AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Sam 20 Déc - 23:13

LuvenIan McNamara

If you are in pain. Take your life with cocain.



DATE, LIEU DE NAISSANCE: 03 Février 1986 à Denver ◊ GE: 29 Hivers ◊ NATIONALITÉ: Américaine  ◊ ORIGINES: Américain de par son père, Scandinave par sa mère ◊ EMPLOI: Militaire - Ancien Sniper - À la recherche d'un boulot ◊ SITUATION FINANCIÈRE:  Aisé. ◊ STATUT CIVIL: Divorcé - Célibataire ◊ ORIENTATION SEXUELLE:  Bisexuel ◊ GROUPE: Hawthorns ◊ CÉLÉBRITÉ: Jensen Ackles CRÉDITS: Merenwen


tell me more about you
Luven, prénom d’origine alcoolique, n’est pas du genre à parler de lui, de sa vie, et encore moins de sa famille. Il n’aime rien ni personne, passe son temps à déménager à droite et à gauche pour semer ses problèmes. C’est un gamin de riche, accroc à la caféine dont la conscience sera éternellement mauvaise pour les choses qu’il à faites. Il a une petite fille de 5 ans nommée Arya, a qui il voue un amour inconditionnel. Planqué derrière son image de mauvais garçon, il se conduit de manière peu convenable aussi bien avec les demoiselles que les jeunes hommes. Ayant tendance à tout tourner au second degrés, dés que la situation deviens sérieuse, Luven fuit tout simplement. Capable de rester plus de 120h sans dormir, il est légèrement paranoïaque sur les bords, aussi n'hésitera-t-il pas à littéralement mettre à morts ceux qu'il croit capable de mettre en danger sa petite fille. Il dort avec un 9mm caché sous son oreiller, un autre derrière sa tête de lit, et un énième dans sa table de chevet, ne se sépare jamais de son bush-craft qu'il garde constamment dissimulé à sa cheville par un holster. Ayant déjà menacé un interne en pédiatrie de l’émasculer s'il ne trouvait pas le pourquoi du comment de la soudaine fièvre de son bébé, son casier est loin d'être vide.. Il est décrit comme étant un "Traumatisé de guerre" mais il est juste obnubilé par la sécurité de son enfant, qu'il croit menacé -à raison- depuis sa naissance. Il est supposé poursuivit par la justice pour enlèvement, chose in avéré étant donné que la génitrice de sa fille demeure totalement inapte à la garde. C'est un fan de rock, qui aime pousser le son au maximum dans sa voiture lorsqu'il roule seul. Du genre susceptible, il se vexe rapidement, et peu éventuellement rayer une personne de sa liste d'ami pour une remarque innocente. Protecteur, particulièrement possessif et jaloux, il ne supporte pas que l'on s'approche de ce qui est sien..

welcome to real life
PRENOMS/PSEUDO: Dieu Seigneur tout Puissant de la Vie ◊ (a) AGE: 17 ans ◊ PAYS: France ◊PRÉSENCE: Au moins 5/7 jours ◊ OU AS-TU CONNU UIT:  Ethaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan machinchouette (a) ◊ MOT DE LA FIN: ROCK 'N ROLL BABE. C:


Code:
[color=#FF0000]▼[/color] <b>Jensen Ackles</b> - <i>Luven McNamara</i>


Dernière édition par Luven McNamara le Mar 30 Déc - 14:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 1:08


 

   Fait de moi ton arme, et je te servirai jusqu'à ma mort.
»A soldier can not feel any emotion. A soldier, is and will always be a weapon; survivor for his country, and killing for his nation. «

₀₃.₀₉.₀₃

 « DÉCLINEZ VOTRE IDENTITÉ SOLDAT. » Luven souffla longuement en se rendant compte qu'il avait retenu sa respiration jusqu'à maintenant. Il était déjà la 68ém personne à répéter ce petit cinéma, et commençais sérieusement à en avoir marre. Son dos le faisait souffrir, ses pieds étaient en charpies et il se demanda, combien de temps allait-il encore falloir qu'ils restent tous planté debout comme des piquet couvert en tout et pour tout d'un caleçon et d'un maillot de corps.. Inspirant fortement, il planta son regard vers un point imaginaire en face de lui, et fit ce qu'on attendait de lui. « ÉLÈVE-OFFICIER MCNAMARA MON CAPITAINE. » Sans doute satisfait, le Capitaine de Brigade disparût dans son dos, partit pour une énième rangée. Un regard en coin, lui suffit à voir la centaine de personne restante. La journée promettait d'être longue..

₂₅.₀₉.₀₃

« VOUS VOUS CROYEZ DRÔLE MCNAMARA?! » Le jeune homme mordit fortement l'intérieur de ses joues, s'empêchant ainsi de se foutre royalement de la gueule du Lieutenant Weiss. Derrière lui, il pouvait clairement entendre les rires moqueur de ses camarades aspirant, cependant, loin de s'en vexé, il finit par venir poser ses pupilles bleuté sur la silhouette du haut gradé. Bon peut être que bizuter l'un de ses camarades faisait moyens.. Surtout si ce dernier demeurait nu, accroché par les mains au mat soutenant le drapeau américain, le tout, peinturluré de rose.. «Non mon Lieutenant. » Son ton moqueur toutefois, ne fit clairement pas rire Weiss qui dés lors attrapa son cadet par le col de son uniforme. « Ouvre bien tes oreilles petite sous merde. T'es pas dans un putain de jeu vidéo. C'est une école militaire ici, alors bouge toi le cul et arrête de faire le clown » Une grimace pourtant, vint déformer le visage de l'aspirant. Oh bien évidemment il aurait pu fermer sa gueule, mais. Luven étant qui il était, fit ce qu'il n'aurait pas du faire. Et ouvrit sa putain de grande gueule. « Bien reçu... Mais laissez-moi vous offrir un saut gratuit vers les douches avant.. Mon Lieutenant? » Sourire charmeur ou non, sa remarque ne plût pas à son supérieur. Le coup partit seul, et la seconde suivante, Luven McNamara, même pas dix-huit ans, se courbait en avant, un son gutturale passant les frontières entrouverte de ses lèvres. La douleur le submergea rapidement, et avant qu'il ne comprenne, il était au sol, le visage en sang, et les côtes douloureuse..

