafond, le silence se remettant à flotter au-dessus de nous. Jusqu'à ce que sa voix le brise, de la façon la plus surprenante qui soit. J'ai froncé les sourcils à sa question, avant de tourner la tête pour poser les yeux sur son visage. Elle regardait toujours le plafond, l'air paisible et préoccupé à la fois. « T'es en train de fondre pour Alek ? » Ce serait pas mal ça, tiens. J'ai retroussé le nez, ai passé mes bras derrière ma nuque avant de reporter mon attention sur le plafond. Être amoureux, ce que ça faisait ? « C'est juste horrible, Léa. » Plus que ça encore. « Tu passes ta vie à penser à quelqu'un qui ne penses pas à toi. Elle te manque, mais tu lui manques pas. T'as envie de la voir tous les jours, mais pas elle. Ou alors, si, elle est d'accord pour te voir tous les jours, et je crois qu'en fin de compte c'est encore pire. Parce que tu dois la regarder, faire comme si tout allait bien, alors qu'en fait non, rien ne va comme tu le voudrais. Tu peux pas t'arrêter de te demander si tu dois lui dire ou pas, ce qui se passerait si tu lui avouait tout ce que t'as sur le coeur, si elle te repousserait ou au contraire, si elle se jetterait sur toi. C'est... J'sais pas comment dire. Ca se résume à se poser des questions, les mêmes encore et encore. J'suis étonné de pas encore avoir perdu la tête, si tu veux mon avis. » Je me suis arrêté là, serrant les lèvres, me rendant compte que je n'avais encore jamais réussi à formuler tout ça à haute voix. Même en ayant parler d'Ismaelle à Anakin, les mots n'avaient jamais semblé aussi clair. J'ai soupiré, avant de tourner une nouvelle fois la tête vers ma meilleure amie. « Enfin, je dis ça, mais c'est en ce qui concerne le peuple des amoureux meurtris. T'sais, ceux qui aiment tous seuls. Y a ceux qui aiment à deux, aussi, et je suppose que ça doit être carrément plus cool que d'attendre comme un con. Mais j'peux pas trop t'en dire plus. » J'ai toussé encore un peu, pendant à peine trois secondes. « T'es dans quel cas toi, piękna ? »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Ven 29 Mai - 17:21





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

Eléanor n’aimait pas voir son meilleur ami ainsi, aussi malade, aussi faible, et il fallait le reconnaître, c’était la première fois qu’elle le voyait dans cet état. Pourtant cela faisait au moins un an que ces deux-là s’étaient rencontrés. Mais depuis qu’elle vivait avec lui, enfin, s’incrustait dans sa vie était le terme qui convenait le mieux, elle en avait appris beaucoup plus sur le polonais et il lui semblait que leur relation avait évolué. Sans compter que la demoiselle commençait à ressentir de drôle de choses à l’égard du jeune homme.

Une fois sa crise de toux passée, la petite brune s’installa de nouveau sur les coussins tout en fixant le plafond. Trop de choses se passaient en ce moment dans sa tête et il y avait ses changements aussi. Pas seulement avec son corps à cause de la grossesse, mais quelque chose qu’elle n’arrivait pas à expliquer parce que l’espagnole ne connaissait tout simplement pas ça. Alors pour briser le silence, mais aussi dans l’espoir d’avoir une réponse, Léa posa une question. Elle voulait savoir ce que l’on pouvait bien ressentir lorsque l’on est amoureux. Terme totalement inconnu pour la future maman, qui jusqu’à présent s’était contentée de côtoyer les garçons seulement le temps d’une nuit, parfois deux.

Attendant que Szymon lui réponde, elle fut surprise par sa question. Alek ? Être amoureuse d’Aleksei, le père de son enfant ? Après tout pourquoi pas. Cela aurait très bien pu arriver et ça n’aurait peut-être pas été plus mal dans le fond. Mais ce n’était pas lui qui arrivait à la faire sourire, à la faire rire même d’un simple regard, d’un simple mot. Ce n’était pas pour lui que son cœur s’emballait sans raison apparente. Oui une chose était certaine, si Eléanor était amoureuse, ce n’était pas du russe.

