AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Jeu 27 Aoû - 16:05



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

La conversation que tu venais d’avoir avec Eléanor ne t’avait pas vraiment aidé. En ce qui te concernait du moins, parce que son problème à elle… bah tu ne savais pas si ça devait être un problème ou pas puisque tu savais bien ce que ressentais Szymon pour Eléanor et Eléanor pour Szymon. Il suffisait juste que ces deux là ouvrent enfin les yeux pour être heureux. Quant à toi, c’était une autre histoire. Tu avais demandé conseil auprès de l’espagnole, mais vous n’aviez clairement pas les mêmes circonstances. Tu n’avais pas son âge, pas sa situation économique et encore moins sentimental.  A vrai dire tu l’admirais énormément pour ce qu’elle avait décidé de faire. Mais toi… Toi tu étais heureuse avec Anakin, tu l’aimais beaucoup et ne voulait pas tout gâcher parce que les choses allaient trop vite.

Un enfant avec lui, tu en voulais et même plusieurs si cela était possible, mais tu te rendais bien compte que c’était trop tôt. Vous ne viviez même pas ensemble. Et tu ne te voyais pas avoir cet enfant toute seule, pas si tu dois le perdre. Jamais tu ne t’en remettrais et si tu n’avais pas de bébé de lui alors ça n’en valait pas le coup… Quoi qu’il veuille, tu étais prête à l’accepter, même si cela te brisait le cœur. Dans tous les cas, il était certain que tu l’aurais. C’est dans ce but là, pour lui dire tout ça que tu était partie à la recherche de ton petit ami. De toute façon il fallait bien que vous parliez. A moins qu’il n’ait déjà pris l’avion… Non, quand même pas…

En retournant à l’hôtel, tu espérais y trouver Anakin, mais tu tombas sur Szymon, qui t’annonça que le pompier était justement partit à ta recherche. Super, voilà que vous alliez jouer à cache-cache sur une île. Heureusement, il n’était pas partit bien loin. Marchant le long de la plage, tu n’avais aucune idée de où le trouver et que de rester dans la chambre aurait été une bien meilleure idée que d’aller se balader dans une ville totalement inconnu. En plus le soleil n’allait pas tarder à se coucher. Continuant tout de même ta marche, tu réfléchissais à ce que tu allais faire, ce que tu allais bien pouvoir dire une fois que tu l’aurais retrouvé. Au bout de quelques minutes, tu finis par t’arrêter et te met à fixer l’océan. Tes mains se portent sur ton ventre…

Les ôtant rapidement, tu ne veux pas penser à ça, pas avant d’avoir parlé avec ton petit ami. Alors tu tournes la tête, dans le but de rentrer à l’hôtel et de l’y attendre là bas. Mais il est là. À quelques mètres à peine de toi. Un sourire commence à se former sur tes lèvres avant qu’il ne meurt prématurément. Il n’a pas l’air bien. Et tu ne sais dire si c’est parce qu’il s’en veut d’avoir réagit comme il l’a fait ou parce qu’il se sent mal de ce qu’il va devoir te dire. Tes yeux se mouillent, tes lèvres se tordent sous tes dents, presque à t’en faire mal. Mais tu ne résistes pas, tu coures vers lui pour lui sauter dans les bras.

_ Anakin… Je… J’ai… Je ne te trouvais pas…
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Jeu 27 Aoû - 17:54


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

Cette journée avait prit une tournure à laquelle je ne me serais jamais attendu. Nous avions fait la fête la veille, et ce matin nous nous étions réveillés avec une gueule de bois énorme. Jusque là, tout était normal. Puis j’ai eu l’idée d’aller nager avec des dauphins. Et c’est là que tout a basculé. Tout se passait pourtant bien jusqu’à la rencontre avec les dauphins. Jusqu’à ce que les dauphins nous annoncent que Lana était enceinte. Original, comme façon de l’apprendre quand on y pense. Et tout aurait bien pu se passer, si une fois sur la terre ferme, je n’avais pas fait mon enculé (pour citer Szymon). J’étais partit, je l’avais laissé alors qu’elle était certainement encore plus sous le choc que moi. Et tout ce que j’avais trouvé à faire c’était de partir. J’avais besoin de parler à quelqu’un, et le seul à qui je pouvais parler était Szymon. Alors j’étais allé le retrouvé, et nous avions parlé. De mon problème, et aussi du sien. Qui du coup était beaucoup plus tordu que le mien. Au fond mon seul problème était que j’avais été un idiot. Alors que le sien… Il pouvait être résolu en une seule seconde, quelque part. Il suffisait qu’ils ouvrent les yeux tout les deux et ils pourraient être heureux. Sauf que j’avais le pressentiment que ça allait être bien plus compliqué que ça.

Et après ma discussion avec le Polonais, je devais trouver Lana. Je devais m’excuser d’avoir réagit comme je l’avais fait, je devais la rassurer. Lui dire que quoi qu’elle veuille faire j’étais là. Même si j’avais la trouille et que je n’étais absolument pas prêt à être papa. Mais je l’aimais,  et je n’arriverais plus à vivre sans elle. Alors je serais là. Mais je devais d’abord la trouver, pour qu’on puisse parler. J’avais commencé par la plage, juste derrière l’hôtel mais elle n’y était pas. La piscine non plus. Je montais alors à la chambre, mais elle ne s’y trouvait pas. En descendant je tombais sur Eléanor qui me disait que Lana était partie à ma recherche. Cool, mon champ de recherche se limitait à une île entière. J’allais encore une fois à la plage, en espérant la trouver là-bas. Et par chance, je la voyais marcher un peu plus loin. Je courrais pour la rattraper, lorsqu’elle s’arrêta. Et je m’arrêtais aussi, me demandant bien ce que j’allais pouvoir lui dire. Par où, par quoi commencer. Je la regardais sans bouger, j’espérais qu’elle ne pensait pas que j’avais prit l’avion. Je devais réagir, faire quelque chose. J’allais déjà commencer par m’excuser non ? Et après j’aviserais.

Alors que je recommençais à marcher, elle se tournait et me regarda. Elle n’avait vraiment pas l’air bien et je m’en voulais. Elle commença à courir vers moi, et lorsqu’elle fut à ma hauteur, je l’attrapais et la serrais contre moi.

« Je suis là maintenant. »

Je la serrais encore, sans rien dire pendant un moment. Je voulais juste l’avoir contre moi, dans mes bras, sentir son parfum. Je ne la lâcherais plus. Plus jamais. Je passais une main dans ses cheveux, tout en la gardant contre moi.

« Pardon d’avoir été un enculé… »


Dernière édition par Anakin W-J. Denton le Ven 28 Aoû - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Ven 28 Aoû - 12:17



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

Tu allais être maman. Du moins si Anakin ne te disait pas qu'il ne voulait pas de cet enfant. Ce que tu pouvais comprendre. Il y a encore un an, le jeune homme n'était pas celui qu'il était devenu, il passait de filles en filles sans même penser à se poser avec l'une d'elle. Puis il y avait eu toi. Tu ne savais toujours pas pourquoi, ni comment cela se faisait mais c'était là. Vous vous aimiez et étiez heureux ensemble. Mais c'était encore que le début de votre relation, vous n'habitiez même pas encore.

