AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire   Dim 22 Nov - 17:16


on the coldest days
you light my heart
WITH FIRE.

J’ai claqué la porte de la voiture après m’être extirpé de derrière le volant, et il m’a été impossible de ne pas immédiatement me tourner vers la mer. Bientôt deux ans passés ici, mais je n’arrivais toujours pas à arrêter de me faire surprendre par cette grande étendue bleue, bien qu’elle ne soit qu’à quelques dizaines de minutes de route de chez moi. J’ai inspiré une grande bouffée d’air, avant de frissonner. Le vent n’était pas fort, mais terriblement frais. C’est presque immédiatement après être sorti de la voiture que j’ai senti mes joues rosir de froid et mes mains commencer à trembler. J’ai baissé les yeux vers mon pull en mailles fines et ma très légère veste de printemps. « J’aurais dû mettre un truc plus chaud. »

Je me suis retourné pour faire face à Eléanor, qui elle aussi venait de fermer la porte de la voiture. Comme à chaque fois, j’ai senti mes lèvres s’étirer en un sourire incontrôlable. Sérieusement,  il n’y avait rien à faire. Un regard vers ses traits de porcelaine, vers ses yeux azurs, et c’était fatal – je souriais. Sans même pouvoir en décider. J’ai froncé les sourcils alors que je la voyais, emmitouflée dans Dieu savait combien d’épaisseur et son immense écharpe. Une moue faussement boudeuse sur le visage, j’ai vérifié que j’avais bien mon portefeuille sur moi avant de verrouiller les portes de la voiture et de rejoindre l’espagnole et de lier nos mains. Parce que je pouvais faire ça, maintenant. Prendre la main de Léa sans qu’elle risque de la retirer d’entre mes doigts, sans qu’elle risque de me poser des questions. Maintenant, c’était naturel. Enfin, ça l’était.

Si on avait décidé de s’offrir une journée à Brighton, c’était pour faire nos courses de Noël. Novembre touchait  à sa fin, et le mois de l’année que je préférais arrivait à grand pas. Il se faisait déjà sentir, à travers ce vent glacial, ces débuts de neige, et les décorations qui commençaient à orner la ville. Non, vraiment, cette période de l’année me rendait taré. Me faisait perdre de l’âge, me donnait l’impression d’avoir dix ans. Du coup, alors que nous marchions à travers les rues des Lanes, je faisais vagabonder mon regard partout autour de moi – mon regard redevenu enfant, juste pour aujourd’hui. Enfin, pour le prochain mois, quoi.

C’était fou, le monde qu’il y avait. A croire que toute la population du Sussex avait décidé de venir faire leurs achats en même temps. Rares furent les fois où j’étais venu déambuler aux Lanes, mais je n’avais jamais vu autant de monde agglutiné dans cet endroit. La main de l’espagnole toujours dans la mienne, je nous ai écartés un instant pour faire passer nos bras au-dessus d’un haut poteau, qui empêchait, avec ses confrères les voitures de s’immiscer dans la rue piétonne. Une fois revenue près de moi, son bras pressé contre le mien, j’ai resserré mes doigts autour des siens, comme apeuré à l’idée qu’elle puisse s’en aller. Idée qui m’était insupportable. « Bon, on commence par où ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire   Lun 23 Nov - 12:22





Szymon & Eléanor
in the coldest days you light my heart with fire

La petite brune n'arrivait pas à croire que le mois de décembre était aussi proche. Que dans quelques semaines à peine ce serait noël, puis le jour de l'an. Une nouvelle année qui s'annonçait merveilleusement bien parce que Léa était heureuse, amoureuse aussi, surtout. Cette fin d'année était tellement différente que la dernière qu'elle avait vécu. Cette fois elle serait en famille. Sa famille, celle qu'elle avait construite, grâce à la naissance de son fils. Puis à tout ce qui avait pu se passer. Certes il y avait eu des moments tristes, et douloureux, qui avaient permis des jours meilleurs. La preuve aujourd'hui ou le petit couple avait toute la journée pour eux et faire ce qu'il leur plaisait. Enfin pas exactement puisqu'il fallait quand même penser aux cadeaux de noël, ce qui faisait du coup beaucoup.