_ Non ! Mais non ! Quelle idée…

En même temps à qui d’autre aurait-il pu penser ? Ce n’est pas comme si tout un tas de garçon lui tournaient autour, bien au contraire, depuis que l’on voyait son grand ventre de loin ils avaient plutôt tendance à la fuir. Alors que le polonais reprenait la parole, Eléanor l’écoutait avec attention. Au fil des mots qu’il prononçait elle finit par tourner la tête vers son ami et son regard trouva le sien. Elle avait de la peine pour Szymon, de la peine de le voir si malheureux, de ne rien pouvoir faire pour son bonheur. Dans un souffle elle se contenta de répondre :

_ Ouais, j’crois qu’je vois c’que tu veux dire…

Elle n’en était peut-être pas à ce point-là, mais elle voyait bien, elle imaginait ce qu’on pouvait ressentir parce que dans le fond c’est ce qu’elle commençait à vivre. Dans quel cas ? C’était une bonne question. Tout comme le fait de savoir si elle était vraiment en train de tomber amoureuse ou si c’était simplement ses hormones qui lui jouaient des tours. Eléanor était encore plus perdue qu’avant de poser la question à son ami.

_ J’sais pas trop. P’t’être le premier cas. Enfin, j’sais pas vraiment ce que je ressens, j’sais juste que ça a changé…

Oui tout avait changé, la demoiselle ne voyait plus son meilleur ami comme avant, il s’imaginait des choses, espérait aussi et ça c’était mauvais. Voulant changer de sujet en sachant qu’il voudrait savoir de qui elle parlait, la brune demanda :

_ T’veux que j’aille lui parler ? A ta blonde ? Que je lui fasse comprendre à quel point t’es un mec merveilleux et ce qu’elle rate ?
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Ven 29 Mai - 17:33





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.
Je n’ai pas pu réprimer un rire alors qu’elle s’indignait presque à ma question, comme si l’idée même de pouvoir tomber amoureuse d’Aleksei lui était presque inimaginable. « Ben, pourquoi pas ? T’sais, ce genre de truc, ça t’tombe dessus comme ça, même si ça semble complètement insensé. » J’ai repensé au jour où je m’étais rendu compte que j’aimais Ismaëlle d’une manière toute autre qu’elle ne m’aimait, moi. Cette soirée sur Skype, presque deux ans après notre toute première, où ça m’avait sauté aux yeux. Je ne savais pas ce qui avait provoqué cette prise de conscience, si elle avait dit ou fait quelque chose qui m’avait planté devant le fait accompli. Je me rappelais juste l’avoir soudainement pensé. M’être tout simplement dit que je l’aimais à en crever. J’ai déballé tout ce qui me semblait répondre à la grande question de l’espagnole, sans me préoccuper de me souvenir de ce dont je lui avais déjà parlé ou pas. Avec Léa, on parlait, de tout, de rien, la plupart de nos secrets étaient connus de l’autre. Mais parler sérieusement comme ça, presque philosopher sur ce sujet si compliqué qu’était l’amour, ça, on ne l’avait jamais fait. Elle a tourné la tête après que j’aie fait de même, nos regards se croisant et se soudant l’espace de quelques secondes. J’ai hoché lentement, presque trop peu pour qu’elle puisse le voir. Elle voyait ce que je voulais dire. Cela voulait-il dire qu’elle arrivait à l’imaginer, ou qu’elle sentait qu’elle commençait à glisser sur la même pente que moi, qu’elle se retrouverait bientôt dans le gouffre duquel je peinais à sortir ? Pour en être certain, j’ai décidé de lui demander ce à quoi l’amour ressemblait pour elle. Elle a semblé réfléchir quelques secondes avant de m’annoncer qu’elle ne savait pas. Et alors que je l’écoutais, sans que vraiment je ne sache pourquoi, j’ai senti qu’elle était perdue, la petite espagnole. Qu’elle s’inquiétait parce que la nature de sa relation avec je ne savais qui commençait à changer, et qu’elle n’arrivait pas à mettre des mots dessus. « J’espère que je t’ai pas désespérée, quand même. Ce serait con. » Parce que Léa, elle avait le droit au bonheur.