Tu avais trouvé Eleanor, une personne avec qui discuter de tout cela, surtout qu'elle venait elle-même de mettre au monde un enfant. Mais vos situations étaient tout de même différentes et tu ne te sentais pas de faire comme elle. Tu n'avais pas le courage d'élever un enfant tout seule et encore moins de perdre Anakin à cause de ce choix. Il fallait que tu lui parles. De toute façon vous n'alliez pas pouvoir éviter le sujet. Le tout maintenant était de le retrouver et de voir ce que vous alliez faire.

Le cherchant partout, tu étais tombée sur Szymon qui t’annonça que le jeune homme était lui même à ta recherche. Cela n’allait pas être évident ainsi. Alors tu avais pris la direction de la plage, histoire de marcher un peu puis tu retournerais à la chambre pour l'y attendre. C’était encore ce qu'il y avait de mieux à faire. Alors que tu fixais l'océan, pensant à tout cela, il était là. Pas très loin de toi et tu le remarquas en te retournant. Ne sachant pas quoi faire tout d'abord, tu avais finis par courir pour le rejoindre et te jeter dans ses bras ouverts.

Tu luttais pour ne pas craquer et te mettre à pleurer. Au fond tu avais eu peur, qu'il s'en aille et te laisse toute seule sur cette île. Mais il était la, et te serrais dans ses bras. Enfouissant ton visage dans son cou, tu resserres ton étreinte alors qu'il te parle, te rassure. Oui il est la. Et tu lui en ais reconnaissante. Le silence fait place et tu sens sa main dans tes cheveux alors que des mots s'échappent une nouvelle fois de sa bouche. Tu finis par reculer un petit peu, pour lui faire face, un petit sourire timide sur les lèvres.

_ Non Anakin. Je comprends... Je suis contente que tu sois là maintenant.

Pour toi aussi cela avait un choc. Un véritable. Et puis la façon dont tu avais appris la nouvelle était dés plus original. Tu aurais voulu le faire exprès que tu n'aurais pas pu. Ton regarde dans le sien, tu prends une grande inspiration.

_Il faut qu'on en parle... Je... Je veux savoir ce que tu en penses, si tu t'en sens capable. Je me plierais à ton choix Ani. Parce que je t'aime et que je ne veux pas te perdre. Jamais...


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Ven 28 Aoû - 15:56


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

Après avoir discuté avec mon meilleur ami, je devais retrouver Lana. Pour lui parler à elle, pour savoir ce qu’elle voulait faire, ce qu’on allait devoir faire. Je ne voulais pas la perdre, pour rien au monde. J’allais être papa, il fallait que je commence à m’y faire, à m’y préparer. Car je n’étais absolument pas prêt du tout. Oh ça non, j’étais loin de l’être. Mais pour Lana, j’étais prêt à le faire. Si elle voulait vraiment cet enfant, alors moi aussi. Et nous l’aurions tout les deux. Je ne la laisserais pas seule. Je n’étais plus l’enfoiré que j’avais pu être, il y a un an encore. Alors je m’étais mis à sa recherche. Elle n’était pas dans la chambre, pas à la piscine. Je tombais alors sur Eléanor qui me disait qu’elle me cherchait, elle aussi. Ce qui ne facilitait pas la tâche.

Et par chance je la trouvais, là sur la plage. Je courais vers elle pour la rattraper lorsqu’elle s’arrêta. Je m’arrêtais aussi, quelques secondes, me demandant par quoi j’allais commencer. M’excuser déjà. D’être partit comme un voleur, de l’avoir laissé seule après cette nouvelle qui nous avait fait l’effet d’une bombe. Et au lieu de rester avec elle, j’avais quasiment pris mes jambes à mon cou pour aller parler à Szymon. Mais j’en avais besoin, et comme toujours ça m’avait aidé. Je me remettais à marcher vers elle, alors qu’elle se retournait. Sur le moment je m’arrêtais encore une fois, plus aussi sûr de moi qu’il y a une seconde. Et je la vis alors courir vers moi et me sauter dans les bras. Je la serrais contre moi, la rassurant en disant que j’étais là. Je la serrais contre moi pendant un moment sans rien dire, tellement heureux de la retrouver. Je me rendais compte qu’elle m’avait manqué aujourd’hui. Vraiment manqué. Alors je n’osais pas imaginer si je devais me retrouver sans elle beaucoup plus longtemps que ça. Je la serrais encore contre moi, sentant son visage dans mon cou.

Ma main dans ses cheveux, je m’excusais. Elle recula et me regarda avec un petit sourire timide que je lui rendis. Je caressais doucement sa joue alors qu’elle parlait. Elle comprenait et était contente que je sois là maintenant. Je hochais doucement la tête en la gardant contre moi. Je la regardais dans les yeux, ne sachant pas par quoi continuer. Mais Lana brisa le silence avant moi.

Elle était prête à se plier à mon choix, parce qu’elle m’aimait et qu’elle ne voulait pas me perdre. Je baissais la tête et soufflais.

« Je te cacherais pas que j’ai une peur bleue Lana… »

Et maintenant c’était à elle que je devais faire peur. Passant mes deux bras autour de sa taille, je relevais la tête et la regardais.

« Mais j’suis capable de tout pour toi. Je t’aime et je supporterais jamais de te voir t’en aller. Alors si tu veux de ce bébé, je suis prêt à l’avoir avec toi. Et sinon je serais là aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Ven 28 Aoû - 22:30



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

Seule sur la plage, regardant devant toi, l’horizon t’ouvrait ses bras. Ce que tu avais besoin c’était de réponses. A des questions que tu n’étais pas capable de poser. Vous passiez de si belles vacances, de si bon moment. Pourquoi avait-il fallut que tout soit gâché. Apprendre une grossesse était d’ordinaire un instant magique. Lorsqu’il était attendu. Lorsqu’on était prêt. Ce qui n’était pas du tout votre cas, bien au contraire. Ce n’était pas au programme et désormais tu ne savais pas quoi faire. Tu aurais voulu pouvoir discuter avec ta meilleure amie mais ce n’était pas possible, parce qu’elle se trouvait à des milliers de kilomètres. Alors tu t’étais tournée vers la petite espagnole avant de partir à la recherche d’Anakin, s’il n’avait pas fuit l’île.