₂₇.₀₉.₀₃

« Ah putain, j'en ai vue des cons ici, mais alors toi McNamara, tes la perle de cette école.. » Luven mit un certain temps à comprendre que l'on s'adressait à lui. Lentement, il battit des cils, et vint poser son regard voilé par la fatigue sur un petit brun à l'air sévère. Par habitude sans doute, il lui décrocha l'un de ses sourire qu'il servait habituellement aux femmes des pubs, et l'autre en face de lui, ne tarda pas à venir lever les yeux au ciel. « C'est un honneur.. ? » Il laissa sa phrase en suspend pour venir fixer le veston, un hoquet de surprise se fit alors entendre alors qu'il se redressait vivement.  « Colonel?  Qu'est-ce qu'un officier supérieur fou ici putain? » Devant le regard moqueur de son supérieur, il grommela de vagues insultes avant de venir s'adosser contre le montant du lit, non sans grimacer de ses côtes douloureuse.
« De base, je suis ici, parce qu'une rumeur cours sur le fait qu'un aspirant non majeur à intégré nos troupes.. D'une façon plutôt peu conforme à la loi.. » Devant le regard insistant du Colonel Meyers, Luven eut la bienséance de détourner le sien, grillé qu'il était.  « Qu'elle n'était pas ma surprise de voir en arrivant, un ado en train de se faire taper dessus par un officier subalterne..  » Le silence se fit alors quelque seconde, pendant lesquelles, Luven aborda une moue dubitative. Il finit par afficher un air tout à fait innocent, croisant les bras sur son torse bandé.  « Ahah! Pas de chance pour ce gamin, c'est un rite de passage chez vous?  Non pas que je n'aime pas la violence, mais tant qu'à choisir, je la préfère de loin au lit que piétiné au sol et- »  « Vous êtes un comique Luven McNamara. Vos supérieur me l'ont fait remarquer nombre fois. 'Un petit génie trop con pour montrer ce qu'il vaux réellement.' Chanceux ou pas, vous ne serez pas blâmer pour l'incident du 25. Vos.. Camarades sont apparemment témoins que le Lieutenant Weiss vous a agressé sans raison aucune.  » Un rictus moqueur passa en coup de vent sur les lèvres de l'adolescent, qu'il ne tarda pas à camoufler, de peur de se faire remarquer plus encore.  « Pour ce qui est de cette rumeur, je vais la considérer comme nul.. À condition que vous vous donniez à fond McNamara. » Le sourire soulagé qu'il reçu en compensation de cette nouvelle laissa Meyers troublé. Aussi ne s'attarda t-il pas, et pris ses cliques et ses claques, vivement renvoyé par l'infirmière des lieux..

₁₇.₁₁.₀₃

«UNE, DEUX, UNE, DEUX! ON LÈVE LES GENOUX SOLDATS!  » Tous vêtus de leurs uniformes de camouflages, la centaines d'élèves officiers obéirent comme un seul homme, et bientôt 215 paires de genoux se levèrent les uns après les autres en un rythme soutenu.  Déjà trois heures qu'ils couraient dans cette forêt bien trop grande au yeux d'un certain McNamara, et déjà sentait-il ses poumons prendre feu petit à petit. A ses côtés, il sentit plus qu'il ne vit son camarade de chambre s'emmêler les pinceaux et tomber durement contre le sol, ralentissant d'un coup, toute la troupe.   « HALT. MENSON, MCNAMARA DEBOUT! » Déjà penché sur le métisse, l'adolescent esquissa une grimace dégoûté devant l'angle nouveau que semblait former la cheville de Charity Menson. Ignorant tout à fait Weiss, il attrapa le bras du blessé pour l'aider à se relever, laissant son aîné se servir de lui comme d'une béquille.  « SERIEZ-VOUS SOURD MENSON? MCNAMARA REPOSEZ CE SOLDAT IL ME SEMBLE QU'IL SOIT DOTÉS DE DEUX JAMBES TOUT À FAIT FONCTIONNELLES. »  Luven passa sa langue contre ses lèvres pour les humidifier, s’apprêtant à répondre vivement à son supérieur, il fut néanmoins interrompus avant même d'avoir put émettre le moindre son.   « DEMANDE AUTORISATION DE PRENDRE LA PAROLE MON LIEUTENANT.» Ledit Lieutenant sembla prendre la demande du métisse en considération. Ce dernier bien droit après avoir repoussé l'adolescent, planta son regard bleu vif dans celui de Weiss et il fini par hocher lentement la tête.  « Accordé Menson. Parlez, qu'avez-vous?»  « Je demande votre autorisation, pour que le Soldat McNamara m'apporte son aide.» « Refusé Menson, si McNamara veux se poser, qu'il attende comme tout le monde. Son royal fessier continuera à bouger devant mes yeux, j'y compte bien.»  Un son méprisant fit écho au Lieutenant Weiss et dés lors ce dernier posa son regard brun sur la silhouette de l'adolescent qui semblait le foudroyer du regard.  « Un soucis McNamara? »  « Aucun, j'étais en train de me demander si vous étiez aveugle ou juste trop con pour remarquer la cheville cassé de Menson... Mais puisque vous semblez doté d'une tréééééééééés bonne vue.. » Sa phrase resta en suspend, et tel le clown qu'il semblait être, quelques rires résonnèrent dans la forêt. Bientôt le visage du Lieutenant Weiss pris une couleur rouge vif, et son poing partit une fois encore tout seul.  « 100 POMPES MCNAMARA. 100 POMPES VOUS DONNERA PEUT ÊTRE ENVIE DE RESPECTER VOS SUPÉRIEURS! » Déjà au sol, un pied impétueux posé sur son dos, Luven n'eut d'autre choix que de commencer à s'y mettre sérieusement quoique difficilement. Il était tout simplement crevé par cette journée et ce con voulait en remettre une couche.  « Rover, McGear, ôter moi le cul de Menson de ma vue et que ça saute! LES AUTRES AU BOULOT UNE, DEUX, UNE DEUX!   » Plus tard quand on reviens le chercher ou plutôt quand on vint le traîner misérablement jusqu'à son lit, le jeune homme se fit la réflexion qu'il faudrait vraiment qu'il apprenne à fermer sa gueule.