Aller lui parler ? Mais à qui ? Elle n’avait pas le droit de me faire ça, de passer du coq à l’âne pour m’éviter de poser plus de questions. Mais elle n’échapperait à aucune d’entre elles. Elle aurait le droit à un joli petit interrogatoire. J’étais bien décidé à lui tirer les vers du nez pour découvrir le nom de celui auquel elle était en train de succomber. Même Alek n’avait pas tout à fait disparu de la liste des suspects – qui, soit dit en passant, ne comportait qu’un seul et unique nom. J’ai ri une nouvelle fois alors qu’elle laissait supposer qu’elle pourrait aller parler à Ismaëlle et lui ouvrir les yeux, si l’on pouvait le dire ainsi. Mais lui ouvrir les yeux sur quoi ? J’étais loin d’être le genre de gars avec qui ma correspondante se verrait sortir, vivre, et tout et tout. Non, elle, elle vagabondait, elle cherchait, et quand elle pensait avoir trouvé, c’était moi qui me retrouvait à la consoler parce qu’on l’avait laissée tomber. Non, moi, j’étais le meilleur ami éternel, celui qu’elle appelait quand elle allait mal, celui à qui elle demandait « Eh, tu penses que lui, c’est le bon ? » ou « Szy, t’as pas des potes à toi que tu pourrais me présenter ? » Horreur. Et plus ça allait, plus je me rendais compte à quel point la situation serait difficile à faire évoluer. « C’qu’elle rate ? Elle rate que dalle. Te deranges pas, hein. C’est des histoires de grands. » J’ai passé ma main dans ses cheveux pour les ébouriffer, taquin, avant de me retourner sur le ventre, sans pour autant retirer mon attention de sur sa petite personne. « J’ai faim, Léa. Tu veux pas des œufs au plat ? »
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Ven 29 Mai - 22:09





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

_ Oui j’sais que ce genre de trucs on le contrôle pas ! Mais quand même pas Alek… J’veux dire… C’est Alek quoi.

En faite la demoiselle ne voyait pas ce qu’il pouvait y avoir d’inenvisageable la dedans. Après tout ils allaient être parents, avoir un enfant ensemble et devront se voir plus que régulièrement. A part bien sur s’il décidait de prendre la fuite et la laissait se débrouiller toute seule. Ce qu’elle pouvait tout à fait comprendre aussi. Mais là n’était pas la question, non il s’agissait de pouvoir mettre un nom sur ce que ressentait la brune, ce qui avait bien pu changer pour que sa relation avec son meilleur ami ne soit plus la même, du moins pour elle.

Au fur et à mesure qu’il lui parlait, Eléanor ressentait de la peine pour le polonais, être amoureux d’une fille qui ne savait presque pas qu’on existe, c’est juste affreux. Voilà l’une des raisons pour laquelle la demoiselle n’avait jamais voulu connaître ce que ça signifiait être amoureux et toutes les conneries qui vont avec. Pourtant elle comprenait, tout ce qu’il essayait de lui dire, tout ce qu’il essayait de lui faire comprendre, ça se rapprochait un peu de ce qu’elle vivait en ce moment, de ce qu’elle allait ressentir si ça continuait ainsi. Et le fait de lui dire ou pas… Merde pourquoi c’était aussi difficile, pourquoi ne pas avoir le courage de le dire une bonne fois pour toute et voir ce qui se passe par là suite. C’est comme ça qu’il faudrait faire, malheureusement on ne trouve jamais le courage, ou alors trop tard…

