AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MAËLLE&SZYMON ✽ finally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Sam 13 Déc - 17:21



finally.

Vingt-trois heures trente, ce samedi soir. Comme une fois toutes les deux semaines depuis que tu travailles dans le coffee shop, c'est toi qui assure le service de nuit. C'était le prix d'être embauché dans un Starbucks ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Tu pousses la porte du magasin. Il n'y a pas grand monde, à cette heure-ci. En te voyant, un de tes collègues, le dernier qu'il reste, te souris, attrape son manteau sur le comptoir, te souhaite bonne chance en te frappant amicalement l'épaule lorsqu'il passe à côté de toi, avant de te laisser seul. Seul avec les trois clients, des adolescents silencieux.

Tu te glisses derrière le comptoir blanc, replace les gobelets d'un geste maniaque et inutile. Tu t'empares d'un des tabliers verts accrochés là. Tu reprends le marqueur posé nonchalamment devant le tiroir-caisse par son dernier utilisateur et le glisse dans la poche du tablier. Tu t'accoudes là où il reste de la place. Et tu attends, jouant avec une orange, la faisant rouler sur le plan de travail, ton regard noisette perdu dans le vide. Tu détestes la nuit au Starbucks Coffee. A Londres, à Brighton, il y avait du monde, entre vingt-trois heures et sept heures du matin. Mais ici, dans cette ville, aussi vivante soit-elle, les gens dormait au lieu d'aller au Starbucks.

Au bout d'une dizaine de minutes, les trois adolescents quittent leur chaise, laissant leurs gobelets et leur sac en craft, qui avaient certainement contenu des muffins. Levant les yeux au ciel devant leur absence de jugeote - la poubelle se tenant seulement à quelques mètres de leur table -, tu te charges de jeter les déchets de Leo, Joshua et Carrie, d'après ce que leurs gobelets t'apprennent.  Tu entends la porte s'ouvrir et se refermer, mais tu ne te retourne pas, trop occupé à passer un coup d'éponge sur la table. Des talons qui claquent sur le sol, qui s'arrêtent devant le comptoir. « Je suis à vous tout de suite. » Histoire de rendre son attente plus agréable, au cas où elle ne supportait pas d'attendre. Tu te rediriges vers la caisse, arrêtant à peine tes yeux sur la chevelure rousse qui te fait alors face. Tu contournes le meuble devant lequel elle se tient debout, pose ton éponge derrière toi, passe tes mains sous le robinet, tourne sur tes talons pour pouvoir prendre sa commande.

Mais ta phrase reste coincée dans ta gorge, manquant de t'étouffer.

Tu sens ta bouche s'ouvrir et se refermer. Tu ne t'en tracasses pas, son air fatigué t'indiquant qu'elle n'y ferait pas attention. Tu penses d'abord te tromper, l'heure tardive pouvant te faire prendre tes désirs pour des réalités - désirs, angoisses, tu ne sais plus trop ce que tu en penses. Mais il était impossible qu'elle soit quelqu'un d'autre. Ces cheveux, ces yeux, ces lèvres, tout, prouvait que tu n'hallucinais pas. Tu déglutis. Tu ne sais pas quoi dire. Alors tu ne dis rien. Tu attends juste qu'elle parle, elle.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Lun 15 Déc - 17:02

Szymon et Maëlle
Tu regardes l’heure tourner, te demandant quand est-ce que tu vas enfin pouvoir aller te reposer, quand est-ce que tu vas enfin pouvoir retrouver ton lit, au moins quelques heures. Ton superviseur fait tout son possible pour vous garder éveillés, toi et tes camarades, mais tu sens que même lui commence à en avoir marre. Puis vient le moment où tu fais enfin les derniers ajustements sur le traitement du patient dont tu te charges, tu lui expliques qu’il va rester en observation cette nuit, et que vous l’opèrerez demain en fin de matinée. Ton résident vous libère enfin, toi et tes camarades, et tout à coup c’est cinq visages qui s’illuminent. Vous vous ruez vers les casiers, et lorsque tu arrives devant le tien, tu es soulagée, à tel point que tu ne cesses de sourire. Jusqu’à ce que tu réalises qu’il est minuit moins le quart, et que tu dois te lever dans six heures pour recommencer un shift. Le troisième en deux jours. Tu aurais pu te reposer, mais une urgence en a décidé autrement, te coupant de ta pause, et t’obligeant à en enchaîner deux. Quelques fois tu maudissais les patients.