Mais non, il était là. Pourquoi en avoir douté ? Il avait fallut que tu tournes simplement la tête pour qu’il apparaisse. Et tu te jetais dans ses bras, effrayés à l’idée qu’il aurait pu t’abandonner, que tu aurais pu le perdre avant même d’avoir pu lui dire que tu étais prête à renoncer à cet enfant si c’était ce qu’il désirait, de lui dire à quel point tu pouvais l’aimer et qu’il comptait pour toi. Il te serre dans ses bras, cherché à te réconforter avant de s’excuser. A sa façon. Ça te fait sourire, parce que tu ne lui en veux pas, bien au contraire, tu comprends sa réaction, probablement que tu aurais eu la même si tu avais été dans son cas.

Puis avant qu’il n’ait le temps de dire quoi que ce soit, sans quitter la chaleur de ses bras, tu lui dis, tout ce que tu as sur le cœur, ce que tu es prête à faire s’il te le demande. Parce que cet enfant, si Anakin n’est pas à tes côtés, tu n’en veux pas. C’est lui et toi, tout simplement. Rien d’autre. Il avait peur. Toi aussi. Mais en même temps tu ne pouvais pas t’empêcher d’être excitée à cette idée. Toi maman, avec un tout petit bébé qui lui ressemblerait… C’était une magnifique vision et tu voulais qu’elle se réalise. Un jour ou l’autre. Et peut-être que ce jour était arrivée ?

Tes yeux se noient de larmes en entendant ce qu’il te dit ensuite. Tu n’y crois pas, tu sais qu’il t’aime, tu sais à quel point il a pu changer pour être avec toi. Mais là, tu lui en demandes peut-être un peu trop et encore il accepte. Tu te demandes ce que tu as bien pu faire pour mériter tout cela.

_ Ani…

Tu ne sais pas quoi dire, les mots se bousculent et tu essaie de les mettre dans l’ordre, de ne pas les laisser s’échapper avant qu’ils ne forment une phrase qui ne soit pas vide de sens.

_ Je… Je ne suis pas sûre de ce que je veux. Avant toi c’est toi. Et ce bébé… Evidement que je serais heureuse de le porter et de le mettre au monde, mais pas au prix de te perdre. Si tu pense qu’on peut le faire, alors je le pense aussi.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Ven 28 Aoû - 23:24


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

Elle était là sur la plage. Je n’arrivais même pas à décrire ce que je ressentais réellement en la voyant. Je n’étais même pas certain qu’il existait un mot pour mettre dessus. Je l’aimais et j’étais plus qu’heureux de la revoir. Et maintenant qu’elle se retrouvait dans mes bras, je ne la lâcherais plus. Jamais je ne la laisserais, bébé ou pas. Je voulais finir mes jours avec elle et c’est ce que je ferais. Avec des enfants. Et si elle le voulait, nous en aurions un dans neuf mois. Gardant mes deux bras autour de sa taille, je réussi finalement à lui parler. Lui disant la vérité, que j’avais peur mais que j’étais capable de tout pour elle. Que jamais je ne supporterais de la voir s’en aller. Que quoi qu’elle choisisse, je serais là. Voyant ses yeux se remplirent de larmes je la serrais un peu plus et posais une main sur sa joue, la caressant doucement avec mon pouce. Elle fini par prononcer mon prénom, enfin mon surnom avant de marquer une pause. Je ne la lâchais pas des yeux, continuant de caresser doucement sa joue. Bon Dieu qu’est-ce que je pouvais l’aimer. Elle reprit la parole, avouant qu’elle ne savait pas ce qu’elle voulait. Qu’elle serait heureuse de porter ce bébé et de le mettre au monde mais pas au prix de me perdre. Ma main sur sa nuque, je posais mon front contre le sien et la regardais.

« Tu ne me perdras pas. Jamais tu m’entends ? »

Reculant mon visage, je mettais une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

« Avec toi je serais capable de tout. Alors si tu veux du bébé, je resterais près de toi. J’ai neuf mois pour me préparer à être papa non ? »

Un petit sourire se dessina sur mon visage puis je m’avançais pour déposer mes lèvres contre les siennes afin d’échanger un baiser. Je l’aimais et je ne voulais pas la perdre pour rien au monde. Et si elle le voulait, je serais prêt à devenir papa et à élever notre enfant avec elle. Jamais je ne l’abandonnerais, ni elle, ni…

Le bébé.

Relâchant doucement ses lèvres je la regardais.

« Tu veux qu’on se promène un peu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Lun 31 Aoû - 17:38



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana


C'était tout ce qu'il te fallait. Être en présence d'Anakin. Malgré le fait qu'il fallait discuter de tout cela, que tu ne savais absolument pas quoi faire, ni même de ce que tu avais envie, le fait de l'avoir retrouvé et d'être dans tes bras te calmais déjà. Tu savais que tout irais bien à partir de maintenant parce qu'il était la et que c'était le plus important. Il y avait aussi le bébé, ce petit être qui avait commencé à grandir au creux de ton ventre. Alors que tu lui expliquais ce que tu ressentais, ce dont tu avais envie, il te tenait toujours dans ces bras, te réconfortant de cette manière. Un amour. Voilà tout ce qu'il était. Même s'il avait disparu après avoir apprit la nouvelle, tu ne pouvais pas lui en vouloir, tu aurais fait pareil à sa place, au moins juste le temps de réfléchir, à tout ça, ce que ça impliquait. Parce qu'un enfant ce n'était pas rien.

Oui vous vous aimiez. Oui vous étiez heureux et oui tu avais au fond de toi l’impression qu'il s'agissait de l'homme de ta vie. Mais peut-être que ce n'était pas le cas, peut-être que votre relation n'était fait que pour durer quelques mois. Et alors dans ce cas là, comment tu ferais avec un enfant, un tout petit bébé à t'occuper... Non il ne fallait pas penser à tout cela parce que ça n'arriverait pas. Tu lu le savais et le comportement de ton petit ami le montrait. Les larmes aux yeux, tu lui souris alors que tu sens sa main sur ta joue, puis sur ta nuque et son front contre le sien. Tu le regarde dans les yeux, écoutant ce qu'il a à te dire.

Ne pas le perdre c'était tout ce que tu désirais, et il t’affirmait que cela n'allait pas arriver. Alors tu le croyais, tu souriais en pensant à ce que la vie était en train de t'offrir. Un bébé. Dans moins de neufs mois. Un homme merveilleux à tes côtés.

_ Oh Anakin... tu es sur ?

Un mouvement de tête et cela suffit à te faire fondre en larmes.

_ Alors dans 9 mois nous auront un bébé.

Voilà qui était dit. Voilà qui était fait. Plus de retour en arrière, plus de doutes, plus de questions, plus de peur. Vous alliez avoir un enfant et être heureux. Tu lui rends son sourire puis son baiser. Tes mains passent derrière son cou et tu l'agrippe pour ne plus jamais le lâcher. Jamais. Se promener était une merveilleuse idée et tu hochais la tête avant de prendre sa main.