Sortant de la voiture, Eleanor était heureuse d'avoir laissé Lukas à son grand frère pour La journée. Non pas qu'elle ne le voulait pas avec elle, bien au contraire, mais il commençait à faire tellement froid dehors que la jeune maman préférait laisser son fils au chaud. Puis fallait avouer qu'elle profiterait bien mieux de sa journée en amoureux ainsi. Plus que bien couverte, la demoiselle avait prévue le coup, alors que son meilleur ami constatait qu'il n'avait pas vraiment choisit la bonne tenue vestimentaire. Refermant sa porte, elle attendit de croiser le regard du Szymon pour lui répondre.

_ Tssss toi qu'vient du pôle Nord d'vrait l'savoir qu'il faut s'couvrir pour sortir.

Un sourire aux lèvres alors qu'elle le voit s'avancer vers elle et qu'il lui prend la main. Ça a beau faire plusieurs semaines maintenant, elle ne réalise toujours pas, Léa a toujours le cœur qui bat la chamade lorsqu'il fait quelque chose comme ça, elle a toujours une seconde d'hésitation avant de succomber à une envie de l'embrasser, de le toucher ou autre. Elle se surprend même à capturer chaque moment qu'ils passent ensemble, à tenter d'en mémoriser chaque seconde afin de ne jamais les oublier. Parce que L'espagnole ne réalise pas pleinement qu'elle peut désormais, qu'elle a le droit, que les sentiments qu'elle ressent pour son meilleur ami sont réciproques. Le couple avance et la demoiselle lève alors les yeux vers son amour, réfléchissant à la question.

_ Hum j'sais pas. P't'etre les cadeaux qu'on sait déjà quoi prendre ?  Et le reste on improvise ?

Il y avait tellement de magasin à faire, tellement de cadeaux à prendre qu'il était facile d'en perdre la tête, pourtant Eleanor savait qu'elle allait passer une bonne journée. Une merveilleuse journée même parce qu'elle était avec Szymon. Parce qu'ils s'aimaient.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire   Mar 22 Déc - 12:22


on the coldest days
you light my heart
WITH FIRE.

J'ai tenté - tenté - de paraître le plus boudeur possible. Le jeu préféré de mon entourage tout entier, c'était de me rappeler là d'où je venais. Nullement dérangeant, comme attitude. Mais j'aimais prétendre être offensé par certaines de leurs remarques, juste comme ça. Mais Léa... Je n'avais qu'à regarder ses yeux pour que tout l'effet soit ruiné et qu'un sourire refasse surface. Et aujourd'hui ne faisait pas exception - aujourd'hui plus que jamais, puisque je n'avais plus à les dissimuler, mes sourires. « J'viens du Sud. Et dans le Sud du pôle Nord, il fait chaud. » Je lui ai rendu le sourire qu'elle m'a adressée quand je me suis approchée d'elle, une fois les portes de la voiture verrouillées et nos doigts enlacés. Toujours aussi irréel, cette situation. Eléanor et moi, non pas un plus un, mais deux.

On est vite arrivés dans les rues bondées des Lanes. J’étais trop occupé à regarder dans toutes les vitrines pour remarquer les regards que les gens nous adressaient. Parce qu’au final, ils nous avaient toujours regardés étrangement, les gens. Mais je ne voyais pas que les regards avaient changé – que désormais, certains souriaient en nous voyant. J’ai demandé à la brune par quoi elle voulait commencer, et j’hochai la tête. J’avais déjà quelques idées concernant les cadeaux de mon meilleur ami, de Winnie et d’Ismaëlle, mais pour les autres, c’était encore le vide complet dans ma tête. Le reste, on improvise. Comme d’habitude. Avec Léa, on passait nos vies à improviser, à faire avec ce qu’on avait, à trouver des solutions sur le coude, et parfois à ne pas essayer de trouver de solution ; juste de nous laisser porter, de ne pas réfléchir. Et jusqu’ici, ça avait plutôt bien marché. Carrément bien marché, même, à en juger par nos deux sourires, grands et béats ; témoins du bonheur dans lequel on nageait.