Soulagée de passer autre chose que ta blouse et tes chaussures d’hôpital, tu as l’impression que ta robe est un duvet tellement la tenue te paraissait inconfortable après près de 24h passés dedans. Tes cheveux ne ressemblent plus à rien, c’est pourquoi tu les attaches en un chignon haut, comme souvent. Tes yeux semblent s’enfoncer dans ta tête tellement tu as de cernes. Tu n’as qu’une envie, c’est aller te coucher. Toutefois, si tu veux pouvoir te réveiller demain, tu dois prendre un café, et afin de ne pas réveiller toute la maison en te préparant une tasse, tu décides d’aller en chercher un à côté, au Starbucks, comme tu as l’habitude depuis que tu as commencé ton internat.

Tu grimpes dans ta voiture, et quelques minutes plus tard tu arrives enfin. A ton grand soulagement, il n’y a personne dans le magasin, juste le serveur qui est occupé à nettoyer une table. Tu t’installes devant le comptoir tandis qu’il te dit qu’il est à toi dans quelques secondes. L’accent te fait tilter, te fait penser à quelqu’un, mais tu es tellement fatiguée que tu penses halluciner, et tandis qu’il passe derrière le comptoir, tu demandes d’une voix éteinte : « - Un café bien noir, s’il vous plaît. ». Tu lèves les yeux de ton porte-monnaie pour faire face au vendeur, quand tu tombes nez-à-nez avec lui. Il ressemble énormément à Szymon, et cette ressemblance est tellement frappante qu’elle te fait perdre tes mots. A tel point qu’après quelques secondes, tu secoues la tête avant d’ajouter, tout en rigolant doucement : « - Désolée, j’ai cru que… Vous me faite énormément penser à quelqu’un. Mon meilleur ami pour tout dire. Et je suis tellement fatiguée que j’ai cru pendant un moment que c’était lui. Désolée, encore une fois. Je veux dire, il est à Cracovie, donc il peut pas être là ! ». Tu reportes ton attention sur ton porte-monnaie, encore complètement troublée par ce qu’il venait de se passer.

Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Mar 16 Déc - 18:51



finally.

Et elle parla. Un café noir. Tu auras au moins appris qu'elle prenait son café noir. Tu hoche la tête, toujours incapable de faire sortir le moindre son de ta bouche, sans faire attention à l'air un peu perdu, et complètement fatigué, qu'elle arbore quand elle relève la tête de son portefeuille. Tu te surprends à être heureux qu'il n'y ait personne d'autre - personne pour voir ton embarras qui, te semble-t-il, se voit comme le nez au milieu de la figure. Tu te retournes, comme pour te cacher, t’emparant d'un gobelet et le posant sous le distributeur. Alors qu'elle parle, tu appuies sur le bouton, attrape une touillette et un capuchon en attendant que le gobelet en carton se remplissent. Tu lui souris, au gobelet, alors que tu l'entends. Les mots meilleur ami te réchauffent un petit peu le coeur. Même sans la voir, tu aurais facilement pu la reconnaître. De tous ceux que tu connaissais en Angleterre, mis à part Alastair qui battait tous les records, c'était elle qui avait l'accent le plus prononcé. Et cette voix, ce ton, qui la caractérisaient, d'une certaine manière... « Laissez-moi deviner. » Tu reprends le gobelet désormais presque brûlant et fumant, le fermes avec le couvercle en plastique, glisses la touillette dans le trou du couvercle, lui refais face, lui tends son gobelet. « Un grand type timide qui passe sa vie à lire ou devant son PC, avec un accent qu'il ne supporte plus et la petite soeur la plus insupportable de la planète ? »

Tu ne sais pas trop d'où sort cette soudaine prise de confiance en toi. Ça ne te ressemble absolument pas. Toi, tu es le type qui se tait, qui attend que ça se passe, qui fait un pas en avant quand la situation ne lui plaît plus - mais un pas maladroit, pas du tout sûr de lui. Mais le fait était que, ce jour, tu l'avais imaginé à la seconde où tu avais mis les pieds hors de ton avion. Je vais voir Maëlle. Tu ne faisais que te le répéter. Mais ça te faisait peur, tellement peur. Tu le voulais, mais en même temps, tu le redoutais. Mille scénarios s'étaient joués dans ta tête, plus ou moins crédibles ou plausibles selon l'heure et ton taux d’alcoolémie. Celui-là, certainement l'un des premiers. Starbucks. Mais à chaque fois qu'elle passait la porte, tu te planquais sous le comptoir et attendait qu'elle parte pour réapparaître. Tu l'aurais volontiers fait, là, tout de suite. Cependant, inexplicablement, tu voulais juste rester là, en face d'elle, la regarder, l'écouter, aussi longtemps que possible. Maintenant que tu y étais, autant y plonger la tête la première. De toute façon, tu ne pouvais pas revenir en arrière.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Mer 17 Déc - 20:40