Le paysage était tout simplement magnifique. La plage, l'océan et le soleil qui se couchait peu à peu derrière l'horizon. Cela avait été une longue journée, une très longue et
Eprouvante journée mais tu étais heureuse. Car tout finissait bien. Du moins pour toi et Anakin. Main dans la main vous marchiez en silence depuis plusieurs minutes lorsque tu décidais de t’arrêter, pour observer le tableau qui se présentait à toi. Grandiose. Anakin passa derrière toi et tu posais la tête sur son épaule, ses bras autour de tes hanches, ces mains si près de ton ventre qui bientôt serait gros. Tu Ne réalisais pas vraiment ce que ça voulait dire, que tu allais être maman.

_ Je suis heureuse Ani. Et tout ça c'est grâce à toi.


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Lun 31 Aoû - 19:26


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

Si elle était prête, si elle voulait de cet enfant alors je la suivrais. Je pouvais le faire moi aussi. Je ne voulais pas la laisser, pour rien au monde. J’avais la trouille, c’était certain, et je l’aurais certainement encore le jour de la naissance du bébé. Mais j’étais heureux avec Lana, et je savais que je serais d’autant plus heureux si nous avions un enfant. Il était peut-être un peu tôt, c’est sûr mais après tout, pourquoi pas ? D’autres l’avaient fait avant nous, alors nous pouvions le faire aussi. Elle me demanda tout de même si j’étais sûr de moi, et je hochais la tête avant qu’elle ne fonde en larmes. Je la serrais encore contre moi, elle et le petit être qui grandissait déjà dans son ventre. Je lui souriais lorsqu’elle ajouta que dans neuf mois on aurait un bébé.

« Rien qu’à nous… »

Je posais mes lèvres sur les siennes et l’embrassais. Sentant qu’elle s’agrippait carrément à mon cou, je serrais mes bras autour de sa taille. J’aurais aimé que ce moment ne s’arrête jamais, nous étions juste nous deux sur cette plage, comme seuls au monde. Je lui proposais une promenade, ce qu’elle accepta. Autant rester ici, sur cette plage pour le coucher du soleil, nous pourrions rentrer à l’hôtel une fois la nuit tombée, après avoir profité de ce magnifique spectacle. Sa main dans la mienne, nous marchions sur la plage, alors que le Soleil lui tombait peu à peu dans la mer. Lana ne parlait pas et moi non plus, mais je n’arrêtais pas de penser pour autant. Un bébé. Voilà que dans neuf mois nous allions avoir un enfant, un bébé qui sera à la fois elle et moi. Et finalement, malgré la peur, je ne pouvais pas être plus heureux. Une nouvelle vie allait commencer, d’abord à deux avec Lana, avec qui j’allais vivre maintenant. Nous n’en avions pas parlé, mais ça ne saurait tarder maintenant. On pouvait encore en parler plus tard dans la chambre, ou même encore dans l’avion pour le voyage retour. Mais c’était maintenant certain qu’on allait partager le même appartement. Et bientôt nous serions trois. Avec un bébé, une fille ou un garçon, je n’en savais rien pour l’instant et ça m’était égal.

Car cet enfant, j’allais l’avoir avec la femme de ma vie.

Lana s’arrêta et je comprenais pourquoi : elle voulait admirer le coucher du soleil. Ces couleurs dans le ciel, la mer, la plage, ma petite amie dans mes bras, tout était simplement magnifique. J’étais derrière elle et j’avais passé mes bras sur ses hanches, mes mains près de son ventre, près de notre bébé qui grandissait déjà. Je la regardais lorsqu’elle me dit qu’elle était heureuse et que c’était grâce à moi. Je lui souriais avant de déposer un baiser sur ta tempe.

« Et grâce à toi je suis heureux aussi. »

La serrais encore contre moi, je gardais ma tête près de la sienne. Regardant droit devant moi, le silence était à nouveau tombé. Ma tête se vidait peu à peu, pour le moment il n’y avait qu’elle et moi. La nuit n’allait pas tarder à tomber elle aussi, et une seule pensée restait dans mon esprit.

« Épouse moi »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Mar 1 Sep - 13:25



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

Un bébé. Dans quelques mois à peine. Tu avais du mal à le réaliser pleinement, parce que tu venais juste l’apprendre, parce qu’Anakin était d’accord pour que vous le gardiez, parce que vous alliez devenir une famille. C’était tout dont tu avais rêvé, plus petite et voilà que ça se réalisait. Tu savais que ce serait le cas un jour où l’autre, c’était simplement plus tôt que prévu. Ton petit ami était formidable et tu lui rendais son baiser avec passion. Tu l’aimais comme tu n’avais jamais aimé personne et bien que parfois cela pouvait faire un peu peur, de te sentir aussi dépendante de son amour, cela te comblait aussi. Il n’y avait que lui pour te rendre aussi heureuse, et jamais tu ne pourrais l’en remercier comme il le méritait. Les mots du pompier résonnaient encore à tes oreilles. Oui rien qu’à vous. A vous deux. Tu souriais encore alors qu’il te proposait d’aller faire une balade, sur la plage, dans un cadre magnifique. Tu acceptais en lui prenant la main puis commençais à marcher.

Tout un tas de choses étaient en train de te traverser l’esprit. Ta vie, tout entière allait changer, pour le mieux. Une fois rentrée à la maison, vous aménagerez probablement ensemble, mais ça vous aviez encore le temps d’y réfléchir. Puis il faudrait que tu prennes rendez-vous chez le médecin, pour t’assurer que tout se passait pour le mieux. Et aussi que tu l’annonces à tout le monde. Tu pensais à ta mère, essayant d’imaginer sa réaction, à ton père, s’il aurait été heureux pour toi ou pas. Charlie, ta meilleure amie. Tu savais que cela allait être comique ave elle. La blondinette n’avait pas son pareil pour avoir les réactions les plus improbables.

Tu finis par t’arrêter et te met à observer la mer et l’horizon. C’est tout simplement magnifique. Bien sur, tu peux voir l’océan, pas très loin de chez toi, mais ce n’est pas la même chose, parce que vous êtes une île, bien loin de la maison, où tout alors c’est la journée qui rend le tableau plus lumineux, plus beau. Anakin passe ses bras autour de toi et tu reposes ta tête sur son épaule. Tu es bien, ainsi, et tu pourrais le rester pendant des heures. Mais tu parles, parce que tu ressens le besoin de dire quelque chose, de dire à voix haute que ton petit ami te rend heureuse.

Tu souris en sentant ses lèvres sur ta tempe et ce qu’il te dit. Tu fermes les yeux quelques secondes, pour immortaliser ce moment dans ta mémoire, pour ne jamais l’oublier. Le soleil terminait sa course pour aller se coucher, pour laisser la nuit envahir le ciel. Les étoiles ne tarderaient pas à sortir et il vous faudrait rentrer, à la chambre. Cette journée t’avais épuisé, tu avais même hâte de retrouver le lit et les bras de ton amoureux. Tu continue de fixer les vagues devant toi lorsque deux mots sont prononcés. Deux mots que tu ne comprends pas le temps de quelques secondes.