J’ai tourné la tête en entendant un rire, à ma droite, tellement fort que je n’ai pas pu m’empêcher de vérifier d’où il venait. Mais mes yeux ont fatalement été attirés par ce qu’il y avait d’exposé dans la vitrine, derrière l’enfant qui avait éclaté de rire. « Léa, j’crois qu’j’ai trouvé le Graal. » J’ai montré la vitrine du doigt pour qu’elle sache où regarder, et j’ai dévié ma route, l’emportant avec moi pour me planter pile devant. Des pulls. De style magnifiques. Bordeaux pour l’un, vert pour l’autre, ils étaient tous les deux ornés de la tête de ce cher Rudolph, le renne au nez rouge. Nez rouge qui clignotait, en l’occurrence, puisque le vêtement avait été orné d’une diode. J’ai baissé les yeux vers les prix, et j’ai grimacé. C’était sûrement la diode qui les rendait un peu plus cher que ce que j’aurais pensé. Mais un pull avec le nez rouge de Rudolph qui clignotait… C’était trop beau pour pouvoir le laisser passer. J’ai tourné la tête vers l’espagnole, ai exagérément papillonné des yeux. « je sais que tu l’aimes autant que moi. Craque. J’te l’offre si tu veux, mais putain, craque. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire   Sam 26 Déc - 12:15





Szymon & Eléanor
in the coldest days you light my heart with fire

Son regard glisse sur son amoureux alors qu’il parait faire la tête par rapport à ce qu’elle vient de dire, mais la brune sait qu’il n’en ait rien, qu’il ne faut attendre que quelques secondes pour voir apparaître sur ses lèvres un sourire. Un magnifique sourire qui la fait défaillir à chaque fois qu’elle le voit, et d’autant plus lorsqu’il lui est adressé, à elle. Ce qui ne tarde pas à arriver et lui fait briller les yeux. Jamais elle n’aurait pensé pouvoir être aussi heureuse, être autant amoureuse et pourtant c’est le cas. Grace à lui, encore une fois. Il n’y a que Szymon pour réaliser des miracles dans la vie d’Eléanor Artega. Elle ricane à sa remarque et le regard sans pouvoir le lâcher du regard alors qu’il fait le tour de la voiture pour la rejoindre et lui prendre la main.

Ça sent noël. Il y en a de partout, dans les rues, dans les vitrines des magasins, sur les passants aussi, des signes qui indiquent qu’il ne reste plus que quelques jours avant de célébrer en famille, avant d’échanger des cadeaux, de trop manger et de devoir attendre encore une année pour que tout cela recommence. Le souvenir du noël précédent se rappelle à la petite brune, mais elle l’écarte bien rapidement. Il n’a pas sa place dans sa vie, et encore moins maintenant. Son cœur se serre un peu en pensant qu’elle ne verra pas ses parents, qu’ils n’ont pas encore fait un pas envers elle, envers son fils, mais elle s’en fout, parce qu’une famille, elle en a trouvé une nouvelle. Qui l’aime tel qu’elle est, quelque soit les choix qu’elle a bien pu faire, et qui l’accepte. Elle n’a besoin de rien d’autre Léa. Est venue l’heure maintenant de se concentrer sur les cadeaux. Il y en a tout un tas à faire, et elle ne sait pas encore par quoi commencer. Elle a quelques idées, mais rien de plus. Pour Szymon, elle sait quoi lui prendre mais ne peut décemment pas le faire aujourd’hui, alors qu’il se trouve à ses côtés. Pour Lukas, ça sera simple : tout ce qui lui plaira, elle lui offrira, parce qu’il ne mérite pas moins. Pour les autres, c’est un peu plus compliqué, mais ce n’est pas grave, ils improviseront, comme ils savent si bien le faire.