₁₁.₁₂.₀₃

Confortablement installé sur la chaise, les pieds posés sans pression sur le bureau de son supérieur, Luven était en train de jouer négligemment avec le rubik's cube qu'il venait de piquer dans le tiroir gauche du bureau et s'acharnait désormais à tenter de remettre toutes les couleurs les unes avec les autres. Tellement concentré qu'il était sur sa tache il n'entendit pas le moins du monde la porte du bureau s'ouvrir, le son mi surprit mi désespéré et enfin le raclement de gorge qu'on lui adressa. Par contre la chaise qui se renverse en arrière et lui suivant le mouvement ça, il l'eut parfaitement remarqué. Étouffant un son surprit, l'adolescent se retrouva bien vite à faire face la tête à l'envers au Colonel Meyers, ce dernier venant tout juste de venir écraser l'intérieur de sa main sur son faciès indéniablement bien taillé. Luven eut évidemment la décence de paraître gêné ou tout du moins, il n'afficha absolument pas l'un de ses sourires charmeur/moqueur/amusé. Paaaaaaas du tout.  «McNamara.. Pourquoi ne suis-je donc pas étonné de vous voir dans ce bureau?   » Élégamment, le Colonel Meyers haussa l'un de ses sourcils, mais ne put réprimer l'espèce de petit sourire qui naquit à la commissure de ses lèvres.  « Je sais pas, vous voyez l'avenir?  » Demanda sans gêne aucune l'adolescent en se relevant sans aucune pression. Il ramassa la chaise, et reporta son attention sur son jeu. Combien de fois au cours de ces deux derniers mois il était passé dans ce bureau? Bon au début ça n'avait pas été Adam Meyers qu'il voyait, mais le capitaine Miles.. Qui suite aux convocations visites bien trop nombreuse de l'élève officier, s'était vus obligé d'en informer un officier Supérieur qui n'était qu'autre que le Colonel qui avait été présent à son réveille, deux moi plus tôt après son micro-passage à tabac par le sous-Lieutenant Weiss.  « Et bien si à l'avenir vous pouviez éviter de vous faire remarquer Élève-Officier McNamara.. Ça m'éviterai bien des paperasse inutiles..  » Un rire aux bords des lèvres, Luven repris place sur la chaise, et s'y installa confortablement, comme s'il n'y avait que lui et lui seul dans la pièce. « Vous devriez m'être reconnaissant Colonel, grâce à moi vous gardez un bon niveau en orthographe.» Si la remarque arracha un rire faussement amusé à Adam Meyers, il se repris bien vite, planta son regard d'acier dans celui de son cadet. « Je ne peux validé votre demande de permission pour le Weed-End du 24 McNamara.» Le silence se fit alors dans la pièce. Meyers s'attendait clairement à voir ce gamin tranquillement posé sur SA chaise se mettre à faire une scène, crier, l'insulter de vieux con comme il l'avait déjà fait, mais non. Rien de tout ça, l'adolescent qu'il était se contenta de fixer le cube entre ses main, et de faire coulisser les couleurs entre elles. « M'avez-vous entendu McNamara? » « Ouais ouais j'suis pas sourd vielle branche..» Levant les yeux au ciel, Adam s'accouda à son bureau, venant déposer son menton sur le dos de sa main, non sans cesser de fixer ce clown qu'il avait face à lui et qui le perturbait tant. « Et? » « Et j'm'en tape le cul sur un cactus, personne ne m'attends dehors. Alors rester ici à cirer vos pompe? Parfait comme il vous plaira Colonel Minipousse. » Et sur ses mots, Luven McNamara lança le Rubik's Cube à son supérieur et s'en alla, les mains dans les poches, chantonnant presque gaiement une de ses habituelles chanson coquine. Totalement à la ramasse Adam Meyers baissa les yeux sur le cube totalement fini et se décida enfin à reconnaître que ce gamin là.. Était différent. En baissant les yeux sur le feuillet qu'il avait en main, il constata étrangement, que ce même gamin avait obtenue les notes les plus hautes jamais obtenues dans l'histoire de cette académie, au tir. Ouais. Indéniablement, Luven McNamara avait ce truc en plus.

₀₆.₀₄.₀₄

Le souffle cours et le corps ruisselant de sueur, Luven observa avec un sourire moqueur son aîné se diriger vivement sous la douche, allant jusqu'à manqué de se prendre les pieds dans le drap négligemment oublié au sol. Bientôt, il entendis le bruit de l'eau ruisselant sur le carrelage de la douche, et il se permit de se laisser aller à fermer les yeux, encore sous l'effet de cette soirée. D'ailleurs comment en était-il arrivé là? À couché avec son supérieur plutôt régulièrement?  Ah oui. Sa fête d'anniversaire qui avait tourné au désastre totale quand les flics avaient débarqué. Charity, son pote de chambré avait eut l'excellente idée de l'emmener lui et quelques autres élèves-officiers au pub de la ville voisine pour leurs permission du Week-End, la seule qu'il avait été réclamée depuis le début de son internat. En bref, l'alcool avait coulé à flots, il se rappelait vaguement avoir embrassé Charity sous les suites d'un pari avec Marvin et Big D, qui eux même s'étaient retrouvé à devoir faire un strip tease particulièrement grossier sous les yeux des habitués du Moon Light Pub. Bon il devait avoir vus deux, trois filles aussi. Dont la rencontre s'était poursuivit à l'étage. Il se souvenait d'ailleurs que la rouquine avait un jeu de langue plutôt particulier qui l'avait mit dans tout ses états. Enfin, avant qu'il ne se mette à dégueuler sur la blonde juste à côté. Là, ce fut la douleur cuisante de sa joue, qui lui rappela le lendemain qu'il avait un peu abusé de la situation. Mais bon. Qui lui aurait reproché d'avoir fêté ses dix-huit ans dignement? Puis aux alentours de 5h du matin, les poulets comme il aimait les appelés avaient débarqué pour 'Tapage Nocturne' et c'est torse-nu que Luven avait pris ses jambes à son coup, avec un Charity explosé de rire à ses côtés. D'ailleurs le beau métisse aux yeux bleu avait fini sa course chez une quelconque fille et lui, s'était retrouvé à déambuler saoul, dans les rues mal-famé du petit village. Aussi quelle ne fus pas sa surprise de voir son supérieur débarquer dans sa voiture de riche, ce 4 Février de l'année 2005. Adam lui proposa de le ramener chez lui pour la nuit et à peine arrivé et sortie de la douche, que Luven lui avait sauté dessus pour l'embrasser à pleine bouche. Et maintenant, 4 mois plus tard, le jeune adulte se retrouvait à partager la couche du Caporal Meyers aussi souvent qu'il le pouvait sans que jamais personne ne soit au courant.   « Tu dors McNamara.» Fit la voix moqueuse de son amant. Le brun ouvrit un œil à moitié endormit, lui dédia son majeur avant de rouler sur le côté et de venir s'emmitoufler sous les draps, clairement bien là ou il était.  « Allez, bouge ton ass gamin, je bosse dans moins d'une heure et- » « Oh la ferme Meyers » Loin de lui l'idée de le laisser finir sa phrase, Luven venait tout simplement de le faire taire d'un baiser. La suite de leurs ébats bien que bruyante, laissa au jeune adulte, un goût de bonheur dans la bouche.