Epouse-moi.

Tu te retournes derechef pour faire face à Anakin, qui est le plus sérieux du monde. Tu ne sais pas comment tu dois réagir, parce que tu ne sais pas dans quels circonstances il ta dit cela. Est-ce parce qu’il le veut vraiment ou que la situation s’y prête ? Croit-il que parce que maintenant que tu es enceinte, vous devez forcément vous marriez ? Te dit-il cela parce que c’est ce qu’il doit dire ? Tu le regardes, surprise.

_ Quoi ? Anakin si c’est seulement parce qu’on va avoir un bébé, alors non. Je ne veux pas que ça se passe comme ça parce que tu sens responsable de quelque chose.


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Mar 1 Sep - 17:15


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

On avait commencé la journée avec une gueule de bois, et là on la terminait avec une nouvelle surprenante. J’étais heureux, surtout depuis que j’avais retrouvé Lana. C’est clair que j’avais eu la trouille en l’apprenant, et la seule façon d’agir que j’avais trouvé c’était de prendre la fuite. Mais là tout était arrangé. J’avais retrouvé Lana sur la plage, et je lui avais assuré que si elle voulait de cet enfant, nous l’aurions, tout les deux. Je n’arrivais vraiment pas à croire que j’allais être papa. Je me doutais parfaitement qu’il me faudrait certainement quelques temps avant de le réaliser totalement. Ma main dans celle de petite-amie, je profitais de ce moment avec elle sur la plage, en plus nous avions un spectacle magnifique juste devant nous. Lorsque Lana s’arrêta, je l’attrapais et passais mes bras autour de sa taille, mes mains près de son ventre. Regardant droit devant moi, le silence régnait avant que Lana ne me dise qu’elle était heureuse. Je la regardais et l’embrassais sur la tempe, ajoutant que j’étais heureux moi aussi. Et je ne connaissais pas de mot assez fort pour dire à quel point j’étais heureux. Je la serrais encore contre moi alors que le silence retombait.

Le Soleil s’était couché et les étoiles n’allaient pas tarder. Il serait bientôt temps de retourner à la chambre, de nous coucher. De la prendre dans mes bras pour la nuit. Le regard droit devant moi, j’observais les vagues, sans aucune pensée. Sauf une. Que je ne tardais pas à formuler à voix haute, sans prendre le temps d’y réfléchir, comme par hasard. Mais je le pensais. Genre vraiment. Et quel meilleur endroit pour demander une fille en mariage ? Je n’avais pas de bague, rien et c’est clair que cela pouvait paraître précipité. Et c’était ce que semblait penser ma petite-amie, qui pensait directement que je lui demandais ça à cause du bébé. Baissant mon regard vers elle, je la regardais.

« Non c’est pas ça… »

Enfin, pas totalement. C’est vrai que c’était la situation actuelle qui avait fait que je lui ai demandé maintenant. Mais ce n’était pas pour ça que je lui demandais. Oh non. J’aimais Lana et je voulais passer le reste de ma vie avec elle. Me réveiller à ses côtés chaque matin, m’endormir avec elle tout les soirs. L’embrasser quand je rentrerais du boulot, avant d’y aller. Aller la voir au café, juste pour être près d’elle. L’emmener au restaurant, lui offrir des fleurs. L’aimer. Concrètement, je voulais qu’elle devienne ma femme. Mes bras autour de sa taille, je la regardais en souriant.

« Je t’aime et je veux passer ma vie avec toi. C’est pas des raisons suffisantes pour vouloir t’épouser ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Jeu 3 Sep - 15:17



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

Tout était redevenu à la normal. Et même en plus merveilleux. Jamais tu n’aurais pensé que cela puisses être le cas, et pourtant… Vous marchiez sur une magnifique plage, main dans la main avec l’homme que tu aimais et qui venait d’accepter de fonder une famille avec toi. Merveilleux. Du moins avant qu’Anakin ouvre de nouveau la bouche pour laisser s’échapper deux mots. Une idée. Une envie. Une demande. Tout d’abord, tu ne comprenais pas. Puis quand ton cerveau assimila ce que voulait dire ce qu’il venait de prononcer, tu te retournais pour le regarder en face, un brin surprise, mais aussi blessée, quelque part. S’il faisait ça, s’il t’avait dit cela seulement parce que vous veniez d’apprendre que tu étais enceinte… Alors non. Il en était hors de question.

Tu n’étais pas certaine, tout d’un coup, qu’il te dise la vérité. Mais il ne t’avait jamais menti, du moins il te le semblait, alors pourquoi commencer aujourd’hui ? Tu le regardais dans les yeux, ton cœur s’était emballée, et tu avais du mal à reprendre ton souffle, tant sous le coup de la surprise que de l’émotion. Il venait tout de même de te demander de l’épouser. De se marier avec lui. De lier vos vies l’une à l’autre, pour le meilleur et pour le pire. Et à peine une dizaine de minutes plus tôt, il acceptait d’élever l’enfant qui était en train de grandir au creux de ton ventre. Anakin Denton. Devant toi. Qui te disait tout cela. Tu aurais presque pu croire que tout cela n’était qu’une blague si son regard n’avait pas été aussi sincère. Tu souriais en l’entendant, alors qu’il t’attrapait par la taille.

_ Oh ce sont de très bonnes raisons. Seulement je veux que ce soit elles les raisons qui te poussent. Et parce que …

Tu mettais tes mains sur ton ventre, comme si tu pouvais déjà sentir, toucher le bébé, qui à ce stade, ne devait ressembler à rien du tout.

_ Avoir un bébé ne signifie pas que l’on doive ce marier Anakin. Il y a cinquante ans peut-être, mais pas aujourd’hui.

Tu passais tes bras autour de son cou, l’attirant un peu plus de toi et du sourire sur ton visage.

_ Mais si c’est ce que tu veux vraiment, alors c’est oui. Mille fois oui.


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Ven 4 Sep - 0:19


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

J’avais peut-être parlé un peu trop vite. Finalement, ce n’était peut-être pas le bon moment pour lui demander ça. Elle allait croire que c’était seulement à cause du bébé, que je posais cette question. C’est vrai que ça m’avait en quelques sortes soufflé l’idée. Mais ce n’était pas ça qui me poussait à le faire. Je n’étais plus le type que j’étais avant. J’étais tombé amoureux de Lana, genre vraiment (avant de tomber tout court, aussi). Je voulais fonder une famille avec elle, l’épouser, vivre avec elle pour le restant de mes jours. Bizarrement, à aucun moment je ne m’étais dit que cette histoire allait se finir au bout de quelques mois, parce que je savais que Lana n’était pas comme les autres filles. Je ne saurais vraiment l’expliquer, mais elle avait quelque chose que les autres n’avaient pas. Peut-être que c’était parce qu’elle m’avait résisté, qu’à force de batailler pour sortir au moins une fois avec elle, j’étais tombé amoureux. Alors qu’au départ, la première fois que je l’avais vu, et la première fois que je l’avais revu, elle n’était que comme les autres. Et puis à force j’avais apprit à la connaître, à l’aimer. Et aujourd’hui elle était devenue la seule. Voilà pourquoi j’avais prononcé ces deux mots.