Trop occupé à regarder devant elle, à réfléchir à ce qu’elle pourrait bien offrir à ses amis, elle ne fait pas attention au polonais, dont le regard est attiré par quelque chose. Elle tourne la tête vers lui alors qu’il lui parle, la penche légèrement, montrant son incompréhension, un petit sourire aux lèvres lorsqu’elle reconnait se regard qu’il peut avoir lorsqu’il s’apprête à faire quelque chose de pas conventionnel. Elle suit du regard le doigt qu’il tend vers une vitrine, puis l’aperçoit. Le ‘graal’. Eléanor éclate alors de rire alors qu’elle se fait entraîner à travers la foule. Ils se retrouvent plantés devant des pulls à l’effigie de noël. Une énorme tête de rennes en prend tout le devant. Mais il y a ce petit nez qui clignote. L’espagnole serre les lèvres, essayant de ne pas montrer à quel point ça lui plairait de voir son polonais le portant. Se disant que ça ne lui déplairait pas elle non plus de l’avoir sur le dos. Elle est certaine que cela plairait à Lukas.

_ Sérieusement Szymon ?

Mais face à son regard, sa bouille adorable, son désir de l’avoir, elle ne peut pas refuser.

_ Okay, je t’offre le tiens et toi le mien !


Serrant un peu plus sa main dans la sienne, cette fois, c’est elle qui l’entraine, dans la boutique, et ils en ressortent quelques minutes plus tard, un sac chacun à la main.

_ J’te préviens que j’sors pas avec ! J’le mettrais qu’à la maison.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE ᴥ przytul mnie
avatar
FONDATRICE ᴥ przytul mnie

∞ prénom/pseudo : DARBYSHIRE (paula)
∞ papotages : 678

∞ avatar : ♦ dylan o'brien

MessageSujet: Re: leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire   Mer 6 Jan - 22:38


on the coldest days
you light my heart
WITH FIRE.

Son rire me fait rouler des yeux, sans pour autant effacer le sourire qui gravait mes lèvres depuis que nous avions quitté la voiture - et qui s'était agrandi après avoir découvert ces pulls de Noël auxquels personne ne pouvait résister. Ça ne m'empêche pas de l'entraîner avec moi, de traverser la voie pavée en diagonale pour la planter à côté de moi, juste devant la vitrine. On reste à les regarder quelques instants, le temps pour moi de voir que leur prix sont légèrement abusés, mais raisonnablement. Le nez de Rudolph clignotait, quand même, je l'ai  précisé ? J'ouvre de grands yeux alors qu'elle me demande si je suis sérieux, ouvre la bouche pour parler, la referme, et recommence - cette fois parce que j'avais bien l'intention d'en faire sortir un son. « Evidemment, sérieusement ! » Elle me connaissait. Elle savait que je ne déconnais pas avec ce genre de trucs. Je serre les lèvres pour réprimer un sourire plus que radieux quand je sens ses doigts se resserrer sur les miens. Elle a craqué. Je la suis à l’intérieur de la boutique, et c’est une dizaine de minutes plus tard, passées à choisir nos tailles et coloris, que nous en ressortons, sacs à la main. Je ris doucement quand elle déclare qu’elle ne portera son beau pull vert forêt exclusivement à la maison, sans faire attention à mon cœur qui accélère un tout petit peu. A la maison. Ça voulait dire chez nous. Ça voulait dire en famille. « Du moment que j’peux le voir sur ton dos, ça me va. »