Szymon et Maëlle
Tu te sens encore toute étourdie, la fatigue n’arrivant à attiser cette sensation plus qu’étrange. Tu sais que ce n’est pas Szymon, mais tu as envie de croire que c’est lui. Après tout, tu ne peux nier que tu aimerais le rencontrer et de l’avoir enfin en face de toi, mais là encore ton côté égoïste ressort, puisque tu aimerais qu’il fasse le voyage pour toi quand toi tu ne penses pas du tout à aller en Pologne. Quelle amie de choc tu fais. Tandis que tu vas lui demander combien tu lui dois, le serveur parle encore une fois. Et cette fois encore, tu entends cet accent aussi marqué, et cette fois, tu as du mal à douter. Surtout lorsqu’il enchaîne en donnant une description parfaite de ton meilleur ami. C’est lui, c’est tellement lui. Même s’il paraît trop sûr de lui pour être réellement lui, mais ça te fait tellement plaisir que tu sens les larmes te monter aux yeux. Tu avais si souvent imaginé le rencontrer tout en convainquant que ça n’arriverait jamais, que cette situation te paraît impossible. La fatigue est telle que tu penses que tu rêves de tout cela, c’est pourquoi tu rigoles bêtement avant d’ajouter : « - Je me suis endormie dans ma voiture, c’est ça ? Je vais me réveiller le cul dans ma voiture et me dire que je suis stupide ? ».

Tu te sens conne d’avoir répondu ça, mais à vrai tu ne sais pas quoi dire d’autre. A tel point que tu en as oublié ton café, et le fait que tu cours dans les rues de l’hôpital depuis presque deux jours sans avoir l’impression de t’arrêter. La Maëlle exubérante semble avoir disparu, te faisant presque toi-même peur. On dirait que c’est la première fois que tu sors de chez toi, que c’est la première fois que tu te retrouves face à quelqu’un. Mais ce n’est pas juste ‘quelqu’un’, c’est Szymon, bordel !! Comme si tu n’étais pas assez stressée, le fait de penser cela te remue encore plus le ventre. Tu espères que cette sensation va passer, parce que s’il reste et que ça continu comme ça, tu vas finir par être malade. C’est ce qui te fait le plus peur : lorsque vous vous parliez sur Skype tout était parfait, mais là, le fait de l’avoir en face de toi te fait terriblement peur… Mais tu ne veux pas avoir peur d’une des personnes que tu aimes le plus au monde. Quel genre de fille a peur de son meilleur ami ?

Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Dim 21 Déc - 21:59



finally.

Ton sourire s'élargit alors qu'elle rigole un peu, et tu baisses le bras, toujours tendu vers elle pour lui donner son café - c'est que ça commençait à te faire un peu mal. Tu secoues la tête doucement, et lâche, tout bas : « Non. » Même si toi aussi, tu avais cru qu'il ne s'agissait pas de la réalité, que tu voulais juste que cette fille soit Ismaëlle et que l'heure tardive te rendait confus, tu étais désormais persuadé que c'était bien elle.

Qu'après douze ans, vous étiez enfin l'un en face de l'autre. Enfin.

Ses yeux brillaient, et tu sentais que les tiens s'embuaient de larmes aussi. Jamais tu n'aurais cru être aussi ému dans un moment pareil. Vous vous connaissiez, après tout, depuis longtemps. Grâce à Skype, vous vous étiez déjà parlé, déjà vus... Vous connaissiez tout l'un de l'autre. Et pourtant, vous n'en reveniez toujours pas. A croire que les adultes disaient vrai, quand il répétaient sans cesse "Tu sais, Internet, c'est pas pas la vraie vie, Szymon." Jusqu'ici, tu étais persuadé que ça l'était. Maintenant, tu savais que tu te trompais depuis tout ce temps. Ça n'avait strictement rien à voir. Du tout. Mais alors. Rien du tout.