₀₂.₀₅.₀₅


« CHARGEZ. VISEZ. FEU.» Une dizaines de détonations se firent entendre, et sur les dix gars présent, quatre tirèrent dans le mur, trois sur la partie blanche de la cible, un autre dans la partie noir, un énième touche la poitrine de la cible, quand au dernier..  « MCNAMARA POURQUOI, PAR LES COUILLES TU CHRIST, NE FAITES-VOUS DONC JAMAIS COMME TOUT LE MONDE?!»  Intérieurement mort de rire, Charity Menson leva son pouce en direction de son compagnon de chambre, meilleur ami, et dieu de beuverie, qui se trouvait être en la personne de Luven McNamara, qui en retour lui fit un clin d’œil purement moqueur.  « Honnêtement mon Lieutenant, je suis pas sûr que les croyant adhèrent à ce que vous venez de dire. »  Pour appuyé ses dires, il pointa les têtes scandalisées et au bord de l'évanouissement de deux de ses camarades, qui en firent ricaner plus d'un. Weiss de son côté semblait clairement en avoir marre. Presque une année qu'il supportait ce gamin qu'il se butait à voir comme étant un incompétent et  clown de service et à raison d’ailleurs. Une belle tache rose bien pétante ornait désormais le plein centre de la cible. Visiblement, l'élève officier avait encore trouvé le moyen de montrer son don incongru pour la peinture. Au grand damne des trois-quart des occupants des lieux, on ne pouvait jamais vraiment prouver l'identité du fauteur de trouble, mais tous savaient que dés qu'il était question de peinturlurage de mur, de lit ou peu importe fusse t-elle la cible, le petit brun était toujours coupable.  « JJE ME FOU DE VOS CROYANT MCNAMARA, TROP C'EST TROP! »  « Attendez.. Est-ce que ça veux dire que nous ne sommes plus des BFF? » Un éclat de rire plus tard et pour ne pas changer les bonnes habitudes, Luven se retrouva en caleçon à faire des pompes sous les 23°C qui frappait la caserne, le tout, avec une caisse de dix kilos sur le dos.  « 23, Du Nerf McNamara. 18, alors McNamara on rigole moins? 21. OH HISSE! 10, Bouge ton cul de tantouze McNa'»  Et tout en se maudissant intérieurement, Luven se hissa sur ses bras pour la 52ém fois de la journée, alors que le compteur de son supérieur, venait de repartir à 0.





₃₀.₀₆.₀₅

Sa première année en tant qu'élève officier était passé plutôt lentement au goût d'un certain brun aux yeux vert. Nul doute qu'elle avait été riche en rebondissement évidemment, mais tout comme les hauts, il y avait eut des bas. Comme le décès prématuré de Big-D. 21 ans et père de famille, il était littéralement passé sous un rouleau compresseur, sa moto ayant dérivé de la route un soir de pluie, le conducteur du monstre de métal n'avait pas entendu les cris et les supplique du jeune militaire à en devenir. Et nul doute que sa mort avait été douloureuse, puisqu'il avait du sentir pas mal de ses os de faire aplatir avant de tomber dans l'inconscience. Le cadavre avait été dans un tel état, que le Général lui-même avait formellement interdit que le corps soit montré aux familles. À la place de quoi, Big-D ou tout simplement Jamie Dahar avait été incinéré, et enterré en temps que Militaire. Ce fut la première fois que Luven dut porter sa tenue officielle. Lui et Charity durent replier le drapeau américain comme le voulait la tradition, à remettre à Madame Dahar et ses deux filles de trois et deux ans. Ça avait été un tel choque pour la 67ém Compagnie, que même les instructeurs s'étaient montré plus tendre pendant quelques jours. Cependant une fois le choque plus ou moins apaisé dans les jeunes esprit, les cours avaient repris leurs normalités et de nouveaux les élèves officiers se voyait contraint à retourner courir des heures durant dans les forêts avoisinantes, s'entraîner au corps à corps, même bosser la théorie. En bref, ce fut une année riche en apprentissage. À moitié somnolant depuis bientôt une heure et demi dans la baignoire de son amant, Luven s'étira longuement et laissa échapper un bâillement avant de lever son pied, pour venir lever le bouton d'eau chaude. Dans un même mouvement Adam Meyers débarqua tout beau dans ses habits officielles de cérémonie et haussa un sourcil interloqué en voyant le jeune homme dans sa salle de bain.  « Loin de moi l'idée de vouloir te foutre à la porte Gamin, mais tu reçois ton diplôme dans une demi-heure et tu devrait déjà avoir posé ton royal fessier dehors.»  Un grognement vague en insulte lui répondit, et comprenant parfaitement les doutes de son cadet il se pencha au dessus de lui pour lui donner un chaste baiser au coin des lèvres.  « Arrête de faire la gueule, je part que six mois Luven, puis ce sera l'occasion de débuter ta vie de graaaaaaand garçon en temps que Soldat. »  «J'm'en fou j'ai pas envie, j'veux venir avec toi et puis c'est tout.» Une tape derrière le crâne lui fut administré, et cette fois ce fut le regard sombre du Colonel Meyers qu'il dut affronter, bien loin de cette bienveillance qu'il servait habituellement.  « Je vais sûrement pas te foutre dans ma valise pour l’Afghanistan McNamara. Tu rêve les yeux grand ouvert.  » Un son méprisant passa les lèvres du plus jeune qui immédiatement vexé par les dires de son aîné, s'était redressé plus que vivement sur ses deux jambes.  « Je suis prêt! Je suis le meilleur soldat dans cette putain d'école! J'suis majeur et merde tu peut pas juste m’interdire de venir si j'en ai l'envie!  »  « Pour crever comme une merde à peine le pied posé là bas? Garde tes fesses bien au chaud ici ça vaux mieux pour tout le monde. Y'a déjà assez de mort inutiles là bas pour y ajouter la tienne McNamara.  » En ayant dit sans doute plus qu'il ne dut, Adam Meyers vit parfaitement cette petite lueur s'éteindre dans le regard de son cadet. Oh il savait pertinemment que ses mots blesseraient son amant, mais il n'était vraiment pas prêt à le voir s'envoler comme le gamin naïf qu'il était encore, pour faire la guerre. Alors quitte à faire voler en éclat cette lueur sauvage qui dansait continuellement dans ses pupilles, autant le faire pour une bonne raison.  « Si mon inutilité dérange tant monsieur, je vais lui faire le plaisir de bouger mon royal fessier de là. Colonel Meyers. Bonne mort en Afga'  » Blessé dans son égo et surtout dans son amour-propre, il ne fallut pas plus de trois minutes à Luven pour ramasser ses affaires, les enfiler et foutre le camps.  Ce jour là, le majeur le la promotion 345 ne se présenta jamais pour récupérer son diplôme.







   Survivre ce n'est plus vivre. Être un soldat, c'est survivre, même avec un 9mm sur la tempe..
»Living - learning - understanding - try - fail - try again - successfully - load - aim - shoot - kill - Surviving.«


₁₈.₀₈.₀₈

« Spiners en position. Point A en mire? À vous.»  « Ici Raven au point A, cible en mire. Demande autorisation de tirer. À vous.» Ses pupilles vertes fixé dans la lunette de son Fusil FR-F2 calibre 7,62 , le plus jeune soldat de l'élite A, attendit patiemment qu'on lui donne un quelconque ordre. À une centaine de mètres de là, une jeune femme offrit un large sourire à un enfant d'une dizaine d'année, tout en lui remettant entre les bras un paquet gigotant qui sembla faire le bonheur du petit garçon. « Ici Alpha 1, demande de confirmation de la cible Raven à vous.» « Ici Raven au point A,  Je confirme la cible Alpha 1.  Femme de 31 ans, cheveux noire, yeux bleu, dans les 170 cm. Portant le brassard de Mijiv.» Le silence se fit lentement dans la plaine désertique. Deux heures qu'il attendait qu'on lui donne sa putain d'autorisation, deux heures qu'on lui demandait de confirmer et re confirmer l'identité de sa futur victime. Le grésillement de son talkie-walkie se fit entendre pour la cent-deuxième fois de la journée, et après avoir réajuster la lunette de son fusil, il prêta attention au message. « Ici Alpha 1. Confirmation de la mission reçus. Raven à vous. »  Dans la seconde qui suivit un claquement silencieux fit écho aux oreilles du jeune Sniper de 22 ans. À cent mètre plus loin, une jeune femme s'écroula, touché d'une balle en pleine tête. Raven venait de compléter sa mission, et sous les cris des enfants présent, il rangea sans plus y prêter attention son matériel. « Ici Raven au point A, cible abattu, je rentre au bercail. » Il n'écouta même pas les prochains messages de quelconques félicitation qui lui fut donné. Il venait pour la huitième fois de la semaine de descendre un terroriste, et dans l'immédiat la seule chose qui semblait donner envie à Luven McNamara, c'était de descendre une bouteille de Whisky.