Épouse-moi.

Deux mots qui allaient encore une fois tout changer. Et comme je le craignais, elle pensait que je lui demandais ça à cause du bébé. Je secouais la tête. Non ce n’était pas à cause de ça. J’avais parfaitement comprit que nous n’étions plus obligé de nous marier pour avoir un enfant. Non moi je voulais l’épouser parce que je l’aimais. Plus que tout. L’attrapant par la taille, je lui disais. C’était des bonnes raisons, comme elle le disait, et elle voulait que ce soit celle qui me poussait à faire cette demande. Je baissais les yeux vers ses mains qui étaient posées sur son ventre, et y joignais la mienne. Je la regardais à nouveau alors qu’elle continuait à m’expliquer qu’avoir un bébé ne signifiait pas qu’on devait se marier. Je souriais, un peu moqueur.

« Et si j’ai envie de faire comme y a cinquante ans hein ? »

Je plaisantais bien sûr, et le sourire que j’avais sur le visage le montrait bien. Elle passa ses bras autour de mon cou, et de ce fait je m’approchais encore plus d’elle, toujours en souriant. Et là, elle répondait enfin à ma question. Mille fois oui. Mon sourire s’agrandit. Encore et encore. J’étais heureux en ce moment même, et je ne pouvais pas l’être plus. Elle avait dit oui et nous allions avoir un bébé. Je la serrais encore plus contre moi, et sans attendre une seconde de plus je l’embrassais. Sans lâcher ses lèvres, je la soulevais. Heureux. Indéniablement heureux et amoureux. J’avais peur aussi, mais ce sentiment était largement effacé en ce moment. Encore une fois, il n’y avait plus qu’elle et moi. Doucement, mes lèvres quittèrent les siennes, et je la regardais.

« Je t’aime Lana, et c’est la seule raison pour laquelle je veux t’épouser. »

Je la reposais doucement et la regardais en souriant d’un air taquin.

« Et puis comme ça tu pourras rendre toutes les filles de Winston Oaks Hills jalouses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Dim 13 Sep - 15:02



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

Anakin Denton, qui faisait une demande en mariage. C’était le genre de chose que l’on ne pouvait jamais imaginé. Mais du genre, jamais, jamais de la vie. Ce n’était pas lui, ce n’était pas celui que tu avais connue presque une décennie en arrière. Mais depuis quelques mois tu avais appris que tout le monde pouvait changer, lui y compris. Il te l’avait suffisamment prouvé au cours de vos moments passés tous les deux et encore plus maintenant qu’il venait d’accepter d’avoir un enfant avec toi. Un rêve, n’est-ce pas ce que tout cela était ? Et pourtant non, parce que tu vivais bien ce qui était en train de se passer sur cette plage, même le fait qu’il venait de te demander ta main.

Ta première réaction tu ne l’avais pas vraiment contrôlé. L’idée qui te venait était qu’Anakin te disait cela seulement parce qu’il t’avait mise enceinte et que dans ce genre de situation, ce qui venait par la suite, c’était le mariage. Mais ce n’était pas ce que tu voulais toi, bien au contraire. Tu voulais un jour devenir la femme de ton amoureux, mais pas comme ça, pas à cause de ça. Il te rassura, comme toujours, comme il savait le faire et cela te fit sourire, même si tu n’étais pas totalement convaincue. Passant ses mains autour de tes hanches, tu l’écoutais avec attention, posant tes mains sur ton ventre encore plat, ce n’était décidément pas une raison suffisante, mais celles qu’il annonça l’étaient. Tu souriais d’autant plus qu’Anakin plaça ces mains sur les tiennes. Bientôt vous seriez trois, et cela, tu ne pouvais pas encore imaginer le bonheur que cela serait.

_ Alors dans ce cas là, tu devrais me courtiser et n’espérait qu’avoir droit à un baiser de ma part.

Toute heureuse, tu passais alors tes bras autour du coup de ton amant et répondait alors à sa question. Tu ne pouvais pas dire non, pas alors que tu l’aimais comme une folle et que tu désirais passer le restant de ta vie à ces côtés. Vous étiez en train de vivre un véritable moment de bonheur tous les deux, et tu savais que tout ne serais que mieux, pour la suite. Tu t’accrochais à ton amoureux, alors qu’il te soulevait carrément de terre. Tu lui souriais, tendrement, amoureusement.

_ Moi aussi, mon amour.

Ton sourire s’agrandit à ses paroles. Ça oui, des filles, il y en avoir des jalouses.

_ Tu va devoir me protéger d’elles.

Tu l’embrassais une nouvelle fois, avant de reporter ton regard sur le soleil qui s’était complètement couché maintenant.

_ Et si on rentrait ? C’était une longue journée.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Dim 13 Sep - 16:18


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

Une demande en mariage. Ce n’était pas du tout ce qui était prévu. En fait, rien de ce qu’il s’était passé aujourd’hui n’était prévu. Et pourtant, tout se terminait bien, au final. Nous allions fonder une famille, nous allions avoir un bébé, tout les deux. Un bébé rien qu’à nous, qui nous ressemblerait, qui lui ressemblerait. Et cette idée, bien qu’elle me fasse peur, me rendait heureux. J’étais amoureux d’elle, c’était avec Lana que je voulais passer le reste de ma vie et pas une autre. Avoir un bébé était donc la suite logique des choses, c’était juste arrivé plus tôt qu’on ne le pensait. Et il ne me restait plus que quelques mois pour me préparer, et je savais qu’avec Lana, j’en étais capable. Et cette demande… J’étais sérieux, sincère. Et j’allais devoir lui prouver, lui montrer que ce n’était pas qu’à cause du bébé que je lui posais cette question. En tant normal, peut-être que je lui aurais demandé de m’épouser bien avant qu’elle ne tombe enceinte. Avant ça, je lui aurais même demandé de vivre avec moi. Mais visiblement, on faisait tout à l’envers. Mais ce n’était pas grave, je n’en n’avais rien à faire. L’important était qu’elle soit heureuse. Et lorsqu’elle était heureuse, je l’étais aussi, forcément.

Sa réaction ne m’étonnait pas et me fit sourire. Je blaguais alors, sur le fait que j’avais simplement envie de faire comme il y a cinquante ans. Même si ce n’était pas ça. Je voulais l’épouser parce que je l’aimais, voilà tout. Ca n’avait rien à voir avec le bébé, même si il m’avait en quelques sortes soufflé l’idée de lui demander maintenant. Et puis je ne pouvais pas rêver mieux comme décor pour faire ma demande. Je riais doucement à sa remarque, si je devais la courtiser je le ferais. Autant de temps qu’il le faudrait. En y pensant je la courtiserais toute ma vie.