Un petit sourire s’étira sur ses lèvres. Désespérée n’était pas vraiment le mot, juste… en faite non, Léa ne savait pas vraiment, et elle ne voulait pas y accorder trop de temps non plus parce que dans quelques mois elle aurait un homme dans sa vie, un qui resterait à ses côtés jusqu’à la fin, un qu’elle aimera comme personne d’autre et qui le lui rendra. Alors avoir un amoureux ou pas… Elle aurait bien le temps de voir plus tard. Et puis peut-être qu’une fois les hormones disparus, elle se rendra compte que ce n’était qu’une passade, ou alors que cela est bien réel. Dans les deux cas, il faudrait qu’elle fasse avec car de toute évidence, le cœur du polonais avec déjà était marqué par une blondinette.

_ Nan t’inquiète pas. Et puis d’toute façon, j’ai d’autres choses à penser en c’moment…

Se passant une main sur le ventre, elle se demanda si elle y arriverait, à vivre seulement avec son fils, à ne plus avoir d’hommes différents dans son lit presque tous les soirs de la semaine. Bien sûr, disait une petite voix au fond d’elle, il le fallait de tout manière. Il ne méritait pas moins. Alors la brune changea de sujet, pour qu’il ne pose pas trop de question, qu’elle ne doive pas lui mentir sur l’identité de ce jeune homme qui lui faisait battre le cœur. En tant que meilleure amie, sa blondinette, Eléanor était prête à aller la voir et lui expliquer la vie, qu’il n’y avait pas mieux que Szymon sur cette terre et qu’elle perdait son temps à ne pas vouloir voir en lui ce qu’elle voyait elle. Qu’elle devait arrêter de lui broyer le cœur et au contraire en prendre soin. Oui elle était prête à tout cela l’espagnole, pour le bonheur de son ami.

_ Hé j’suis une grande moi aussi maintenant ! Et j’en ai beaucoup à lui dire sur c’qu’elle rate crois moi. Mais au final c’est p’t-être elle qui te mérite pas.

Elle lui tira la langue alors que sa main passait dans ces cheveux. Heureusement que c’était la nuit et que personne ne pouvait la voir ainsi sinon elle lui aurait donné un coup de bidou. Ne le quittant pas des yeux, elle leva ces derniers au plafond en l’entendant parler d’œufs. Voilà qu’elle était bonne pour faire la cuisine en plein milieu de la nuit. Manqué plus que la petite polonaise de la chambre d’à côté se réveil pour qu’ils déjeunent ensemble avec quelques heures d’avances.

_ J’serais plus tenté par une omelette, mais seulement si c’est moi qui la fais. Toi malade, toi te reposer.

S’extirpant difficilement du lit, Eléanor enfila ses pantoufles et se dirigea vers la cuisine, allumant tout sur son passage. Attrapant deux poêles et la boite d’œufs du frigo, elle commença à préparer les deux commandes alors que le polonais s’installait à table. Quelques minutes plus tard elle déposa deux œufs au plat dans une assiette, et attrapant une bouteille de ketchup, entreprit de dessiner un visage rigolo dessus. Bon elle n’était pas vraiment fière du résultat, mais si cela tirait un sourire au jeune homme c’était tout ce qui comptait. Puis son propre repas dans une assiette, elle s’installa en face de lui et commencer à manger. Même le bébé manifesta sa joie en donnant un coup de pied. A croire qu’il ne dormait jamais celui là.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Sam 30 Mai - 18:24