₁₉.₁₁.₀₈

Si on lui avait dit qu'à 22 ans, il retomberais dans les bras de son 'amour de jeunesse' Luven aurait très certainement tiré sur l'imbécile qui aurait osé ouvrir la bouche. Et pourtant.. Il se retrouvait là, une fois encore dans le même lit que ce type dont il s'était épris étant ado. Bon d'accord ça remontait tout juste à quatre -cinq ans mais tout de même. Cela l'irritait de constater qu'il était de nouveau tombé sous le charme bienveillant et à la fois protecteur d'Adam Meyers. Oh évidemment, dés que le regard du Colonel s'était posé sur le faciès de l'adulte avec qui il avait eut des relations bien que plus physique, sa mine s'était tout simplement décomposé, et Luven n'avait évidemment pas manqué de se foutre royalement de sa gueule. Après tout, vus comment Adam l'avait limite abaissé plus bas que terre, constater que le gamin, que vous vous étiez efforcé de protéger était faisait désormais partit de l'élite des sniper.. Lui avait foutu un coup au moral. Le choc passé, et surtout la gueulante passé, il n'avait pas tardé à retomber lui aussi dans les bas de cet ado devenu homme, dont le charme sexy et sauvage, n'avait fait que grandir en quelques années. En bref, tout deux avaient flanchés sous le désir ardent et surtout de leurs mini-eux. « T'a changé McNamara... »  Un rictus moqueur étira les lèvres du sniper qui vint plonger sans main dans la tignasse noire de son ancien supérieur. « Ouais, parait que sa grandit avec l'âge aussi de ce côté là..» Le regard désespéré qu'il reçu en retour, lui laissa comme un rire dans la gorge. Oh il ne s'était pas arrangé avec l'âge, toujours prêt à faire des blagues aussi connes que salace. «J'ai rien dit, ta stupidité est sans égales à celle que tu avait déjà gamin. » Luven donna un léger coup de poing sur l'épaule de son amant, faussement vexé. «Hey, c'est pas toi qui m'avais annoncé comme étant un génie? » « C'est ça, ton égo est suffisamment gros comme ça McNamara. »  Le Sniper voulu ajouter quelque chose, mais bientôt le sol se mit à trembler, des cris retentirent et se fut le chaos total. Indéniablement, le camp se faisait attaquer et vu les détonations, les attaquants étaient lourdement armés. et un seul nom semblait hurler par les opposant. « RAVEN. TROUVEZ MOI CE FOUTU RAVEN. »

₂₄.₁₁.₀₈

Il avait mal. Chaque parcelle de son être semblait avoir été brûlé au Fer à Blanc lui-même tendit que ses muscles, dont  il avait ignoré l'existence jusqu'à présent l'existence pour certains,  le faisait ardemment souffrir. Il avait bêtement crut  que l'entraînement militaire avait été une torture.. À côté de ce qu'il ressentait dés aujourd'hui, les 95km de course en pleine forêt avec un sac de dix kilos sur le dos, lui semblait affreusement simplet à  coté de ça. Parce que oui. Il fallait bien se rendre à l'évidence, à l'école, on vous préparait peut être de part de grand et sombre discours à vous faire torturer des jours durant, mais jamais Ô grand jamais personne n'aurait eut l'audace d'y proposer un quelconque entraînement de ce genre. Il se revoyait encore quelques semaines plus tôt (Ou peut être étais-ce des jours? Des heures? Il n'en avait pas la moindre idée à dire vrai.) attrapant son 9mm qu'il gardait souvent avec lui 'Au cas Ou.." .. Et bien il s'était bénis d'avoir eut son arme. Ainsi, il avait put descendre une vingtaine de Soldat avant de tomber à cours de balles. Alors il s'était armé tout simplement de son Bush-craft fétiche et, se glissant comme une ombre dans le dos des assaillants, il avait, avec une habilité étonnante, fait glisser la lame contre la gorge d'autant de 'Putain de fils de Chiens.' qu'il avait pu, sans jamais se retourner. Derrière lui, la voix d'Adam c'était faite de plus en plus lointaine, mais jamais elle n'avait cessé de prononcer son nom. Jamais Adam n'avait cessé de le supplier de fuir le combat. Et dans un sens, Luven lui en voulait. Il lui en voulait d'avoir pensé qu'il n'était qu'un gamin qui n'assumait pas ses actes. Il lui en voulait.. Mais en même temps, une petite voix dans sa tête lui hurlait qu'il aurait dût l'écouter. Sin qua non, les sept autres soldats présent dans cette salle, auraient eut la vie sauf. Ou peut être pas? Qui aurait pu réellement prédire ce qui allait arriver? Luven? Non certainement pas. Il n'était pas doté d'un quelconque don de clairvoyance. Adam? Colonel ou pas, il avait été sur le moment bien trop occupé avec sa bouche à cet instant. Le Soldat Parker? Une brave fille, débarquant à peine de l'école, tout juste 19 ans. Et encore, Luven ne l'avait vus de près. Personne n'aurait pût débarquer comme une fleur dans un champ et hurler qu'il fallait décamper avant qu'ils ne se fassent tous buter comme des chiens. En bref, depuis qu'ils étaient là à moisir comme des chiens, aucun n'avaient eut le courage de dénoncer l'un ou l'autre. Pourtant, tous savaient qui était Raven. Oh bien sûr, le McNamara aurait pu tout simplement se balancer. Mais à quoi cela aurait servit? Tant qu'ils cherchaient Raven, il étaient sauf. Bon, ils n'étaient plus que trois sur dix. Les trois seuls à avoir survécus à quatre jour de torture. Ils étaient affamés, assoiffés, battus, brûlé, et aucun d'eux ne voulait se souvenir ce qu'il avait été fait de leurs corps. Non, les cris du Soldat Parker lui avaient suffit, il doutait que cette gamine puisse tenir plus longtemps encore. Aussi, lorsque ce type encagoulé débarqua pour une énième séance qu'il savait insupportable, il fit un geste pour parler, mais fut interrompus.  « J'abandonne..»  Surprit, Luven vint poser ses pupilles définitivement éteinte sur la silhouette de son amant, son cœur s'emballant d'un même temps. En face de lui, Adam Meyers ne ressemblait plus à l'homme qu'il avait connu, toujours impeccable et souriant. Non, face à son regard douloureux, Adam était depuis aussi longtemps que Parker et lui, suspendu au plafond par les poignet, à des chaînes pas particulièrement saine pour la peau. Le métal, d'ailleurs, avait commencé à déchirer ses poignets peu à peu, et il sentait parfaitement un début d’infection commencer à se répandre ni plus ni moins dans son sang. Pourtant Lui résistait encore. Pourtant Parker résistait encore! Alors pour lui? Pourquoi Adam le balancerait-il maintenant?  « Parle, hâte toi de parler! » Le coup partit aussi vite, et un gémissement de douleur plus tard, Adam relevait ses pupilles d'un bleu éclatant et animé d'une détermination telle, qu'il en laissa son gardien muet une demi-seconde.  « J-Je parlerais.. Je vous dirais tout.. C-Contre une heure. Je vais donner un nom.. Vous libérerez les deux autre. U-Une heure. Ils auront une heure pour dégager avant que vous ne les chassiez comme des chien. Une heure. » Ce paris sembla tout à fait ravir le gardien, qui détacha aussitôt les trois prisonnier. Chanceux ou non, Adam était tombé sur quelqu'un qui semblait aimer les défit.  « Accordé, donne moi un nom mon p'tit. » Parker qui allait réagir, se tut face au regard noir que lui lança Meyers. Luven de son côté était totalement paumé. Ils connaissait lui parfaitement les lieux. Une grande forêts qui s'étendait sur plusieurs centaines d’hectare. Il la connaissait d'ailleurs comme sa poche alors pourquoi par les couilles du Christ, pourquoi Adam l'aurait-il vendu?  « Luven McNamara. Élève-officier de la 345ém promotion. N'a jamais reçu son diplôme et es devenu Sniper à la suite d’arrangements avec le Général Murray. Aussi appelé Raven par son nom de code, il assassina au compte goutte 124 personne. Dont votre femme. » Au fur et à mesure du discours de leurs aîné, les deux plus jeunes s'étaient fixé de façon anxieuse pendant une demi-seconde. Alors ainsi l'homme qu'il aimait venait de le foutre dans la gueule du lion. Le donner en pâture à cette tribut des montagnes qui ne juraient que par le sang!? Des larmes de rages perlèrent sur son visage. Ils étaient tout trois soldat.. Et le plus ancien balançait les plus jeunes? Ainsi fonctionnait la hiérarchie?   « L'homme que vous cherchez est juste sous vos yeux.  » Il leva son regard bleuté vers ses compagnons de fortune, ce petit sourire aux lèvres, qui donna au McNamara l'envie de le lui arracher du visage.  « Je suis cet homme. Excusez-moi Colonel Meyers.. Soldat Swan.  » Les mots mirent quelques secondes à atteindre le cerveau du jeune adulte. Trop de temps sans doute, car la seconde suivant, le véritable Colonel Meyers s'effondrait sur le sol, deux bal dans la poitrine. La dernière chose qui retentit par la suite, fut le cris déchirant d'un certain Sniper, qui a bout de force, se débattu autant qu'il le pût, avant d'être jeté à l'extérieur du repaire.