Et enfin, j’avais sa réponse à ma question. Et je ne pouvais pas demander mieux, je ne pouvais pas être plus heureux qu’à ce moment précis. L’embrassant, je la serrais contre moi et la soulevais de terre, toujours plus heureux. Lâchant doucement ses lèvres, je la regardais dans les yeux, lui disant que je l’aimais, toujours en souriant. Sans la lâcher du regard, je la reposais sur le sol, plaisantant (seulement à moitié en fait), qu’elle pourra rendre les filles de Winston Oaks Hills. Je lui souriais.

« Promis »

Je lui rendais son baiser et la gardais contre moi. Il n'y avait pas que des filles jalouses dont j'allais la protéger. J'allais la protéger de tout, de rien, elle et le bébé. Et c'était une promesse que je lui faisais à elle, mais aussi à moi. Le Soleil s’était désormais couché, et avait laissé sa place à la Lune qui ne tarderait plus à se montrer. Lana me proposa de rentrer et je hochais la tête. Je l’attrapais doucement par la taille pour la garder près de moi en marchant vers l’hôtel. Ma fiancée et mon bébé près de moi. Heureux. On marchait en silence lorsque quelque chose me vint encore à l’esprit, et attira mon attention. Je m’arrêtais et lâchais Lana par la même occasion avant d’aller ramasser quelque chose un peu plus loin. Un coquillage. Je le prenais et enlevais le sable qui se trouvait dessus avant de sourire. Je retournais vers ma petite amie, elle ne comprenait sûrement rien. Posant un genou à terre, devant elle, je la regardais, présentant le coquillage.

« Lana… »

Si quelqu’un nous voyait, il saurait directement de quoi il s’agissait. Mais non, je n’allais pas réitérer ma demande en mariage. Pas maintenant. Je lui souriais.

« Est-ce que toi et Rox, vous voulez vivre avec Obi et moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Lun 14 Sep - 16:11



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

Tout ce à quoi tu pensais désormais était de rentrée à la chambre d'hôtel et de te plonger sous les draps, dans les bras de ton amoureux cela avait été une longue journée. Une très longue. A croire même que c'était il y a plusieurs jours que tu te réveillais avec  la gueule de bois et en tête la simple question de ce que tu pourrais faire du restant de la journée. Ce soir, tu te coucherais dans les mêmes draps, enceinte et fiancé. Comme quoi la vie réserve parfois de belles surprises.  Il était clair que celle là tu ne t'y attendais  pas pour le moins du monde. Mais tu étais heureuse, un sourire ne cessait d'orner ton visage alors que tu contemplais l'océan et qu'Anakin te faisait une promesse.

Tu riais légèrement en imaginant une foule d'ex petites  amies de ton amoureux te poursuivant dans les rues de la ville parce que tu avais réussis la ou elles avaient toutes échoués. Anakin Denton était devenu un mec bien, un garçon comme il faut et avec le plus merveilleux des sourires. Ne réalisant pas encore pleinement la chance que tu avais de l'avoir à tes côtés, tu lui proposais de retourner à la chambre d'hôtel. En plus, tu ne voulais pas le dire, mais ton estomac commençait à crier famine. Maintenant que toute la tension de la situation était tombé, les besoins naturels de ton corps reprenaient le dessus. Et puis tu aurais bien aimé voir tes deux compagnons de voyage aussi, pour savoir comment cela c'etait passé pour eux et s'ils avaient eux aussi une bonne nouvelle à vous annoncée, ce qui paraissait tout de même un peu difficile pour ces deux là.

Alors que ton amoureux t'attrape par la taille, tu passe ton bras autour de la sienne pour te rapprocher un peu plus. Heureuse. Tout simplement, tu voulais que ce moment dire toujours. Même si tu ressentais une certaine hâte de rentrer à la maison pour commencer ta nouvelle vie et annoncer à ta famille et tes amis les deux bonnes nouvelles. Tu attendais avec impatience la réaction de ta meilleure amie. Quant à ta mère, tu savais, ou tout du moins tu espérais fortement, qu'elle serait heureuse. Tu pensais à tout cela, tout en marchant, quand tu sentis la main d'Anakin te lâchait. Tu te retournais, te demandant ce qu'il pouvait bien faire avant de le voir chercher quelque chose au sol. Il parut le trouver rapidement et revint vers toi avant de poser un genou à terre.

Tu ne disais rien, te demandant ce qu'il allait faire puisque la demande en mariage c'était déjà fait. Il tendit la main, et tu vit un coquillage. Tout simple. Tout beau. Lui souriant tu attendais la suite avant de te mettre à rire.

_ Humm... Je ne sais pas si je peux te répondre tout de suite, tu comprends faut que j'en parle à Rox. En plus Hector, le boulanger ma fait la même demande avant que l'on ne parte... Il faut que je réfléchisse.

Te mettant à rire de plus belle, tu allais cueillir le coquillage dans la main de ton amoureux pour le regarder de plus près. Puis tu attrapais sa main pour le relever et lui faire face.

_ J'espère que tu as assez de place pour tous mes livres...

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Lun 14 Sep - 22:38


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

Je l’attrapais par la taille pour l’avoir contre moi et commençais à marcher en direction de l’hôtel. J’avais hâte d’arriver dans la chambre, de prendre ma fiancée dans les bras et de passer la nuit. Et peut-être qu’on pourrait commander de quoi manger, parce que après une si longue journée, mon ventre commençait à crier famine. Mais avant, il me restait une dernière chose à faire. Après avoir fait quelques mètres, je relâchais Lana et allais un peu plus loin, cherchant quelque chose. Et ce n’était pas si facile que ça quand seule la Lune nous servait d’éclairage. Mais avec de la chance, je trouvais rapidement ce que je cherchais et le ramassais : un coquillage. Je souriais, et m’approchais à nouveau de Lana, avant de déposer un genou devant elle. Ce que je m’apprêtais à faire, du moins la façon dont j’allais faire, relevait d’un assez haut niveau de connerie. Mais après toutes les nouvelles d’aujourd’hui, toutes les émotions, un peu d’humour et de rire ne pourraient pas nous faire de mal. Alors, c’était à genou, que je demandais à ma petite amie si elle et Rox, son chien, voulaient bien vivre avec nous, c’est-à-dire Esprit d’Obiwan et moi. Un sourire amusé se dessina sur mon visage lorsqu’elle se mit à rire, j’espérais qu’elle allait jouer le jeu.

Et je riais à sa réponse. Elle avait joué le jeu, et d’une façon à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Souriant, je la regardais, et haussais les épaules.