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.J’ai secoué la tête, sans m’arrêter de sourire. Elle me faisait rire, à vouloir s’incruster dans cette histoire. A sembler si sérieus en affirmant qu’Ismaelle ne me méritait pas. Ismaelle, elle méritait tout le monde. Tout le monde. C’était plutôt l’inverse qui était le plus véridique. J’étais quoi, moi, sérieusement ? Il fallait bien avouer qu’en faisant le bilan des adjectifs qui pouvaient me qualifier, on ne trouvait rien de bien extraordinaire. J’étais juste un immigré polonais qui vendait du café dégueulasse. Qui vivait dans un appartement un peu minuscule avec sa petite sœur à peine bilingue et une espagnole de vingt ans enceinte. Sans trop de thune. Sans diplôme. Trop gentil, qui aidait tout le monde, qui se laissait marcher sur les pieds sans rien dire, qui dépensait la plupart de son salaire dans des bouquins. Voilà ce que j’étais. Et Isma… Elle était tellement plus. Méritait tellement plus. « Ouais, non. ‘Fin, bref. T’en fais pas. Je lui parlerais en temps voulu. » Je lui ai tiré la langue en retour, avant de finalement avoir envie de manger. C’était que j’avais du manger une pomme vers dix-huit heures, ce qui était, je n’en doutais pas, il y a longtemps. Et puis, j’avais toujours faim. Ça ne me surprenait donc qu’à moitié. Eléanor a levé les yeux au ciel alors que je lui faisais part de ma faim, et cela m’arracha un petit rire. Après tout, on était polonais où on ne l’était pas. J’ai secoué la tête vivement en m’asseyant sur le matelas alors qu’elle déclarait qu’elle s’occuperait de cuire les œufs, sous prétexte que j’étais malade, nia nia nia. Ben oui. J’allais justement lui en parler. « Ca va hein, j’suis pas mourant non pl… » Je n’ai pas eu le temps de terminer ma phrase, une nouvelle quinte de toux naissant au creux de ma gorge. Génial. Je me suis courbé, avant de rouler sur le côté et de m’emparer de la bouteille d’eau que Léa m’avait tendue quelques minutes plus tôt. Elle, elle avait un peu galéré à se lever, mais avait fini par y arriver. Elle était déjà sortie de la chambre quand j’ai réussi à me calmer et à boire une grande gorgée d’eau. Bordel. J’ai fini par essayer de me relever, ayant l’impression que tous mes os et muscles pesaient deux fois plus lourd qu’en temps normal. J’ai rejoint l’espagnole dans la cuisine alors qu’elle s’affairait déjà au fourneau, deux poêles sur le feu. Elle était en train de casser un œuf quand je me suis assis à table, avant de croiser mes bras dessus et de rentrer ma tête dedans. En vérité, j’aurais été capable de m’endormir, là, tout de suite, si je n’avais senti l’odeur de mon œuf au plat alors que Léa posait l’assiette devant moi. J’ai redressé un peu la tête, ne rendant visible que mes yeux. J’ai lorgné vers l’assiette, esquissant un sourire en voyant le bonhomme qu’elle avait tenté de dessiner avec du ketchup. Je me suis redressé, ai commencé à manger alors qu’elle s’asseyait sur la chaise en face de moi, son omelette terminée. On est restés silencieux un petit instant, appréciant tous les deux ce petit-déjeuner nocturne. J’ai levé les yeux et les ai plissés pour distinguer les chiffres que montrait l’horloge du micro-ondes. Trois heures vingt-six. Ah ouais. Quand même. J’ai fait tomber un bout d’œuf sur mon T-shirt, j’ai juré, je me suis levé pour aller chercher une serviette de table et nettoyer mon bordel. Ma tête était lourde, trop lourde, et j’avais l’impression de ne plus pouvoir la porter. Je me suis appuyée contre le plan de travail, ai soupiré, ma serviette toujours dans les mains, mon t-shirt un légèrement tâché. J’ai soupiré une seconde fois. « Tu travailles demain ? » Ceci dans l’espoir qu’elle me dise non, qu’on puisse rester couchés ou vautrés dans le canapé à regarder des trois films en une après-midi.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Sam 30 Mai - 20:09





Leamon
Ce nouveau sentiment que tu ne comprends pas, que tu ne sais pas comment l'exprimer, tu ne sais pas quoi en faire...