₂₅.₁₁.₀₈

Minuit était passé et depuis bientôt dix minutes, jamais la forêt n'avait été aussi bruyante. Dix minutes qu'il s'égosillait devant cette montagne de pierre qui abritait la cache des Mijiv. Dix minutes qu'il hurlait à s'en briser les cordes vocales, le prénom de l'homme qui leurs avait sauvé la vie. Dix minutes que des larmes de rage et de colère dévalaient ses joues. Dix minutes qu'à ses côtés le Soldat faussement identifié comme ayant été Miss Swan, faisait son possible pour ramener son supérieur à la raison. « Merde 'Colonel'! Il faut vraiment dégager mais genre maintenant!  »  Mais peu importe l'ardeur qu'elle y mettait, voir son quelqu'un se sacrifier pour sa poire était de toute évidence trop dur pour le jeune homme de 22 ans. Grands maux, les grands remèdes, la jeune femme à ses côtés lui administra une gifle puissante, qui eut pour seul effet de la calmer aussi sec.  À la suite de quoi et sans un mot, la jeune femme pris les devant, attrapa le bras écorché de son aîné, et le tira à travers la forêt sans pour autant savoir ou aller. 50 minutes, il leurs restait 50 petites et ridicules minutes pour sauver leurs peaux. Dix-Neuf ans à peine et pourtant cette gamine en avait pour l'instant, plus dans le pantalon que son soit disant Colonel. Au bout d'une vingtaine de minutes pourtant, Luven repris les devant sans un mot et d'un pas bien plus rapide que ce qu'il aurait pût se permettre il entraîna Swan au plus profond de la forêt, l'aidant à traverser les divers obstacles qui se heurtèrent à leurs chemin, ils finirent par s'arrêter quelques minutes, totalement à bout de souffle, au bord d'une rivière « I-Il faut qu'on s'arrête pour la nuit C-Colonel. » « Pas question Swan, on doit atteindre le pont, il est encore à 1Km d'ici. Si on l'atteint, on pourra se poser pour la nuit pas avant.  » L'ordre qui au final n'en était absolument pas un, ne fut aucunement contesté par la cadette.  Après s'être désaltéré, et avoir étiré leurs muscles douloureux, ils se lancèrent un regard, et d'un commun d'accord, il se mirent à courir à travers la flore et la faunes environnante. Nul de demanda combien de temps il leurs restait, ils n'en avaient pas besoin et dans le cas contraire l'alarme sonore qui sonna à 30km à la ronde, les avertis bien trop rapidement, que les chien avaient étés lâchés. Désormais, il ne couraient plus pour la liberté. Il courraient pour leurs vie. Bientôt le pont apparurent à leurs yeux et ni une ni deux, il le traversèrent à tout allure. Poussant la jeune femme à courir sans se retourner, Luven fit demi tour, attrapa le bout de fil de fer qui dépassait de l'espèce de pont en bois avant de découvrir son avant bras des reste de sa tenu de militaire. D'un geste tout à fait concentré, il enfonça le bout pointu dans sa chaire, et fit coulisser le bout de métal sur une longueur de six centimètres dans son bras. Lentement, le sang dégoulina de la plaie, ouvrant une cicatrice pas plus vieille que trois ou quatre semaines. Puis non sans grimacer, Luven plongea ses doigts crasseux sous sa peau, étouffa un gémissement de douleur en mordant ses lèvres jusqu'au sang, et finit par ôter de sa chair une lame de 6/2cm d'épaisseur. Au loin il entendait déjà les aboiement des chien, aussi se hâta t-il à venir trancher consciencieusement la corde reliant le pont à la falaise. 30 mètres, les chiens hurlèrent en cœur pour faire connaître la position, Luven s'activant vivement à scier la corde. 25 mètres, le bruits se rapprochais de plus en plus. 20 mètres, en levant la tête, le jeune Sniper y découvrit une bande de molosses aux crocs bavant. 15 mètres, les premiers s'était avancé lentement, par crainte sans doute sur le pont. 10 mètre, la corde résistait plus que voulu. 5 mètre, un énorme molosse noir bondit. 1 mètre. Luven fut tiré en arrière par une paire de bras maigrichon, un pied vola en direction de la tête du cabot, la corde céda sous le soudain surplus de poids. 50 cm. Le pont céda, et tout ses occupant chutèrent 70 mètres plus bas, en directions des rapides. Ils étaient vivant. Luven n'arrivait pas à le croire et à ses côté l'officier Parker s'était laisser aller à de grand éclats de rires nerveux, la pression retombant peu à peu. Ils étaient vivant, en plus ou moins bon état. Tous.. Sauf Adam Meyers. La gorge nouée, il leva ses pupilles verte vers sa cadette qui lui offrit un sourire sincèrement désoler.  « On devrait.. Continuer avant qu'il ne débarquent plus nombreux.. » Douloureusement, Luven dut bien approuver et sans un seul regard en arrière, il attira l'officier Parker dans les hauteurs des arbres ou sans-dessus-dessous, ils passèrent une nuit plutôt longue aussi bien l'un que l'autre, puisqu'en pleine nuit, la jeune femme se réveilla en sursaut, les larmes dévalant ses joues pâles. Sans trop savoir quoi faire, le Sniper s'était contenté de l'attirer en une étreinte qu'il espéra réconfortante, ainsi passa t-il la nuit à veiller sur cette gamin.