« Rox je l’ai dans la poche avec un paquet de croquettes… Quant à Hector un bras de fer et c’est réglé. »

Je riais avec elle. Lorsqu’elle prit le coquillage, je la suivais du regard, attendant la suite des événements. Durant quelques secondes, elle ne disait rien, observant simplement le coquillage. Finalement, elle attrapa ma main et je me relevais, ne la lâchant pas pour me mettre face à elle. Je la regardais et souriais lorsqu’elle me demanda si j’avais assez de place pour tous ses livres.

« Bien sûr… »

Je souriais d’autant plus avant de déposer mes lèvres contre les siennes et de l’embrasser. J’avais désormais hâte de rentrer et de commencer notre vie, à deux. Après quelques secondes, je relâchais ses lèvres et la regardais.

« On rentre à l’hôtel et on se commande à manger ? »

Elle accepta et passant cette fois mon bras autour de ses épaules, je l’attirais contre moi et reprenais la route vers l’hôtel, une seconde fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 366

∞ avatar : Diana Agron, la magnifique.

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Mar 15 Sep - 14:44



Anakin #Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas  # Lana

Tu te demandais ce qu’Anakin pouvait bien être en train de faire en le voyant chercher quelque chose par terre. Avait-il fait tomber quelque chose ? Voulait-il de l’aide ? Finalement, il revint rapidement vers toi, apparemment tout content. Le regardant avec incompréhension, tu te mis à rire en le voyant mettre un genou par terre et te tendre un coquillage. C’était si mignon, il était tellement irrésistible. Et sa question te fit d’autant plus rire. Il était vrai que désormais qu’il y avait un bébé en route et un mariage à préparer, il fallait penser au fait de vivre ensemble. Tu y pensais d’ailleurs régulièrement ces derniers temps, te disant que tu lui en ferais part d’ici peu mais les événements de la journée précipité un tant soit peu les choses. Pas grave. Un air taquin sur le visage, tu lui répondais en plaisantant qu’il fallait d’abord que tu en parles avec ton chien, parce qu’après tout lui aussi avait son mot à dire et que quelqu’un d’autre t’avais fait la même proposition. Il fallait que tu réfléchisses à tout cela avant de prendre une décision.

_ Oh vraiment ? Tu es bien sûr de toi dis donc !

Un peu d’humour et de détente ne faisait vraiment pas de mal après toute la tension de cette journée. D’ailleurs tu commençais à ressentir la fatigue de plus en plus forte. Peut-être même que tu demanderais à ton amoureux de te porter pour retourner à l’hôtel. Mais en attendant, le pompier attendait une réponse. Tout en reprenant ton sérieux, tu examinais le coquillage avant de lui prendre la main pour qu’il se relève et te fasse face. Il était évident que tu acceptais de venir vivre avec lui, cela ne pouvait pas te faire plus plaisir, en plus du fait que cela devenait nécessaire. Mais ce n’était pas pour cette raison que tu disais oui, tout comme ce n’était pas à cause de cela qu’Anakin t’avait fait sa demande, mais seulement parce que c’était logique.

_ Non parce que j’ai vraiment beaucoup de livres.

Un dernier sourire avant que tes lèvres ne soient emprisonnés par les siennes. Tu es tellement heureuse que tu te demande comment cela peut bien être possible. Encore quelques heures avant, tu paniquais presque, sans parler de ce matin… Reprenant ton souffle, tu hochais la tête pour répondre à la question de ton amoureux. Tu ne pensais qu’à cela, rejoindre ton lit pour une bonne nuit de sommeil et manger quelque chose aussi. Parce que tu avais faim, terriblement faim.

_ Ouais ! Dis, tu voudrais ne pas me porter ? Je suis fatiguée…

Le regardant avec des yeux de chiens battus, tu finis par réussir à le convaincre et grimper sur son dos alors que le pompier reprenait le chemin en direction de l’hôtel.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    Jeu 17 Sep - 11:01


Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas

Je devais avoir l’air malin à chercher quelque chose sur le sol. Mais je trouvais rapidement ce que je voulais, avant de retourner vers Lana, lui faire une nouvelle demande. Et cela la faisait rire, du moins la façon dont je m’y étais prit. Et c’était mon but en réalité, après cette longue journée un peu d’humour ne nous ferait pas de mal. Et ma petite-amie, désormais fiancée, entra dans mon jeu et me répondit qu’elle devait en faire part à Rox, et qu’elle devait réfléchir car le boulanger lui avait fait la même demande. Continuant sur la même lancée, d’humour et de détente, je lui affirmais que j’en faisais mon affaire. Qu’il ne me fallait pas plus d’un paquet de croquettes pour avoir Rox dans la poche, et qu’Hector, je pourrais facilement le battre au bras de fer, et j’étais vraiment sûr de moi. Je riais à la dernière remarque de ma fiancée.

« Ben ouais ! Pourquoi je ne le serais pas hein ? »

Je lui souriais alors qu’elle prenait le coquillage pour l’examiner. Je me relevais lorsqu’elle attrapa ma main et je lui faisais face. Je ne lâchais pas sa main et la regardais alors qu’elle me disait oui, encore une fois. D’une façon plus originale, mais j’avais parfaitement compris. Bien sûr que j’avais assez de place pour ses livres, et s’il le fallait, j’en ferais de la place. Pour ses livres et toutes ses affaires. Tout ce que je voulais, c’était débuter notre vie à deux, avant de débuter celle que nous aurions à trois. En ce moment, nous vivions un instant magique, sur cette plage, au clair de Lune. Mais j’avais désormais hâte de rentrer et de vivre avec Lana. De dormir avec elle dans mes bras chaque nuit, et de me réveiller à ses côtés chaque matin. Un dernier sourire et je déposais mes lèvres contre les siennes. Heureux. Indéniablement heureux et amoureux. Passant mon bras autour de sa taille, je la serrais contre moi sans lâcher ses lèvres. Ce n’était plus qu’elle, moi et notre futur enfant. Lâchant doucement ses lèvres, je lui proposais de rentrer à l’hôtel et de se commander à manger avant de dormir. Prêt à repartir, Lana me demanda si je ne voulais pas la porter. Et comment lui dire non, alors qu’elle me regardait avec des yeux de chien battu ? Je secouais légèrement la tête en souriant, avant de me tourner.

« Aller grimpe »

Elle grimpa sur mon dos, et une fois qu’elle était bien installée, je reprenais le chemin de l’hôtel, jusqu’à notre chambre où, après avoir commandé de quoi manger, nous passions la nuit dans les bras l’un de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin    

Revenir en haut Aller en bas
 

Parfois, on les regarde les choses telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas # Lanakin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\
» «Le cynisme consiste à voir les choses telles qu'elles sont et non telles qu'elles devraient être.»
» Les gens font parfois de drôles de choses quand parle leurs coeurs [ feat Zeus]
» Perle M. Adámasto ≈ Les gens font parfois de drôles de choses quand parle leur coeur
» Blake #Si tu comprends, les choses sont comme elles sont. Si tu ne comprends pas, les choses sont comme elles sont

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives rp-