Eléanor observait son meilleur ami, se doutant de ce qu’il devait penser au moment même. Parce qu’elle se sentait parfois un peu comme ça aussi, de ne pas être à la hauteur. Pourtant Szymon, il avait tout pour lui. Il était gentil, plus qu’adorable par moment, fidèle, c’était quelqu’un sur qui l’on pouvait compter. Il n’y avait qu’à voir avec elle, il n’avait pas hésité à l’accueillir et prendre soin de la demoiselle alors qu’elle n’avait nulle part où aller et un bébé sous le tee-shirt. Elle savait aussi qu’il pouvait être timide, et qu’il n’avait encore probablement jamais eu le courage de faire un pas vers la blondinette qui lui plaisait. C’est d’ailleurs pour cela que l’espagnole se proposait d’aller la voir. Parce qu’après tout, ce qu’elle voulait, c’était simplement son bonheur. Léa eu un petit rire en l’entendant. C’est toujours ce que l’on disait et au final on ne faisait jamais rien. C’était bien le problème avec les sentiments, lorsqu’ils s’y mettaient on n’était pas rendu.

_ Okay, comme tu veux, mais saches que j’suis là si jamais t’as besoin.

Puis le polonais laissa parler son estomac. A croire qu’il avait toujours faim celui là, mais l’espagnole le comprenait, surtout en ce moment. Elle aurait été capable de manger l’équivalent de son poids à chaque repas, et ce n’était pas rien vu tous les kilos qu’elle avait prit depuis le début de sa grossesse. Elle accorda à son ami un petit déjeuner avant l’heure à la seule condition que ce soit elle qui le prépare. Szymon malade, il fallait qu’il se repose. Et puis ça lui occuperait autant les mains que l’esprit le temps de quelques minutes. Réussissant à s’extirper du lit, elle l’entendit râler avant de se mettre à tousser. Un regard vers lui qui voulait dire « Qu’est-ce que tu disais ? Tu vois j’ai raison. Encore. » Et la demoiselle sort de la chambre pour se diriger vers la cuisine.

Une fois en place, Eléanor s’activa et prépara les œufs. Au plat pour le monsieur. En omelette pour la demoiselle. Ne faisant pas attention au jeune homme qui venait de s’installer, elle entreprit de lui préparer son assiette comme sa mère le faisait quand elle était petite. Sauf que cela ne rendait pas aussi bien. Pas grave, elle posa l’assiette devant son ami et s’installa avec son assiette en face de lui. La demoiselle retrouva le sourire en voyant le polonais se salir. Elle se demandait comment on pouvait être aussi gaffeur, mais c’était aussi cela qui faisait son charme. C’était une des raisons pour lesquelles Léa aimait son meilleur ami. Posant sa fourchette, elle s’appuya contre le dossier de sa chaise, une main sur son ventre, elle sentait son bébé lui donner des coups de pieds et cela l’amusait. Elle aimait bien le sentir, enfin quand ça ne l’empêchait pas de dormir.

_ Nop’, j’ai deux jours de repos. Sinon j’serais mal s’il fallait que je me lève dans quelques heures…

Eléanor ne savait pas quel heure il pouvait être mais elle se doutait que ce n’était pas une heure décente pour être debout. Quant au jeune homme elle espérait qu’il n’aille pas travailler dans cet état. S’il se mettait à tousser ou pire éternuer au dessus d’une commande il allait avoir droit à une belle réprimande !