₂₅.₁₂.₀₉

Presqu'un an jours pour jours après les éventements sinistre qui eurent lieu en Novembre 2008, les deux survivant qu'il furent, avaient été accueillit non pas comme deux otages ayant besoin de soins immédiats, mais plutôt comme Un responsable de la catastrophe et Une alliée. Parce que là faute devait bien évidemment retomber sur quelqu'un, le massacre qui avait eut lieu au camp fut dans un premier temps posé sur les épaules du Général Murray. Celui là ayant fait partit des morts, la faute se déporta ensuite sur les épaules du Colonel Meyers.. Mais pour les même raisons que ci-dessus, les plus hauts gradés ne firent que reporter encore et encore la faut sur les divers Lieutenant, et sous-lieutenant.. Avant de s’apercevoir que leurs crédibilité était avoisinante à 0. Si les soldats savaient que le McNamara n'y était pour rien, les foules en revanche elle, ne se gêna pas le moins du monde, pour faire porter le chapeau des morts au jeune homme et à la gamine qui l'accompagnait. Aussi, après moult délibération à son sujet, il fut clairement décidé que sa royal personne serait tout simplement expatrié. Oust du balais, Sayonara les États-Unis. Peu importe ce qu'il fit pour résoudre l'affaire, peu importe qu'il accepta de retourner jouer les Sniper sur le terrain, à son retour, la réponse restait inchangé. Il n'avait plus le droit de poser le moindre bout de lui, sur le continent américain, et la demoiselle qui l’accompagnait aussi. Un coup dur pour les deux jeunes miraculés, ils finirent en dépit de tout par retourner sur le terrain plus prêt que jamais à faire passer leurs quelconque désir de vengeance sur les types qui avaient déclenchés tout ce foutoir. Et a raison, Raven et Midnight. Ce duo de Sniper qui semblai bosser pour eux-même faisait bien parler d'eux. Jamais encore une cible ne fut manqué, jamais personne n'osa se dresser contre ce duo tout simplement trop haineux contre cette terre pour leurs avoir tout pris. Du moins. Jusqu'à ce que l'un d'eux ne tombe.  « Oh putain Parker qu'est-ce que tu fou! Sans déconner me fait pas un coup d'pute, j'te jure que j'te botte le cul. Pigé?» Un unique sourire vint orner les lèvres de la jeune femme.  «Hey Leveinard, fait pas cette tête d’enterrement putain. On dirait un vieux!» Le 'Ta gueule' qu'il avait au bout des lèvres ne vint pas, alors qu'il faisait pression de plus en plus sur l'abdomen de cette gamine qu'il considérait comme ça petit sœur. Il aurait dut la protéger. Ils avaient été trois, et désormais il était seul, incapable de protéger ses proches.  « T'a vrai- T'a vraiment d'la chatte McNamara. » Un rire étranglé passa ses lèvres ensanglantés. Et celui qu'elle appelait Leveinard vint poser son front contre celui déjà froid de la jeune femme.  « T-trouve-là O-Okay Lu? T-Trouve là et d-dit lui. Dit lui que je l'aime. J-Jure le moi Lu. J-Jure le moi..»« Merde Arya fait la conne reste! Putain tu vas bouger ton ass' et t'ira la trouver seule ta frangine je te l'jure Ry' Putain.. M'laisse pas..» Peu importe ses suppliques, ses prières, il perdit presque jour pour jour, un an après l'assassinat de son amant, la gamine qu'il avait juré de protégé. Cette petite au sang-froid impressionnant, dont l'humour en aurait défrisé plus d'un. Il l'a perdit elle aussi, la seule femme qui compta réellement dans sa vie à partir de ce jour.

₁₇.₀₉.₁₀


Pour la dix-septième fois en 3 minutes, Luven; les genoux tremblants comme pas possible, posa son regard anxieux sur la pendule murale, décorée de petits éléphants et tout autres bestioles ridicules aux yeux de l'ancien Sniper. Loin d'avoir brillé dans sa carrière de militaire, le jeune homme désormais âgé de 25 ans, s'était tourné vers la vie de famille. Enfin ça, c'est ce que la fille qu'il avait foutu en cloque racontait à ses grosses vaches de copines. La vérité dans tout ça? Trop abattu par la mort de sa coéquipière, il était aller faire ce qu'il savait faire de mieux; Se saouler la gueule. Il avait bus, encore et encore, jusqu'à en tomber presque raide mort sur la table.. Si seulement ça avait été plus simple que cela. Il aurait tout simplement rejoint Adam et Arya dans un monde qu'il aurait voulu à leurs image. Un peu fou et bienveillant. Parfois en fermant les yeux, il aimait s'imaginer qu'il était en train de boire un coup avec eux. Alors lentement il se serait approché d'Adam, lui aurait volé un baiser avant de se précipiter sur sa jolie Arya qu'il aurait attrapé comme un sac-à-patate avant de la jeter à l'eau, mort de rire. Puis se joignant à lui, son Colonel serait venu lui murmurer ses trois petit mots, qui assurément aurait provoqué la gêne chez le plus jeune, et l'amusement chez le plus vieux. Et tout deux auraient été pointé du doigt par la rouquine trempé jusqu'au os, qui serait venue s'incruster dans leurs câlin, histoire de les emmerder. Dans chacun de ses rêves, sa vie aurait du ressembler à ça. Un étendu de bonheur avec Parker et Meyers. Ce trio qui était venu à bout de toute -ou presque.- Ce trio qui avait muté en duo. Pour ne laisser au final qu'un survivant rongé par les remords. Puis en rouvrant les yeux, une nausée affreuse le prenait, suivit d'un sentiment de manque irremplaçable.  Et ou cela l'avait mené?  « Monsieur McNamara.. C'est maintenant ou jamais. » annonça la voix d'un médecin. Luven leva les yeux vers le type qui le faisait face, et manqua de lancer un vague 'Jamais' avant de venir lever sa carcasse épuisée de cette chaise décidément inconfortable. Voilà ce qu'il arrivait de coucher à droite et à gauche après un soir intense de bourrage de gueule. Vous vous retrouviez Marié à une fille dont vous ne savez rien, tranquillement posé  à Las Vagas, malgré votre exil forcé du continent. Oh ça aurait put s'arrêter là. Si cette fille n'était pas tout simplement tombé enceinte après s'être mit en tête qu'il formeraient un couple parfait. Inutile de préciser là tête qu'avait fait l'ex Sniper une fois le pot-au-rose découvert.  Il avait joué des mains et des pieds pour dégager loin.. Avant d'apprendre que le bébé serait une fille. Curiosité oblige. Il se retrouvait vêtu de ce qu'ils appelaient le kit 'Visiteur' prêt à couper le cordon ombilicale de sa fille. Et alors à ce moment il sut. Il sur que devant ses grands yeux verts, il ne pourrait jamais dire non.  « Bienvenue à la maison Arya Eve McNamara. »