Tu ne savais pas ni quoi faire, ni quoi dire, alors tu n'as pas bougé ni ouvert la bouche pendant quelques instants. L'élan de confiance en toi qui t'avais atteint la minute précédente était reparti aussi vite qu'il était venu, comme s'il n'avait été qu'une poussée d'adrénaline. Tu l'as regardé, pour finalement regarder tes mains, son gobelet, ta caisse. Tu as retroussé le nez, a passé tes doigts dans tes cheveux. Pour ensuite reposer tes yeux sur elle, soupirer, lui sourire. « Je, hm, tu, enfin... Tu veux toujours ton café ? » Pour finalement retendre la bras, élargissant ton sourire, heureux de sentir la boule qui avait grossi au creux de ton ventre s'estomper petit à petit.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Ven 16 Jan - 19:08

Szymon et Maëlle
Maëlle est terriblement confuse face aux évènements. En réalité, elle s’était doutée que ça allait arriver un jour, s’il n’était pas venu, elle y serait allée un jour. Toutefois, elle pensait toujours qu’elle allait être prévenue, voire qu’il dormirait chez elle, qu’elle allait l’héberger et tout ça. Elle ne s’attendait certainement pas à le croiser en sortant de sa garde, l’air aussi fatiguée, et pensait encore moins qu’il allait lui servir son café si indispensable.

Tandis qu’ils étaient là comme deux boulets à se regarder comme deux chiens de faïence, Szymon lui demanda si elle voulait encore son café. Ne s’étant toujours pas habituée à entendre sa voix en vrai, elle sursauta légèrement. Elle hocha la tête pour lui dire oui, et ajouta : « - Tu veux venir t’asseoir avec moi ? », dans un sourire. Elle ne comptait pas s’asseoir à la base, mais maintenant qu’il était là, elle ne voulait pas le lâcher de peur qu’il reparte dans la nuit et qu’elle n’ait pas pu profiter de leur rencontre.

Sans attendre sa réponse, elle s’installa sur une table et prit une gorgée de café, qui encore un peu tiède. Le liquide eut pour effet de la réveiller légèrement, sans pour autant la mettre totalement en forme. Elle était encore toute assommée par tout ce qu’il venait de se passer. Elle voulait aller se coucher, mais en même temps rester ici. Elle aurait aimé que tout ceci arrive un autre soir, un soir où elle n’aurait pas besoin de se lever le lendemain, mais maintenant qu’il était là, elle n’allait pas le laisser filer comme ça. Elle avait posé ses griffes dessus, il n’allait jamais pouvoir s’échapper. Elle le regarda droit dans les yeux, avant de demander : « - Tu comptais me dire que tu étais là, ou tu allais laisser flotter le mystère pendant encore dix ans ? », toujours en souriant afin que cette question ne passe pas pour une agression.


Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Mer 21 Jan - 16:48



finally.

Tu te sentais un peu comme le type de Coup de Foudre à Nothing Hill, vers la fin du film, quand sa chérie Hollywoodienne vient la voir dans sa librairie. Ils restent tous les deux comme des cons, sans rien trouver à se dire. Tu étais convaincu que si quelqu'un rentrait dans le magasin, tu lui dirais de s'en aller, de vous laisser tranquille, parce que bon, merde à la fin. Ça fait trop longtemps que tu attends ce moment pour le laisser se faire gâcher par un type lambda en manque de caféine. Hors de question qu'il vienne ruiner vos retrouvailles. C'était toi, Maëlle, et basta.

Elle a hoché la tête, mais pas aussi vivement que lorsqu'elle le faisait habituellement. Bien que tu ne puisses pas réellement dire quelles étaient ses habitudes ou pas, tu l'avais déjà vue opiner du chef. Et ce geste au ralenti, le fait qu'elle commande un café à cette heure-ci, les cernes sous ses yeux, les légères traces de mascara sur ses paupières... Elle n'avait pas dormi depuis longtemps, tu le savais. Elle a pris son gobelet en te demandant si tu voulais aller m'asseoir avec elle. Tu as ricané, presque sans bruit, et tu as à ton tour fait signe que oui. « J'vais juste me faire un café, moi aussi. » Inexplicablement, tu t'étais mis à parler beaucoup plus bas. Tu ne chuchotais pas, mais c'était presque comme si. Tu as répété les gestes d'il y quelques instants, te tournant une nouvelle fois vers la machine. Une fois le dos tourné, quand tu savais qu'elle ne pouvait voir tu visage, tu as fermé les yeux, et pris une grande bouffée d'air.