_ Toi j’espère que t’irais voir le Doc’ et q’tu te pointeras pas au boulot comme ça.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    Sam 30 Mai - 23:26





Eléanor & Szymon
i fell in love the way you fall asleep.
J'suis là si jamais t'as besoin. Je devais bien avouer que l'idée de laisser Eléanor parler à Isma de tout ce dont j'avais bien pu lui parler me semblait tout fait inimaginable. Je n'étais pas de ceux qui aimaient jouer les entremetteurs. Donner des conseils, consoler, rassurer, ça, je savais faire. Et j'appréciais qu'on puisse me rendre la pareille. Anakin et Alastair le faisaient bien, après tout. Mais carrément s'incruster, se mettre entre deux personnes... L'idée ne me plaisait pas. Et encore moins en ce qui concernait Léa, qui avait d'autres choses à penser, comme elle l'avait si bien remarqué. Sa promesse m'avait néanmoins forcé à étirer encore un peu plus et à me pencher un peu pour déposer un rapide baiser sur sa joue. « Tiens, un peu de microbes pour te remercier. »

Ait alors venu le moment à mon appétit refaire surface. En vérité, j'avais réellement l'impression de sentir mon ventre vide. Au sens littéral du terme. J'avais juste lâché que j'avais envie de manger un ou deux œufs au plat, et déjà elle entreprenait de se lever pour aller me les faire, en plus d'une omelette pour elle. Et mon rhume m'avait empêché de protester, décidant de me faire tousser et cracher mes poumons au moment exact où j'allais me lever à mon tour pour la devancer. J'étais moins rapide qu'une femme enceinte de six mois à cause d'un rhume. Quand même. Une fois la quinte de toux passée, plusieurs gorgées d'eau enfilées, j'avais finalement réussi à aller m'asseoir à table. J'ai attendu à peine quelques secondes avant qu'elle ne pose mon assiette devant moi, après avoir tracé une bouche et un nez avec du ketchup, ce qui m'arracha un sourire. Au bout de quelques bouchées, ma maladresse légendaire avait repris le dessus, et je laissais malencontreusement tomber un morceau sur mon t-shirt. Je suis allée essuyer mon bordel en allant chercher une serviette, avant de presque perdre l'équilibre. J'étais vraiment dans un sale état. Jamais de ma vie je n'avais été aussi malade. J'ai hoché la tête quand Eléanor m'appris qu'elle avait droit à deux jours de congé, et que c'était pour le mieux puisqu'après la nuit qu'elle venait passer, elle n'aurait sûrement pas été capable d'aller travailler demain. Ce matin. Peu importe. « Le médecin j'sais pas. Je hais le médecin. Mais j'vais pas bosser non, de toute façon mon patron me laissera pas rentrer, avec une gueule pareille. » Je sentais déjà les cernes sous mes yeux, le nez rouge, les yeux gonflés. Je suis retourné m'asseoir pour finir mon petit-déjeuner - si on pouvait l'appeler comme ça - alors qu'on commençait à planifier notre journée de demain. On ne prévoyait pas de se réveiller avant midi, si ce n'était plus. On allait certainement se trouver une série à commencer - et à terminer, très probablement, glandeurs professionnels que l'on était. On a fini nos œufs, nous sommes mis d'accord pour faire la vaisselle seulement demain midi, et on est retournés se coucher. Elle s'est rallongée, et je l'ai entendue se retourner, encore et encore, pour trouver une position confortable, alors que je n'arrêtais plus de me moucher. Elle a alors arrêté de bouger, sa respiration s'est faite plus lente, plus régulière. Et c'est seulement après être certain qu'elle s'était bien endormie que le sommeil est venu me trouver.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: i fell in love the way you fall asleep # Leamon    

Revenir en haut Aller en bas
 

i fell in love the way you fall asleep # Leamon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» you fell in love with my flowers but not with my roots. (levi)
» Caleb - I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep
» hurry up and torture me before I fall asleep and miss it! ∆ matthew
» [TERMINÉ] I fall in love with you every single day. - EDWARD.
» Absolarion Love.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives rp-