END


Dernière édition par Luven McNamara le Mar 30 Déc - 6:52, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 1:13

LUVEEEEEEEEEN

:coucou: :hola:
Enfin, c'est pas trop tôt. Bonne chance pour ton histoire.. (a)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 1:18

jensen en ancien militaire (kasia va vouloir le battre à call of What a Face Arrow )
le personnage respire le swag I love you bienvenue et bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 4:34

Ethan, tu fait pas trop excité avec tes smiley de fifou là~ Ouaaaaaaais, j'suis enfin là et genre. Tu vas tellement en baver que tu vas regrettey :coucou:

Kasia, Heeeey, merci pour l'accueil uhuh. (Aucune chance qu'elle ne batte Luven ) Merci :B
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 12:35

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ᴥ red is so much cooler
avatar
ADMIN ᴥ red is so much cooler

∞ prénom/pseudo : jeune padawan
∞ prénom/pseudo : lara
∞ papotages : 981

∞ avatar : colton haynes

MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 15:27

Bienvenue parmi nous Jensen en ancien militaire
Hâte de découvrir ton histoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

∞ prénom/pseudo : paula (DARBYSHIRE ; lara (jeune padawan) ; tifaine (laecca)
∞ papotages : 135


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 17:38

Bienvenue!
Si tu as la moindre question, n'hésite pas à nous poser des questions.
Bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://upintrees.forumactif.org
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 18:38

Bienvenuuue

Bonne chance pour ta fiche, et n'hésite pas si tu as des questions.

Jensen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 21:35

Ileana; Merci uhuh c:

Anakin
; Idem' j'espère que l'histoire vous plaira ** Puis genre Jensen en Militaire.. OBLIGÉ QUOI.

William Chouette prénom pour une demoiselle  Je n'y manquerais pas merci! :3

Szymon Merci petit lama, en espérant tous vous revoir au cours d'un jeu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Dim 21 Déc - 22:02

JENSEEEEN!!!
Bienvenu ici, et bonne chance pour ta fiche!! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Mar 23 Déc - 11:19

j'aime beaucoup le début de ta fiche et le prénom.  
bienvenue ici et bonne chance pour la fin.  
Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Sam 27 Déc - 17:43

time's up little wolf

ça passe vite, c'est déjà la fin




:cry: :cry2: Ça fait déjà une semaine que tu as commencé ta fiche, ce qui veux-dire que ton avatar ne t'es plus réservé. Nous sommes dans l'obligation de te demander des nouvelles, as-tu besoin d'un délai pour pouvoir écrire la suite de ton histoire ? N'hésite pas à nous contacter. Si d'ici une semaine, nous n'avons aucun signe de vie de ta part, on sera bien obligé de supprimer ton compte Viens donc vite nous voir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Sam 27 Déc - 20:19

Hey, désoler, j'étais chez mon père, et lui et les ordi ça fait deux. J'ai bientôt fini d'écrire ma fiche sur google docs, je la posterais sûrement Lundi ou Mardi,

Désoler du dérangement :s
Revenir en haut Aller en bas
avatar

∞ prénom/pseudo : paula (DARBYSHIRE ; lara (jeune padawan) ; tifaine (laecca)
∞ papotages : 135


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Sam 27 Déc - 21:05

D'accord, nous te laissons donc jusque là et reviendrons vers toi si nous voyons que ça n'avance pas d'ici mercredi-jeudi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://upintrees.forumactif.org
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Mar 30 Déc - 6:56

Yolo c'est moi. Bon. Après 45678 temps, j'ai envie de dire que j'abandonne que j'ai fini par fiche ** Et que donc, puisqu'il est genre presque 7h du mat' et que je suis fatiguey.. Je verrais comment on fait pour la demande de validation genre dans l'après-midi et que voilà. Désoler pour les couleurs qui vont abîmer vos yeux et pour les 45678 de fautes.. Je corrigerais après mes 12h du sommeil. Sur ce!  

BONNE NUIT À MWA.
Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Mar 30 Déc - 11:59

haha, t'en fais pas, j'ai vu que tu l'avais terminée alors ne prends pas la peine de le signaler dans le topic prévu pour

j'aimerais beaucoup te valider, mais il manque quelque chose d'assez capitale en fait en effet, tu n'as pas précisé quel groupe tu voulais intégrer je te laisse compléter ça, et puis ça ira parfaitement What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Mar 30 Déc - 14:28

Okay pas de commentaire je suis un boulet Slt. Sooo, j'ai choisis ce groupe donc! -> Hawthorns
Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   Mar 30 Déc - 16:43

wilkommen, bienvenue, welcome

ici c'est pas thalys, mais on reprend leur slogan parce qu'on est des dinges


cette fiche de trois kilomètres mais elle m'a bien plu, franchement, c'était un plaisir de te lire ton perso a vraiment une vie de caca, j'commence à croire que tout le monde veut un perso dépressif mais j'l'aime bien, avec son insolence et tout je te valide choupinet

Félications à toi ! Tu fais désormais partie de notre bande de tarés. Tu peux désormais aller poster ta fiche de lien, d'évolution et demander un parrain par ici, ainsi que de créer tes scénarios juste là.. Tu peux aussi aller réserver ton petit chez toi et ton petit métier en te rendant ici et là. Nous t'invitons aussi à te rendre dans cette section si tu es une adepte du flood.Have fun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Luven McNamara -> Donner sa confiance aux gens. C'est leurs donner la possibilité de vous briser.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Des gens sans scrupules !!
» [b]GENS JUSTE OU INJUSTE LE SALAIRE DU PECHE C'EST LA MORT ![/b]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: this is the end :: archives présentations & cie-