Tu allais prendre un café avec Ismaëlle Jenkins.

Le truc le plus anodin de la planète te transformais en un mélange d'hystérie et de panique, et tu te donnais beaucoup de mal à le cacher à ta correspondante. Une fois ton café prêt, tu l'as rejointe à la table qu'elle avait choisie, t'asseyant sur la chaise en face de la sienne. Les coudes et les avant-bras sur la table, tes mains autour de ton gobelet - n'était-ce pas la meilleure de sensation, que d'avoir ses mains autour d'un gobelet fumant ? Vos regards se sont croisés, et elle ne les a pas laissés se délier. Jusqu'ici, ses yeux n'étaient qu'un amas de pixels, quelque chose de virtuel et donc, d'inaccessible. Mais désormais, ils étaient là, devant toi, noués aux tiens. Et finalement, le premier moment que vous partagiez sans être séparés pas tous ces kilomètres et vos écrans te semblait encore plus irréel.

Tu as pincé les lèvres à sa question, baissant le regard vers ton gobelet. Tu t'étais attendu à ce qu'elle la pose et, évidemment, tu t'y étais préparé. Alors que tu venais d'arriver en Angleterre, tu comptais justement utiliser cette excuse pour te justifier. Ensuite, tu avais pensé à prétendre un problème avec ton forfait, comme quoi passer d'un abonnement polonais à un abonnement britannique prenait des plombes. Tu avais vite réalisé que cette excuse ne valait rien puisque vous aviez encore les lettres et les Skype. Vous en aviez eu, d'ailleurs, des conversations depuis que tu avais posé les pieds dans ce pays. Mais jamais tu ne lui en avais parlé. Tu avais passé un an à redouter cette question et à te bricoler des explications de plus en plus loufoques pour t'en sortir. Mais là, maintenant que tu te retrouvais devant elle, en chair et en os, tu ne pensais pas pouvoir lui dire autre chose que la vérité. Sans trop t'avancer dans les détails. Étrangement, tu étais persuadé qu'elle comprendrait. « J'ai flippé. Enfin non, j'ai pas flippé, flippé, mais j'étais un peu angoissé quoi. J'veux dire, on se connaît depuis des lustres, et plus le temps passait, plus je me disais que j'aurais jamais dû venir, et tout ça. Je sais pas pourquoi, c'est un peu con comme réaction, mais... » Tu crains, Czajkowski. Tu soupires doucement, hausse légèrement les épaules. « J'voulais t'appeler, hein. Aller te voir, et tout. Mais j'osais pas. J'aurais dû. » Et, alors que vos regards se croisaient encore une fois, ce fut toi qui, cette fois, faisait tout ton possible pour ne pas qu'ils se démêlent. « Pardon. »
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Lun 9 Fév - 18:45

Szymon et Maëlle
Maëlle ne pensait pas avoir posé une question piège, toutefois, vu le temps que Szymon mettait à répondre, elle commença à se poser la question. Elle ne voulait pas vraiment qu’il se justifie, même si elle demeurait curieuse de savoir pourquoi il ne l’avait prévenue alors qu’il semblait être un petit bout de temps déjà. Heureusement, la réponse ne tarda pas à venir, elle la rousse rigola doucement avant de dire : « - Ne t’en fais pas chéri, mais fallait pas avoir peur, je veux dire, rien ne change, t’es toujours mon meilleur ami, tu sais ? ». Elle lui sourit gentiment avant de prendre une gorgée de café, qui composait malheureusement à être froid. Mais d’être avec son meilleur ami lui réchauffait le cœur, et ça suffisait.

En l’entendant s’excuser, elle se sentit stupide de l’avoir mis mal à l’aise. Visiblement, la rencontre entre les deux jeunes gens n’était pas si évidente que ça, et la maladresse des deux ressortait pour donner quelque chose d’assez étrange. « - Tu n’as pas à t’excuser tu sais ? ». Elle le regardait droit dans les yeux, ne pouvant les détacher du regard. Si le reste lui paraissait normal, de pouvoir lire dans ses yeux la rendait assez perplexe, partagée entre la joie de pouvoir enfin le voir, et la peur de le décevoir, et qu’il se rende compte qu’elle n’est pas si intéressante que cela, finalement. La rouquine pencha la tête avant d’ajouter : « - Désolée, je n’avais pas vraiment imaginé notre rencontre comme ça, donc je sais pas trop quoi dire, et la fatigue n’arrange pas vraiment les choses… Mais je suis contente que tu sois là. Vraiment. ».



Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   Jeu 12 Fév - 22:38



finally.

Chéri. Ce n'était pas la première fois qu'elle utilisait ce surnom pour ta qualifier. Il t'était déjà arrivé de lui en donner, toi aussi, des surnoms de ce goût là. Mais encore une fois, l'aspect extraordinaire de la situation te rattrapait. Ce n'était pas la voix robotique de l'anglaise qui avait lâché ce surnom, la voix que tu avais toujours entendu, à travers ton ordinateur ou ton téléphone. Mais c'était sa vraie voix, celle que parents, sa famille, ses amis, ses profs, ses collègues entendaient depuis toujours. Tu ne connaissais pas sa voix, tout du moins pas celle que tu écoutais depuis qu'elle était entrée dans le Starbucks, tout à l'heure. Cette voix-là, elle était nouvelle. Différente. Et alors que tu t'en rendais compte, tu te surpris à te poser une question qui n'avait encore jamais effleuré ton esprit. Et si Isma toute entière était différente ? Et si tout ce que tu savais sur elle, tout ce que tu avais pu observer durant toutes ces années passées loin l'un de l'autre, et si tout ça n'existait qu'en version pixelisée ? Et si, en fin de compte, tu ne la connaissais pas ?

La regarder droit dans les yeux était troublant. Mais tu sentais que tu allais vite t'y habituer. Tu devais t'y habituer, histoire que rester assis en face de ta meilleure amie soit naturel, aussi naturel que ça l'était quand vous étiez derrière vos écrans. Parce que pour le moment, ce n'était pas ça. Mais alors pas du tout. C'était comme si votre angoisse, votre gêne et votre malaise vous écrasaient, et vous empêchaient d'agir comme vous l'aviez toujours fait. Vos voix tremblaient, vos yeux brillaient, vos sourires étaient bancales. Tu as quand même acquiescé alors qu'elle t'assurait que rien n'avait changé, que tu n'avais pas à présenter d'excuses, que pour rien au monde tu n'aurais dû paniquer. C'était vrai, tu n'aurais pas du paniquer. T'étais majeur vacciné, capable de te pointer chez ta meilleure amie pour lui dire que ça y est, t'étais arrivé, que si elle voulait vous pouviez aller au cinéma ou à la patinoire où ce qu'elle voulait. Mais non. T'étais resté dans ton petit appartement, tranquillement, anxieux à l'idée même de croiser son regard. Et voilà que son regard était plongé dans le tien, et que tu faisais tout ton possible pour qu'ils ne se séparent pas. Elle a penché la tête et tu l'as écouté dire à haute voix ce que tu pensais depuis que tu avais accepté de la servir.« Moi non plus, t'en fais pas. » Et puis, elle a parlé de fatigue, et tu t'es rappelé de l'allure lente et lasse que tu avais remarqué quand elle était entrée. Elle devait sortir de garde, à coup sûr. Tu as penché la tête, toi aussi, cherchant de nouveaux ses yeux noisettes. Maintenant que tu les avais trouvé, tu ne les laisserais plus partir. « Faudrait que tu dormes au lieu de boire du café. » Elle faisait ça aussi, quand vous restiez jusqu'à pas d'heure sur Skype. Quand elle commençait à bailler et à se frotter les yeux, elle buvait du Red Bull. Tu le prenais bien. Ça voulait dire qu'elle voulait rester. Mais ça lui défonçait son cycle du sommeil, et le lendemain, elle t'harcelait de message pour te dire à cause de toi j'ai un tête de zombie. Ce souvenir te fit légèrement sourire, précisément au moment où vos yeux se sont retrouvés. Et malgré le fait que tu voulais qu'elle reste là qu'on parle, encore et encore, de tout et de rien, de mes livres, de ses cours, de ma soeur, de ses parents... Malgré le fait que tu ne voulais plus qu'elle parte, plus jamais, tu as pris ses mains l'ai forcé à se lever, et lui ai sommé, ton sourire toujours flanqué sur mes lèvres : « Vas te coucher. Et on essaie de se revoir vite. » Très vite.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: MAËLLE&SZYMON ✽ finally.   

Revenir en haut Aller en bas
 

MAËLLE&SZYMON ✽ finally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.
» Finally The Redge has come back to yshl!!
» (…Finally not that lovely)
» KENYA ▬ All my hidden desires Finally came alive
» Finally we meet again • Edwin & Asher.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives rp-