J’étais le genre de personnes qui arrivaient à économiser, à ne pas se permettre de dépenser. Mais les fêtes étaient la seule période de l’année pendant laquelle je m’autorisais quelques écarts. Beaucoup d’écart, même. En vérité, j’ai réalisé il y a un ou deux ans que si j’économisais un maximum pendant le reste de l’année, c’était pour pouvoir réaliser le plus d’achats possible pour Noël. Noël, en Pologne, c’était sacré – à la fois littéralement et figurativement. Ce n’était pas seulement la fête commerciale que beaucoup voyaient de nos jours, mais bien ces moments de partage. En vérité, nul besoin de cadeau pour rendre la célébration convenable : un bon repas – immense, comme mes compatriotes savaient si bien les faire – suffisait amplement. Passer quelques jours avec sa famille et les gens qui étaient les plus proches de soi était, finalement, le plus important, chez nous. Bien que, avouons-le, offrir et recevoir était carrément bienvenu. Tout ça pour dire que ma carte bancaire était parée pour mes folies festives, et que je n’avais pas prévu de me retenir. Chaque fois que quelque chose attirait mon regard – que ce soit dans une vitrine, ou un rayon d’un magasin – je ne pouvais m’empêcher de l’étudier sous tous les angles, pour finalement ressortir de la boutique avec. Un body rouge à motifs bonhommes en pain d’épices pour Lukas, un lot de cravates pour Anakin, une bonne dizaine de bouquin pour Lana, des moules à gâteaux en silicone en forme de sapin, de Père Noël et de bonhomme de neige pour Maman Denton… J’avais même acheté quelque chose à Matéo. Une écharpe. Pour vous dire à quel point les fêtes me rendaient bienveillant Si bien que, peu après midi, mes deux bras étaient complètement chargés – si chargés qu’Eléanor avait dû se dévouer pour porter un ou deux de mes sacs. Nos mains n’étaient plus liés, comme ce matin, mais il semblait impossible pour nos bras de laisser le moindre millimètre de vide entre eux. « Bon, j’ai un truc à t’dire. » J’ai pris quelques minutes pour me délecter de la tête qu’elle a faite ; un mélange de surprise, d’inquiétude et d’excitation. Et c’est sans baisser les yeux vers elle, que j’ai gardés rivés droits devant moi, que j’ai continué. « J’ai réservé une table dans un restaurant. Espagnol. En face de là où on s’est garés. » J’ai, encore une fois, laisser un peu de temps s’écouler pour apprécier les expressions qui se sont toutes succédées sur son visage – cette fois, en prenant bien soin de planter mes yeux dans les siens et de lui adresser un sourire. « On fout tout ça dans le coffre, et on y va, ok ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN ᴥ whoever whenever
avatar
ADMIN ᴥ whoever whenever

∞ papotages : 343

∞ avatar : Kaya Scodelario

MessageSujet: Re: leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire   Dim 17 Jan - 10:00





Szymon & Eléanor
in the coldest days you light my heart with fire

La petite espagnole aurait dû savoir que ce genre de chose allait arriver. Depuis le temps qu'elle connaissait Szymon et ses envies particulières. Alors même si elle n'avait pas vu en premier ces pulls, elle avait su, en faisant face à la vitrine, qu'ils allaient partir avec. Du moins elle s'en doutait fortement et c'est pour cela qu'elle accepta. Parce qu'il était comme ça son polonais, qu'elle l'aimait et qu'elle voulait lui faire plaisir. Puis, ça elle ne le dira jamais, mais elle trouvait cela amusant, le petit nez qui clignote. Elle imaginait déjà Lukas en extase devant la lumière rouge. Il ne fallut pas plus d'une dizaine de minutes pour se mettre d'accord sur les couleurs. Déjà que le pull n'était pas très évident à porter, il ne fallait pas non plus abuser avec une couleur criarde ou moche. Oui mademoiselle était exigeante, mais c'était pour la bonne cause. Ressortant du magasin, toujours en tenant la main de son amoureux, Léa déclara qu'elle ne le porterait qu'à la maison. Un sourire s'épanouit sur son visage aux paroles du jeune homme avant qu'elle n'ajoute :

_ Et si tu d'mandes gentiment, j'porterais que ça.

Un sourire entendu suivit d'un grand éclat de rire. Elle avait changé la petite brune, ça c'était certain, mais elle avait tout de même gardé quelques côtés de son ancienne elle, de l'Eléanor qui avait négligé ses études, qui sortait pratiquement tous les soirs, qui ne faisait pas attention à ce qu'elle faisait. Parce que  malgré tout, cette jeune fille était une part d'elle-même et elle le resterait jusqu'à la fin de sa vie, seulement ce serait à l'intérieur. Elle avait désormais fait place à Eleanor Artega la maman, l'amoureuse, l'enfant heureuse.

Eléanor commençait à avoir mal aux pieds. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas marché autant, ça on pouvait dire qu’ils l’avaient fait et pas qu’un peu ! Ils avaient fait une bonne vingtaine de magasins, ressortant avec un sac pour certains, les mains vides pour d’autres. Heureusement, la petite brune avait finalement trouvé son bonheur. Elle avait tout de même prévu le coup et s’y était pris un peu en avance, surtout pour Lukas, son grand frère et Théa mais aussi pour Szymon. Elle y avait passé plusieurs après-midis, à savoir ce qui lui ferait le plus plaisir, ce qui était le plus marrant, fin bref, elle s’était vraiment prit la tête pour le polonais avant de repartir avec un objet de chaque chose qu’elle avait vu et qui lui avait tapé dans l’œil pour son meilleur ami. Pour son fils, cela avait un peu plus simple, n’ayant même pas un an, il était inutile de s’encombrer d’une tonne de jouets alors elle avait préférer se faire plaisir en refaisant sa garde robe. Au vue de tous les paquets qu’ils portaient désormais, la demoiselle était heureuse d’avoir fait la plupart de ces achats de son côté. Comme son amoureux, aujourd’hui, elle avait surtout pensé à ces amis.

N’ayant aucune idée de l’heure qu’il pouvait être, la petite brune ne se repéra qu’à son estomac qui commençait à crier famine, ce qui voulait dire qu’il devait être à peu près midi. Elle aurait bien fait une pause afin de déjeuner, mais elle désirait aussi finir les achats, pour que ce soit fait une bonne fois pour toute. Pour elle, tout était bon, mais elle ne savait pas si le polonais avait d’autres achats à faire. Elle fut d’autant plus étonnée lorsqu’il s’arrêta pour lui faire face et se mettre à parler. Quelque chose à lui dire, c’était vague tout de même ! Attendant qu’il continue, non sans être un peu impatience, il finit par avouer qu’il avait réservé une table dans un restaurant espagnol. Cela fit sourire la jeune femme qui commençait à s’inquiéter pour rien. Léa prit alors un air faussement outrée :

_ C’est qu’tu t’met à m’cacher des choses Szymon…. Mais t’a bien fait, j’commence à mourir de faim.

Ils retournèrent à la voiture, et la demoiselle se sentit plus légère une fois tous les paquets placé à l’arrière de l’auto. Enfin elle pouvait reprendre la main de son amoureux, enfin elle pouvait se tenir au plus proche de lui. Se laissant entraîner, ils entrèrent alors dans le restaurant où était diffusée de la musique dans la langue natal de la jeune femme. Cela la rendit nostalgique de l’époque où elle vivait encore chez ses parents… Mais c’était tellement loin aujourd’hui. Une fois installée à table, elle constata avec plaisir que le menu était en espagnol.

_S’tu comprends rien, demande moi, hein.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire   

Revenir en haut Aller en bas
 

leamon ▼ in the coldest days you light my heart with fire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Editeur light libre
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» the light of aerendil
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» Dog Days sous-titré en français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UP IN TREES ♡  ::  :: The Lanes-